LeBriefdu 29 janvier 2021
Abandon de l'enceinte Djingo : Orange va rembourser intégralement ses clients et promet un recyclageCrédits : David Legrand

C'est l'épilogue de cette courte aventure. Nous avions appris il y a quelques mois la fin de la commercialisation de cet appareil, développé avec Deutsche Telekom et au cœur des ambitions d'Orange à son lancement. 

Depuis, le FAI nous avait confirmé qu'il allait indemniser ses clients mais sans entrer dans les détails, notamment sur ce qui attendait les produits, n'ayant plus d'utilité une fois les serveurs coupés. Comme une illustration des débats sur l'obsolescence logicielle.

Sans nouvelles sur le sujet, nous avons questionné hier Sylvain Bruno, directeur des relations médias et influence digitale du groupe. Il nous a confirmé le choix non pas d'une transformation du produit en enceinte connectée ouverte ou sans Djingo, mais d'un remboursement intégral des clients, un formulaire dédié étant disponible en ligne.

On y apprend que le service cessera avant le 31 mars. D'ici là, toutes les données personnelles collectées seront supprimées par Orange. Les clients peuvent le faire par avance à travers l'application de gestion de l'enceinte Djingo. 

« A partir de cette date, plus aucune interaction ne sera possible avec votre enceinte vocale. Pour vous dédommager, Orange vous propose le remboursement intégral de l’achat de votre Speaker Djingo, soit 149,99€ (le produit doit avoir été acheté au préalable dans une boutique Orange ou sur orange.fr) ».

Les clients doivent pour cela renvoyer l'enceinte (aux frais d'Orange), le remboursement étant envoyé sous 30 jours. 

Concernant un éventuel recyclage, il nous précise qu'il est bien prévu, sans livrer trop de détails sur la méthode qui sera retenue : « Nous étudions différentes formes de recyclage pour aller au-delà du plastique notamment de la seconde main pour certains équipements ». Peu après notre échange, le compte Twitter Orange France diffusait ces mêmes informations.

Prix « protection de la vie privée » CNIL-Inria : une étude des publicités politiques sur Facebook récompensée

Cet été, les deux instituts donnaient le coup d’envoi de la cinquième édition de leur concours. Plus d’une cinquantaine de publications ont été soumises.

Cette année, le lauréat est un article intitulé « Facebook Ads Monitor: An Independent Auditing System for Political Ads on Facebook ». Il présente « un système d'audit indépendant pour les publicités politiques publiées sur Facebook ».

« Déployé dans le cadre des élections brésiliennes de 2018, ce système d’audit a révélé que de nombreuses publicités politiques n'étaient pas signalées comme tel dans la bibliothèque de Facebook (Facebook Ad Library for political ads), soulignant l'importance de disposer de plateformes d'audit indépendantes concernant la diffusion de publicités de nature politique », explique la CNIL.

En plus, le jury mixte CNIL-Inria « a également souhaité mettre en avant deux articles qui font état de travaux de recherche exceptionnels en matière de protection de la vie privée, avec un impact très important sur la société et l'industrie : "Automatically Detecting Bystanders in Photos to Reduce Privacy Risks" et "No boundaries: data exfiltration by third parties embedded on web pages" ».

Une nouvelle étape vers l’assujettissement des ordinateurs à la copie privée

C’est l’Institut CSA qui a été choisi par la Commission Copie privée pour réaliser l’étude d’usages concernant les disques durs internes aux ordinateurs. La société était en concurrence avec GFK. 

Les 12 ayants droit ont voté pour l’Institut CSA, les 6 représentants des industriels pour GFK. Les 6 représentants des consommateurs n’étaient pas présents. Le secteur culturel étant en force, il a pu imposer ses  vues, comme à chaque fois au sein de cette instance où ils sont en force.  

« Le choix final du titulaire du marché revient au ministère en tant que pouvoir adjudicateur », a rappelé Jean Musitelli, président de la Commission Copie privée. Cette désignation va permettre d’enclencher la vitesse supérieure vers l’assujettissement des ordinateurs fixes et portables. 

Il suffira en effet que les études d’usages révèlent que les particuliers ont réalisé des copies d’œuvres sur leur ordinateur pour que les ayants droit puissent butiner des millions d’euros supplémentaires de redevance. 

Combien ? Tout dépendra du barème qui sera adopté au sein de cette instance où ils sont en capacité de déterminer les montants qu’ils vont toucher.  En 2019, ils avaient collecté près de 270 millions d’euros, dont 70 % sur les smartphones.

Tristan Nitot rejoint Unsearch

Un peu moins d'un an après son départ de Qwant et une période de repos/confinement, il reprend une activité liée à des sujets qu'il connaît bien puisque ce projet consiste en « une série de produits à l’intersection des navigateurs Web et des moteurs de recherche, avec pour idée le fait de personnaliser l’expérience et de faire remonter des résultats spécialisés et de confiance pour l’utilisateur ».

Il y retrouve un « vieux complice Jb Piacentino » avec qui il a déjà travaillé chez Mozilla (où il était en charge de Thunderbird) et Qwant (où il a monté Qwant Junior). Il est le fondateur d'EdTech One, qui porte le projet.

Celle-ci vient d'ailleurs de remporter un appel à projet du Ministère de la culture sur les services numériques concernant une « extension de navigateur web pour la mise en valeur des actualités culturelles régionales dans les résultats de recherche ».

Nitot promet très bientôt d'autres annonces et précise qu'il continuera de s'intéresser aux questions d'impact environnemental du numérique et à œuvrer comme conférencier. Son objectif étant à terme de soutenir différents projets proches de ses valeurs.

Écoblanchiment : « la moitié des allégations environnementales ne sont pas étayées par des preuves »Crédits : luza studios/iStock

Tous les ans, la Commission européenne effectue un « coup de balai » : des contrôles « simultanément sur différents sites web pour détecter d'éventuelles infractions au droit de l'UE en matière de protection des consommateurs dans un secteur particulier ».

Cette année, les « entreprises qui prétendent vendre des produits respectueux de l'environnement » étaient dans le viseur, notamment car les consommateurs sont de plus en plus à la recherche de tels produits.

Les résultats ne sont pas bons : « Les autorités nationales de protection des consommateurs avaient des raisons de croire que dans 42 % des cas, les allégations étaient exagérées, fausses ou fallacieuses et pouvaient éventuellement être considérées comme des pratiques commerciales déloyales en vertu des règles de l'UE ».

Après un premier tour d’horizon, les autorités se sont concentrées sur « 344 allégations qui semblaient douteuses et ont fait les constats suivants » :

  • « dans plus de la moitié des cas, l'opérateur commercial n'a pas fourni suffisamment d'informations pour permettre aux consommateurs de juger de l'exactitude de l'allégation
  • dans 37 % des cas, l'allégation comportait des affirmations vagues et générales mentionnant des termes tels que «conscients», «respectueux de l'environnement» et « durables », visant à donner aux consommateurs l'impression non étayée qu'un produit n'avait pas d'incidence négative sur l'environnement;
  • dans 59 % des cas, l'opérateur n'avait pas fourni de preuves facilement accessibles à l'appui de son allégation ».

Les autorités nationales vont prendre contact avec les entreprises concernées pour leur signaler les problèmes et « veiller à ce qu'ils soient corrigés si nécessaire ». Pour ajouter de l’eau à son moulin, la Commission explique que ce « coup de balai » a aussi été donné dans le monde entier, « sous l'égide du réseau international de contrôle et de protection des consommateurs (RICPC). Le RICPC publie également ses résultats aujourd'hui, qui montrent des tendances similaires ».

Free améliore les débits d'upload de la Freebox Pop en xDSL

Depuis son lancement l'été dernier, certains utilisateurs se plaignaient d'avoir une synchronisation à un débit plus faible qu'avec une Freebox Révolution par exemple.

La version 4.2.8 publiée aujourd'hui doit résoudre le problème, même s'il ne semble pas encore totalement réglé. Affaire à suivre… Les notes de version précisent que des soucis de stabilité en cas d'appel téléphonique sont également réglés sur les Server des Freebox Delta et Pop. 

Enfin, une phase de bêta doit commencer pour SMBv2, avec inscription sur le bug tracker. Mais celle-ci ne semble pas encore proposée.

Mars : la caméra CaSSIS de la sonde ExoMars a pris sa 20 000e photo

En 2016, l’Europe envoyait la première partie de sa mission ExoMars vers la planète rouge. Elle était composée d’un module Trace Gas Orbiter et d’un atterrisseur Schiaparelli qui s’est malheureusement écrasé à grande vitesse au sol. 

Trace Gas Orbiter continue de vivre sa vie et l’Agence spatiale européenne annonce que sa caméra CaSSIS a pris sa 20 000e photo. La suite est pour rappel en préparation, mais avec beaucoup de retard puisqu’elle est passée de 2018 à 2020 et maintenant 2022.

Le Project Zero de Google se penche sur la sécurité améliorée de… iMessage dans iOS 14Crédits : HYWARDS/iStock

Dans notre article hier, nous avons vu comment Facebook pestait contre l’arrivée prochaine de l’ATT sur iOS 14, qui forcera les applications à demander l’autorisation pour accéder à l’identifiant unique publicitaire (IDFA).

Mark Zuckerberg, durant la présentation des derniers résultats trimestriels de son entreprise, s’en est notamment pris à iMessage, dont les sauvegardes sur iCloud ne sont pas protégées par le chiffrement de bout en bout.

Et voilà que Google, relativement silencieux sur la thématique de la publicité et même « bon élève » en implémentant la solution d’Apple, décide justement de publier un article sur iMessage. Via son Project Zero, on en apprend davantage sur le sérieux renforcement de la sécurité avec iOS 14.

Selon Google, un pirate cherchera idéalement à obtenir une corruption de mémoire ne requérant aucune interaction de l’utilisateur. Il faut alors au minimum les éléments suivants : une vulnérabilité, une manière de casser l’ASLR à distance, un moyen de transformer la vulnérabilité en exécution distante de code et une méthode pour s’échapper de la sandbox.

L’article explique qu’avec iOS 14, Apple a largement remanié le fonctionnement d’iMessage et a introduit un service pour en renforcer la sécurité, BlastDoor. Il s’agit d’une nouvelle sandbox, beaucoup plus stricte, écrite en Swift (langage memory safe) et responsable de l’analyse des données provenant de sources non sûres, par exemple NSKeyedArchiver.

Google ajoute qu’Apple s’est également débarrassé d’une ancienne faiblesse de son implémentation d’ASLR : le cache partagé, ce qui permettait une attaque spécifique sur cette région. iOS 14 détecte ce type d’attaque et, le cas échéant, lance une nouvelle randomisation du cache.

En outre, le service BlastDoor rend les tentatives de casser d’ASLR par force brute plus complexes. Un mécanisme d’étranglement (throttling) exponentiel a été mis en place, géré par launchd. Si l’attaque provoque un plantage du processus, BlastDoor double à chaque fois le temps d’attente avant qu'une nouvelle tentative puisse être faite, jusqu’à un maximum de 20 min (a priori). L’attaque aurait ainsi besoin d’une demi-journée pour réussir sur ce point, là où il fallait auparavant quelques minutes.

Le papier, très technique, se conclut sur une note évidemment très positive, Google félicitant Apple pour les mesures proactives faites sur iMessage, la société ne s’étant pas contentée de corriger quelques bugs.

Mark Zuckerberg pourrait toujours faire valoir que cela ne résout en rien le problème des sauvegardes non chiffrées de bout en bout sur iCloud. Mais cela ne résout en rien non plus le problème des communications non chiffrées de bout en bout de Messenger.

Un anime Tomb Raider en préparation sur Netflix

C’est via un tweet que la plateforme de streaming annonce la nouvelle. L’anime est réalisé en partenariat avec le studio Powerhouse (Castlevania) : « On suivra Lara Croft après les événements de la dernière trilogie rebootée par Square Enix ».

Aucune précision supplémentaire n’est donnée, si ce n’est que « l’exploration démarre prochainement ». 

Brave propose désormais le moteur de recherche Ecosia

Promettant de respecter votre vie privée et de planter des arbres, basé sur Microsoft Bing, le service se dit proche des valeurs du navigateur qui l'intègre aujourd'hui dans sa liste.

On peut ainsi l'utiliser à la demande ou par défaut. Pour rappel, le Français Qwant est également partenaire de Brave depuis septembre 2018

Mozilla confirme : Firefox pour ordinateur ne gèrera pas les Progressive Web Apps

Supportées par Google et Microsoft, elles sont faciles à installer, basées sur des standards du web et ne nécessitent pas de passer par une boutique applicative. Elles sont également un bon moyen d'accès à certains outils depuis Linux. Une conception proche des valeurs de Mozilla.

Pourtant, son navigateur Firefox a toujours boudé ces « PWA », à peine gérées sur mobile et pas sur les PC de bureau. Les développeurs ont d'ailleurs décidé il y a deux mois de retirer la fonctionnalité SSB (site-specific browsers), permettant de les utiliser un peu comme une application et qui était en test.

Un long débat s'en était suivi, mais rien n'a changé : tout sera retiré d'ici Firefox 86. L'équipe avait alors indiqué qu'il n'y avait aucune volonté de gérer les PWA de la sorte dans Firefox à l'avenir, évoquant un bénéfice jugé trop faible pour les utilisateurs.

Interrogé par nos confrères de Fast Company, l'éditeur confirme la décision et sa motivation, indiquant que l'équipe préfère se focaliser sur des fonctionnalités apportant de la valeur aux utilisateurs. Espérons pour lui que l'absence de cette fonctionnalité ne les pousse pas tout simplement à changer de navigateur...

Microsoft publie un paquet NuGet pour faciliter l'utilisation de DirectML par les développeurs

Disponible depuis quelques temps maintenant, l'API est pour le moment assez peu exploitée, notamment dans les applications grand public. Elle permet pour rappel d'entraîner des réseaux de neurones et d'utiliser les modèles qui en sont issus (inférence), les calculs pouvant être traités par exemple par des GPU DirectX 12 en profitant d'éventuelles accélérations.

Pour tenter d'inverser la tendance, l'éditeur annonce sa distribution sous la forme d'un paquet NuGet, espérant que cela incitera les développeurs d'applications Win32, UWP et WSL à en tirer partie. Il livre quelques exemples, comme SuperResolution qui permet d'augmenter la définition d'une image en temps réel dans les jeux, à la manière du DLSS de NVIDIA.

Une solution notamment promise sur XBox et dont AMD parle depuis quelques années, sans jamais l'avoir mise en œuvre. Mais qui devrait enfin aboutir. D'autres exemples sont disponibles avec leur code source par ici.

Ubuntu 21.04 va à nouveau tenter Wayland par défaut

Lors du développement d’Ubuntu 17.10, Canonical avait tenté d’utiliser le nouveau serveur d’affichage par défaut, en remplacement de X.org, qui restait bien sûr comme solution de fallback. Ce fut un échec et la société n’avait plus essayé depuis.

Avec l’arrivée d’Ubuntu 21.04, Canonical veut retenter. Dans une note, la société explique que nombre d’obstacles ont depuis été balayés, notamment avec le partage d’écran.

Ce qui ne signifie pas que la prochaine Ubuntu aura forcément Wayland par défaut. Avec une sortie prévue en avril et une bêta qui devrait arriver deux semaines avant, il reste entre deux et trois mois aux développeurs pour tester la fiabilité d’une session Wayland par défaut.

Rappelons que Fedora a fait de Wayland son serveur d’affichage par défaut depuis la version 25, sortie… en novembre 2016. La distribution a certes essuyé en partie les plâtres, mais elle n’est jamais revenue sur sa décision, chaque nouvelle mouture améliorant significativement ce support.

Telegram permet l’import des historiques WhatsApp

Depuis hier, il est possible d’importer dans Telegram les discussions WhatsApp. Il ne s’agit pas d’un détournement, mais simplement d’une compatibilité avec une fonction de WhatsApp, qui permet effectivement d’exporter les conversations.

La manipulation est simple, mais il va falloir la répéter pour chaque discussion, qu’elle soit simple ou de groupe. Sur Android, on passe par ⋮ > Plus > Exporter discussion, puis on choisit Telegram dans le panneau qui s’ouvre. 

Sur iOS, on se rend dans les informations de discussions (on clique sur le nom en haut) puis sur Exporter discussion en bas, et on choisit Telegram. Depuis la liste des conversations, on peut également en faire glisser une vers la gauche pour laisser apparaitre les trois points, depuis lesquels l’export sera disponible.

Dans les deux cas, on aura le choix entre un export du texte et l’inclusion des médias.

Un cercle apparait alors, qui se remplira plus ou moins vite en fonction de la quantité de messages, photos, vidéos et autres messages vocaux. S’il s’agit d’un ancien groupe avec des milliers de messages et autres contenus, la procédure peut prendre un certain temps.

Attention, il faut que le contact ou le groupe existe déjà dans Telegram pour que le contenu puisse y être déversé. Telegram demande en effet après dans quelle conversation doit être déposé le résultat.

Dans sa dernière mise à jour, Telegram permet également de supprimer les échanges secrets, groupes et historique d’appels, sans laisser de traces chez les autres utilisateurs. Cette fonction n’était disponible jusqu’à présent que pour les messages et les discussions classiques en tête à tête.

Windows Terminal Preview 1.6 donne accès aux paramètres (entre autres)

Attendue depuis des mois, cette fonctionnalité n'est pas encore tout à fait finalisée. L'équipe précise par exemple qu'il faut encore lui attribuer manuellement un raccourci clavier, que des sauvegardes des fichiers sont réalisées par sécurité, etc.

Cette mouture apporte aussi d'autres avancées comme la gestion des indicateurs de progression, la définition d'actions à activer au démarrage ou encore la possibilité d'utiliser les Pixel Shaders pour personnaliser le profil utilisateur. Tout est détaillé par ici.

N26 revendique 7 millions de clients

La néo-banque, qui vient de fêter ses six ans, affirme avoir dépassé ce cap. « En 2020, nous avons également atteint un volume record de transactions mensuelles : plus de 5,5 milliards d'euros à la fin de l'année », ajoute-t-elle

L’entreprise vient pour rappel de lancer une nouvelle offre intermédiaire à 4,90 euros par mois, afin de pousser ses clients gratuits à sauter le pas, sans devoir souscrire à une offre à 9,90 euros par mois minimum.

Microsoft détaille les évolutions qui attendent Edge

On ne pourra pas dire que l’entreprise aura été avare de communication sur son navigateur depuis ses débuts. Mais les informations avaient tendance à être éclatées entre plusieurs sites, pas nécessairement très accessibles au grand public.

Pour y remédier, la section « Et ensuite » du site Insider a été mise à jour. On y trouve maintenant une feuille de route détaillée sur l’ensemble des fonctions publiées, en cours de déploiement ou de développement.

Un champ de recherche permet de trouver une fonction ou autre directement, tandis que des arborescences classent l’ensemble des développements par thématiques. On peut par exemple filtrer la liste pour ne garder que ce qui touche aux API, aux extensions, à la synchronisation ou à macOS.

La liste sera mise à jour toutes les six semaines, à chaque publication d’une nouvelle bêta. C’est en effet à ce moment-là que sont figées les fonctions qui partiront en canal stable.

Les informations vont pour l’instant jusqu’à Edge 91, la 88 venant d’être diffusée. Mais la liste peut déjà être améliorée, car on ne peut pas classer simplement par date, ou par version prévue.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !