Perquisition chez Orange, accusée de discrimination et d’abus de position dominante

Christel Heydemann, nouvelle directrice générale d’Orange depuis le 4 avril, commence son mandat sur les chapeaux de roue. Capital indique en effet qu’un « “raid surprise'' a été effectué le 10 mars dernier par les agents de l’Autorité de la concurrence ». Deux dossiers sont sur la table.

L’opérateur est tout d’abord accusé de discrimination par Dauphin Telecom qui estime qu’Orange « a privilégié le retour à la normale de ses propres services bien avant les siens » après le passage du cyclone Irma à Saint-Barthélemy et Saint-Martin en 2017.

Autre grief : « des soupçons d’abus de position dominante » sur la fibre optique pour les entreprises, un marché largement dominé par Orange (et dans une moindre mesure SFR). En 2019, l'Association des Opérateurs Télécoms Alternatifs (AOTA) saisissait (pour la seconde fois) l’autorité de la concurrence sur ce sujet. La saisine a été rejetée par l’AdlC, mais cette dernière avait annoncé le « lancement d'une enquête exploratoire ».

Capital a contacté Orange et nos confrères expliquent que l’opérateur a « engagé les recours afin de contester ces opérations de saisies ».

« L'opérateur historique tentera d'expliquer devant la Cour d'appel de Versailles que le périmètre de cette perquisition d'ampleur, qui a conduit à la saisie de millions de documents, est trop large et qu'il inclut des affaires parfois anciennes et sans lien les unes avec les autres », expliquent BFM TV et l’AFP.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !