Le père spirituel des lanceurs d'alerte était la botte secrète de WikiLeaks

« J'étais en possession de la totalité des informations confiées [à Wikileaks, ndlr] par Chelsea Manning avant même qu'elles ne soient rendues publiques », a confié Daniel Ellsberg à la BBC : « Assange pouvait compter sur moi pour trouver un moyen de les faire sortir ».

Considéré comme le premier lanceur d'alerte, Ellsberg, qui a désormais 91 ans, s'était fait connaître pour avoir réussi à rendre public dans la presse les Pentagone Papers en 1971, des documents « Top Secret » de l'administration américaine au sujet de la guerre du Vietnam. 

Il avait alors été qualifié d' « homme le plus dangereux en Amérique » par le secrétaire d'État Henry Kissinger, mais également espionné et harcelé par les autorités.

En 2012, il contribuait à la création de la Freedom of the Press Foundation (FPF), créée en soutien au blocage financier de WikiLeaks, et où l'a rejoint Edward Snowden en 2014, avant d'en devenir le président en 2016.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !