LeBriefdu 9 février 2021
SFR au sommet de son art en matière de publication légaleCrédits : SanneBerg/iStock

La Direction départementale de la protection des populations de Paris a contraint SFR à diffuser une publication légale sur son site principal, SFR.fr.

Ce message indique qu’est trompeuse la pratique commerciale « consistant à présenter sa garantie commerciale comme une offre qui lui est propre, alors que celle-ci recouvre, en réalité, des droits prévus par la garantie légale de conformité ».

En clair, une entreprise ne peut présenter comme généreux geste de sa part, une garantie que lui impose la loi au bénéfice des consommateurs. Selon la DDPP, en effet, l’enfumage « trompe les consommateurs sur la portée des engagements de l'annonceur et prive ceux-ci d'une information sur leurs droits légaux ».

SFR s’est exécutée, non sans une intégration baroque dudit message. Si vous vous rendez sur SFR.fr, vous ne verrez pas le fameux avertissement, même en fouillant scrupuleusement vers le bas. 

Comme l’a relevé @infestedgrunt, pour découvrir l’avertissement, il faut dès le sommet, scroller… vers le haut. Pratique non instinctive chez les internautes lorsqu’ils ont l’impression d’avoir déjà atteint l’Himalaya de la page d’accueil. 

Voilà, au besoin l’injonction concernée : 

« Mesure d'injonction administrative prise à l'encontre de la société SFR concernant l'information sur les garanties légales et les garanties commerciales.

La Direction départementale de la protection des populations de Paris a enjoint à la société SFR, au terme d'une enquête nationale ayant abouti au constat de divers manquements et infractions, de cesser la pratique commerciale trompeuse consistant à présenter sa garantie commerciale comme une offre qui lui est propre, alors que celle-ci recouvre, en réalité, des droits prévus par la garantie légale de conformité.

Une telle pratique commerciale trompe les consommateurs sur la portée des engagements de l'annonceur et prive ceux-ci d'une information sur leurs droits légaux ».

C’est la journée internationale pour un Internet plus sûr

Comme chaque début d’année, le mois de février est le théâtre du Safer Internet Day. L’année dernière, le fil rouge était « Les écrans, les autres, et moi », avec un accent sur le thème « Éduquer au numérique : de l’école à la maison ». 

Cette année, il s’agit d’« accompagner les usages numériques des jeunes à l’heure de la Covid ». « En effet, avec l’arrivée du coronavirus, puis les confinements et restrictions successifs, l’année 2020 a marqué un tournant important dans les usages numériques des enfants et des adolescents », explique le site Safer Internet France. 

Ce dernier est « mené sous l’égide de la Commission européenne et coordonné par TRALALERE ». Il propose également des ressources pour les éducateurs, les familles et les professionnels du numérique. 

French Tech Next40/120 : voici les noms des 120 lauréats de 2021

Début d’année oblige, une nouvelle fournée de sociétés entre dans la danse de ce programme, qui « offre un accompagnement conçu pour les scale-ups françaises en capacité de devenir des leaders technologiques de rang mondial ». Startups étant à prendre à un sens très large puisqu'on y retrouve Blablacar et OVHcloud.

La liste des 120 lauréats se trouve par ici. Les 40 avec un logo rouge font partie du Next 40, qui réunit « les entreprises valorisées au moins un milliard de dollars, celles ayant réalisé une levée de fonds supérieure à 100 millions d’euros au cours des trois dernières années, ainsi que celles avec un modèle économique validé par les investisseurs (levées de fonds) et clients (croissance du chiffre d’affaires) ».

Article 17 de la loi de bioéthique : l’Inserm revient sur les chimères inter-espècesCrédits : janiecbros/iStock

L’institut rappelle que « les chimères inter-espèces sont des organismes vivants formés à partir de cellules issues d’organismes différents, obtenues à partir de cellules au stade embryonnaire. Dans le cas des chimères animal-homme, des cellules souches humaines sont insérées à des embryons animaux ».

L’Inserm explique que « la loi de bioéthique prévoyait initialement d’autoriser les chimères homme-animal, permettant ainsi de marquer une avancée pour la recherche ». Cette disposition a été rejetée par le Sénat, mais la navette parlementaire reprend. « Maintenant une commission mixte paritaire va essayer de trouver un texte commun aux deux chambres, si elle n’y parvient pas la loi sera étudiée à nouveau à l’Assemblée nationale qui aura le dernier mot ».

Cet article 17 de la loi de bioéthique soulève des inquiétudes auprès de certains qui ont signé une tribune dans La Croix. Ils disent « Non aux chimères dans la loi de bioéthique ! ». Ils « appellent les parlementaires à s’insurger contre l’inscription de la bioéthique française dans ce scénario de science-fiction et à initier un Référendum d’Initiative Partagée ».

De son côté, l’Inserm rappelle les enjeux : « L’un des objectifs est de développer ainsi des modèles animaux de pathologies humaines notamment pour les maladies neurodégénératives. À plus long terme, ces chimères pourraient favoriser la production d’organes chez l’animal pour permettre des xénogreffes sur l’Homme ».

Ce soir, une « rencontre » en visio autour de la planète Mars

À partir de 20h, une conférence sera organisée à l’occasion de la 25e édition de la Science se Livre, avec le scientifique Thierry Fouchet, professeur à la Sorbonne et chercheur au LESIA à l’Observatoire de Paris. 

Il est notamment « le responsable scientifique du spectromètre infrarouge de l’instrument SuperCam qui a été embarqué vers la planète Mars sur le rover Perseverance de la NASA », qui va pour rappel partir à la recherche d’éventuelles traces de vie passée.

L’inscription est gratuite et se passe par ici

Notre dossier sur l'exploration de Mars et la recherche de la vie avec Perseverance :

Tesla achète pour 1,5 milliard de dollars en bitcoin

C’est sans annonce, mais à travers un formulaire de la SEC (Securities and Exchange Commission) que Tesla a indiqué avoir acquis pour 1,5 milliard de dollars de la cryptomonnaie.

Quelques jours après qu’Elon Musk a provoqué une nouvelle hausse du cours du Dogecoin en plaisantant à son sujet, son entreprise a engendré une hausse très rapide de 7 % du bitcoin, qui a dépassé les 40 000 dollars.

On savait que Tesla était intéressée par le bitcoin – probablement sous l’impulsion de Musk – mais il s’agit là d’un mouvement très concret. 

D’autant qu’elle informe la SEC de deux autres intentions. D’une part, qu’elle pourrait à nouveau acquérir des actifs numériques « de temps en temps ou sur du long terme ». D’autre part, qu’elle envisage d’accepter le bitcoin pour l’achat de ses produits. Avant d’ajouter humblement que cela dépendra du cadre juridique, et que cette acceptation se ferait sur une « base limitée ».

On notera que le constructeur consacre tout de même trois paragraphes à décrire à quel point cette opération est risquée.

Xiaomi annonce l’arrivée du Mi 11 (Snapdragon 888) en France, sans détail sur le prix et la disponibilité

Ce smartphone avait été annoncé début janvier lors de son lancement en Chine. Il dispose pour rappel d’un écran AMOLED DotDisplay à 120 Hz de 6,81" avec un Snapdragon 888 et un capteur optique de 108 Mpixels à l'arrière (entre autres).

Il sera livré avec l’interface maison MIUI 12.5, « une mise à jour intermédiaire basée sur MIUI 12 [elle-même basée sur Android 11, ndlr] avec un fort accent sur les optimisations du système d’exploitation ». 

Cependant, « les prix et disponibilités du Mi 11 sur le marché français seront révélés le 16 février » ajoute le fabricant.

jeprotegemonenfant.gouv.fr, pour lutter contre l’exposition des enfants au pornoCrédits : JackF/iStock

La plateforme jeprotegemonenfant.gouv.fr est le fruit d’un des engagements de la charte pour la protection des mineurs face à la pornographie en ligne. Il devrait être mis en ligne dans les heures à venir.

Conformément au document révélé l’an passé dans nos colonnes, des acteurs privés et publics se sont mobilisés autour de l’initiative destinée à « lutter contre l’exposition des enfants à la pornographie en ligne ». 

Parmi les cosignataires mobilisés, le secrétaire d’État en charge de l’enfance, celui du Numérique, le ministère de la Culture, le CSA, l’ARCEP, Apple, Bouygues Telecom, l’association E-enfance, Facebook, la Fédération Française des Télécoms, le GESTE, Google, Free, l’Union nationale des associations familiales (UNAF) et l’inévitable l’Observatoire de la Parentalité et de l’Éducation Numérique (Open).

Open avait déjà lancé en 2017 un sondage IFOP sur l'évolution de la consommation de pornographie chez les ados et son influence sur leurs comportements sexuels. Ce sondage a depuis irrigué l’ensemble des travaux parlementaires sur le sujet. 

Mis en ligne à l’occasion du Safer Inter Day, jeprotegemonenfant.gouv.fr ambitionne d’« interpeller les parents d’enfants et d’adolescents sur l’exposition à la pornographie et ses conséquences ». On peut le découvrir  en « démo » sur YouTube, en attendant l’ouverture de la plateforme. 

Il n’est qu’un des volets de la guerre au porno en ligne trop facilement accessible, avec comme point d’orgue la possibilité désormais pour quiconque de saisir le CSA afin de signaler, aux fins de blocage judiciaire, un site X se limitant à une déclaration de majorité. 

Cette procédure a été initiée fin 2020 contre Pornhub, Xvideos, Xnxx, Xhamster, Tukif et Jacquieetmichel, à l’initiative de l’UNAF et d’OPEN. 

Razer se paie Controller Gear, une société spécialisée dans les périphériques pour consoles

Cette société propose des manettes personnalisées et tout un tas d’objets dérivés de licences phares (Marvel, Mario, Fallout, God of War…). Cela va des coques aux gourdes, en passant par des bonnets, des chaussettes, des hausses, etc.

« Suite à cette acquisition par Razer, le co-fondateur et président Jon Buller rejoindra Razer en tant que directeur du développement des produits, avec les employés actuels de Controller Gear », indique le communiqué de presse. Le montant de la transaction n’est pas précisé.

Pour rappel, l’année 2020 était synonyme de diversification pour l’entreprise avec des chewing-gums pour joueurs et une carte de paiement.

Microsoft lance Autofill, une extension Chrome de synchronisation des mots de passe

Avec Edge, on pouvait déjà synchroniser les mots de passe existants. Puis est arrivée la possibilité d’en créer, en reprenant le même modèle que les gestionnaires comme Dashlane ou LastPass : génération aléatoire, choix de la taille ou du type de caractères, etc.

Seulement voilà, ces mots de passe sont synchronisés par le compte Microsoft de l’utilisateur et ne peuvent donc être exploités autrement qu’à travers les produits de l’entreprise. Une plainte remontée à l’éditeur, qui publie donc une extension pour Chrome.

Le principe est exactement le même que dans Edge : l’extension remplira automatiquement les champs d’identification quand une correspondance est trouvée, pourra créer de nouveaux mots de passe et interceptera ceux inconnus pour proposer de les enregistrer.

Microsoft ajoute que ce rôle est tenu sur Android par son Authenticator, à la base une simple application fournissant des codes 2FA. Elle peut remplir le même rôle sur iOS.

Rust a désormais sa fondation, Microsoft au conseil d’administration

En août dernier, Mozilla promettait que le langage Rust aurait sa propre fondation avant la fin de l’année. Avec un peu de retard, c’est chose faite : la Rust Foundation est désormais une entité fonctionnelle.

Elle va gérer tous les aspects liés au langage et est totalement indépendante de Mozilla.

« Mozilla est fière de son rôle dans la création de Rust et nous sommes heureux de le voir dépasser ses origines et de lui attacher une organisation dédiée pour soutenir son évolution continue. Au vu de sa portée et de son impact, Rust profitera d’une organisation qui est concentrée à 100 % sur le projet », indique Mozilla.

Le conseil d’administration est formé de onze personnes provenant des cinq membres fondateurs : Amazon Web Services, Huawei, Google, Microsoft et Mozilla. La présence de certains géants doit garantir la stabilité de la fondation et l’apport des ressources au développement de Rust.

Microsoft sera notamment représentée par la développeuse Nell Shamrell-Harrington, qui dit tout son amour du Rust. Elle ajoute que son usage se répand dans l’entreprise, au point qu’il lui semblait un juste retour des choses de contribuer au succès de Rust. 

Une équipe d’ingénieurs dédiée est en cours de constitution pour participer aux améliorations du langage. Au-delà de la gratitude extatique, rappelons que Microsoft envisage sérieusement le Rust pour la programmation système Windows. Participer au développement du langage est donc aussi une manière de s’assurer que les évolutions souhaitées seront bien là.

Un modèle pour « expliquer les mystérieux "sursauts radios rapides" »Crédits : solarseven/iStock

« Ces sursauts sont de brefs, quelques millisecondes, et très intenses flashs d’ondes radios dont le premier, FRB010724, a été détecté par hasard en 2007 », rappelle l’Observatoire de Paris.

« Certains se répètent, d’autres n’ont été vus qu’une seule fois jusqu’à présent, et leur distribution sur la voûte céleste semble homogène ». Comme toujours en pareille situation, certains y voient une possible manifestation d’une forme d’intelligence extraterrestre. 

« En analysant leurs propriétés spectrales, les radioastronomes peuvent en déduire que leurs sources sont dans des galaxies très éloignées de la nôtre […] La question de savoir quel objet peut produire de telles bouffées d’ondes radios demeure un mystère », explique l’Observatoire de Paris. 

En effet, « si la source émet dans toutes les directions de l’espace, celle-ci devrait émettre une énergie cataclysmique comparable à celle libérée par une collision entre deux étoiles, mais de tels événements ne se répètent pas ». Pour les scientifiques, « une solution consiste à supposer que l’émission est concentrée dans un cône très étroit, un peu comme une lampe torche très directionnelle ».

Des chercheurs de l’observatoire de Paris ont une idée : « les sursauts radios rapides résulteraient de la perturbation du vent de plasma très énergétique soufflé par des pulsars ou des magnétars par des astéroïdes en orbite autour de ces objets ». De plus amples explications sont données par ici.

Ainsi, selon les astrophysiciens de l’Observatoire de Paris, « le répéteur FRB 121102 pourrait être un jeune pulsar entouré d’une ceinture d’astéroïdes de moins de 10 km de rayon située entre 0,03 et 1 unité astronomique, suffisamment loin du pulsar pour ne pas être évaporée par son rayonnement intense ».

Les auteurs vont plus loin : « ce mécanisme pourrait expliquer un certain nombre, voire la totalité, des autres FRB observés à ce jour »… mais il reste encore « beaucoup de travail théorique et observationnel » avant de le démontrer, reconnaissent-ils.

Canonical continue sa promotion de Flutter

L’entreprise a récemment annoncé qu’elle travaillait sur un nouvel installeur pour Ubuntu. En plus de sa nouvelle technique, l’interface sera confiée à Flutter. Pour rappel, Canonical et Google se sont associés pour porter Flutter vers Linux. 

Elle en fait maintenant la promotion en reprenant un billet de blog publié il y a une semaine par Daniel Llewellyn, développeur participant notamment à Ubuntu, Wordpress, WSL et Snapcraft. 

Llewellyn y explique ne s’être intéressé à Flutter que récemment. Car Flutter, en dépit de son aspect open source et multiplateforme (il est également présent sur Windows, macOS, Android et iOS), réclame l’utilisation du langage Dart pour être manié. Le développeur n’était donc pas certain que le jeu en valait la chandelle.

Il ne répond pas à cette question, mais donne les étapes pour installer Flutter sur Ubuntu, lancer l’application fournie en exemple puis une première session de débogage.

« Dans ce billet, j’ai montré comment installer et configurer Flutter et la chaine d’outils Android, sans les problèmes que j’ai rencontrés moi-même », indique le développeur. Il va maintenant apprendre le Dart et les API de Flutter. Canonical fera sans doute la promotion des prochains billets.

Free met à jour son répéteur Wi-Fi

La version 1.5.8 de son firmware vient d'être diffusée, améliorant la « stabilité et la compatibilité avec des switchs managés lorsque le répéteur est utilisé en configuration ethernet », la détection de boucles réseau, la vitesse de connexion au Server, etc. 

L'équipe évoque également des correctifs et « plein d’autres petites choses… », mais sans en livrer les détails. Les notes de version se trouvent par ici

Molotov est désormais disponible sur Xbox

Les consoles de Microsoft manquaient encore à la liste des plateformes supportées par le service de « TV réinventée », ce n'est plus le cas comme l'annonce l'équipe dans un tweet.

Tous les modèles récents sont concernés, comme la série des Xbox One ou les nouvelles Series S et X. Le téléchargement passe par le Microsoft Store. On note au passage que ce n'est pas le cas sur PC, où l'application est toujours un site web packagé.

EncroChat : des tonnes de drogues, des millions d'euros, des centaines d'arrestationsCrédits : stevanovicigor/iStock/Thinkstock

En piratant la messagerie chiffrée EncroChat (cf notre compte-rendu), utilisée par des narcotrafiquants du monde entier, les cybergendarmes français ont déstabilisé le trafic de stupéfiants, du Mexique aux Pays-Bas. Partout dans le monde, des réseaux d’ampleurs tombent et les saisies explosent, narre Le Parisien, qui qualifie l'opération de « coup de maître ».

En France, 500 usagers ont été géolocalisés et plus de 70 enquêtes ont été ouvertes. En août, ce sont de discrets trafiquants de Rouen qui ont été arrêtés avec 65 kg d'héroïne. Deux mois plus tard, des « logisticiens du stup » sont interpellés avec 800 kg de résine à Perpignan. Juste avant Noël, un trafiquant de Hayange (Moselle) en affaire avec des grossistes hollandais est surpris avec 42 kg d'héroïne et 4 kg de cocaïne… Ces derniers jours encore, la SR de Reims et la PJ de Nancy ont saisi 600 kg de cannabis et interpellé une « des plus grosses équipes du secteur ».

Mais la France n'est que la partie émergée de l'iceberg, précise Le Parisien. Dès l'intrusion dans les serveurs de l'opérateur, les gendarmes ont abreuvé leurs confrères du monde entier d'informations. Les agents de la DEA – l'agence anti-drogue américaine – rapportent ainsi, dans un rapport de février 2020 qui a fuité sur Internet, que certains barons du redoutable cartel mexicain de Sinaloa, principal importateur de cocaïne aux États-Unis, utilisaient les téléphones EncroChat.

« Plus de 1000 arrestations dans le monde découlent du travail des cyber-enquêteurs français », appuie un haut fonctionnaire. Au seul niveau européen, le parquet de Lille a ainsi reçu « 230 demandes d'entraides ». L'une des opérations les plus spectaculaires a abouti à l'interpellation de 45 personnes au Brésil, aux Pays-Bas, en Espagne ou à Dubaï. Ils sont suspectés de l'importation de 45 tonnes de cocaïne en Europe. Grâce à cette enquête, les autorités ont saisi 15 millions d'euros en cash ainsi que 170 propriétés, 70 véhicules de luxe et 37 avions…

D’après les informations du Parisien, d'autres conversations piratées par les gendarmes ont permis au parquet fédéral belge de réaliser, fin octobre, une saisie record de plus de 11 tonnes de cocaïne dans le port d'Anvers. Valeur marchande : 450 millions d'euros. 

E3 2021 : vers un événement de trois jours en ligne ?

C’est en tout cas ce qu’indique Video Games Chronicles en se basant sur des documents qui auraient été envoyés aux éditeurs. 

« L’Entertainment Software Association a l’intention d’organiser plusieurs sessions de présentation de deux heures pour ses partenaires et une cérémonie de remise de prix », expliquent nos confrères. Les dates resteraient les mêmes : les 15, 16 et 17 juin, avec une avant-première pour les médias le 14 au soir.

Pour rappel, l’édition 2020 de l’E3 avait été annulée et aucun événement virtuel n’avait pris sa place. 

Envie de devenir astronaute ? L’Agence spatiale européenne recrute

La procédure de candidatures débutera le 31 mars 2021 et restera ouverte jusqu’au 28 mai 2021. L’ESA rappelle qu'aucun nouveau recrutement n'avait eu lieu dans ce domaines depuis 11 ans.

« Le processus de sélection en six étapes commencera ensuite, et devrait s’achever en octobre 2022 ». L’Agence « encourage vivement les femmes à postuler, car [elle] cherche à renforcer la diversité des genres dans ses rangs ». 

Une conférence de presse sera donnée le 16 février avec de plus amples informations pour les personnes intéressées.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !