Google poursuit son offensive sur Messages, avec « dix nouvelles raisons de l’aimer »

Apple subit actuellement les attaques de Google et Meta sur la messagerie, Mark Zuckerberg ayant frappé récemment avec son arme favorite : WhatsApp. Le fondateur et PDG de Meta donne des leçons de respect de la vie privée.

Côté Google, le combat est clair depuis le passage à RCS : son application Messages fait mieux que celle d’Apple. L’entreprise n’hésite plus à lancer des piques à la Pomme sur ses fameuses bulles vertes, qui indiquent quand l’utilisateur est en simple mode SMS. Et Google le répète : si tout le monde avait le RCS, tout serait infiniment plus simple.

Pour preuve, une liste de dix nouvelles raisons d’apprécier Messages :

  • On peut répondre individuellement à des messages dans une conversation de groupe
  • On peut envoyer des réactions emoji aux SMS reçus d’iPhone
  • Les messages vocaux peuvent avoir une retranscription
  • Les rappels jugés importants sont affichés dans l’application
  • On peut regarder des vidéos YouTube depuis une conversation
  • Messages peut suggérer de mettre en favori un message lui semblant important, comme une adresse, un code de porte, un numéro de téléphone, etc.
  • L’application peut suggérer des réponses
  • Dans certains pays, il est possible de passer par Messages pour contacter une entreprise trouvée dans Search ou Maps
  • Messages est présente sur l’ensemble des systèmes Google
  • À partir de cet automne, le RCS permettra à Messages de continuer à échanger lors de vols commerciaux

Bien sûr, chacun sera plus ou moins sensible à ces arguments. Ce que ne dit pas Google en revanche, c’est que le RCS n’est pas apprécié de tous. On trouve facilement des témoignages de personnes ayant reçu de nombreuses publicités après l’avoir activé. Ce fut très notablement le cas en Inde au printemps dernier, comme le pointaient alors Android Police et 9to5mac.

De nombreux opérateurs passent en effet par Jibe pour la diffusion des messages, dont la plateforme a été rachetée par… Google en 2015. La première offre avait été lancée l'année suivante en partenariat avec Sprint.

La firme est cependant au courant du problème. À Android Authority, en mai dernier, elle reconnaissait que des entreprises abusaient du dispositif. La fonction avait en conséquence été coupée dans le pays, le temps « d’améliorer l’expérience utilisateur ».

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !