LeBriefdu 25 février 2022
Des soupçons de fausses promotions chez Vente-prive/Veepee.com

Jacques-Antoine Granjon, l’emblématique patron de Vente-privee.com, devenu Veepee en 2019, comparaissait la semaine passée devant le tribunal correctionnel de Bobigny au sujet d'accusations de fausses promotions pratiquées sur son site, rapporte Que Choisir.

Après avoir reçu plusieurs plaintes de consommateurs, la Direction départementale de la protection des populations de Seine-Saint-Denis (DDPP93) avait en effet surveillé l’activité du site, interrogé des fournisseurs et saisi des documents lors d’une descente au siège de l’entreprise.

Il en ressort plusieurs reproches, parmi lesquels le fait pour Vente-privee de tout mettre en œuvre pour afficher des prix de référence, et donc des décotes, les plus élevés possibles.

Les enquêteurs de la DDPP93 ont aussi constaté que des commerciaux de l’entreprise étaient prêts à tout pour que les clients ne puissent pas comparer leurs prix avec d’autres sites. Des commerciaux seraient même allés jusqu’à demander la suppression de la référence de certains produits afin d’empêcher l’identification des produits et donc toute comparaison de prix.

La DDPP93 donne parmi d’autres exemples celui d’une vente de valises de marque Platinium vendues avec une forte décote, mais finalement au même prix que sur Amazon et Rueducommerce, et même plus cher que sur Cdiscount.

Les réquisitoires et les plaidoiries se tiendront le 18 mars. Le verdict n’est pas attendu avant plusieurs semaines.

Propulsion nucléaire : une convention de recherche entre le CEA, Framatome et Naval Group

Les trois partenaires ont signé un accord-cadre de six ans pour des études et des expérimentations sur des matériaux mis en œuvre dans le cadre de la propulsion nucléaire. « L’objectif est de mieux maîtriser le cycle, de la conception à la production, des ébauches en acier. Cet accord-cadre contribue à la pérennité et au développement des compétences essentielles à la réussite des programmes nucléaires de défense », explique le CEA.

Chacun a son rôle à jouer. Le CEA « assure la maîtrise d’ouvrage de la conception et de la réalisation des chaufferies nucléaires ainsi que des moyens logistiques nécessaires à leur maintenance » Naval Group « est notamment en charge de la réalisation et de la qualification des matériaux constituant les capacités principales ». Enfin, Framatome « réalise des opérations de forgeage, d’usinage et de contrôle des pièces en acier appelées ébauches destinées aux cuves, générateurs de vapeur afin de répondre aux besoins exprimés par Naval Group ».

Intel lance ses Xeon D-1700/2700 (Idaville) : jusqu'à 20 cœurs et 100 Gb/s

Alors que le MWC de Barcelone va bientôt ouvrir ses portes, les constructeurs font leurs premières annonces. C'est le cas du géant de Santa Clara qui dévoile sa nouvelle plateforme pensée pour les solutions réseau, de stockage, mais aussi « l'edge » ou la 5G.

Les Xeon D sont en effet des processeurs qui embarquent des capacités réseau, ainsi que des accélérateurs et fonctionnalités spécifiques. Avec les gammes 1700/2700, ils passent à l'architecture Ice Lake (Sunny Cove, 10 nm) sous une forme particulière puisqu'il est question d'un maximum de 10 ou 20 cœurs selon les cas, avec jusqu'à 100 Gb/s.

Notez que les processeurs Idaville ne sont pas une surprise puisque nous vous en avions parlé il y a quelques mois, évoquant leurs améliorations en détail.

NanoCar Race : les voitures moléculaires seront de retour les 24 et 25 mars à ToulouseCrédits : IC/IPMC CNRS Strasbourg

C’est la « plus petite course automobile au monde », rappelle le CNRS dans son Journal. Ce dernier en profite pour publier une interview maison de Christian Joachim, directeur de recherche au CNRS et organisateur de l’événement.

Il explique notamment le fonctionnement du microscope à effet tunnel « qui servira à capter des images de la course et fournira le carburant aux molécules-voitures ». Il présente aussi le circuit, qui est à l‘échelle des « voitures » bien évidemment :

« Le circuit est élaboré à la surface d’un cristal d’or pur – ici une pastille de 8 mm de diamètre – parcourue naturellement par de petits sillons. Ces plissements, qui résultent de la minimisation de l’énergie de surface du cristal d’or, décrivent des lignes droites de 100 à 200 nm et forment de véritables glissières pour les molécules-voitures. D’une pastille d’or à l’autre, la longueur des sillons peut changer ainsi que la manière dont se répartissent les sillons de petite et de grande largeur, celle-ci variant généralement entre 4 et 10 nm ».

C’est ensuite au tour des engins des huit équipes en piste d’être détaillés : 

« Certaines molécules-voitures, à l’image de celle de l’Institut de chimie de Strasbourg, sont dotées de deux roues et d’un châssis central. D’autres, comme celle de l’équipe espagnole de l’Instituto Madrileño de Estudios Avanzados (IMDEA), possèdent quatre roues intégrées à un châssis. Les molécules-voitures des équipes japonaise et franco-japonaise disposent quant à elles de deux roues pourvues de pales et d’un pied situé à l’arrière pour prémunir leur châssis d’un écrasement sur la surface de la piste ».

La NanoCar Race se déroulera les 24 et 25 mars 2022 au Cemes (La Boule), à Toulouse. Elle sera retransmise sur la chaîne YouTube officielle.

Un inventaire des dossiers « données personnelles » pendants devant la Cour de justice de l’UE

Le site gdprbeetle.eu, tenu par Joost Gerritse, un avocat spécialisé, dresse un inventaire de l’ensemble des affaires relatives aux données à caractère personnelles pendantes devant la Cour de justice de l’Union européenne.

Deux concernent par exemple la France, dont l’une soulevée par la Quadrature du Net, la Fédération des fournisseurs d’accès à Internet associatifs, Franciliens.net, et French Data Network. Elle vise à savoir si « les données d’identité civile correspondant à une adresse IP » relèvent de la catégorie des « données relatives au trafic ou de localisation soumises, en principe, à l’obligation d’un contrôle préalable par une juridiction ou une entité administrative indépendante dotée d’un pouvoir contraignant ».

Au CNRS, « comment sauver le pluralisme des médias ? »

Le Journal du Centre national de recherche explique que « le regroupement d’un grand nombre de chaînes de télévision, de radios et de titres de presse entre les mains de peu d'acteurs financiers menace l’indépendance des médias dans notre pays, alors même que des fusions sont en discussion ».

L'économiste Julia Cagé revient sur cette question et « propose des pistes pour améliorer la santé démocratique de nos médias ». Elle évoque notamment des « attaques répétées de certains actionnaires contre l’indépendance des journalistes via la loi ».

Revenant notamment sur la question d’Internet et des plateformes, elle explique que, « dès qu’un média d’information a une audience importante et capte une grande part de notre temps d’attention, il devrait être régulé, quels que soient son format et sa méthode de diffusion ».

L'alliance européenne pour les batteries inaugure sa nouvelle AcadémieCrédits : MF3d/iStock

L’alliance tenait sa sixième réunion de haut niveau il y a deux jours, toujours dans l’optique de travailler à « la mise en place d'une chaîne de valeur des batteries qui soit innovante, durable et compétitive à l'échelle mondiale ».

Sous la tutelle de la Commission qui « présenté les domaines prioritaires pour les travaux de l'Alliance européenne pour les batteries en 2022 », l’alliance a fait un point : 111 « grands projets de batteries sont en cours d'élaboration dans les États membres », pour un total d’investissement de 127 milliards d’euros tout au long de la chaine de valeur.

Les domaines prioritaires sont :

  • un accord rapide sur la proposition de règlement de la Commission sur les batteries durables et l'adoption de celle-ci ;
  • la poursuite de la diversification des sources de matières premières pour les batteries grâce à la coopération avec des pays partenaires commerciaux riches en minerais ;
  • la rationalisation des procédures d'autorisation pour les projets relatifs aux matières premières destinées aux batteries dans les États membres, dans le respect des normes environnementales les plus élevées ;
  • l'amélioration et la facilitation de l'accès au financement de projets en Europe ;
  • le lancement de programmes nationaux de reconversion et de renforcement des compétences.

La réunion a servi également à officialiser l’Académie européenne pour les batteries, soutenue par une enveloppe de 10 millions d’euros fournie par la Commission à charge du fonds REACT-EU. Son objectif reflète son nom :

« L'Académie a pour but de coordonner efficacement les efforts de reconversion et de perfectionnement professionnel à l'échelle européenne et de permettre le déploiement immédiat de formations de haute qualité dans tous les États membres. »

Cloud européen : voici Structura-X qui répond « aux standards et exigences de Gaia-X »

28 entreprises européennes de services numériques « ont lancé une initiative visant à développer des services d’infrastructure communs qui répondent aux standards et exigences de Gaia-X », dont Atos, DE-CIX, Deutsche Telekom, IONOS et Vivacom.

« L’objectif commun est de transformer leurs services d’infrastructure existants en écosystème pour assurer la souveraineté européenne des données. Une infrastructure cloud européenne globale est en cours de création », explique le communiqué d’Atos

Ce projet baptisé Structura-X « vient compléter des initiatives spécifiques aux secteurs de l’automobile (Catena-X), de l’agriculture (AgriGaia) et de la finance (EuroDat). Les premières offres conformes à Gaia-X devraient être disponibles d’ici le milieu de l’année ».

« Dans le cadre de cette initiative, Atos, apportera ses solutions et produits de cybersécurité – et son expertise de n°1 européen des services de cybersécurité – en vue d’assurer la souveraineté et la sécurité complètes des solutions d’infrastructure cloud », explique Santi Ribas, responsable des solutions d’entreprise Cloud chez Atos.

AMD annonce un programme de rachat de ses actions de 8 milliards de dollars

La société avait déjà mis en place une telle opération en mai 2021, mais avec « seulement » jusqu’à 4 milliards de dollars. Selon le constructeur, l’équivalent de trois milliards de dollars d’actions ont alors été récupérés.

« Nous sommes ravis d'étendre notre programme de rachat d'actions sur la base de la solidité de notre bilan et des prévisions […] Grâce à nos solides performances financières, nous sommes en mesure d'augmenter les investissements pour stimuler la croissance à long terme tout en offrant une valeur supplémentaire à nos actionnaires », explique Lisa Su

Ce programme n’a pas de date de fin, mais il peut être arrêté ou suspendu à tout moment. Il « n’oblige pas la société à acquérir un montant quelconque d’actions ordinaires », précise AMD. 

Deadbolt : les NAS Asustor aussi touchés, attentions à vos données !

Dans un communiqué succinct, le fabricant explique que, « en réponse aux attaques de ransomware Deadbolt affectant les appareils ASUSTOR, les services myasustor.com ddns seront désactivés au fur et à mesure que le problème sera étudié ».

Deadbolt avait pour rappel fait parler de lui au début de l’année avec les NAS QNAP alors ciblés. Synology ne semble pas (encore ?) concerné ; le fabricant avait pour rappel déjà été la cible d’un SynoLocker en 2014.

Le constructeur publie une liste de recommandations :

  • Modifiez les ports par défaut, y compris les ports d'accès Web NAS par défaut 8000 et 8001, ainsi que les ports d'accès Web à distance 80 et 443
  • Désactivez EZ Connect
  • Effectuez une sauvegarde immédiate
  • Désactivez les services Terminal/SSH et SFTP

Si vous constatez qu’il est déjà trop tard et que votre NAS a été affecté par le rançongiciel, ASUSTOR recommande de suivre les étapes suivantes :

  • Débranchez le câble réseau Ethernet
  • Éteignez votre NAS en toute sécurité en appuyant sur le bouton d'alimentation et en le maintenant enfoncé pendant trois secondes
  • N'initialisez pas votre NAS car cela effacera vos données

Il est ensuite demandé de remplir ce formulaire afin que les techniciens de la société vous contactent

NUC 12 Extreme (Dragon Canyon) : le mini PC d'Intel passe à Alder Lake

Ceux qui suivent avec attention le marché des mini PC connaissent déjà ce format de machine qui exploite une carte Compute Element. Elle passe à la génération Eden Bay, avec port réseau 10 Gb/s, 2,5 Gb/s sur le plus gros modèle, Wi-Fi 6E (AX211), jusqu'à trois SSD M.2 (PCIe 4.0).

Au passage, la carte d'accueil (Monster Cove Gen 5) est mise à jour pour et apporte la gestion du PCIe 5.0. Deux modèles sont annoncés, avec Core i7-12700 (NUC12EDBi7) ou Core i9-12900 (NUC12EDBi9), dès 1 150 dollars et 1 450 dollars précise Intel.

Notez qu'une version Pro est attendue d'ici peu. D'autres NUC doivent arriver dans les mois et années à venir, notamment Raptor Canyon et la carte Shrike Bay, avec une alimentation SFX 12VO et une structure dite « cableless ». Nous avions tout détaillé dans cet article.

Frances Haugen dénonce l'instrumentalisation de Facebook par les pays autoritaires

Facebook doit cesser d'organiser les utilisateurs en énormes troupeaux « partageant les mêmes idées », parce que la Russie exploite cette politique de maximisation des profits pour alimenter les divisions en Ukraine et affaiblir les démocraties dans le monde entier, a déclaré la lanceuse d'alerte Frances Haugen aux législateurs irlandais, rapporte Politico.

« Cette technique est utilisée par la Chine, par l'Iran, par nos principaux adversaires » en mode « nous allons militariser l'une des choses les plus puissantes des pays occidentaux - leur ouverture », a-t-elle précisé.

« J'ai été choquée de découvrir que de nombreuses opérations d'influence sur Facebook ont ​​été interceptées via Twitter, car Twitter a rendu les données disponibles et Facebook a refusé », a déclaré Haugen, qui avait démissionné de Facebook en mai 2021 et réclame depuis à son ex-employeur plus de transparence en la matière.

DSM 7.1 est disponible en bêta, clap de fin pour certains NAS x13, x14, x15 et x16

Pour une fois, Synology est dans les temps. Le fabricant donne les grandes lignes des nouveautés : « Plus de possibilités pour les déploiements plus importants, des options de partage de fichiers améliorées, une gestion plus intuitive et des mises à jour de paquets majeures sont réunies dans un DSM plus facile que jamais à surveiller et à protéger ». Pour plus de détails, les notes de versions se trouvent par ici.

Parmi les nouveautés, on retrouve pêle-mêle : les groupes de cache SSD peuvent être alloués à plusieurs volumes, en cas d'erreur du système de fichiers le DSM démontera le volume pour exécuter des vérifications sans interrompre les services sur les autres volumes, le seuil minimum pour une notification d’espace disque faible passe de 5 à 3 %, etc.  

Des ajustements sont aussi de la partie. Par exemple, lorsque l'état de santé d'un disque est critique ou défaillant, l'indicateur affiche une orange statique. Les domaines Windows 2000 ne sont plus supportés. Enfin, Synology Storage Replication Adapter ne peut être utilisé qu’avec DSM 7.0.1 maximum, pas avec cette bêta donc.

DSM 7.1 sera la dernière mouture pour une fournée de NAS, certains de la famille x13, d’autres x14, x15 et enfin le DS216se qui est le seul de la génération x16. Là encore, la liste complète se trouve par là.

La Surveillance Station passe de son côté en 9.0 bêta. Elle propose, selon l’éditeur, « une meilleure visibilité de la situation grâce à une toute nouvelle vue combinée qui associe les fonctionnalités de la diffusion en direct et de la chronologie ». Elle permet de gérer « les déploiements étendus grâce à de meilleures cartes », de renforcer « la sécurité grâce à des connexions vidéo chiffrées, et bien plus encore ».

L’édition 2022 du Google for Games Developer Summit aura lieu le 15 mars

« Avec plus de trois milliards de joueurs montrant un fort engagement dans le monde, le marché des jeux continue de rester résistant et de grandir au-delà des attentes ». Et avec un tel potentiel, Google n’a pas envie de rater la moindre opportunité.

« Du mobile au cloud, apprenez en plus sur nos nouvelles solutions pour développeurs de jeu qui rendent plus simple la construction de jeux de haute qualité et permettent de toucher de nouvelles audiences dans le monde ».

Android Game Development Kit, la bêta Google Play Games sur PC, Play Asset Delivery ou encore Play Console seront abordés, que ce soit au travers de sessions techniques ou de nouveautés annoncées.

Un agenda des sessions est disponible sur le site du Summit.

Nouvelle version 1.3 pour FreeDOS, le clone open source de MS-DOS

Cette mouture a été publiée il y a quelques jours et embarque bon nombre d’améliorations importantes.

On y trouve notamment une mise à jour de l’interface en ligne de commande FreeCOM, le support des partitions FAT32 pour les anciens PC 8086, une édition disquettes plus compacte, une gestion du réseau plus simple, de nouveaux programmes et jeux, une installation plus fiable…

Plusieurs variantes sont proposées au téléchargement en fonction du type de média que la machine (physique ou virtuelle) supporte.

FreeDOS est pour rappel un projet datant de 1994 et dont les mises à jour majeures sont très espacées. La précédente version importante, la 1.2, était sortie en décembre 2016.

Microsoft annonce plusieurs nouvelles capacités multicloud, dont l’intégration de CloudKnox

CloudKnox est une société rachetée par Microsoft en juillet 2021. C’est un spécialiste des services Cloud Infrastructure Entitlement Management (CIEM) et plus globalement de la gestion des permissions.

L’intégration dans Azure a avancé depuis. Microsoft a annoncé il y a deux jours qu’une préversion publique de CloudKnox Permissions Management était disponible. Une étape importante pour la firme puisque ce CIEM unifié est capable de gérer les permissions sur l’intégralité de son infrastructure cloud.

CloudKnox surveille constamment l’utilisation des identités sur le cloud. Le service prend également en charge Amazon Web Services (AWS) et Google Cloud.

Il affiche en permanence le Permission Creep Index, un indicateur allant de 0 à 100 pour refléter l’écart existant entre permissions accordées et permissions utilisées. Plus CloudKnox détecte d’actions inutilisées et de ressources intactes, plus l’indicateur grimpe.

Un évènement What’s Next in Security aura lieu aujourd’hui, durant lequel les capacités de CloudKnox seront discutées.

D’autres annonces ont été faites, comme l’arrivée de Defender for Cloud Google Cloud Platform (AWS était déjà supporté) ou encore une amélioration des capacités de surveillance de Microsoft Sentinel.

Netgear WAX630E : un point d’accès Insight Wi-Fi 6E jusqu’à 7,8 Gb/s, à 349,99 dollars

Netgear propose un nouveau venu dans sa gamme. Comme son nom l’indique, il se place juste au-dessus du WAX630, mais quelques changements importants.

Il est évidemment question de la prise en charge de la bande des 6 GHz avec un débit maximum de 2,4 Gb/s (2x2 avec des canaux de 80 MHz), tandis que la bande des 5 GHz peut atteindre 4,8 Gb/s (4x4, 160 MHz). Sur les 2,4 GHz, le débit maximum n’est plus « que » de 600 Mb/s (2x2), contre 1 200 Mb/s sur le WAX630 (4x4).

Pour le reste, pas de changements : les dimensions sont de 266,6 x 268,3 x 55,5 mm sur les WAX630(E) avec du PoE et deux ports réseaux, dont un à 2,5 Gb/s. De plus amples informations sont disponibles dans cette fiche produit. Des vidéos ont aussi été mises en ligne ici et .

Sur son site, Netgear propose le WAX630E à 349,99 dollars, exactement au même tarif que le WAX630. Il n’est pour le moment pas proposé sur la version française de la boutique en ligne du constructeur.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !