LeBriefdu 12 janvier 2021
Après les émeutes à Washington, Twitter explique ses actionsCrédits : DKart/iStock

Dans un billet publié il y a à peine quelques heures, Twitter a tenu à expliquer les actions décidées dans le sillage des émeutes à Washington, après un rappel : tout comportement en ligne pouvant mener à des blessures physiques fera l’objet de « mesures fortes ».

Des milliers de comptes dédiés au partage des contenus QAnon ont ainsi été suspendus dans l’après-midi de vendredi dernier (8 janvier). Beaucoup possédaient des comptes multiples, faisant grimper le nombre de comptes jugulés à plus de 70 000 depuis trois jours. 

Twitter revient sur les dernières semaines, et surtout sur les informations fausses ou trompeuses, couramment utilisées pour inciter à la violence. Des actions ont été prises en se basant sur la politique maison d’intégrité civique. Politique renforcée « agressivement » une fois la confirmation de Joe Biden faite par le Congrès. Retweeter plusieurs fois par exemple du contenu étiqueté comme suspicieux peut conduire à une suspension du compte.

L’entreprise américaine fait ensuite le compte des mesures diverses prises pour limiter les dégâts. Par exemple, le déploiement continu de technologies conçues pour mettre en lumière les contenus problématiques. Un mélange d’IA et de supervision humaine.

La politique sur les tweets étiquetés comme violant la politique d’intégrité civique change en outre dès aujourd’hui. Ces tweets ne peuvent plus désormais faire l’objet d’une réponse, d’un like ou d’un retweet. La citation reste possible, pour ajouter du contexte et des opinions.

Les recherches et tendances sont également affectées. Depuis la fin de semaine dernière, tout terme prohibé par l’un des ensembles de règles du service empêchera un contenu l’employant de ressortir dans les recherches et tendances, limitant sa visibilité. 

Enfin, Twitter explique que des personnes peuvent voir des fluctuations dans leur nombre d’abonnés. Il peut s’agir de comptes ayant un comportement de spammeur, auquel cas des opérations de vérification sont lancées. Pendant que le compte est analysé – des opérations sont demandées à son possesseur – il n’apparait plus dans les abonnements. 

Des explications pour montrer l’engagement, dans un contexte très particulier, d’un Twitter copieusement critiqué depuis plusieurs jours. 

Bien qu’il s’agisse d’une entreprise privée pouvant faire appliquer ses propres règles, un débat s’est engagé sur la liberté de la parole dans des plateformes privées si vastes que leur légitimité modératrice est remise en question.

La question est vive depuis la suspension du compte de Donald Trump. Un jeu d’équilibriste pour Twitter, entre ses affirmations de longue date de laisser la parole aux dirigeants (contenus qualifiés d’intérêt public) et le besoin de limiter la casse, au vu des évènements du Capitole.

Certains reprochent surtout à Twitter un opportunisme : il était plus simple de s’en prendre à Donald Trump une fois la confirmation de Joe Biden passée au Sénat et de paraitre comme étant « du bon côté ». Mais cette critique peut s’adresser à toute une partie de la Silicon Valley. 

La Direction Interministérielle du Numérique (DINUM) lance un marché public sur Tchap

Le marché porte « sur le fonctionnement et le développement du service de messagerie instantanée 'Tchap' », la messagerie chiffrée délivrée aux agents de l'État.  

L'accord-cadre de 48 mois, repéré par Acteurs Publics, a pour valeur estimée 4,7 millions et porte sur des prestations de services en ingénierie informatique.

Il est composé des prestations suivantes : « le support du service, le maintien en condition opérationnelle, le maintien en condition de sécurité [et enfin,] l'amélioration continue du service ». 

Selon le cahier des clauses administratives du marché, le service comptait 150 000 inscrits en mai 2020, mais doit franchir le cap des 300 000 cette année.

« L’utilisation des services WhatsApp et Telegram comme messagerie instantanée professionnelle s’étend dans l’administration », ajoute le même document avant de tempérer : « ces applications sont inadéquates, elles ne correspondent pas à des usages professionnels, et ne permettent pas de garantir la sécurité des données échangées ». 

D’où le choix de Tchap, une solution davantage « maitrisée et sécurisée ».

Brexit : « quel impact sur notre vie quotidienne ? » Les réponses du Parlement européen

L’institution revient sur ce changement majeur pour l’Europe, la France et le Royaume-Uni. Ce dernier a pour rappel quitté l'Union européenne le 31 janvier 2020, suite à une période de transition. 

« Fin décembre 2020, après d’intenses négociations, un accord a été conclu. Bien qu'il soit appliqué à titre provisoire, il devra encore être approuvé par le Parlement européen avant de pouvoir officiellement entrer en vigueur », explique le Parlement.

Dans un communiqué, ce dernier revient sur plusieurs points de la vie de tous les jours : vivre et travailler au Royaume-Uni ou dans l'UE, voyager, la santé, le programme Erasmus, le commerce, etc.

Pour rappel, la Commission européenne avait de son côté publié une très longue foire aux questions fin décembre, après l’annonce de la signature de l’accord. 

Covid-19 : l’Inserm se penche sur le cas des mutations du SARS-CoV-2Crédits : South_agency/iStock

L’Institut commence par rappeler quelques généralités : « Tous les virus mutent : après avoir infecté nos cellules, ils se multiplient en réalisant des copies d’eux-mêmes. Ce processus n’est pas parfait et les copies peuvent comporter des « erreurs » : les fameuses mutations ».

« Ces mutations peuvent n’avoir aucune conséquence, voire même avoir un effet négatif sur le virus. D’autres en revanche peuvent avoir un impact par exemple sur la transmissibilité du virus ou sur la gravité de la maladie ».

Premières données : « Les données cliniques recueillies jusqu’ici confirmeraient que ce variant possède une capacité accrue de transmission (de 50 à 70% supérieure aux SARS-Cov-2 « classiques ») sans modification significative de sa virulence. Le faible nombre de réinfections identifiées ne permet pas de tirer de conclusions sur l’efficacité de la réponse immunitaire croisée entre ce variant et les virus précédents ».

La bonne nouvelle étant que « en l’état, les chercheurs supposent que les mutations de la protéine Spike ne modifieraient pas de façon majeure sa capacité à être reconnu par le système immunitaire ; les vaccins distribués actuellement resteraient donc efficaces ». Cela reste évidemment à confirmer. 

Il rappelle aussi qu’un « autre variant a également été identifié en Afrique du Sud le 18 décembre 2020, désigné sous le nom de « variant 501Y.V2 ». Il présente également des mutations au niveau de la protéine Spike ».

Enfin, « le SARS-CoV-2 va continuer à muter et dans les prochains mois, d’autres variants pourraient potentiellement émerger », indique l’Inserm. Ce dernier rappelle à juste titre que c’est le cas de tous les virus, rien d’exceptionnel donc.

LG va ajouter GeForce Now et Google Stadia sur ses télévisions webOS

Le service de streaming de Google devrait être le premier disponible, durant la seconde moitié de l’année. Celui de NVIDIA arriverait ensuite. Dans les deux cas, les applications seront disponibles dans le LG Content Store.

Dans son communiqué, le fabricant indique que d’anciennes TV avec webOS 5.0 (la dernière étant la 6.0) profiteront aussi de Stadia, sans donner plus de détail.

Aujourd’hui, une série de conférences sur l'intelligence artificielle et le langageCrédits : Menno van Dijk/iStock

Il y a peu, le CNRS a mis en ligne un dossier regroupant plusieurs articles autour de ce vaste sujet, qui soulève plusieurs questions : « Les algorithmes peuvent-ils identifier l'émotion ou le sarcasme d'un commentaire sur les réseaux sociaux ? Diagnostiquer une maladie juste en "écoutant" une personne parler ? Comment améliorer les traducteurs automatiques ? ».

Toute la journée, le GDR TAL (Groupement De Recherche Traitement Automatique des Langues) propose une série de conférences avec « un tour d’horizon des récentes avancées des technologies des langues pour des applications au cœur de notre société ».

« Nous verrons comment est utilisée l’intelligence artificielle, en particulier les nouvelles approches exploitant les réseaux de neurones profonds, pour aider différents acteurs de la société : formateurs, journalistes, scientifiques, médecins, mais aussi le grand public », expliquent les organisateurs.

Les conférences débutent à 9h30 par le discours de la directrice du GDR TAL. Le programme de la journée est disponible par ici.

Salesforce bloque les emails de la campagne Trump

Salesforce annonce avoir « pris des mesures pour empêcher l’utilisation de nos services d’une manière qui pourrait amener à de la violence ». Sans donner plus de précisions, si ce n’est que le RNC (Comité National Républicain) reste tout de même un client de la firme américaine spécialisée dans les logiciels CRM.

En amont des évènements du Capitole, la campagne Trump avait envoyé des emails expliquant que la campagne était frauduleuse. 

Selon Motherboard, « la campagne Trump a envoyé 569 emails entre le 3 novembre et le 6 janvier, dont 4 le jour de l’intrusion ». 

Campaign Monitor, une autre plateforme d’emailing, avait annoncé le 7 janvier rompre son contrat avec la campagne Trump. 

Voitures (semi-)autonomes : Aptiv et Panasonic présentent leurs nouveautés au CES

Aptiv est loin d’être un nouveau venu sur ce segment, la société s’est par exemple déjà associée à Lyft pour des expérimentations. 

Cette fois-ci, il ne s’agit pas de véhicules totalement autonomes, mais d’aides plus ou moins évoluées à la conduite (niveau 1 à 3) avec des tarifs plus accessibles. Aptiv veut ainsi démocratiser ses fonctionnalités et espère conquérir de nouvelles parts de marché. La société présente aussi un nouveau « système nerveux » pour échanger les données et l’énergie des capteurs de manière plus rapide et efficace.

De son côté, Panasonic propose une caméra Wi-Fi à installer derrière une remorque par exemple, pour continuer à voir ce qui se passe si la caméra de la voiture est bloquée. Le fabricant veut aussi améliorer les systèmes d’infodivertissements avec un son immersif, en partenariat avec Klipsch et Dolby Atmos. 

Il est également question d’améliorer le système HUD (Head Up Display ) avec toujours plus d’informations pertinentes en temps réel. Une vidéo de démonstration, repérée par Engadget, a été mise en ligne par ici.

« Votre pénis est à moi » : le drame d’une ceinture de chasteté connectée piratéeCrédits : SIphotography/iStock

L’histoire nous a montré à de nombreuses reprises que les objets connectés peuvent contenir des failles plus ou moins importantes. Pour certains, la leçon va être plus douloureuse que pour d’autres.

En octobre, des chercheurs alertaient d’un risque avec les ceintures de chasteté connectées (Cellmate de Qiui) pouvant être piratées à distance. Et ce qui devrait arriver arriva (on se demande même pourquoi ce fut aussi long) comme le rapporte Motherboard.

Un pirate a pris possession à distance des petits objets connectés que les amateurs du genre se placent sur le sexe, et demande une rançon pour le déverrouiller. On imagine rapidement le malaise si le produit était en cours d’utilisation. 

Sous couvert d’anonymat (inutile de préciser pourquoi), une des victimes explique qu’on lui demande de débourser 0,02 bitcoin, soit un peu moins de 600 euros, pour être libérée et délivrée. Fort heureusement pour lui, son Cellmate n’était pas installé sur son engin au moment du piratage.

Cette histoire rappelle une fois encore qu’il est important de bien vérifier à qui on accorde sa confiance pour la gestion de ses données personnelles… mais aussi de ses parties génitales.

Facebook renforce sa modération pour les deux prochaines semaines

Dans un billet publié hier soir par les vice-présidents Guy Rosen et Monika Bickert, le réseau social explique traiter les deux prochaines semaines comme un « événement civique majeur ».

La modération sera donc plus agressive, Facebook supprimant par exemple les contenus intégrant la phrase « stop the steal » (« arrêtez le vol »), en référence au slogan scandé par des supporters de Donald Trump depuis l’élection, qu’on lui a volée selon lui.

Difficile pour les plateformes de faire autrement. Le FBI a prévenu que des protestations armées sont prévues dans les 50 capitales américaines, ainsi qu’à Washington. Dans cette seule ville, 15 000 soldats de la Garde nationale seront déployés. Les réseaux sociaux ne prendront donc pas le risque de se voir reprocher un laxisme dans un climat aussi tendu.

Et les occasions ne manquent pas pour affirmer que tout a été fait et que la diffusion des incitations à la violence s’est faite chez les autres. Dans une interview à Reuters hier, Sheryl Sandberg, directrice des opérations, est revenue sur les évènements du Capitole :

« Nous avons, encore une fois, supprimé QAnon, Proud Boys, Stop the Steal, tout ce qui se rapportait à de potentielles violences la semaine dernière. L’application de nos règles n’est jamais parfaite, je suis donc certaine qu’il reste des choses sur Facebook. Je pense que ces évènements ont été en grande partie organisés sur des plateformes n’ayant pas notre capacité à arrêter la haine, nos standards ou notre transparence ».

Du stockage de photos à la reconnaissance faciale : la FTC tape du poing sur la tableCrédits : imaginima/iStock

Via un communiqué, la Federal Trade Commission explique comment la société Everalbum a pivoté en « oubliant » de prévenir ses clients. Elle proposait une application gratuite, Ever,permettant de stocker et modifier des photos, puis elle a changé de modèle – et de nom (Paravision AI) – pour se tourner vers la reconnaissance faciale… Vous voyez venir la suite ?

« Everalbum a fait la promesse que les utilisateurs pourraient choisir que leurs images ne soient pas utilisées pour des technologies de reconnaissance faciale, et que les utilisateurs pourraient supprimer les photos et leur compte », explique la FTC.

Cette dernière ajoute que Everalbum avait la preuve que de nombreux utilisateurs de l'application photo « ne voulaient pas être liés à la reconnaissance faciale ». Problème, la société a « cassé ses promesses, ce qui constitue une tromperie » pour la FTC.

En conséquence, « l'entreprise doit supprimer les technologies de reconnaissance faciale améliorées grâce à des photos obtenues de manière incorrecte ». C’est un changement de cap important puisque les sociétés pouvaient auparavant conserver les algorithmes et technologies dans ce genre de situation.

Par contre, aucune sanction financière n’est actée. « C'est malheureux », reconnaît la FTC qui compte changer son fusil d’épaule : « Pour éviter cela à l'avenir, la FTC doit prendre des mesures supplémentaires pour déclencher des sanctions, des dommages-intérêts et d'autres mesures en cas d'abus de reconnaissance faciale et de protection des données ».

À The Verge, Paravision affirme que les demandes de la FTC « reflètent un changement qui a déjà eu lieu »… mais il faudra comme toujours en pareille situation se contenter de les croire sur parole.

Mac M1 : bientôt un correctif pour les problèmes de Bluetooth ?

Les trois nouveaux Mac à base de puce M1 ont reçu de nombreuses louanges depuis leur lancement : consommation réduite, grande autonomie, bonnes performances… Mais des problèmes sont rapidement apparus avec le Bluetooth.

Mac mini avec Apple M1 : nos premiers résultats (natifs)

Des clients ont commencé à rapporter que les équipements de type clavier ou souris fonctionnaient de manière intermittente, voire ne fonctionnaient pas, particulièrement sur le nouveau Mac Mini. Même les propres AirPods Pro d’Apple semblaient souffrir de cette connexion difficile, au point que l’on peut se demander comment Apple a pu passer à côté.

Si l’on en croit l’écrivain Ian Bogost, Apple aurait dans ses fourneaux un correctif pour ces problèmes. Un tweet rassurant, car cela signifierait que la racine du problème n’est pas matérielle. Cependant, l’information ayant été donnée par le support technique et non directement Apple, on évitera de crier victoire trop vite.

TCL présente son smartphone « Rollable Display », avec écran de 6,7 à 7,8"

Durant sa conférence du CES 2021, TCL a brièvement présenté son terminal avec AMOLED Rollable Display qui peut passer de 6,7 à 7,8" d’une simple pression (voir dans cette vidéo). Pour rappel, LG avait déjà annoncé des TV enroulables au CES 2019.

Nous aurons l’occasion de revenir sur les autres annonces du fabricant au CES 2021.

Le réseau social Parler attaque Amazon, ses métadonnées déjà récupérées

Le réseau a fait beaucoup parler de lui ces derniers jours. Fondé par des conservateurs fortunés, il a notamment servi de refuge à de nombreux supporters de Donald Trump et membres de l’extrême droite. Il aurait servi de support à l’organisation de la prise de contrôle du Capitole.

À la suite de quoi, l’application a été supprimée des boutiques Apple et Google, avant qu’Amazon Web Services débranche à son tour la prise. AWS fournissait l’infrastructure, notamment de base de données.

Depuis, Parler a déposé plainte contre AWS. Le réseau y évoque des « intentions politiques cachées », sur lesquelles il ne revient pourtant pas. Il accuse également AWS de violation des lois antitrust, la coupure de Parler ayant un objectif de réduction de la concurrence, au grand bénéfice de Twitter. 

En attendant, AWS a laissé disponibles les données, en attendant que l’équipe de Parler les transfère ailleurs. Une jeune hackeuse, @donk_enby, a extrait l’intégralité des données du réseau, pour un poids total d’environ 80 To. Des copies ont été envoyées à l’Internet Archive pour archivage.

Elle évoque essentiellement les métadonnées, très nombreuses et complètes, en particulier sur les vidéos. On peut a priori savoir la géolocalisation précise de ces dernières dans la plupart des cas. Un constat étonnant, car la pratique courante en cas d’envoi de photos et de vidéos est de supprimer ces informations.

Pour les autorités, ces métadonnées seraient une mine d’or.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !