LeBriefdu 23 septembre 2021
En 2022, Mike Schroepfer laissera la direction technique de Facebook à Andrew BosworthCrédits : ymgerman/iStock

C’est via une publication sur le réseau social qu’il a annoncé la nouvelle cette nuit : « Après 13 années incroyables chez Facebook, j'ai pris la décision de quitter mon poste ».

Mike Schroepfer veut consacrer davantage de temps à sa famille et ses « projets philanthropiques personnels », sans plus de précision. Il garde un pied dans l’entreprise puisqu’il sera le premier « Senior Fellow ».

Il s’agit visiblement d’un titre honorifique (pour services rendus), mais pas seulement, comme le précise Mark Zuckerberg : « Dans ce nouveau rôle, il nous aidera à recruter et développer des talents techniques, à améliorer la façon dont nous construisons des projets comme Move Fast et favoriser nos investissements en IA avec des technologies comme PyTorch ».

Andrew Bosworth (Boz) connaît bien la maison, notamment sur la partie hardware : « Boz a créé la structure AR/VR de Facebook, rebaptisée Facebook Reality Labs (FRL) en 2020, où il concentre tous les efforts de Facebook en matière de réalité augmentée, de réalité virtuelle et de matériel grand public à travers Oculus, Portal et Facebook Reality Labs Research ».

La transition se fera l’année prochaine, sans plus de précision.

Microsoft dévoile ses Surface 2021 et un kit d'accessibilité

Comme prévu, cinq nouveaux modèles ont été dévoilés : les Surface Go 3, Pro 8, Pro X, Laptop Studio et même un Duo 2, peu après la braderie de l'ancien modèle. Des produits qui doivent accompagner le lancement de Windows 11 le 5 octobre.

Il s'agit principalement de rééditions de modèles existants, sauf le Laptop Studio qui remplace le Surface Book avec un concept hybride différent. Ils se basent sur les derniers processeurs d'Intel (en attendant Alder Lake) ou de Qualcomm selon les cas. La Pro X utilise pour sa part un SoC SQ 1 ou SQ 2 de Microsoft, basés sur des solutions Qualcomm.

Pas de révolution donc, mais de nouveaux accessoires. Outre un Slim Pen 2 repensé, on a droit à une « Ocean Plastic Mouse » dont la principale caractéristique est d'être composée à 20 % de plastique recyclé. On retient surtout le Surface Adaptative Kit, permettant d'adapter les produits de la marque à des utilisateurs souffrant de divers handicaps.

BienouBien.com : Maif et Ulule lancent une place de marché « dédiée à la consommation engagée »

Cette plateforme d’ecommerce est pensée pour des produits du quotidien. Elle a « l’ambition est de proposer une solution alternative aux citoyens souhaitant consommer de façon responsable ».

Afin de proposer des produits sur Bien ou Bien, les boutiques doivent s’engager sur deux points : « pas de vêtements en coton bio d'Inde produits dans des conditions contestables, ni de produits certes “made in France” mais qui utiliseraient des matières toxiques ». Il est aussi question « d’une exigence de transparence et de pédagogie afin que les consommateurs puissent faire des choix éclairés. ».

Pour ce lancement, 2 000 références (modes et accessoires, hygiène, alimentation, puériculture, livres et papeterie, maison et jardin, sport, jeux et jouets…) sont proposées par 100 commerçants. La plateforme souhaite tripler ces chiffres l’année prochaine. Un manifeste est disponible par ici.

IA : la vidéosurveillance kafkaïenne des chauffeurs d'Amazon

L'intelligence artificielle analysant la vidéosurveillance des chauffeurs d'Amazon les punit pour des erreurs qu'ils n'ont pas commises, déplore Motherboard. Début 2021, les camionnettes de nombreux livreurs américains d'Amazon ont en effet été dotées de caméras reliées à une IA pour « assurer la sécurité des conducteurs », mais également évaluer leurs performances et déterminer un éventuel bonus.

Le système, développé par Netradyne, dispose de quatre lentilles qui enregistrent les conducteurs lorsqu'ils détectent des « événements » tels que suivre un autre véhicule de trop près, les violations du code de la route et la distraction au volant.

Or, six chauffeurs-livreurs d'Amazon ont expliqué à Motherboard avoir été pénalisés pour avoir regardé le rétroviseur ou manipuler la radio, s'être arrêté devant un panneau STOP ou s'être fait couper la route par une autre voiture.

Selon un document interne obtenu par Motherboard, Amazon collecte trois types de distraction, notamment lorsqu'un conducteur regarde vers le bas, regarde son téléphone ou parle à ce dernier. Afin d'obtenir des scores « fantastiques » et recevoir des bonus, les sociétés de livraison Amazon doivent enregistrer moins de cinq « événements de distraction » pour 100 itinéraires de livraison.

Agacés et, dans de nombreux cas, craignant la surveillance, certains conducteurs ont commencé à placer des autocollants sur les caméras. D'autres portent des lunettes de soleil pour contourner le moniteur de « distraction au volant » de la caméra, qui, selon eux, serait hypersensible.

Ils ont tous depuis perdu en revenus et estiment que le système servirait aussi à faire des économies pour Amazon.

Une porte-parole d'Amazon rétorque que les accidents ont diminué de 48 % et que les infractions au code de la route de 77 %, que la conduite sans ceinture de sécurité a diminué de 60 %, le non-respect des distances de sécurité de 50 %, et la distraction au volant de 75 %.

Gare à l'arnaque aux faux RIB

Que Choisir alerte sur un nouveau type d'arnaque en ligne : des escrocs auraient réussi à intercepter des factures légitimes, avant de la renvoyer à son destinataire, mais en substituant le RIB du prestataire par le leur.

Un capitaine de gendarmerie s'étonne de la rapidité des escrocs : une petite heure seulement s’est en effet écoulée entre l’envoi du vrai courriel et la réception du message illicite.

« À ce stade, deux hypothèses sont envisageables. Soit il s’agit de cybermalveillance, avec le piratage de la boîte mail et l’interception du courriel qui contient le RIB. Soit un salarié malintentionné travaillant au sein de l’entreprise créancière a remplacé le RIB pour récupérer l’argent. Aucune option n’est privilégiée pour l’instant. Nous devons d’abord récolter davantage d’informations techniques. »

Jean-Jacques Latour, responsable expertise au sein de Cybermalveillance.gouv.fr, avance quant à lui la piste suivante : « L’escroc prend le contrôle de l’adresse e-mail du destinataire. Il regarde les messages reçus et supprime dès réception ceux contenant RIB et facture [qu’il a scrupuleusement enregistrés auparavant]. Ensuite, il envoie un courriel via une autre adresse. Si c’est cela, c’est assez facile à mettre en place techniquement. »

« Si vous vous faites piéger, les chances d’obtenir un remboursement sont minces », relève Que Choisir : « dès lors que vous avez réalisé le virement de votre propre chef, votre banque sera réticente à vous dédommager ».

Le Player de la Freebox Pop s'essaie à des nouveautés

Deux options présentées comme « expérimentales » sont introduites dans la version 9.6.31 : la sortie d'un flux PCM 6 canaux codé en Dolby Digital(+) et un changement du taux de rafraîchissement de l'image contrôlé par les applications.

Une option de « volume absolu », devant donc rester constant, fait également son apparition. On note également une nouvelle animation de démarrage Android TV, des améliorations pour le support du HDCP 2.2 et autres correctifs.

La DINUM autorise la suite Office, mais proscrit sa version 365

« L’État freine le “tout-Microsoft” dans ses administrations », titre Acteurs Publics, qui s'est procuré une note confidentielle envoyée le 15 septembre aux secrétaires généraux des ministères.

Le directeur interministériel du numérique, Nadi Bou Hanna, y tire les conséquences de la nouvelle doctrine « cloud au centre » officialisée en mai dernier et qui « impose aux administrations le recours à des clouds sécurisés et immunisés contre toute ingérence étrangère (en particulier celle des États-Unis) ».

Si les agents publics pourront toujours utiliser les logiciels de Microsoft, comme Word, Excel ou Outlook, ils ne pourront pas bénéficier de leur version Office 365, hébergée sur le cloud de Microsoft, accessible depuis un navigateur Web et commercialisée par abonnement.

Or, rappelle notre confrère, « en plus d’une simplicité de déploiement, cette version “365” offre des fonctionnalités supplémentaires, comme la coédition ou le stockage partagé de documents, et propose certains outils collaboratifs tels que Teams, ainsi que des mises à jour et correctifs en continu ».

Les ministères sont en effet « tenus d’utiliser le cloud interne de l’État ou bien une offre qualifiée SecNumCloud par l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi) et immunisée contre toute réglementation extracommunautaire ».

Ces données « sensibles » peuvent relever « des données personnelles des citoyens français, des données économiques relatives aux entreprises françaises, ou d’applications métiers relatives aux agents publics de l’État », précise la doctrine.

Un certain nombre de dérogations « laissent aux ministères une grande marge de manœuvre », note cela dit notre confrère, à commencer par les projets de migrations de services de messageries et de drive personnel qui seraient « très avancés au 5 juillet 2021 ».

À ce jour, relève Acteurs Publics, « seules 3 offres – toutes françaises – ont obtenu le précieux sésame délivré par l’Anssi après audit : Oodrive, Outscale et OVH, mais uniquement pour une partie de leurs offres ». Quatre autres sont en cours de qualification, toutes françaises également, le cloud Azure n'ayant pas été qualifié SecNumCloud.

Mais cela devrait être le cas prochainement à travers la création de Bleu par Capgemini et Orange, qui proposera justement l'offre de Microsoft dans un emballage « souverain », avec la perspective d'une qualification SecNumCloud.

Acquisition de PT Portugal : le Tribunal rejette le recours d’Altice Europe, mais réduit l’amende

Le Tribunal, au sein de la Cour de justice de l’UE, a rejeté le recours d’Altice Europe contre la décision de la commission lui infligeant deux amendes d’un total de 124,5 millions d’euros.

L’affaire concernait l’acquisition de l’opérateur PT Portugal SGPS SA, autorisée en 2015 par Bruxelles. Seulement, en 2018, la Commission avait considéré que l’opération avait enfreint plusieurs règles en matière d’obligation de notification de ces concentrations.

Le Tribunal a néanmoins accepté une réduction de plus de 6 millions d’euros du montant des amendes « afin de tenir compte du fait que, avant la signature du contrat d’acquisition d’actions, Altice avait averti la Commission de l’opération qu’elle allait effectuer et que, immédiatement après ladite signature, elle avait adressé à la Commission une demande de désignation d’une équipe chargée de traiter son dossier ».

Tor : la migration des services de la V2 à la V3 se passe bien

Point d’étape pour Tor, qui publie un compte-rendu des derniers mois et en profite pour vanter les avantages de la V3 des services onion. Le nombre d’adresses en V3 est en augmentation constante et l’équipe encourage à se mettre à jour aussi rapidement que possible.

Pour les retardataires, Tor revient sur plusieurs changements cruciaux entre les deux versions. Par exemple, le passage de 16 à 56 caractères pour les adresses, qui contiennent une clé publique ed25519 complète et non plus simplement son empreinte.

Parmi les objectifs de la V3, citons la volonté constante de limiter plus strictement les informations accessibles. Par exemple, le dossier caché du service (HSD) ne contient plus des informations en texte clair, mais une table distribuée d’empreintes. L’adresse V3 étant elle-même une clé, toutes les données envoyées dans le HSD peuvent être chiffrées.

 

Fortnite ne reviendra pas de sitôt sur l’App Store d’iOS

Dans un jugement récent, Apple et Epic ont tous les deux perdu, en quelque sorte. Apple doit d’un côté autoriser la présence de liens vers d’autres moyens de paiement dans les applications tierces, tandis qu’Epic s’est rendu coupable d’avoir brisé ses engagements contractuels.

Dans le sillage du verdict, Tim Sweeney, fondateur et directeur général d’Epic, avait demandé à Apple de réactiver le compte développeur du studio, pour permettre un retour de Fortnite sur iOS. Mais à Cupertino, on argue que cette décision sera prise quand le jugement sera définitif. Or, Epic a fait appel de la décision.

Via une série de tweets, Sweeney s’en prend une nouvelle fois à Apple, affichant sa colère. Le grief ? La position d’Apple, qui ne cesserait de changer au gré des vents. La firme avait promis à Epic qu’elle accueillerait à nouveau le studio s’il engageait à respecter les mêmes règles que tout le monde.

Epic et Apple se seraient donc mis d’accord pour ce retour, jusqu’au changement brutal chez Apple. Sweeney dénonce ce revirement, Apple ne voulant prendre aucune décision avant l’épuisement de tous les recours en appel, ce qui pourrait prendre jusqu’à cinq ans.

Malheureusement pour Sweeney, de nombreuses réponses aux tweets pointent vers une certaine incohérence dans le propos. Notamment qu’Epic ne s’est pas mis d’accord avec Apple : le tribunal l’a imposé. En outre, qu’Epic a déclenché les évènements et s’est attiré lui-même les foudres du juge, puisque la cassure du contrat a été confirmée. Enfin, qu’Apple comptait s’en tenir au jugement, mais que c’est bien Epic qui a fait appel.

En commission, les sénateurs punissent le référencement de la zoopornographie par les moteurs

La Commission des lois du Sénat a adopté la proposition de loi sur la maltraitance animale. Le texte sera examiné en séance le 30 septembre et 1er octobre.

Déjà adopté par les députés, le texte indique que le fait de diffuser des images de sévices graves ou d’un acte de cruauté ou d’atteintes sexuelles « est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende ».

Les sénateurs réunis en commission ont insisté pour que les moteurs de recherche soient soumis à la même sanction lorsqu’ils référencent ces contenus. « Les moteurs de recherche permettent de rendre visibles les images zoopornographiques. Sans leur présence, un public non averti, comme des mineurs, a beaucoup moins de possibilité d’accéder à ces images », expose cet amendement.

Ainsi, « le déréférencement par Google de certains contenus zoopornographiques a été très efficace pour diminuer la visibilité de certains sites internet. Ce qui aujourd’hui relève de la bonne volonté temporaire des moteurs de recherche doit dorénavant devenir une obligation pour eux ».

Le dispositif reste problématique : le moteur de recherche ne référence ces contenus que parce que l’éditeur a choisi de l’exposer.

Dans cet autre amendement, l’article incriminant ces pratiques ne sera pas applicable « lorsque l’enregistrement, la détention, la diffusion ou la consultation de ces images vise à apporter une contribution à un débat public d’intérêt général ou à servir de preuve en justice ». Les sénateurs n’ont cependant pas ajouté le référencement à cette liste d’actions.

Opera lance son Ad Manager, une plateforme de publicités en libre-service

Le service Opera Ads existe depuis deux ans environ. Basé sur DanAds (en marque blanche), le service fonctionne comme beaucoup d’autres, affichant des publicités dans la partie News des produits de l’entreprise.

Pour cibler davantage les petites et moyennes structures, Opera propose désormais son Ad Manager, dans lequel elles peuvent gérer elles-mêmes leurs campagnes publicitaires. Il s’agit donc de libre-service, avec à la clé des contenus natifs à afficher dans la partie News des produits Opera. Comme pour le reste d’Opera Ads, les cookies tiers sont interdits.

La plupart des opérations peuvent être automatisées et les entreprises peuvent puiser dans la même liste de critères que pour les campagnes gérées destinées aux comptes plus grands. Opera n’intervient dans aucun processus, le client gérant aussi bien la partie créative que l’échantillon ciblé, la durée ou encore l’analyse des statistiques.

Opera met largement en avant la facilité d’utilisation de son service, les millions de personnes utilisant ses produits (surtout sur mobile) et le contrôle total des campagnes. Pour l’instant, le budget minimal à investir est de 100 dollars, mais il est très probable que ce chiffre soit revu à la hausse plus tard.

Un député veut « un développement sain et responsable » de la pratique de l’e‑sport en FranceCrédits : Riot Games - Lol Esports

Christophe Naegelen a déposé une proposition de loi « visant un développement sain et responsable de la pratique de l’e‑sport en France ».

Pour ce député UDI, « la pratique à haut niveau des jeux vidéo développe de nombreuses facultés ». Selon lui, « les joueurs font preuve d’un grand sens stratégique, d’anticipation, de capacités d’adaptation, de communication ou encore de prise de décision rapide ».

Une activité « loin de l’image abrutissante qu’on lui donne, le jeu vidéo peut ainsi permettre un véritable développement cognitif ».

Sa proposition modifie un article du Code du sport, selon lequel « les sportifs, entraîneurs, arbitres et juges sportifs de haut niveau concourent, par leur activité, au rayonnement de la Nation et à la promotion des valeurs du sport ». Il ajoute à cette liste les « joueurs de jeux vidéo ».

À charge pour le ministre chargé des sports et celui en charge du numérique d’arrêter, « au vu des propositions des fédérations, la liste des joueurs de haut niveau dans les compétitions de jeux vidéo », mais également celle des joueurs « Espoirs ».

Sa « PPL » modifie également le Code de l’éducation afin que les établissements d'enseignement supérieur permettent à ces joueurs de jeux vidéos de bénéficier d’aménagements « dans l'organisation et le déroulement de leurs études », à l’instar aujourd’hui des joueurs de haut niveau.

L’extension de la redevance copie privée sur le reconditionné, en séance le 2 novembre au Sénat

La proposition de loi visant à réduire l’empreinte environnementale du numérique sera débattue en séance au Sénat le 2 novembre 2021.

L’article 14 Bis B concentre toutes les attentions. En première lecture, les sénateurs avaient profité de cette fenêtre de tir pour interdire la perception de la redevance sur ces biens en seconde vie.

Les députés, sur pression des industries culturelles, ont renversé cette vapeur pour concocter une rédaction visant à solidifier juridiquement le barème smartphones et tablettes, adopté le 1er juin dernier par la Commission Copie Privée.

Si le Sénat vote conforme, les ayants droit seront assurés de pouvoir percevoir cette dîme sur ces deux supports, avant l’extension de la redevance aux ordinateurs et autres disques durs nus voire au time shifting (le contrôle du direct sur les flux vidéos).

Une année 2021 qui, comme 2020, ne connaîtra pas la crise.

Google va indiquer les hôtels « écoresponsables »

Dans un billet de blog, la société explique que, « à partir de cette semaine, lorsque vous recherchez des hôtels sur Google, vous verrez des informations sur leurs efforts en matière de développement durable ».

Cela prendra la forme d’un badge pour les établissements certifiés comme répondant à des « normes élevées de durabilité par certaines organisations indépendantes, comme Green Key ou EarthCheck ».

Si vous cliquez sur l'onglet « À propos » d’un de ces hôtels, vous obtenez la liste des actions entreprises, sur des domaines allant de la réduction des déchets à l’utilisation de matériaux issus de sources durables, en passant par les mesures d'efficacité énergétique et de conservation de l'eau.

GNOME 41 prend le relai avec de nombreuses améliorations

GNOME 40 a apporté de grands changements, aussi bien dans l’ergonomie de l’environnement que dans la manière de compter les versions. Depuis, le plan est simple : une mouture majeure tous les six mois, le numéro incrémentant de 1 à chaque fois. Six mois après GNOME 40, voici donc GNOME 41.

Les améliorations sont très nombreuses. D’abord sur la gestion de l’énergie, dont le mode – équilibré, performances ou économies – peut être changé rapidement depuis le menu System Status.

Le mode économie s’active automatiquement quand le niveau de batterie est bas et un début de support a été ajouté pour que les applications puissent réclamer un mode spécifique, par exemple un jeu pour le mode performances.

Améliorations aussi pour Logiciels avec, pêle-mêle, une vue Explorer remaniée, de nouvelles catégories, des pages de détails plus « attrayantes » avec de plus grandes captures et de nouveaux titres, une révision des paramètres, des « dispositions plus attractives » pour les vue Installés et Mises à jour, une bannière plus visible pour demander le redémarrage ou encore une série d’optimisations sous le capot.

Des réglages spécifiques au multitâche font également leur apparition. On peut y désactiver par exemple le coin actif déclenchant Activités ou encore le redimensionnement d’une fenêtre en touchant un bord de l’écran. On peut aussi déclarer un nombre maximal d’écrans virtuels ou encore afficher tous les espaces de travail sur chaque écran, plutôt que l’écran principal seulement.

Une nouvelle application Connections fait son apparition pour prendre en charge les connexions distantes. Elle remplace l’ancienne fonction trouvée dans Boxes, est compatible avec VNC et RDP et doit simplifier au maximum ce type d’opérations.

Outre de nouveaux paramètres réseau pour les connexions cellulaires (qui n’apparaissent que si un modem compatible est détecté), GNOME 41 propose aussi des améliorations de performances, par exemple sous forme de réactivité dans les sessions Wayland avec de vieux écrans à la fréquence limitée. Les gestes multitouch doivent être plus fiables, le rendu graphique de GTK 4 est décrit comme plus rapide et moins gourmand et un gros ménage a été fait dans le code de Mutter.

En somme, une vraie version majeure avec des améliorations un peu partout, dont la liste complète est disponible sur le site de GNOME.

Quant à la récupération de cette nouvelle mouture, il faudra attendre que les distributions l’utilisant soient mises à jour. Comme toujours, les systèmes en rolling release en profiteront avant. Dans le cas d’Ubuntu par exemple, GNOME 41 devrait être dans la version 21.10 attendue le mois prochain.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !