du 26 février 2018
Catégorie 0

Sélectionnez les catégories à afficher

Date

Choisir une autre édition

iCloud : Apple stockera les clés chinoises en Chine

Chaque utilisateur de compte iCloud se voit accompagné d’une clé de chiffrement, sur laquelle il n’a pas de prise. La situation est connue depuis longtemps, puisque ces informations sont stockées aux États-Unis et réclamées quand la justice en a besoin.

Or, la Chine dispose désormais d’une loi obligeant toute entreprise qui opère sur le territoire à destination de clients chinois à stocker de telles données sur des serveurs situés dans le pays. Pour la Chine, il en va de l’efficacité de sa justice, puisqu’en cas d’enquête, il fallait s’arranger avec les États-Unis pour débloquer l’accès aux données iCloud. Mais, comme le rapporte Reuters, d’autres craignent de lourdes conséquences pour les droits de l’homme.

Apple explique de son côté avoir tenté de dissuader les pouvoirs chinois d’en arriver à de telles mesures. Mais à la fin, l’entreprise doit se plier aux règles. Elle a préféré acquiescer que de couper le service, ce qui aurait conduit selon elle à une situation pire, sans parler évidemment des plaintes qui n’auraient pas manqué d’éclore un peu partout.

Apple s’est donc associée avec la société Cloud Big Data Industry, qui appartient à l’État chinois, dans une coentreprise. Un centre de données a été installé dans la province de Guizhou. La Pomme assure qu’il n’est pas question de porte dérobée et que seules les requêtes juridiques vérifiées seront prises en compte. Mais, contrairement aux États-Unis (ou la France), la police n’a pas besoin de mandat délivré par un juge pour accéder à ces informations.

Des emails et notifications sont actuellement envoyés aux utilisateurs concernés, la bascule intervenant le 28 février. Les utilisateurs ont le choix : accepter le nouveau stockage, ou le refuser. Dans ce cas, ils ne pourront plus utiliser iCloud et devront se charger eux-mêmes de leurs sauvegardes. La synchronisation entre appareils deviendra également impossible.

« Si les plateformes ne coopèrent pas volontairement, d’ici mai 2018, la France soutiendra à Bruxelles une initiative législative européenne. » Tel est l’ultimatum lancé par Édouard Philippe, vendredi 23 février, à l’issue du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR).

Ce que souhaite le gouvernement ? Que les réseaux sociaux et autres acteurs tels que YouTube « retirent en une heure les contenus illicites » (de type propagande).

Les géants du Net sont ainsi invités à poursuivre leurs échanges avec « l’Ambassadeur pour le numérique » français, David Martinon, « avec pour objectif prioritaire la mise en place d’outils automatiques d’identification et de retrait afin que les contenus puissent être retirés moins d’une heure après leur mise en ligne ».

Contenus terroristes : le Premier ministre menace les géants du Net

Fin novembre, la néo-banque annonçait compter un million d'utilisateurs. Trois mois plus tard, ils sont 1,5 millions rapporte Reuters. La jeune société ne dispose par contre toujours pas d'une licence bancaire en Europe, le processus étant en cours à travers la Lituanie.

La fin de l'année aurait été une grosse période d'acquisition, permettant d'obtenir de très bons résultats en janvier, avec des revenus en hausse de 20 à 25 % par rapport à décembre. Son volume de transactions mensuel serait ainsi de 1,5 milliard de dollars par mois.

Le tout dans un contexte de concurrence forte avec les allemands de N26 ou Orange Bank lancé en France. Stéphane Richard annonçait lors de la publication des derniers résultats du groupe que son offre avait déjà séduit 100 000 clients.

Revolut compte désormais 1,5 million de clients en Europe

Le fabricant répond également présent à l'appel du MWC. Pour se démarquer, il mise sur la capacité de la batterie : 16 000 mAh, de quoi assurer une très bonne autonomie.

GSMArena précise qu'il dispose d'un écran de 5,99" (2 160 x 1 080 pixels) avec un SoC Helio P25 (huit cœurs à 2,6 GHz) aux commandes, accompagné de 6 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage.

Nos confrères ajoutent que le fabricant promet « un design ultra mince », mais sans plus de précisions. L'ouverture du salon aujourd'hui sera certainement l'occasion d'en apprendre davantage.

Energizer P16K PRO : un smartphone avec une batterie de... 16 000 mAh
Canon présente un flash motorisé capable de détecter automatiquement le meilleur angle

Bien évidemment, le fabricant surfe sur la vague intelligence artificielle pour mettre en avant son Speedlite 470EX-AI : cette nouveauté baptisée « AI Bounce » utilise ainsi une fonction Auto Intelligent (AI). Elle n'en reste pas moins intéressante puisqu'elle « calcule et manœuvre automatiquement la position de la tête de flash pour créer un éclairage optimal ». La tête peut ainsi bouger de 180° à l'horizontale et de 120° à la verticale.

Suivant la distance du sujet à photographier et la hauteur du plafond de la pièce (entre autres éléments), le flash calcule automatiquement ce qu'il estime être la meilleure position pour un éclairage indirect (par rebond). Une vidéo de démonstration est disponible par ici. Selon nos confrères de The Verge, le tarif du Speedlite 470EX-AI sera de 399 dollars avec une disponibilité en mai.

Canon en profite aussi pour annoncer deux nouveaux appareils photo numériques. D'un côté, nous avons l'EOS M50 sans miroir, capable de filmer en 4K. Il dispose d'un écran pivotable et il est animé par le processeur d'image DIGIC 8. Tous les détails sont disponibles par ici. Il est disponible en précommande pour 709,99 euros avec un objectif de 45 mm.

Du côté des reflex, voici les EOS 2000D et EOS 4000D. Les deux disposent d'un processeur d'image DIGIC 4+, avec un capteur de 24,1 Mpixels pour le premier et de 18 Mpixels pour le second. Comptez 509,99 euros pour le 2000D avec un objectif 18-55 IS II classique. Le tarif du 4000D n'est pas encore précisé.

Cette nouvelle mouture améliore surtout les performances dans Brass Tactics, Final Fantasy XII The Zodiac Age et Sea of Thieves.

Quelques bugs sont corrigés au passage concernant FreeSync et l'overlay, sans ajout de fonctionnalités. Il n'est par contre toujours pas question d'une version supportant les nouveaux Ryzen 3 2200G et Ryzen 5 2400 G (voir notre test), qui doivent se contenter de pilotes dédiés.

AMD publie ses pilotes Adrenalin Edition 18.2.3

Cette année, nombre de constructeurs ont décidé de ne pas annoncer leurs nouveaux smartphones au MWC. Huawei devrait ainsi dévoiler son P20 le 27 mars à Paris et LG ne vient à Barcelone qu'avec un V30S qui est un V20 assez peu amélioré.

Xiaomi a de son côté fait savoir sur Twitter dimanche qu'il annoncera son Mi MIX 2S le… 27 mars également. L'appareil fonctionnera avec un Snapdragon 845 et l'on peut voir un nombre affiché : 273 741. De quoi laisser penser qu'il s'agit du score AnTuTu de la bête.

On attend surtout de voir si la marque chinoise compte se développer en Europe dès cette année, alors qu'elle vient de s'implanter en Espagne et ouvre de premières boutiques.

Le Xiaomi Mi MIX 2S utilisera un Snapdragon 845 et sera lancé le 27 mars

Le service de stockage de fichiers a déposé son dossier au gendarme boursier américain, la SEC, rapporte Reuters. En 2017, elle a engrangé 1,1 milliard de dollars de revenus, soit 31 % de mieux qu'en 2016 (845 millions de dollars). Ses pertes sont passées de 210 millions de dollars à « seulement » 112 millions.

Dropbox revendique 500 millions d'utilisateurs inscrits dans 180 pays, dont 11 millions de clients payants. La société espère être listée au Nasdaq sous le sigle DBX. Elle a toujours fort à faire sur un marché où l'offre ne manque pas, les géants du Net, d'Amazon à Microsoft en passant par Google, étant aussi devenus des experts du stockage en ligne pour particuliers et professionnels, intégrant pour certains cette fonction dans des suites bureautiques complètes.

Dropbox démarre son introduction en bourse
Des applications natives et mobiles pour Ledger d'ici l'été, indépendantes de Chrome

Ledger propose depuis quelques années des portefeuilles hardware pour cryptomonnaies reposant sur une suite logicielle maison open source. La société, qui vient de lever 61 millions d'euros, permettait de les gérer à travers des applications multiplateformes.

Mais voilà, celles-ci nécessitent le navigateur Chrome pour fonctionner, ce alors que Google déconseille désormais cette façon de faire. La startup devait donc réagir mais n'avait pour le moment pas fait connaître ses plans en la matière.

Dans un billet de blog, elle évoque l'arrivée prochaine d'applications pour Linux, macOS et Windows (mais plus les Chromebook). Elles seront par la suite accompagnées de versions mobiles pour Android et iOS. Elles reprendront les fonctionnalités des solutions actuelles, mais permettront de gérer les 23 crypto-monnaies supportées dans une même application. Ripple et Ethereum étaient jusqu'à maintenant traitées séparément.

Si la clé n'est pas connectée à la machine, il sera seulement possible de connaître le solde des adresses, le tout étant protégé par un mot de passe. Dans un premier temps les Ledger Nano et HW.1, qui ne sont plus commercialisées, ne seront pas supportées. Mais cela sera le cas par la suite.

L'objectif est d'arriver au final à la gestion de plus d'une centaine de crypto-monnaies dans l'application, et de renforcer les fonctionnalités proposées. Mais pour le moment, aucune roadmap précise n'est donnée. La gestion des clés continuera de se faire à travers une solution Web, sans extension ou application nécessaire. Ledger Manager sera ainsi supporté par Google Chrome, Chromium, Opera mais pas Firefox.

De nouvelles fonctionnalités sont là aussi annoncées, notamment pour une meilleure information ou gestion des mises à jour des applications. Les premières mises en ligne sont attendues pour le second trimestre, sans plus de détails. Les versions mobiles devraient être mises en ligne durant l'été, si tout va bien.

Via deux décisions, le régulateur des télécoms annonce que les deux opérateurs peuvent mener à bien des expérimentations dans certaines villes.

Bouygues Telecom peut ainsi tester la 5G sur les fréquences situées entre 3 600 et 3 800 MHz jusqu'au 30 septembre 2020. Sur la bande de fréquences allant de 3 600 à 3 700 MHz,  elle se limite aux villes de Bordeaux, Lyon et Villeurbanne. Pour la période du 1er mai au 30 septembre, cette décision concerne trois sites sur Bordeaux et Merignac dans les 3645 - 3745 MHz.

Orange voit plus grand dans la région Hauts-de-France avec 30 sites à Lille et 48 à Douai. L'autorisation est valable du 1er juin 2018 au 1er juillet 2019.

Dans les deux cas, les opérateurs devront communiquer à l'Arcep « un rapport détaillé des résultats de l’expérimentation au plus tard trois mois après l’expiration de la présente autorisation ».

5G sur les 3,6 GHz : l'Arcep autorise Bouygues Telecom et Orange à mener des tests

Polygon rapporte que Metal Gear Survive, le premier jeu post-Hideo Kojima de la licence, cherche des raisons de dépenser plus que les 39,99 euros de départ.

Pour passer d'un personnage à deux, il en coûte 1 000 pièces en jeu (SV Coins), qu'il est possible d'obtenir par paquet de 1 150 pour 9,99 dollars. Au mieux, le joueur peut en obtenir 6 000 pour 49,99 dollars. Outre les emplacements, elles permettent d'améliorer le rythme d'acquisition d'expérience ou encore la taille de certains espaces de stockage.

Ce supplément pour de nouveaux personnages semble peu convenir à certains joueurs, qui s'étonnent de devoir payer pour une possibilité fournie dès le départ par la plupart des jeux en ligne. La monnaie virtuelle ne semble pas encore récupérable via les actions en jeu.

Metal Gear Survive : près de 10 dollars pour un emplacement de sauvegarde

La version 2.7.0. de l'outil permettant de tout savoir de votre carte graphique plantait purement et simplement lorsqu'elle était lancée sur une machine à base de Ryzen 3 2200G ou de Ryzen 5 2400G (voir notre test).

Désormais, ce petit souci est du passé. La mouture 2.8.0 apporte également des informations sur la décompression matérielle via DXVA 2.0, le support des Radeon RX 460 Mobile, RX 560 Mobile, RX 570 Mobile, RX 580 Mobile et RX 550 (Baffin LE).

Comme toujours, de petits bugs sont aussi corrigés au passage.

GPU-Z passe à la version 2.8.0 pour régler ses problèmes avec les nouveaux APU d'AMD
Sony : Xperia XZ2 (Compact) avec Snapdragon 845 et HDR, Xperia Ear Duo sans fil

Ce matin, Sony organisait une conférence de presse pour dévoiler ses nouveautés. Sans surprise, il était question des Xperia XZ2 et XZ2 Compact. Tous les deux disposent d'un écran de HDR de 2 160 x 1 080 pixels : 5,7" pour le premier, 5" pour le second.

Ils partagent une bonne partie de leurs caractéristiques techniques : Snapdragon 845, 4 Go de mémoire vive et 64 Go de stockage (extensibles). Ils intègrent aussi le même capteur optique de 19 Mpixels avec le mode « super slow motion » à 960 ips (comme le Xperia XZ et les Galaxy S9).

Les deux smartphones peuvent aussi enregistrer des vidéos HDR en 4K, « une première mondiale dans un smartphone » affirme le constructeur. Enfin, il sont tous les deux certifiés IP68, et Hi-Resolution Audio (avec la technologie maison DSEE HX). Le Xperia XZ2 dispose en plus d'un système de charge sans fil Qi et de la 4G jusqu'à 1,2 Gb/s, contre 800 Mb/s pour la version Compact. Une limitation étonnante puisque le Snapdragon 845 est capable de grimper jusqu'à 1,2 Gb/s.

Les deux nouveaux terminaux Sony seront disponibles au mois de mars avec Android 8 Oreo, sans précision sur les prix.

Le fabricant en profite aussi pour annoncer une paire d'écouteurs sans fil : les Xperia Ear Duo. La principale fonctionnalité mise en avant par le fabricant est « la possibilité d'entendre de la musique et des notifications, simultanément aux bruits du monde qui vous entoure ».

La fonction Daily Assist se propose de vous informer sur l'heure de votre prochaine réunion ou sur les dernières actualités. Les Xperia Ear Duo seront disponibles à partir du printemps, sans indication sur le prix.

Cela pourra paraître étonnant à certains, mais cet outil existe toujours. Il permet pour rappel d'améliorer les fonctionnalités de copie et de déplacement de fichiers sous Windows mais également Linux. L'application est par exemple disponible sous la forme d'un paquet Debian.

La version macOS est par contre abandonnée. « Mon Mac n’est pas pris en charge par les dernières versions majeures de macOS, et acheter un Mac juste pour cela est trop lourd économiquement. De plus, la base d’utilisateurs sous Mac est inférieure à 1 % » confie le développeur.

Il nous apprend que la nouvelle mouture 1.4 est disponible, avec un code assez largement réécrit et des versions 32/64 bits unifiées. Le support est désormais payant, la gestion du logiciel est désormais « officiellement sous le contrôle de mon entreprise d’hébergement, Confiared », ce qui ne doit rien changer à la philosophie du projet.

Pour la version 2, les performances devraient être largement améliorées, notamment grâce à un nouveau moteur d'évènements natif

Ultracopier 1.4 est disponible

Dans un communiqué diffusé il y a quelques jours, Microsoft et Xiaomi font savoir qu'ils ont signé un partenariat portant sur l'utilisation de plusieurs solutions de l'américain dans les produits du constructeur chinois.

Ce dernier exploitera notamment Azure pour le stockage de ses données et ses services en ligne, bénéficiera de support sur la distribution et le marketing pour le lancement de ses ordinateurs portables sous Windows à l'international, mais pourrait aussi exploiter Cortana.

La possibilité d'intégrer l'assistant vocal de Microsoft dans une enceinte connectée Mi AI est ainsi évoquée, sans décision ferme. Mais la collaboration des deux sociétés se veut également plus large dans le domaine de l'intelligence artificielle.

Xiaomi et Microsoft s'associent, Cortana pourrait être utilisé dans une enceinte connectée du chinois

Début décembre, le système d'exploitation né sur le cendres de CyanogenMod annonçait son intention de passer directement de la version 14.x à la 15.1 (basée sur Android 8.1), laissant de côté Android 8.0 (LineageOS 15.0 ne verra donc jamais le jour de manière officielle).

Juste à temps pour le MWC de Barcelone, l'équipe annonce la disponibilité de LineageOS 15.1 à partir d'aujourd'hui, mais à titre expérimental uniquement. Une dizaine de terminaux sont concernés pour l'instant (Google Nexus 6P/5X, OnePlus 3/5, Samsung Galaxy Tab S2, Xiaomi Mi 5(S) et LeEco Le Pro3) et, comme toujours, d'autres arriveront plus tard. La procédure de mise à jour est expliquée par ici.

L'équipe en profite pour faire le point sur les versions en cours de développement. LineageOS 13 est abandonné (mais la communauté peut toujours proposer des patchs de sécurité). Si le travail continue de manière active sur LineageOS 14.1, il ne faut pas attendre de nouvelles fonctionnalités étant donné que la majorité de l'équipe se concentre désormais sur la 15.1.

LineageOS 15.1 (Android 8.1) arrive pour une dizaine de terminaux
Nokia partenaire de Facebook sur les ondes millimétriques et des opérateurs pour la 5G

Avant l'ouverture du MWC, Nokia multiplie les annonces et les partenariats. L'équipementier va par exemple « explorer l'utilisation de la 5G pour générer de nouvelles opportunités commerciales » avec China Mobile. Il fournit également une solution 5G de bout en bout à Vodafone afin d'effectuer des tests sur le terrain, à Milan.

Dans un registre un peu différent, il travaille avec Facebook pour « accélérer l'adoption des technologies d'accès sans fil fixe sur la bande des 60 GHz ». Pour rappel, le réseau social compte utiliser cette bande millimétrique (lire notre analyse) pour son Terragraph annoncé en 2016.

Pour rappel, cette solution devrait permettre d'obtenir des débits de l'ordre du gigabit par seconde dans des zones urbaines et suburbaines, en complément de la fibre optique. Des essais devraient avoir lieu avec des clients triés sur le volet dès cette année.

Les deux partenaires veulent aussi mettre sur pied « une plate-forme et un écosystème solides permettant de développer des solutions certifiées Terragraph sur la bande des 60 GHz ». Il veulent aussi pousser la norme 802.11ay, une évolution de la 802.11ad, également dans la bande des 60 GHz (lire notre analyse sur les normes Wi-Fi).

À la mi-février, le groupe américain attaquait l'association, après plusieurs actions dénonçant ses pratiques fiscales dans des Apple Store français, via sa campagne #ApplePayeTesImpots. Selon la société, les membres d'Attac mettaient en danger ses employés et ses clients. Pour sa part, l'organisation dénonçait une « procédure bâillon ».

Le 23 février, le tribunal de grande instance (TGI) de Paris a prononcé une ordonnance de référé déboutant Apple de l'ensemble de ses demandes, la condamnant à verser 2 000 euros à Attac. Le « dommage imminent » allégué n'est pas caractérisé selon le TGI.

Pour la justice, les invasions de boutiques par les militants n'ont pas entraîné de dégradation et s'intègrent dans une « campagne d’intérêt général ». Il n'est donc pas justifié de leur en interdire l'accès.

« Nos actions visent à ce qu’Apple, la plus grande multinationale du monde, paie sa juste part d’impôts dans les pays où elle exerce réellement ses activités » déclare l'organisation dans son communiqué. Elle réclame entre autres l'acquittement de 13 milliards d'euros d'arriérés d'impôts à l'Irlande, réclamé par la Commission européenne.

Évasion fiscale : Apple débouté face à Attac en référé

Le logiciel de traitement de données revient avec de nombreux ajouts d'expressions pour les calculs et croisements de données et des outils plus fins pour le traitement graphique des cartes. De nouveaux éléments d'interface apparaissent, notamment un champ de recherche universel et des onglets pour accumuler les panneaux flottants) ainsi que le changement d'algorithmes. Les notes de version (très) complètes sont disponibles par ici.

Cette mouture est nommée Girona, du nom de la ville espagnole de Girone, où s'est tenue la 15e réunion des développeurs à la mi-2016. Les fichiers d'installation pour Windows, macOS et Linux sont apparus au fil du week-end. La version 2.18 devient la version de long terme, en remplacement de la 2.14.

Nous conseillons de passer par cette version 2.18 dans les semaines à venir, des extensions n'étant pas encore adaptées à la nouvelle mouture, à l'image de l'OpenLayers Plugin. Pour mémoire, nous avons exploré quelques possibilités du logiciel lors de la sortie des cartes de couverture mobile détaillées de l'Arcep, via un tutoriel pour croiser ces données.

Cartographie : QGIS passe en version 3.0

L'année dernière au MWC, Actility nous présentait sa solution de roaming permettant à « deux réseaux d'opérateurs de faire passer des objets de l'un à l'autre de manière totalement transparente ». Cette année, Orange et KPN annoncent avoir réussi une expérimentation sur le terrain.

Les deux opérateurs indiquent ainsi avoir « configuré une interface d’itinérance sécurisée entre leurs réseaux qui utilisent des contrôleurs de réseau Actility ; ils ont ensuite testé avec succès des terminaux Orange opérant sur le réseau KPN aux Pays-Bas et des appareils KPN opérant sur le réseau Orange en France ».

Pour rappel, Sigfox (un autre réseau bas débit pour les objets connectés) n'a pas ce genre de problème puisque la société développe un réseau unique au niveau mondial.

LoRa : une itinérance internationale entre Orange et KPN, avec Actility
Bientôt plusieurs instances d'applications UWP dans Windows 10

Voilà une amélioration attendue depuis longtemps : la possibilité de lancer une même application UWP plusieurs fois. La capacité sera officiellement introduite par la mise à jour 1803 de Windows.

Contrairement à l’actuelle calculatrice que l’on peut lancer plusieurs fois autour d'un seul processus, on parle bien d’un processus par instance. Comme expliqué par Microsoft, il n’y aura pas de limite au nombre d’instances, à condition que le développeur l’autorise dans son application. Si une copie de l’application plante, elle n’entraine pas les autres avec elles.

Selon les projets, les modifications seront plus ou moins lourdes. Les développeurs pourront en outre choisir des comportements en fonction des conditions. Par exemple, plusieurs instances travaillant sur le même fichier peuvent entrainer des problèmes. Auquel cas l’action d’ouvrir une instance supplémentaire avec les mêmes données peut renvoyer sur celle déjà active.

Les copies multiples des applications UWP ne seront utilisables que pour les projets Desktop et IoT. Certaines catégories, comme celles gérant du son en arrière-plan, ne pourront pas profiter de cette capacité. Microsoft précise enfin que les développeurs peuvent tester leurs projets à partir de la préversion 17074, avec le SDK 17069 de Windows 10, le tout à travers le programme Windows Insider.

ARCore 1.0 est officiellement disponible pour les développeurs. Il s’agit de la réponse de Google à l’ARKit d’Apple, pour se battre dans la grande arène de la réalité augmentée. Pour l’instant, seuls 13 modèles sont déclarés comme pleinement compatibles : Pixel, Pixel XL, Pixel 2, Pixel 2 XL, Galaxy S8, S8+, Note8, S7 et S7 Edge, LGE’s V30, V30+ (Android O uniquement), ASUS Zenfone AR et OnePlus 5.

Selon Google, cette courte liste permet de toucher environ 100 millions de smartphones dès le départ. Elle sera par contre étoffée par la suite, un travail étant en court avec Samsung, Huawei, LGE, Motorola, ASUS, Xiaomi, HMD/Nokia, ZTE, Sony Mobile et Vivo.

Le géant du Net attaque également le déploiement de Lens, son outil de réalité augmentée intégré à Assistant. L’utilisateur n’a qu’à braquer son smartphone vers un lieu, un objet, un tableau ou une fleur pour obtenir des informations. Réservée jusqu’ici aux Pixel, la fonctionnalité s’étend désormais à des smartphones de Samsung, Huawei, LG, Motorola, Sony et HMD/Nokia, mais le plus souvent dans le haut de gamme, à cause des caractéristiques exigées pour la caméra.

Notez que Lens débarquera dans Google Photos d’ici quelques semaines, cette fois aussi bien sur Android qu’iOS (9 au minimum). Malheureusement, et tout comme pour Assistant, la fonctionnalité ne sera disponible qu’en anglais et dans quelques pays : États-Unis, Royaume-Uni, Canada, Allemagne, Autriche, France, Inde, Italie, Espagne et Singapour.

ARCore 1.0 et Google Lens prennent leur envol, une compatibilité limitée  pour l'instant

MWC de Barcelone oblige, les annonces de smartphones pleuvent de toute part. Le fabricant de voitures Land Rover a décidé de se lancer dans l'aventure avec Bullit (qui travaille également avec Caterpillar).

Ils présentent le Land Rover Explore, un smartphone durci « qui résiste à tout ce qu'il rencontre » : chute de 1,8 mètre, l'eau (y compris salée) grâce à sa certification IP68, température de -30°C à +60°C, etc. De plus, son écran tactile est compatible avec des gants ou les doigts mouillés, etc.

Il dispose d'un écran Full HD de 5" (avec protection Corning Gorilla 5), d'un SoC Helio X27 (10 cœurs à 2,6 GHz) avec 4 Go de mémoire vive et 64 Go de stockage (extensibles via un lecteur de cartes microSD). Android 7.x est aux commandes, mais une mise à jour vers Oreo est prévue.

Une batterie de 4 000 mAh est de la partie, mais l'autonomie peut être renforcée grâce à l'Adventure Pack (batterie de 3 600 mAh et antenne GPS externe) ou au Pack batterie (4 370 mAh). Un système de fixation pour vélo est en option.

Le Land Rover Explore sera disponible à partir du mois d'avril, pour 649 euros.

Land Rover Explore : un smartphone renforcé à 649 euros pour les baroudeurs

Ce court métrage d'une dizaine de minutes est disponible gratuitement sur YouTube et sur Steam. Il s'agit d'une adaptation officielle du jeu Papers, Please de Lucas Pope (2013).

Ce dernier a d'ailleurs participé à sa réalisation, aux côtés de Nikita Ordynskiy et Liliya Tkach. Des sous-titres dans 22 langues sont disponibles, dont le français.

Papers, Please : le film est disponible gratuitement, avec des sous-titres en français

Abandonnée en août par Opera, l'application gagne une seconde vie grâce au constructeur coréen. Il annonce son remplacement par Samsung Max, reprenant l'ensemble des fonctions existantes, dont l'économie de données mobiles et la protection de la vie privée.

Cette dernière partie intègre un réseau privé virtuel (VPN) lié au navigateur, qui a donc la main sur l'ensemble du trafic du mobinaute. Il faut donc avoir une entière confiance en Samsung en l'utilisant. Les utilisateurs actuels d'Opera Max verront leur application changer pour Samsung Max. Attention : elle ne sera plus utilisable que sur les smartphones du groupe. Tant pis pour les autres.

Samsung compte préinstaller l'outil sur ses appareils dans plusieurs pays : en Afrique du Sud, en Argentine, au Brésil, en Indonésie, au Mexique, au Nigeria, en Thaïlande et au Vietnam. Au moins pour un temps, Samsung maintient deux fiches pour son navigateur. D'un côté, celle héritée de Samsung Max. De l'autre, une nouvelle maintenue par lui-même.

Samsung reprend le navigateur mobile Opera Max, ainsi que son VPN

Aucune entrée pour les catégories selectionnées.