Des pistes pour freiner le développement de logiciels espion étatiquesCrédits : atakan/iStock

John Scott-Railton, chercheur au Citizen Lab de l’Université de Toronto et spécialiste de la détection des logiciels espion étatiques, propose que les employés du renseignement du gouvernement américain soient interdits « à vie » de travailler pour des « opérateurs offensifs étrangers », relève ITWorld Canada : « Nous ne laisserions pas un scientifique spécialisé dans les armes nucléaires travailler pour un adversaire potentiel dans trois ans. Nous ne devrions pas le faire avec les technologies de piratage. »

Le Congrès a en effet proposé que les employés du renseignement américain ne puissent être recrutés par des « opérateurs offensifs étrangers » pendant « 30 mois après avoir quitté leur emploi », et qu’ils soient tenus pendant cinq ans de produire des rapports obligatoires sur leurs activités.

Scott-Railton était auditionné par le Comité spécial permanent du renseignement de la Chambre sur la lutte contre les logiciels espions commerciaux étrangers tels que Pegasus du groupe israélien NSO.

Il propose également d'exercer des pressions diplomatiques sur les pays devenus « refuges pour l'industrie des logiciels espions », permettant à ce qu'il qualifie d' « entreprises à problèmes identifiés » de prospérer sans réglementation ni surveillance.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !