Numérique en Europe : en progression, mais peut mieux faireCrédits : code6d/iStock

C’est la conclusion de la Commission européenne, suite aux dernières informations de l’indice relatif à l’économie et à la société numériques (DESI) pour 2022.

La numérisation a largement progressé pendant la pandémie, mais il reste des lacunes. Sont particulièrement mis en avant le manque de compétences numériques, la transformation des PME et le déploiement de la 5G. La Commission note également la faible adoption de certaines technologies « clés » en entreprise, comme les mégadonnées (big data) et l’intelligence artificielle.

« La transition numérique s'accélère. La plupart des États membres progressent dans la construction de sociétés et d'économies numériques résilientes », estime Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive pour une Europe adaptée à l'ère du numérique. Notant cependant les « efforts considérables pour soutenir les États membres dans le domaine de la transition », elle ajoute que « les changements doivent donc se produire dès maintenant ».

« Nous devons redoubler d'efforts pour faire en sorte que l'ensemble des PME, secteurs d'activité et industries de l'UE disposent des meilleures solutions numériques et aient accès à une infrastructure de connectivité numérique de classe mondiale », déclare pour sa part Thierry Breton, commissaire au marché intérieur.

Même les plus avancés – Finlande, Danemark, Pays-Bas et Suède – ont des « lacunes dans des domaines clés : le taux d'adoption des technologies numériques avancées, telles que l'IA et les mégadonnées, reste inférieur à 30 %, très loin de l'objectif de 75 % fixé pour la décennie numérique d'ici à 2030 ».

En revanche, la progression est plus rapide pour les pays qui partaient de plus loin. La Commission note en particulier une amélioration considérable en Italie, Grèce et Pologne.

Outre un vrai problème dans les compétences numériques (« Seuls 54 % des Européens âgés de 16 à 74 ans possèdent au moins des compétences numériques de base »), la Commission pointe un vrai problème dans le déploiement de la 5G.

Si plus de la moitié des ménages en Europe ont désormais la fibre, les réseaux mobiles avancent plus lentement. « Seuls 56 % du spectre harmonisé 5G ont été attribués dans la grande majorité des États membres », note ainsi la Commission, qui pointe également que « certains des taux de couverture très élevés reposent sur le partage des fréquences 4G ou du spectre 5G à faible bande ».

En clair, elle souhaite un passage plus rapide à la 5G SA. La couverture de la population européenne est actuellement de 66 %.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !