Plus de 50 % des députés caviardent leurs propres pages WikipediaCrédits : SIphotography/iStock

Une enquête des Décodeurs du Monde révèle que « plus de 50 % des pages des députés de la législature sortante (2017-2022) ont été modifiées au moins une fois par l’élu lui-même ou par un membre de son entourage proche – un assistant parlementaire, dans la plupart des cas. »

« Un chiffre auquel on peut ajouter 19,6 % de pages qui présentent une forte suspicion de modification par une équipe parlementaire, sans preuve absolue », précise les Décodeurs dans un encadré détaillant leur méthodologie.

« Ce phénomène semble toucher particulièrement les députés macronistes, dont au moins 63 % ont cédé à la tentation de modifier leur propre page. Beaucoup plus que les socialistes ou les Républicains, qui ne sont que 29 % à l’avoir fait de façon manifeste », précise notre confrère.

Certains ajoutent « de nombreux détails magnifiant leur action parlementaire », de leurs participations à des délégations parlementaires et organisations de réunions publiques à la liste de leurs questions écrites, amendements et propositions de loi, « au point qu’elles s’apparentent plus à un curriculum vitæ qu’à un article encyclopédique » : 

« Au cours de leur mandature, au moins 131 députés ont gonflé leur page Wikipédia en y apportant des détails parfois dispensables, comme la description des « petits boulots étudiants » d’Adrien Quatennens (LFI), la liste intégrale des groupes d’amitiés auxquels a participé Alexandra Valetta-Ardisson (LRM) ou la sensibilité « humaniste et progressiste » d’Audrey Dufeu-Schubert (LRM). »

D'autres, a contrario, caviardent (parfois à répétition) des passages qui fâchent « en s’employant à supprimer tout élément défavorable, taillant dans le texte à grands coups de ciseaux, effaçant tout ce qui pourrait ressembler à une controverse ou un bouche-à-oreille négatif ».

Des caviardages qui, non seulement entrent en contradiction avec les règles de l’encyclopédie en ligne bien, mais sont généralement vains, à mesure que « cette volonté de garder le contrôle sur leur image numérique passe rarement inaperçue », les patrouilleurs et contributeurs de Wikipedia surveillant tout particulièrement les pages politiques, et polémiques, au surplus à l'approche des législatives.

Le Monde a en outre « dénombré une centaine de pages de députés modifiées par un compte anonyme provenant de l’adresse 195.68.34.126… qui correspond aux locaux de l’Assemblée nationale ».

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !