Des pirates d'État iraniens s'emparent des comptes de trois experts internationaux

« Au moins » 18 « activistes, journalistes, chercheurs, universitaires, diplomates et personnalités politiques de haut niveau travaillant sur les questions du Moyen-Orient » ont été la cible du groupe iranien APT42, dont le journaliste Pierre Alonso (spécialiste de l'Iran) de Libération.

L'ONG Human Rights Watch révèle en effet qu'ils ont été visés par une campagne de spear phishing (hameçonnage ciblé) sur WhatsApp censé émaner d'un think tank basé au Liban, et les invitant à cliquer sur un lien pour assister à une conférence.

L’opération aurait fait au moins trois victimes : « un correspondant d’un grand journal américain, une défenseuse des droits des femmes basée dans la région du Golfe et Nicholas Noe, un consultant travaillant pour Refugees International au Liban ». 

APT42 aurait ainsi pu accéder à leurs e-mails, données dans le cloud, calendriers et contacts, via leurs comptes Microsoft, Yahoo ou Google, ainsi que l'historique des recherches en ligne, de la géolocalisation et des informations de paiement d'un compte Google.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !