Uber avait aussi enrayé les enquêtes judiciaires au moyen d'un « kill switch »

« Pour empêcher les enquêteurs d'avoir accès à ses données lors de perquisitions, Uber avait conçu un "coupe-circuit" qui empêchait l'accès à ses serveurs », révèle la Cellule investigation de Radio France, membre du consortium Uber Files.

« Visée par d'innombrables procédures judiciaires et administratives dans les pays où elle essaie de s'implanter, notamment en Europe », Uber avait développé ce bien nommé « kill switch » afin de permettre à sa hiérarchie d'éteindre en urgence les ordinateurs de ses employés, à distance, dès lors qu'ils étaient informés d'une perquisition.

Il aurait été « activé à 13 reprises entre novembre 2014 et décembre 2015 dans sept pays : France, Inde, Belgique, Pays-Bas, Canada, Hongrie et Roumanie ».

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !