LeBriefdu 2 novembre 2021
Le gouvernement va annoncer le « pilier industriel de la stratégie nationale cloud »Crédits : Filograph/iStock

En mai dernier, l'introduction des licences permettant à des acteurs étrangers d'être labellisé « Cloud de confiance » s'ils sont associés à des acteurs français a été fraîchement reçue.  Depuis, on a d'ailleurs appris que Microsoft serait partenaire d'Orange et Capgemini à travers Bleu, Thalès faisant de même avec Google. De quoi faire revivre aux acteurs locaux la période du cloud souverain, sauce américaine.

Cédric O avait néanmoins promis que la filière ne serait pas mise de côté et avait annoncé un événement pour détailler son plan sous peu. C'est finalement ce 2 novembre à partir de 14h30 qu'il se tiendra chez OVHcloud, qui vient d'entrer en bourse.

On découvrira à 15h15 la « stratégie d’accélération » et les financements qui « seront détaillés ainsi que la stratégie pour faire grandir les acteurs français, valoriser l’innovation en la matière et développer de nouvelles technologies ». Le tout sera présenté en 15 minutes. Il devrait principalement être question des Appels à Manifestation d'Intérêt (AMI) et de leur équivalent européen (PIEC) clôturés en mai. Pas de quoi enthousiasmer les acteurs que nous avons interrogés pour le moment.

Certains se montrent d'ailleurs dubitatifs quant au lieu sélectionné, lorsqu'ils ne déclarent pas apprendre la tenue de cette présentation. Cela explique sans doute que seul OVHcloud et ses clients soient mentionnés dans le programme de la journée.

Dell EMC et VMware : la scission a commencé

La date et les détails financiers étaient déjà connus, mais cette fois-ci le processus est terminé. Depuis hier, VMware a pris son indépendance après avoir été racheté par EMC en 2004 et être tombé dans l’escarcelle de Dell en 2016.

La société précise que « Michael Dell restera PDG de Dell Technologies, ainsi que président du conseil d'administration de VMware. Le conseil d'administration de VMware est inchangé ».

En bourse, ces changements n‘ont eu que peu d’effets sur le cours des deux actions. Le titre de Dell est en hausse de 2 % pour une capitalisation de 85 milliards de dollars, tandis que celui de VMware gagne 0,6 %, valorisant la société à 64 milliards de dollars. 

Microsoft Edge disponible en version stable sous Linux

Sophos a évoqué l'arrivée de premiers paquets RPM de la version 95 pour ce canal hors du programme Insider. En fouillant le dépôt on peut constater qu'il existe aussi des paquets DEB.

Pour le moment, aucune annonce officielle n'a été faite et le site de Microsoft Edge n'a pas été mis à jour, mais cela ne devrait plus tarder.

En Europe, des mesures pour renforcer « la cybersécurité des dispositifs et des produits sans fil »Crédits : artJazz/iStock

La Commission européenne commence par un constat : « Étant donné que les téléphones portables, les montres intelligentes, les moniteurs d'activité physique et les jouets sans fil sont de plus en plus présents dans notre vie quotidienne, les cybermenaces représentent un risque croissant pour tous les consommateurs ».

Les règles fixent « de nouvelles exigences juridiques relatives aux garanties en matière de cybersécurité, dont les fabricants devront tenir compte lors de la conception et de la fabrication des produits concernés ».

Trois points sont mis en avant :

  • « améliorer la résilience des réseaux : les dispositifs et produits sans fil devront intégrer des fonctionnalités pour éviter qu'ils ne nuisent aux réseaux de communication et empêcher qu'ils ne soient utilisés pour perturber le bon fonctionnement d'un site web ou d'autres services;
  • mieux protéger la vie privée des consommateurs: les dispositifs et produits sans fil devront être dotés de fonctionnalités garantissant la protection des données à caractère personnel […]
  • réduire le risque de fraude monétaire: les dispositifs et produits sans fil devront comporter des fonctionnalités permettant de réduire au minimum le risque de fraude lors des paiements électroniques ».

Les nouvelles règles entreront en vigueur après une période d'examen de deux mois, à condition que le Conseil et le Parlement ne fassent aucune objection. « Après l'entrée en vigueur, les fabricants disposeront d'une période de transition de 30 mois pour commencer à se conformer aux nouvelles exigences légales ».

La Commission estime ainsi qu'elles deviendront applicables « à partir de la mi-2024 ».

Fortress Night : Epic Games fermera son « Fortnite chinois » le 15 novembre

L’annonce de cette décision est tombée il y a quelques jours, comme le rapporte Neowin. La fermeture se déroule en deux étapes : depuis hier l'enregistrement et le téléchargement ne sont plus possibles et les serveurs seront coupés le 15 novembre.

Aucune explication n’est donnée concernant cette fermeture relativement rapide de cette version de Fortnite développée pour la Chine afin de se conformer aux exigences locales.

Il y a néanmoins fort à parier que cela est lié à la récente limitation à 3h de jeux par semaine pour les jeunes Chinois.

Les revenus d’Apple atteignent un milliard de dollars… par jour

Sur le dernier trimestre de son année fiscale, Apple affiche un chiffre d’affaires de 83,360 milliards de dollars, en hausse de 29 %. Sur l’année, on passe à plus 365 milliards de dollars… soit un par jour. 

Dans le détail, toutes les catégories de produits sont en hausse, avec une belle augmentation des revenus liés aux services : 18,277 milliards de dollars sur le trimestre contre 14,549 milliards un an auparavant. Apple a vendu pour 38,868 milliards d’iPhone, pour 9,178 milliards de Mac, pour 8,252 milliards d’iPad et enfin pour 8,785 milliards de « wearables ».

Le bénéfice net est de 20,551 milliards de dollars sur trois mois et de 94,680 milliards sur un an, contre respectivement 12,673 sur le trimestre précédent et 57,411 milliards en 2020. Pas de quoi soulever des foules à la bourse puisque l’action perdait 2 à 3 % après la publication des résultats.

L’email fête ses 50 ansCrédits : peshkov/iStock

C’est en effet en 1971 que l’ingénieur Ray(mond) Tomlinson a envoyé le premier courrier électronique et c’est également lui qui a proposé d’utiliser le @ comme séparateur entre le nom de la personne et ce qui était alors le nom de la machine. La toute première adresse était « tomlinson@bbn-tenexa ». 

Ray Tomlinson, décédé en mars 2016 a eu le temps de voir son invention prendre de l’importance. Aujourd’hui encore l’email est en effet un canal privilégié pour les échanges et, même si certains veulent le « réinventer », il reste incontournable. Il est par contre largement « pollué » par des spams en tout genre.

À l’occasion de son cinquantième anniversaire qui se déroulait fin octobre, le Messaging, Malware and Mobile Anti-Abuse Working Group (M3AAWG) a publié un billet de blog. On y apprend que Ray « s'est envoyé le premier email » entre deux ordinateurs se trouvant à 3m l’un de l’autre. 

Ray Tomlinson pensait que son premier email devait contenir « quelque chose comme QWERTYUIOP », c’est-à-dire la première ligne du clavier dans sa version américaine. Le M3AAWG indique que, « en 1976, la reine d'Angleterre est devenue le premier chef d'État à utiliser le courrier électronique ».

La conférence Ignite de Microsoft ouvre ses portes (virtuelles)

Comme chaque année, l'éditeur organise cet événement où il parle de son offre cloud et destinée aux entreprises, pendant deux jours, avec de nombreuses sessions techniques.

C'est bien entendu Satya Nadella qui lancera le show avec une conférence qui se tiendra dans l'après-midi. Nous tenterons de revenir sur les différentes annonces qui seront faites d'ici peu.

La justice européenne rejette la demande de sursis des certificats Covid numériques de l’UE

Plusieurs citoyens ont attaqué le règlement du 14 juin 2021, relatif au certificat Covid numérique de l’Union Européenne. C’est ce texte qui permet de faciliter la levée des restrictions et l’acceptation transfrontières des certificats. Les requérants ont réclamé au fond l’annulation du règlement, et avant tout examen au fond un sursis à exécution dans le cadre d’une procédure de référé. 

Selon eux, ce règlement générerait une discrimination entre vaccinés et non vaccinés, une atteinte à la liberté de circulation, outre que le contenu du règlement « s’affranchirait manifestement de toute norme scientifique », résument les services de la Cour de justice

Pour rejeter ce recours d’urgence, le président du Tribunal de l‘UE a notamment relevé que « les requérants n’avancent aucun élément démontrant une aggravation de leurs conditions de déplacement causée par le règlement par rapport à la situation existant avant son entrée en vigueur ». 

En effet, le but de ce règlement est justement de faciliter la circulation des personnes, malgré la pandémie. La juridiction n’a pas jugé remplie la condition relative à l’urgence, une condition impérieuse dans le cadre d’un référé. 

La CNIL et la délicate question de la mort numériqueCrédits : Brankospejs/iStock

Alors que « chaque jour, près de 8 000 personnes inscrites sur Facebook décèdent dans le monde », l’autorité rappelle que par principe, « le profil de la personne décédée continue d’exister », puisque la plateforme n’est pas informée de la situation. 

Les héritiers ou les proches peuvent cependant mettre à jour ce profil, par exemple pour informer les tiers ? Oui, répond en substance la Commission, armée de l’article 85 de la loi Informatique et Libertés : « les héritiers d’une personne décédée justifiant de leur identité peuvent demander au responsable d’un fichier de tenir compte du décès de celle-ci, et de procéder à l’actualisation de ses données », rappelle la CNIL.

« Dans la même logique, les réseaux sociaux organisent des fonctionnalités permettant de prendre en compte le décès d’une personne. Par exemple, Facebook propose aux proches du défunt de transformer le compte d’une personne décédée en "Mémorial" afin de permettre à sa famille et à ses amis de se recueillir et d’échanger entre eux, et d’offrir au défunt une sorte d’éternité numérique ».

Le billet de la CNIL fournit plusieurs liens vers les pages dédiées sur chaque réseau social pour lancer cette alerte. 

Ces dispositions sont nées en 2016, à l’initiative de la loi Lemaire pour une République numérique. Elle prévoit ainsi la mise en place d’un registre d'enregistrement des directives générales relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données d’un utilisateur, après son décès, ainsi que la désignation d’un tiers de confiance. 

Cinq ans plus tard, son décret d’application n’a toutefois jamais été publié, comme bien d’autres d’ailleurs

Après WebRender, EGL va faire son entrée sous Firefox pour Linux

Le navigateur tire désormais partie d'une plus grande part d'accélération matérielle avec la généralisation de ce mode de rendu, mais une nouvelle étape arrive selon Robert Mader qui a travaillé sur le projet. 

Il s'agit de faire le lien entre Firefox, OpenGL et Wayland via EGL, comme GLX le faisait auparavant avec X11. Avec la version 94, cette solution sera activée par défaut pour tous les utilisateurs avec un pilote Mesa 21 ou plus récent. 

Si vous avez une carte NVIDIA avec le pilote propriétaire, il faudra attendre une prochaine version intégrant une extension nécessaire.

Ubuntu Pro : des instances SQL Server via Azure

Le partenariat entre le géant américain et Canonical continue, prenant une nouvelle fois la forme d'une annonce à destination des service Cloud de Microsoft. 

« Les clients de Microsoft Azure peuvent lancer des instances entièrement prises en charge de SQL Server 2017 ou SQL Server 2019 — éditions Web, Standard et Enterprise — sur Ubuntu Pro 18.04 LTS et Ubuntu Pro 20.04 LTS » précise le communiqué. 

Côté technique, on apprend que « SQL Server on Ubuntu Pro utilise le système de fichiers XFS avec Direct I/O et Forced Unit Access (FUA) pour une synchronisation fiable avec les supports de stockage SSD NVMe sous-jacents ».

Il peut également profiter de la mémoire persistante (Pmem) lorsqu'elle est proposée par la plateforme. « SQL Server sur Ubuntu Pro 20.04 LTS prend en charge les scénarios de haute disponibilité via Corosync et Pacemaker, avec un agent de clôture spécialisé pour Azure ».

La recommandation CNIL sur la journalisation

Au Journal officiel du 30 octobre, la CNIL a publié sa recommandation « relative aux modalités de conservation et d'usage des données de journalisation », à savoir ces « dispositifs qui permettent d'assurer une traçabilité des accès et des actions des différents utilisateurs habilités à accéder aux systèmes d'information »

Par définition non impérative, elle constitue une bonne rampe pour assurer la mise en conformité des traitements d’autant que « la mise en place d'un dispositif de journalisation participe au respect de l'obligation de sécurisation de tout traitement de données à caractère personnel ». Elle permet également d’assurer une traçabilité des données 

« La Commission recommande de conserver ces données pendant une durée comprise entre six mois et un an ». Une durée jugée suffisante, ni trop longue, ni trop courte.

Elle rappelle surtout que « toute réutilisation des données collectées pour des finalités autres que celle de la sécurisation du traitement est susceptible de constituer un détournement de finalité ».

Ainsi, elle suggère chaudement au responsable de traitement, la mise en œuvre de « mesures techniques et organisationnelles permettant de limiter ce risque, par exemple par l'engagement des personnes accédant à ces données à respecter une charte d'utilisation définissant les usages acceptables de celles-ci, ou la levée d'une alerte spécifique en cas d'accès en modification aux données de journalisation par un compte habilité ». 

Signal rappelle à la Justice qu'elle ne sait toujours rien de ses utilisateurs

Signal vient de rendre publics les échanges qu'elle a eu avec la Justice américaine au sujet de deux des utilisateurs de sa messagerie chiffrée de bout en bout. Ils confirment qu'elle n'a pu leur transmettre que les seuls horodatages de création du compte, et de dernière connexion.

« Comme d'habitude, nous n'avons rien pu fournir. Il est impossible de remettre des données auxquelles nous n'avons jamais eu accès en premier lieu. Signal n'a pas accès à vos messages ; votre liste de discussion ; vos groupes ; vos contacts; vos autocollants ; votre nom de profil ou avatar ; ou même les GIF que vous recherchez », explique la messagerie.

Si l'une des requêtes date de début octobre, la seconde remonte à août 2020, mais n'avait pu être rendue publique plus tôt, une ordonnance de non-divulgation ayant été prolongée quatre fois depuis lors.

Depuis 2016, c'est la quatrième demande de divulgation gouvernementale qu'elle révèle de la sorte, mais également la troisième en 2021.

Z Event 2021 a récolté plus de 10 millions d'euros

Le projet caritatif a dépassé son précédent record de 2020 (5,7 millions d'euros) et l'a presque doublé. Un « best-of » est disponible par ici, les stats Grafana sont par là.

L'évènement qui s'est déroulé sur le week-end entier a été l'occasion de « comportements abusifs » rappelle Zerator, qui ajoute « on a vu et on a réagi immédiatement. On ne peut pas toujours contrôler l'escalade, nous condamnons ÉVIDEMMENT le harcèlement qui a suivi et nous sommes assurés d'apporter le soutien nécessaire à ceux qui en avaient besoin ♥ ».

Il fait référence au cyber harcèlement dont a notamment été victime la streameuse Ultia après avoir dénoncé les propos tenus en direct par Inoxtag, alors que le streameur vantait son record de vues. Il s'en est plus tard excusé.

Les bénéfices du Z Event sont pour rappel au profit d'Action Contre la Faim. Emmanuel Macron a salué l'initiative « En se mobilisant tous ensemble, on peut bouger des montagnes : vous l’avez fait ». 

Sur Twitter François Malaussena indique que « le budget 2022 baisse de 12% les crédits à l'aide alimentaire », soit 57,6 millions d'euros. Il avait déjà baissé l'année précédente, avait indiqué le journal l'Humanité.

L’Intérieur abandonne SCRIBE, « brique fondamentale de la future plainte en ligne »Crédits : Nastco/iStock

« SCRIBE est le futur logiciel de rédaction et de pilotage des procédures de la police nationale qui doit succéder au traitement actuellement utilisé, dénommé logiciel de rédaction des procédures de la police nationale (dit LRPPN3) ». Voilà comment l’Intérieur présentait son fleuron, pas plus tard qu’en 2019 au détour d’une réponse parlementaire.

L’avenir était tout tracé pour ce projet né en 2016 : « transformer cet outil en véritable hub, toutes thématiques confondues : SCRIBE constituera ainsi une brique fondamentale de la future plainte en ligne et permettra également la rédaction des procédures "accidents", des procédures administratives et des procédures disciplinaires ». 

En octobre 2019, indique le journaliste Emile Marzolf, le directeur interministériel du numérique rendait toutefois un avis pour le moins tiède à l’égard de ce qu’il appelait alors « un chantier de réalisation informatique, sans vision « d’un parcours homogène pour les usagers ».

Deux ans plus tard, ce hub destiné à placer « l'usager au centre de la conception du nouvel outil » prend un coup de matraque fatal. Il est abandonné. Un fiasco à près de 12 millions d'euros, révèle France Inter

C’est Capgemini qui avait remporté ce marché, mais un audit réalisé par l’entreprise l’an dernier a révélé « un gros problème sur l'architecture même du projet ». L’abandon devrait conduire à un nouvel appel d’offres pour un nouveau logiciel, et de nouvelles promesses dorées.

Ransomware : 12 arrestations en Ukraine et en Suisse

Europol a déclaré avoir arrêté, en Ukraine et en Suisse, 12 suspects accusés d'avoir contribué aux attaques de ransomware LockerGoga, MegaCortex et Dharma, rapporte The Record. 

Ils faisaient partie d'un groupe criminel professionnel à l'origine d'une longue série d'attaques de ransomwares ciblant de grandes entreprises ayant fait plus de 1 800 victimes dans 71 pays depuis 2019. Certains avaient aidé le groupe à blanchir les rançons.

« La plupart de ces suspects sont considérés comme des cibles de grande valeur car ils font l'objet d'enquêtes dans plusieurs affaires très médiatisées dans différentes juridictions », a déclaré Europol.

Les forces de l'ordre de Norvège, de France, du Royaume-Uni, de Suisse, d'Allemagne, d'Ukraine, des Pays-Bas et des États-Unis avaient participé à l'enquête ayant mené à leurs arrestations.

Elles interviennent après que deux opérateurs de ransomware ont également été arrêtés en Ukraine trois semaines auparavant, et alors que six suspects ayant blanchi de l'argent pour le groupe de ransomware Clop avaient été arrêtés en juin, toujours en Ukraine.

Comment le CERN limite le bruit dans l'environnement

Actuellement, de gros travaux sont en cours avant le retour à la science du Grand collisionneur de hadrons, qui se prépare activement à la haute luminosité.

De nouveaux bâtiments sortent de terre et de nouveaux instruments sont installés. Mais cela peut avoir des influences sur les niveaux sonores en surface et donc pour les voisins. Lors de la phase de conception d’un projet, « le CERN prend en compte les niveaux sonores de références de 2018, ainsi que les caractéristiques acoustiques des nouvelles sources et le bruit des infrastructures existantes ».

Les données sont traitées par un logiciel et des mesures de réduction de bruit sont prises en amont si nécessaire. En aval, « le CERN surveille les émissions sonores de l’ensemble de ses sites par l’intermédiaire de campagnes acoustiques annuelles organisées en septembre ». Des mesures supplémentaires sont prises en cas de dépassement des seuils.

Une infographie résume le mode de fonctionnement.

Pas de tracts sur Facebook la veille d’une électionCrédits : ymgerman/iStock

Le 29 octobre 2021, le Conseil d’État a rejeté la requête contre une décision du tribunal administratif de Cergy-Pontoise. Un an plus tôt, cette juridiction annulait les élections locales dans la commune de Saint-Martin-du-Tertre (Val d'Oise). Au second tour, le 28 juin 2020, la liste « L'avenir c'est ensemble » avait obtenu 376 voix (50,26% des suffrages exprimés) et 18 élus.

Le maire sortant et sa liste « Nouvelles perspectives pour Saint-Martin-du-Tertre » recueillaient 372 voix soit 49,73% des suffrages exprimés, soit 5 élus. Deux jours avant ce second tour, cependant, des tracts « mettant gravement en cause la probité » du maire sortant furent diffusés et repris sur les comptes Facebook de deux associations de soutien à la liste conduite par son adversaire.

Dans son arrêt, le Conseil d’État rappelle que selon l'article L. 48-2 du code électoral, « il est interdit à tout candidat de porter à la connaissance du public un élément nouveau de polémique électorale à un moment tel que ses adversaires n'aient pas la possibilité d'y répondre utilement avant la fin de la campagne électorale ».

Et selon l'article L. 49 du même code, « à partir de la veille du scrutin à zéro heure, il est interdit de distribuer ou faire distribuer des bulletins, circulaires et autres documents » et « de diffuser ou faire diffuser par tout moyen de communication au public par voie électronique tout message ayant le caractère de propagande électorale ».

La diffusion de ces tracts sur les réseaux sociaux a été fatale pour ces opérations électorales. Pour la haute juridiction, intraitable en cas de très faible écart de voix, elle a en effet été de nature à altérer la sincérité du scrutin, conduisant très justement le tribunal administratif à annuler ce scrutin. 

Bit-Tech et Hexus ferment leurs portes

Ces deux sites anglais étaient des piliers de la « scène » hardware depuis 1998, mais David Ross, qui en avait la charge, vient d'annoncer qu'il mettait fin à ces deux aventures.

Après 23 ans d'activité, il a tout simplement décidé de passer à autre chose, ne donnant pas plus de détails sur ses motivations. Sur Hexus, il précise que les journalistes Tarinder Sandhu et Parm Mann se sont associés pour monter un nouveau site.

Audiovisuel et TNT : l’Arcep met en consultation son projet d’un « nouveau cycle de régulation »Crédits : kelvinjay/iStock

Le régulateur rappelle qu’il a « engagé un processus de révision de l’analyse du marché de gros des services de diffusion audiovisuelle hertzienne terrestre ». Dans ce cadre, le bilan de son dernier cycle de régulation et une proposition d’engagements de TDF avaient été mis en consultation publique en mai dernier (les contributions ont été mises en ligne).

Dans son projet, « l’Arcep constate que la diffusion audiovisuelle par voie hertzienne terrestre ne peut être aujourd’hui considérée comme parfaitement substituable aux autres modes de diffusion de la télévision et que la concurrence sur le marché demeure modeste ». De plus, l’Autorité « considère que TDF exerce une influence significative sur le marché de gros amont des services de diffusion audiovisuelle hertzienne terrestre ».

« En tenant compte notamment des contributions des acteurs du marché à cette première consultation publique, l’Arcep a établi un projet de décision pour la période 2022-2026, auquel est annexée une version révisée des engagements de TDF, qu’elle met aujourd’hui en consultation publique », explique le régulateur. 

Ce projet est aussi soumis à l’Autorité de la concurrence et au Conseil supérieur de l’audiovisuel afin d’obtenir leur avis sur le sujet. L’ensemble des acteurs ont jusqu’au 17 décembre à 17h pour faire leurs retours.

myCanal passe au streaming basse latence sous iOS/tvOS 15

Cette fonctionnalité permet de n'avoir un décalage que de 10 secondes entre l'image affichée et la captation, contre 40 secondes auparavant. Un sujet qui énerve parfois les fans de foot qui découvrent une action à la réaction de leurs voisins qui passent par la TNT ou d'autres modes de diffusion par exemple. 

Pour le moment, Canal+ et ses déclinaisons (évènement) 4K UHD sont concernées. Il faut disposer de la dernière version d'iOS/tvOS mais un débit de 25 Mb/s est également conseillé. Pour l'activer il faut se rendre dans les réglages « expert » des paramètres.

Windows 10/11 : un raccourci clavier pour le HDR

L'équipe en charge du développement de DirectX vient de faire le point sur les dernières nouveautés introduites et évoque la possibilité de presser les touches Windows + Alt + B (pour Beautiful) afin d'activer ce mode de rendu.

Cela fonctionne à partir de la version 19H2 de Windows 10, la dernière version de la Xbox Game Bar (5.7121.0) donnant également un accès direct à ce paramètre. 

Ransomware : un second membre de Trickbot extradé aux États-UnisCrédits : kaptnali/iStock

Un ressortissant russe a été extradé vers les États-Unis où il fait face à des accusations qui pourraient lui valoir 60 ans de prison, fait savoir le département de la Justice. Vladimir Dunaev, 38 ans, était membre d'une organisation transnationale de cybercriminalité qui a déployé un cheval de Troie bancaire informatique et une suite de logiciels de rançon appelés « Trickbot ».

« Le malware Trickbot a été conçu pour voler les informations personnelles et financières de millions de personnes dans le monde, causant ainsi un préjudice financier considérable et infligeant des dommages importants aux infrastructures critiques aux États-Unis et à l'étranger », a déclaré Bridget M. Brennan, avocate par intérim des États-Unis. 

Dunaev aurait été l'un de ces co-conspirateurs, travaillant en tant que développeur de logiciels malveillants pour le groupe Trickbot. S'il est reconnu coupable de tous les chefs d'accusation, il encourt une peine maximale de 60 ans d'emprisonnement. D'après BleepingComputer, il avait été arrêté en Corée du Sud en septembre alors qu'il tentait de quitter le pays, après avoir été contraint d'y rester plus d'un an en raison des restrictions de voyage de Covid-19. 

Selon l'acte d'accusation, le gang TrickBot compte au moins 17 membres, chacun avec des attributs spécifiques au sein de l'opération. L'une d'entre elles, Alla Witte, une développeuse web de 55 ans, avait également été arrêtée en février dernier. Elle encourt jusqu'à 87 ans de prison, comme nous l'avions raconté.

Outre Dunaev et Witte, le DoJ a également inculpé d'autres membres du gang TrickBot dont les noms n'ont pas été révélés et qui se trouveraient dans divers pays, dont la Russie, la Biélorussie et l'Ukraine.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !