LeBriefdu 2 septembre 2021
Windows 11 sera disponible le 5 octobre, sans le support des applications Android

C’est officiel, le nouveau système de Microsoft sera disponible dans quelques semaines, aussi bien pour les nouveaux PC que les anciens, s’ils répondent aux exigences matérielles. Ces dernières, nettement plus élevées que les précédentes moutures, n’ont pas fini de faire débat.

Le système sera proposé gratuitement aux machines sous Windows 10 dont les caractéristiques matérielles correspondent. Comme avec les mises à jour semestrielles, le déploiement se fera par phases : les plus compatibles d’abord, celles qui nécessitent un peu de temps pour avoir des pilotes optimisés, et ainsi de suite. Microsoft estime que toutes les machines compatibles auront migré d’ici la mi-2022.

On parle bien de mise à jour proposée automatiquement. Comme depuis des années, il sera possible d’aller dans Windows Update et de cliquer manuellement sur le bouton « Vérifier ». Cette action entraînera la récupération de la nouvelle version. Si elle n’apparaît pas, c’est qu’un élément a été jugé incompatible.

Microsoft a relancé il y a quelques jours son outil de vérification de la compatibilité, largement décrié à ses débuts. Mais il est pour l'instant réservé aux comptes Insider. La gestion des applications Android, elle, n'est plus évoquée que dans un délai qui se compte en mois.

Nous publierons un dossier complet sur Windows 11 d'ici sa disponibilité commerciale. 

Loïc Nasello quitte OVHcloud pour devenir CTO de 2CRSi

Peu connu du grand public, il était l'un des moteurs de la R&D chez l'hébergeur roubaisien, travaillant depuis plus de 13 ans sur plusieurs de ses sujets phares, du watercooling à la conception de produits sortants de l'ordinaire.

Il avait d'ailleurs été l'un de ceux participant au « projet Dark » lorsqu'OVHcloud et Blade ont conçu en quelques semaines à peine une preuve de concept de serveur de cloud computing correspondant à la nouvelle offre de la startup.

Il a quitté OVHcloud au début de l'été et changé de région en devenant directeur technique du strasbourgeois 2CRSi. Un autre géant français de la tech qui conçoit des serveurs, associé à l'entreprise d'Octave Klaba dans certaines régions d'Asie

La société était d'ailleurs l'un des partenaires et actionnaires de Blade/Shadow.

Droits voisins : Google fait appel de sa condamnation à 500 millions d’euros

Le 13 juillet dernier, l’Autorité de la concurrence infligeait une sanction d’un demi-milliard d’euros à l’encontre de Google.

L’Autorité a estimé que le géant du Net n’avait pas appliqué de bonne foi plusieurs de ses injonctions émises en avril 2020 pour purger la question des droits voisins des éditeurs et agences de presse.

Sans grande surprise, Google a annoncé hier avoir fait appel, jugeant notamment disproportionné ce montant, en plus d’un désaccord avec plusieurs points de la décision de l’AdlC.

Sébastien Missoffe, à la tête de Google France, assure que l’entreprise poursuit ses efforts pour négocier avec des éditeurs et appliquer la décision de juillet, en partageant « davantage de données comme demandé par l’Autorité de la concurrence »

Canal+ Family, c'est fini, une nouvelle offre le 9 septembre

Le groupe a annoncé la fin de la chaîne thématique qui avait toujours eu un positionnement peu clair. L'équipe indique que les contenus seront diffusés sur Canal+ (Décalé) et le replay. 

Elle dit préparer « de nombreuses nouveautés et un renouvellement de son offre ». Sur Twitter, elle a été annoncée comme plus simple et plus complète. Elle sera disponible le 9 septembre prochain. On apprend au passage l'arrivée de Canal+ Kids et Canal+ Docs.

Comme toujours, nous attendrons la mise en ligne de tous les détails et des nouveaux documents contractuels pour analyser cette offre retravaillée.

Hausse générale des prix chez Netflix en France, qui se lance dans les jeux vidéo

Désormais, il faut débourser 8,99 euros par mois pour la formule Essentiel, 13.49 euros pour la Standard et 17,99 euros pour la Premium… les deux derniers sont loin des prix au lancement, qui étaient pour rappel de 7,99, 8,99 et 11,99 euros par mois.

Une hausse parfois répercutée sur le client final lorsqu'il passe par des services tiers. Canal+ précise ainsi que son offre de base ne change pas de tarif, mais que l'option Netflix Premium est adaptée en conséquence. 

Dans le dernier bilan financier du service de SVOD, on peut voir que le niveau de recrutement d’abonnés payant tournait au ralenti au second trimestre : 1,54 millions de plus « seulement », soit le plus petit score sur 12 mois. Netflix a même perdu 433 000 clients payants aux États-Unis.

Pour la plateforme, une équation dirige le modèle économique : les revenus sont le produit du prix de l’abonnement par le nombre de clients. Il suffit d’augmenter un des deux pour que le chiffre d’affaires suive la même tendance (sauf si les clients partent).

En cette période de vache maigre sur les recrutements, augmenter le prix des forfaits peut être une « alternative ». On remarque également que le revenu moyen par client européen est plus faible qu’avec les Américains : 11,61 dollars au lieu de 14,40 dollars. 

Le bilan financier était aussi l’occasion d’annoncer un nouveau secteur d'activité : les jeux vidéo. Il s’agit pour le moment de titres sur mobile, qui seront ajoutés sans surcoût. L'offre a été lancée en Pologne fin août

Il y a peu, la plateforme a recruté un nouveau responsable pour le développement de cette branche : Mike Verdu. Il était auparavant pendant deux ans chez Facebook pour s’occuper des contenus sur les Oculus (AR/VR) et près d’un an et demi chez Electronic Arts, selon son profil LinkedIn.

Norton et Avast fusionnent, une opération à plus de 8 milliards de dollars

Le montant final oscillera entre 8,1 et 8,6 milliards de dollars en fonction du montage financier retenu : les actionnaires d’Avast récupéreront entre 14 et 26 % du nouvel ensemble. Tous les détails se trouvent par là.

Ce géant de l’antivirus totalisera plus de 500 millions de clients dans le monde. Norton s’attend à des synergies de l’ordre de 280 millions de dollars par an. La nouvelle société – dont le nom n’est pas encore fixé – disposera de bureaux à Prague (République tchèque) et Tempe (Arizona)

1Password 8 passe à l’abonnement obligatoire

AgileBits fournit déjà la nouvelle mouture pour Linux et Windows, tandis que celle pour macOS est encore en bêta. Plusieurs changements notables sont présents, dont certains ne feront pas plaisir.

D’abord parce qu'un abonnement est désormais imposé, à partir de 2,99 dollars par mois. Les clients ayant acheté la licence perpétuelle de la version 7 peuvent demander une ristourne de 50 % sur les trois premières années d’abonnement.

Ensuite, bien que l’application soit écrite en Rust pour l’essentiel, elle repose aussi sur Electron pour tout ce qui touche à l’interface. Et comme l’a pointé MacGeneration, les premiers retours sur sa consommation en mémoire vive et son poids ne sont guère élogieux. Miguel de Icaza l’a montré sur Twitter.

Concernant les améliorations, elles sont multiples. Le moteur de recherche est annoncé comme plus rapide, on voit désormais avec qui un mot de passe est partagé, on peut créer des collections qui s’afficheront selon le contexte (cacher par exemple les identifiants de la famille quand on est au travail), les mots de passe supprimés peuvent être restaurés, l’extension pour les navigateurs se veut plus complète, la récupération des données est étendue aux comptes Famille et Business, etc.

Un audit indépendant de Mozilla VPN, deux correctifs mis en place

Lancé officiellement en juillet 2020, le VPN de Mozilla n’est arrivé en France qu’en mai dernier (nous l'avions alors testé et opposé à Proton VPN). Notre #Brief de la rentrée 2021 sur les failles de sécurité montre qu’il ne faut pas faire confiance aveuglément à une application. 

Afin de montrer patte blanche avec son VPN, Mozilla a demandé à Cure53, une société spécialisée dans la cybersécurité – de réaliser un audit de son service. Il en est ressorti « deux problèmes de gravité moyenne et un problème de gravité élevée ». Ils sont détaillés dans ce billet de blog. L’audit complet se trouve par là.

La vulnérabilité avec un risque élevé ne concernait que des pré-versions de l’application et « aucun client n'a été affecté ». Elle a évidemment été bouchée. Un des deux problèmes de niveau moyen a été corrigé, tandis que le second (FVP-02-001) reste en l’état car « les avantages pour l'utilisateur […] l'emportent sur le risque de sécurité ». 

PayPal : cryptomonnaies au Royaume-Uni, fin des cagnottes gratuites en France

La plateforme permettait d'échanger des crypto-monnaies aux États-Unis depuis quasiment un an. C’est la première fois que cette fonctionnalité est proposée en dehors du pays de l’oncle Sam. 

Bitcoin, Bitcoin Cash, Ethereum et Litecoin sont proposées, il est possible d'en acheter, de les conserver et de les revendre. Rien n’est précisé pour l'extension en Europe ou en France.

Chez nous, la plateforme a envoyé un email à ses clients et publié une mise à jour de ses conditions générales indiquant que « la possibilité de créer une nouvelle Cagnotte sera désactivée le 30 septembre 2021 [...] toutes les Cagnottes ouvertes resteront actives pendant 30 jours maximum ».

Avant le 8 novembre, « vous devrez transférer l'argent de votre Cagnotte existante sur votre solde PayPal », sinon PayPal le fera automatiquement. C’est également avant cette date que vous pouvez récupérer une copie de la liste des participants.

La société affirme qu’elle « continuera à fournir une suite d'outils pour vous aider à accepter et à recevoir de l'argent », mettant notamment en avant son service PayPal.me. Une foire aux questions a été mise en ligne.

Caliopen fait sa rentrée et se cherche toujours des alliés

Malgré son relatif silence, le projet de messagerie ouverte et unifiée intégrant un indice de confidentialité, continue. Il vient d'annoncer que des mises à jour de sa bêta ont été publiées pendant l'été. Une phase entamée en 2019.

L'équipe se dit « dans l'attente d’une entreprise qui voudra, avec nous, pérenniser le projet en nous aidant à obtenir les subventions européennes que nous n’avons (presque) pas pu obtenir seuls (il s’en fallait de très peu, ce qui pour une toute petite équipe comme nous en dit long sur les chances d’y parvenir si nous avons un peu d’aide) ». Une situation similaire à celle que nous rapportions il y a deux ans.

Caliopen évoque « la volonté de l’union de se doter d’un cadre réglementaire des grandes plateformes nous concerne en effet très directement puisqu’elle intègre une de nos demandes historiques » et dit s'intégrer « idéalement dans le cadre des futurs DSA et DMA européens ».

« Nous aider aujourd’hui, c’est se placer dès à présent sur le futur marché que ces textes fondateurs vont créer » ajoute l'équipe, renvoyant à un mail de contact pour ceux qui voudraient aider ou qui ont « un PDG dans vos proches ». 

YouTube teste un abonnement Premium Lite (sans publicité) à 6,99 euros par mois

Le service est pour rappel disponible en France depuis plus de trois ans. Pour 11,99 euros par mois, il donne accès à YouTube Music (9,99 euros seul), aux vidéos sans publicité, au mode hors-ligne et à la lecture en arrière-plan pour l'application mobile.

Comme son nom l’indique, YouTube Premium Lite est limité, n'intégrant qu'une seule fonctionnalité : des vidéos sans publicité. Il s’agit pour le moment d’un test dans plusieurs pays : Belgique, Danemark, Finlande, Luxembourg, Pays-Bas, Norvège et Suède.

Une page dédiée a été mise en place par la plateforme de streaming.

Windows Server 2022 est disponible

Contrairement à Windows 11, Server 2022 n’est pas une surprise. Il avait été annoncé en mars lors de la conférence Ignite de Microsoft, avec toujours un accent prononcé envers le cloud hybride et la sécurité. Une préversion avait été publiée dans la foulée.

Dans son billet, l’éditeur parle notamment de sécurité à niveaux multiples, surtout via deux fonctions, la connectivité sécurisée et le serveur Secured-core. La première doit améliorer la protection pendant le transport avec un HTTPS étendu et un chiffrement AES-256, compatible avec SMB.

Le second permet de reprendre et d’étendre les mesures de protection matérielle intégrée par les constructeurs partenaires dans leurs produits, extensibles aux firmwares et couches de virtualisation.

Windows Server 2022 se veut surtout le lien privilégié entre installations sur site et cloud, toujours dans cette approche de cloud hybride chère à Microsoft. Le produit s’intègrera dans Azure Arc, l’Admin Center prend en charge des capacités de gestion en lien avec des scénarios Azure, la compression SMB peut se faire pendant le transit des données, etc.

Les capacités matérielles du système ont été étendues. Il peut supporter jusqu’à 48 To de mémoire, 64 sockets physiques pour des processeurs, qui pourront cumuler un maximum de 2 048 cœurs logiques.

Server 2022 prend également en charge les conteneurs Windows (le contraire aurait été étonnant), l’IPv6 et la double-pile, ou encore l’implémentation cohérente de règles réseau avec Calico. Microsoft dit travailler avec la communauté Kubernetes pour amener de nouvelles capacités dans Azure Kubernetes Service (AKS) et AKS on Azure Stack HCI.

La nouvelle version est disponible, comme les précédentes, en trois versions : Essentials, Standard et Datacenter, la première étant dédiée aux structures ayant un maximum de 25 personnes pour 50 appareils. Elle est commercialisée 501 dollars, contre 1 069 pour la Standard et 6 155 pour la Datacenter.

Il s'agit d'une version Long-Term Servicing Channel (LTSC) , avec un support de dix ans : 5 de support classique puis 5 de support étendu (uniquement les correctifs de sécurité). Les prochaines versions du système seront disponibles tous les deux à trois ans, et seront toutes LTSC.

OVHcloud se paie buyDRM

Créée en 2001, l'entreprise américaine est spécialisée dans la sécurisation des flux de données (notamment multimédia) et a « su gagner la confiance de ABC (Australian Broadcasting Corporation), Blizzard Entertainment, Crackle, EPIX, FuboTV, Rakuten Viki, Sony New Media Solutions, Showtime ou encore Zee5 ».

Pour l'hébergeur français, c'est une manière de renforcer son offre en matière de sécurité, mais aussi de gagner en importance à l'approche de son introduction en bourse.  

« Toute l’équipe de BuyDRM et ses fondateurs rejoindront les équipes du Groupe dès aujourd’hui pour construire ensemble une roadmap unique dédiée à la sécurité » précise le communiqué

Shadow relance son offre de parrainage

Après avoir rouvert ses commandes en direct pour 5 000 nouveaux abonnés, le service de cloud gaming compte sur ses fidèles et leur volonté de réduire leur facture pour l'aider à trouver de futurs clients. 

Ainsi, ils peuvent partager leur code parrain et obtenir 1 euro de remise par mois et par membre parrainé tant que le nouvel inscrit reste abonné. Ce dernier aura pour sa part droit à 5 euros de remise sur sa première facture. Bien entendu, la remise mensuelle du parain ne pourra excéder le montant de sa facture (non, Shadow ne vous paiera pas pour utiliser son service).

L'équipe espère ainsi initier un effet boule de neige. Elle ajoute d'ailleurs un petit bonus : une carte Steam de 20 euros pour 5 membres parrainés (jusqu'au 30 septembre).

Chrome 92 et 93 : de la vie privée, des performances et l’arrivée de WebOTP

Chrome 92 est arrivé le 20 juillet, avec à son bord de nombreux changements. D’abord la possibilité d’appuyer sur le cadenas devant l’adresse d’un site pour lister les autorisations accordées, avec capacité de les couper. Cet ajout n’est pour l’instant présent que dans la version Android, dommage.

Cette version a également apporté de nouvelles Chrome Actions, des commandes que l’on peut taper dans la barre d’adresses pour effectuer certaines tâches, comme effacer l’historique ou les cookies. Parmi les nouvelles venues, « safety check » pour vérifier l’intégrité des mots de passe, « manage security settings » et « manage sync ».

Chrome 92 a aussi étendu la fonction Site Isolation, qui permet d’isoler les sites et extensions afin de bloquer un éventuel comportement malveillant. Google a publié des explications plus techniques sur les travaux entrepris, la nouvelle mouture étendant ce mécanisme à davantage de sites et extensions.

Plusieurs autres nouveautés étaient de la partie, comme la capacité des PWA à se déclarer comme applications par défaut pour certaines URL et de nombreux ajouts pour les développeurs, comme une API (Shared Element Transitions) pour faciliter les transitions entre SPA (Single-Page Applications) et MPA (Multi-Page Applications).

Chrome 93 est sorti hier et commence par supprimer l’algorithme 3DES pour le chiffrement au sein de TLS. Google explique ce retrait par la présence de meilleurs algorithmes, sa vulnérabilité aux attaques Sweet32, sa lenteur, sa consommation excessive d’énergie et son implémentation, souvent mauvaise.

La plupart des nouveautés concernent les développeurs. L’une des plus importantes concerne WebOTP, qui débarque dans les versions desktop de Chrome. Cette API permet de récupérer les mots de passe à usage unique (OTP) envoyés par SMS pour les synchroniser avec Chrome et Android, dans une application en attente. Le tout à condition que les deux appareils soient connectés au même compte Google.

Parmi les autres nouveautés, signalons une propriété CSS pour changer la couleur des contrôles de formes, le retour du mot-clé « style » dans la propriété contain, le support des CSS Module Scripts ou encore l’arrivée de la méthode statique AbortSignal.abort().

Chrome 93 colmate 27 brèches de sécurité, dont 5 critiques. Chrome 94 passe à son tour en bêta, avec l'arrivée de WebGPU et des WebCodecs mais aussi de nouvelles fonctionnalités à activer spécifiquement comme pour tester de nouvelles formes de partage

Scaleway fête ses 21 ans et revoit sa documentation (entre autres)

Elle « a été entièrement refaite et passe à l'ère de 2021 ! Nouveau moteur de recherche, dark mode, disponible et ouvert à contributions via Github, des centaines de tutos » indique sur Twitter Arnaud de Bermingham.

Il précise que si une version française n'est pas encore disponible, « on bosse dessus ». Son contenu est d'ailleurs en licence CC-BY-NC-SA 4.0 et ouvert à la contribution.

L'hébergeur a d'ailleurs fêté ses 21 ans le 30 août dernier et a multiplié les annonces cet été, de la disponibilité de Debian 11 à Kubernetes 1.22 ou l'entrée en bêta de son service de déploiement multi-cloud Kosmos.

Common Voice s’approche des 14 000 heures, dans pas moins de 76 langues

Fin 2017, Mozilla lançait son projet visant à aider les développeurs dans le domaine de la reconnaissance vocale. 

Un modèle de traitement et surtout une base de données comprenant environ 400 000 échantillons vocaux étaient mis à disposition, permettant ainsi à chacun d'entraîner une intelligence artificielle par exemple. 

Début 2019, elle évoluait pour atteindre 1 400 heures d'enregistrement dans 22 langues. Fin juillet, NVIDIA annonçait s’associer à l'initiative évoquant désormais 13 905 heures de voix dans 76 langues. Les plus représentées sont : anglais (2 630 heures), kinyarwanda (2 260), allemand (1 040), catalan (920) et espéranto (840).

Microsoft augmente les prix de ses offres 365 pour entreprises

La société a expliqué le 19 août n’avoir jamais augmenté les prix de son offre Office 365, devenue Microsoft 365. En un peu plus de dix ans, l’éditeur déclare avoir ajouté plus de 1 400 fonctions à ses services et introduit 24 nouvelles applications.

Il est donc temps, selon Redmond, de réviser les tarifs à la hausse pour les offres commerciales destinées aux entreprises, qui concerneraient 300 millions de personnes.

Au 1er mars 2022, les nouveaux tarifs seront donc (prix par utilisateur et par mois) :

  • Microsoft 365 Business Basic : de 5 à 6 dollars
  • Microsoft 365 Business Premium : de 20 à 22 dollars
  • Office 365 E1 : de 8 à 10 dollars
  • Office 365 E3 : de 20 à 23 dollars
  • Office 365 E5 : de 35 à 38 dollars
  • Microsoft 365 E3 : de 32 à 36 dollars

Cette nouvelle tarification sera appliquée partout en même temps. Les offres personnelles et Éducation ne sont pas concernées.

Docker revoit son offre d'abonnement

Dans un billet de blog, l'équipe indique que ses outils restent gratuits pour les particuliers, le monde de l'éducation, les projets open source et les entreprises de moins de 250 salariés (ou jusqu'à 10 millions de dollars de CA annuel). 

Dans tous les autres cas, il faudra passer à la caisse, entre 5 dollars par mois pour un compte Pro individuel, 7 dollars ou 21 dollars par utilisateur pour les offres Team et Business qui correspondent à des besoins plus importants. 

Le détail des fonctionnalités gérées par les différents abonnements est disponible par ici. Une FAQ a été mise en ligne sur cette page.

Debian 11 (Bullseye) est disponible

Mise en ligne mi-août, elle a demandé un peu plus de deux ans de développement. L’équipe explique que cette version « contient plus de 11 294 nouveaux paquets pour un total de 59 551, avec un nombre significatif de paquets (9 519) marqués comme « obsolètes » et supprimés. 42 821 paquets ont été mis à jour et 5 434 demeurent inchangés ».

Cette distribution est disponible pour neuf architectures, notamment les PC 32 et 64 bits, PowerPC, IBM S/390, ARM et MIPS. Plusieurs environnements de bureau sont intégrés : Gnome 3.38, KDE Plasma 5.20, LXDE 11, LXQt 0.16, MATE 1.24 et Xfce 4.16.

Nous avons pour rappel consacré un dossier à cette nouvelle mouture, ainsi qu'à Proxmox 7.0 qui l'utilise comme base 

Microsoft annoncera de nouvelles Surface le 22 septembre

L'entreprise a évoqué un mystérieux événement sur son compte Twitter, renvoyant à une page où l'on voit une tablette utilisée comme un PC portable.

Il y a fort à parier que de nombreuses annonces seront faites autour de produits devant être utilisés sous Windows 11… entre autres ?

Parsec passe chez Unity et s'ouvre au partage depuis un Mac

Le service est connu des adeptes de cloud gaming, puisqu'il permet d'accéder à distance à sa machine tout en profitant de l'accélération matérielle du GPU, un peu comme pour se faire son propre Shadow à la maison.

L'outil est gratuit, financé par un abonnement apportant des fonctionnalités supplémentaires, notamment pour le travail en équipe. Parsec visait en effet particulièrement les développeurs de jeux vidéo, comptant des clients comme Blizzard, EA, Ubisoft, etc. 

C'est donc logiquement qu'une société comme Unity a cherché à en faire l'acquisition, pour 320 millions de dollars. L'annonce a été faite début août, la transaction devant être finalisée dans le courant du troisième trimestre. On ne sait pas ce qu'il adviendra du service et s'il continuera sur un modèle économique similaire. 

Étant donné l'ouverture dont fait preuve Unity, il y a de grandes chances que ce soit le cas, mais il faudra attendre des annonces fermes pour en avoir le cœur net. En attendant, l'utilisation d'un Mac comme hôte est désormais en test, permettant aux adeptes d'Apple de ne plus se reposer sur le partage VNC intégré à l'OS ou d'autres solutions. 

OpenSSH 8.7 : du changement pour la copie sécurisée

Les notes de version évoquent un support expérimental du protocole SFTP pour le transfert de données entre un client et un serveur plutôt que SCP/RCP. Pour l'utiliser, tapez scp -s (le flag disparaîtra lorsque ce sera le mode par défaut). La commande scp -O permet d'être sûr d'utiliser l'ancienne méthode. 

On apprend au passage que la copie de machine distante à machine distante gère désormais tous les modes d'authentification et non plus ceux qui ne sont pas interactifs. (Cette fois il faut utiliser scp -R pour un transfert à l'ancienne).

D'autres petits changements ont été introduits, ils sont détaillés par ici.

L’Internet Protocol v4 (IP dans TCP/IP) fête ses 40 ans

C’est en effet en septembre 1981 que la RFC 791 a été mise en ligne. Cette dernière décrit le fonctionnement d’IPv4, la première mouture à être largement adoptée… et encore utilisée de nos jours.

Son remplaçant – IPv6 – existe depuis des années, mais son adoption massive se fait toujours attendre en France, notamment car certains opérateurs traînent des pieds pour le proposer à leurs clients. Pourtant l’enjeu est de taille puisqu’il y a une pénurie d’adresse IPv4.

2021 est pour rappel l’année des comptes ronds pour les anniversaires : le PC ainsi que Donkey Kong (et donc Mario) ont fêté leurs 40 ans, tandis que le Web et Linux ont soufflé leur 30e bougie.

Twitter multiplie les changements, tests et lance ses « $uper Follows »

Cet été, l'équipe du service de micro-blogging n'a pas chômé, mais ce n'était pas toujours pour des bonnes nouvelles. On a par exemple eu droit à un test du nouveau TweetDeck, tout sauf pratique (mais avec des raccourcis clavier). 

Il est proposé à certains utilisateurs choisis au hasard, qui peuvent néanmoins demander à en sortir. Vous pouvez aussi faire manuellement votre choix en tapant la commande suivante dans la console développeur de votre navigateur :

document.cookie = "tweetdeck_version=beta" 
document.cookie = "tweetdeck_version=main" 

Face aux remarques, l'entreprise a lancé différents hashtags, invitant les utilisateurs mécontents à faire leurs remarques et propositions.

Un changement de look des interfaces Twitter a été opéré mi-août, avec une nouvelle police (Chirp) puis des modifications de contraste pour améliorer l'accessibilité

On peut désormais se connecter via un compte Apple ou Google (mais pas Facebook), les Spaces (audio) ont remplacé les Fleets et n'apparaissent que lorsqu'un de vos contacts diffuse du contenu en direct. 

Lorsqu'un compte utilise Revue pour sa newsletter (qui appartient à Twitter), un lien d'abonnement peut être placé sur la page de son compte. Pourquoi ne pas ouvrir cette fonction à d'autres services de newsletters ?  Elle renverrait par exemple vers un lien ou une intégration en particulier.

Outre des améliorations pour les messages privés, on a également appris que Twitter s'est associé à AP et Reuters pour lutter un peu plus contre la désinformation 

Il y a aussi eu beaucoup de tests, pour un système de votes (positifs ou négatifs), clarifier le statut du compte en cas de suspension/blocage, un module d'achat, faire appel lorsqu'un contenu multimédia a été repéré comme « sensible », signaler de fausses informations ou un « Safety mode » qui bloque automatiquement les comptes tenant des propos détectés comme offensants. 

Enfin, on a aujourd'hui droit à l'annonce des Super Follows qui permettent (aux États-Unis uniquement) de s'abonner à un compte (pour 2,99 dollars, 4,99 dollars ou 9,99 dollars) afin d'avoir droit à des publications supplémentaires. 

Un tel compte peut ainsi décider de lancer un tweet d'échange avec sa communauté qui ne sera accessible qu'à ceux qui paient, ou partager des vidéos « exclusives » qui ne seront pas visibles publiquement. 

Vivaldi 4.1 joue de l’accordéon avec les onglets

Le navigateur a reçu sa dernière révision majeure le 28 juillet. Sa principale nouveauté ? Les onglets en accordéon. 

En sélectionnant plusieurs onglets, on peut créer un nouveau genre de pile, dans laquelle ils se retrouvent groupés et entourés d’un liseré blanc. Une flèche à droite permet de replier le groupe sur l’onglet actif. Il faut activer ce comportement dans les options, qui permettent également de couper le déploiement automatique, pour les personnes préférant contrôler finement leurs groupes.

Ce regroupement en accordéon ne vient pas compléter les modes Compact et Deux niveaux. Il s’agit d’une troisième capacité, et on ne peut en choisir qu’une.

Vivaldi 4.1 ajoute également l'enchaînement des commandes. On peut ainsi demander au navigateur d'enchaîner plusieurs actions, puis associer ce lot à un raccourci clavier ou un geste à la souris. 

Par exemple « un passage en plein écran et un mode lecture, ou l’ouverture de plusieurs sites avec une juxtaposition dans la foulée ou encore la fermeture de tous les onglets suivie de l’ouverture d’un ou plusieurs autres sites ».

Deux autres petites nouveautés sont à noter. D’abord, les installations mono-utilisateur sous Windows sont enfin capables de se mettre à jour toutes seules. Ensuite, le mode Lecture affiche un temps de lecture estimé.

Le Google Pixel 5a 5G est disponible pour 449 dollars, mais pas en France

Depuis peu, le nouveau smartphone de milieu de gamme de Google est commercialisé. Il dispose d’un écran OLED de 6,34" avec un Snapdragon 765G 5G, 6 Go de mémoire et 128 Go de stockage.

Le fabricant a eu la bonne idée d’augmenter la capacité de la batterie à 4 680 mAh, c’était un des points faibles de son grand frère le Pixel 4a (3 140 mAh). Pour le reste, on retrouve deux capteurs de 12 et 16 Mpixels à l’arrière (comme le Pixel 5), un port USB Type-C, etc.

Le smartphone est vendu 449 dollars aux États-Unis et au Japon pour le moment. Rien n’est précisé concernant les autres pays. 

Fonctionnalités renforçant la vie privée : DuckDuckGo et Mozilla sur les pistes d'Apple

Le moteur de recherche, qui dit s'approcher des 3 milliards de requêtes par jour, a annoncé un service de protection des emails en bêta.

Il permet d'obtenir une adresse @duck.com qui peut être utilisée pour un renvoi automatique vers une autre adresse, les éventuels outils de pistage étant retirés au passage. Cela implique une analyse du contenu de tous vos messages (comme pour un anti-spam), mais la société s'engage à n'opérer aucune sauvegarde de leur contenu.

De son côté, Mozilla travaillerait à un Privacy Pack, contenant des services déjà proposés, sous forme d'abonnement unique et avec une meilleure intégration.

Il est bien entendu question du VPN maison, de Relay pour générer de nouveaux alias email liés au domaine de votre choix (une extension est proposée), les suivre et les gérer depuis une interface unique, ou encore Monitor pour être prévenu en cas de fuite d'un mot de passe.

Le tarif n'a pas été officialisé, mais il serait question de 10 à 13 dollars par mois, contre 5 à 10 dollars par mois pour le VPN seul. Cela pourrait en tous cas être une manière intéressante de soutenir Mozilla et Firefox pour certains.

Ces évolutions ne sont pas sans faire penser aux annonces faites par Apple à la WWDC. L'entreprise veut multiplier les services permettant de préserver sa vie privée, à travers iCloud+ et son Private Relay, sa Mail Privacy Protection et ses emails à usage unique. Un effort mis à mal récemment par ses annonces sur la lutte contre la pédopornographie.

Avec son aptX Lossless, Qualcomm promet une qualité CD sans perte en Bluetooth

Le fabricant propose déjà depuis longtemps des codecs aptX (audio processing technology), notamment une version HD (16 bits, 44,1 kHz) et Adaptive (24 bits, 48 kHz), mais l’aptX Lossless est la première à proposer une compression « sans perte ».

Qualcomm précise que sa technologie peut détecter automatiquement et activer l'audio sans perte lorsque la source l’est aussi. De son côté, l’utilisateur peut choisir entre 16 bits et 44,1 kHz sans perte ou 24 bits et 96 kHz avec perte. De plus amples détails techniques sont disponibles ici.

Pour que l’aptX Lossless fonctionne il faut évidemment un SoC et un casque audio compatibles. Les fabricants intéressés devront payer une licence à Qualcomm pour l’utiliser.

Musique classique : Apple rachète la plateforme de streaming Primephonic

Le but est bien sûr de proposer « dans les prochains mois » les contenus aux abonnés Apple Music.

Il est notamment question d’une « navigation améliorée et [d’]un moteur de recherche qui permet de faire une recherche par compositeur et par répertoire, [d’]un affichage détaillé des métadonnées propres à la musique classique, ainsi que de nouveaux avantages et fonctionnalités ».

Dès à présent, « la plateforme Primephonic ne propose plus de nouveaux abonnements et sera mise hors ligne à compter du 7 septembre ». Les actuels abonnés à Primephonic « bénéficieront d’un abonnement gratuit de six mois à Apple Music ».

Pour la suite, « Apple Music prévoit de lancer l’année prochaine une application dédiée à la musique classique, combinant l’interface utilisateur classique de Primephonic, tant appréciée par les abonnés, avec des fonctionnalités supplémentaires ».

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !