Le revers énergétique « de la rapidité en traitement de l’information »

L’Institut de physique du CNRS revient sur cette question, par l’intermédiaire de Ludovic Bellon, chercheur CNRS à l’ENS Lyon. 

Il explique que « traiter l’information a un coût énergétique qui s’exprime de façon ultime, quel que soit le dispositif utilisé, par une limite thermodynamique en deçà de laquelle on ne peut aller ».

« En simulant expérimentalement l’effacement du contenu d’une mémoire, les physiciens démontrent ici dans quelle mesure l’on s’éloigne de cette limite en agissant vite, même dans le cas où l’on supprime toute dissipation ». Les détails sont donnés par ici.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !