Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

LeBrief

du 16 octobre 2020
OnlyOffice : nouvelle gamme de produits, version 6.0 et tableaux croisés dynamiques

La suite bureautique, que nous avions prise en main en juin, revient en version 6.0 avec de nombreuses nouveautés. L’offre est également remaniée et s’articule désormais autour de trois pivots : Docs, Groups et Workspace.

Docs désigne en fait la suite elle-même et concurrence directement Google et Microsoft sur les outils en ligne de travail collaboratif. Groups rassemble tout ce qui touche à la gestion des documents, projets et mail, ainsi qu’à la relation client. Quant à Workspace, il réunit tous les outils de collaboration, la messagerie, les salles de discussion, le chiffrement des données, etc.

OnlyOffice Docs, puisqu’il faut désormais l’appeler ainsi, est proposée via trois offres, qui ont évolué également. La Community Edition est distribuée gratuitement sous licence AGPL 3 et autorise jusqu’à 20 connexions simultanées. L’Enterprise Edition (anciennement Integration) ajoute des fonctions, l’assistance et la mise à l’échelle. La Developers Edition ne change pas vraiment.

Docs 6.0 est également disponible, avec une longue liste d’apports, souvent majeurs. C’est le cas du tableur avec les tableaux croisés dynamiques, mais seulement pour les éditions Enterprise et Developer. Citons également la mise en forme conditionnelle, les segments de tableaux et de nouveaux raccourcis clavier.

Le traitement de texte reçoit aussi des nouveautés avec l’affichage des notes de fin, les guillemets adaptées à chaque langue, le lancement automatique des macros en option, l’autocorrection pour les équations ou encore l’insertion des caractères spéciaux.

La version 6.0 de la suite n’est pour l’instant disponible que pour Linux, en paquets deb et rpm. Les moutures Snap, Flatpak, macOS et Windows sont toujours en version 5.6.4.

Devops : la NSA lance SkillTree, une application open source pour la formation à la gamification

La NSA explique avoir initialement développé sa plateforme SkillTree pour « améliorer la façon dont les utilisateurs de l'Agence interagissaient avec des applications complexes internes ». Son objectif serait de permettre aux développeurs d'« apprendre rapidement de nouvelles fonctionnalités et de maîtriser efficacement les fonctionnalités avancées ».

Développée dans le cadre du programme DevX (Developer Experience) de la NSA et publiée sous licence Apache 2, SkillTree est l'« une des nombreuses initiatives en cours pour rationaliser et moderniser le développement logiciel et les meilleures pratiques DevOps au sein de l'agence ».

La NSA estime qu'« en réduisant la courbe de formation d'une application, SkillTree réduit les coûts de formation traditionnels complets tout en offrant une expérience plus agréable à l'utilisateur ».

N26 propose à ses clients « premium» une seconde carte bancaire

Les comptes N26 You, Metal et leurs équivalents dans la famille Business peuvent en profiter. Il vous en coûtera 10 euros lors de la commande. Vous avez le choix du coloris : Océan, Rhubarbe, Sable, Menthe et Ardoise.

La banque en ligne prend les devants : « pour des raisons légales, votre carte bancaire additionnelle est strictement personnelle et ne peut pas être donnée à une tierce personne. Vos deux cartes seront à votre nom et liées à votre compte bancaire N26 ».

Et s’il vous venait l’idée de la laisser à une tierce personne, « vous enfreignez les Conditions générales que vous avez acceptées en tant que client N26, ce qui pourrait entraîner la fermeture de votre compte »

GDPRHub franchit le cap de 500 décisions juridiques liées au RGPD en Europe

Sur Twitter, Max Schrems célèbre la 500e décision recensée sur GDPRHub, le wiki collaboratif créé par son ONG noyb en janvier 2020 pour documenter, en anglais, l'interprétation du RGPD par les différentes juridictions et autorités de protection des données (APD) européennes.  

RGPDHub explique que son travail de veille repose sur la surveillance de plus de 100 pages web de 32 juridictions par des « reporters » bénévoles. Schrems en profite pour rappeler que tout un chacun peut s'abonner à sa newsletter quotidienne (voir aussi @GDPRHub, son compte Twitter), mais aussi contribuer au wiki, soit en leur envoyant des décisions de justice ou émanant d'APD, soit en se portant volontaire pour les documenter.

Avec quatre personnes seulement, la France aurait à ce titre un « besoin urgent » de reporters pour traiter les décisions en instance.

En route vers Mercure, BepiColombo effectue son premier survol de VénusCrédits : spacecraft: ESA/ATG medialab; Mercury: NASA/JPL

Alors que la sonde spatiale est en route vers Mercure, elle survole d’autres planètes pour profiter de l’assistance gravitationnelle, pas moins de neuf fois au total.

Lancée en 2018, BepiColombo est passée au-dessus de la Terre le 10 avril 2020, en plein confinement. Cette semaine, elle est passée à 10 720 km de la surface de Vénus. Un time-lapse a été mis en ligne par ici.

« Pour [ce] survol, nous avons effectué la grande majorité de nos préparatifs en télétravail ces trois derniers mois ; seul le minimum requis de personnel pour assurer le fonctionnement en toute sécurité de la sonde était présent sur site pendant le survol », indique Elsa Montagnon, responsable des opérations à l’Agence spatiale européenne.

Une opération réalisée avec « succès », affirme-t-elle. « La seule différence avec les opérations pendant la phase de croisière normale, c’est qu’à proximité de Vénus nous sommes obligés de fermer temporairement les volets des capteurs stellaires qui pourraient être aveuglés par la planète, de la même manière que nous fermons les yeux pour éviter de regarder le Soleil ».

Plusieurs instruments étaient néanmoins en activité pour capter des données : ils « ont fonctionné encore mieux que nous l’espérions pendant le survol réussi de la Terre, nous avons donc hâte de découvrir le résultat du survol de Vénus », déclare le responsable scientifique Johannes Benkhoff.

Le prochain survol est prévu pour le 10 août 2021, avec un passage en rase-motte à moins de 550 km. Ensuite, « BepiColombo effectuera son premier survol de Mercure en octobre 2021, à une distance de seulement 200 km ».

Vivaldi 3.4 autorise la personnalisation des menus contextuels

Le navigateur continue, version après version, de rendre modifiable son interface. La mouture 3.4 révise ainsi les menus contextuels, d’abord en revoyant leur structure, et surtout en permettant de les modifier et d’en réarranger les éléments.

Vivaldi permet également de définir un rechargement périodique pour un onglet, depuis le menu contextuel de ce dernier. L’utilisateur peut également choisir le temps entre deux rechargements, avec un minimum de 1 minute. On note aussi l’arrivée d’avatars plus nombreux pour les profils non synchronisés.

La version Android, de son côté, propose essentiellement trois modes d’affichage pour le Speed Dial : grandes et moyennes vignettes, ou liste.

Enfin, les versions desktop et Android intègrent toutes deux un jeu vidéo : Vivaldia. Le titre est une ode aux jeux d’arcade, dans un style très années 80 et inspiré de Cyberpunk. Pour y accéder, il faut se rendre à l’adresse « vivaldi://game/ ».

Apache « répond » à LibreOffice en fêtant les 20 ans d’OpenOffice

Il y a quelques jours, la Document Foundation publiait une lettre ouverte appelant Apache et les développeurs d’OpenOffice à arrêter les frais. LibreOffice est bien plus active, progresse vite et est présente par défaut dans l’immense majorité des distributions Linux.

La fondation Apache répond sans répondre. Elle se contente d’annoncer les 20 ans d’OpenOffice, ses 300 millions de téléchargements, sa marque forte, son utilisation par un nombre « incalculable » d’individus, organisations et institutions, son support de 120 langues, etc. Elle serait même le choix de prédilection des gouvernements souhaitant travailler en ODF.

Pas un mot sur LibreOffice, mais une réaffirmation de ce que la Document Foundation critiquait justement : un éclairage de la marque. Ce dernier ne repose cependant plus sur grand-chose depuis des années. L’activité au sein du projet est très ralentie, avec uniquement quelques corrections de bugs.

La Document Foundation a en tout cas sa réponse.

Android Auto : la bibliothèque Android for Cars App disponible en bêta ouverte

En août, Google annonçait que de nouvelles applications étaient en cours de développement pour la version du système d’exploitation pensée pour les tableaux de bord des voitures.

Cela touchait notamment le stationnement et la recharge des véhicules électriques. Des partenaires triés sur le volet avaient ainsi accès à une bibliothèque dédiée. Il était prévu de l’ouvrir plus largement, c’est désormais le cas, sous la forme d’une version bêta pour le moment.

Il s’agit pour le moment de mener des tests, la possibilité de publier son application sur le Play Store arrivera dans les prochains mois. De plus amples informations sont disponibles dans ce billet de blog.

Google vante les évolutions de son moteur de recherche

Le géant américain n'a pas annoncé que son « Hum matching », il organisait hier une conférence complète autour de la thématique de la recherche : Search On.

L'entreprise est ainsi revenue dans un billet de blog sur les dernières innovations de ses équipes, 22 ans après la création du service. Une communication qui ne se fait pas à un moment anodin. 

C'est en effet bientôt les fêtes de fin d'année, dans une période de crise sanitaire où le numérique est une bouée de sauvetage pour beaucoup. Google vante donc également à cette occasion ses différentes solutions commerciales et publicitaires.

Spotify lance un nouveau format combinant musique et paroles

Le but de cette manœuvre est, selon la plateforme de streaming, de permettre « aux chansons et aux commentaires de vivre ensemble ». Elle doit proposer une expérience similaire, que vous écoutiez un journaliste, un artiste ou un DJ proposer son point de vue sur une musique pendant que vous l’écoutez.

« Avec les émissions qui utilisent ce nouveau format, les auditeurs peuvent interagir avec la musique dans les épisodes (par exemple aimer, sauvegarder et obtenir plus d’informations), de la même manière qu'ils le font avec toutes les autres chansons sur Spotify ».

Spotify propose un outil pour créer ce genre de contenu : Anchor. Les auteurs des chansons sont toujours rémunérés précise la plateforme, de la même manière que si la musique était écoutée de manière traditionnelle. 

« Les auditeurs de Spotify Premium entendront des morceaux complets dans le cadre de ces émissions, tandis que ceux sur l’offre gratuite n’entendront que des aperçus de 30 secondes ».

Et voici l’application Bing pour les consoles Xbox

Comme n’importe quelle application du genre, elle permet de faire des recherches de textes, d’images et de vidéos. Mais pour se différencier, Microsoft met en avant une fonctionnalité : l'application vous propose de découvrir des jeux, vidéos et actualités, que ce soit ceux du moment, les tendances actuelles ou des recommandations personnalisées. 

Pour cela, l’application « combine les données Microsoft Bing sur les jeux avec celles de la Xbox, comme vos progressions et les jeux auxquels jouent vos amis Xbox, pour vous offrir une expérience de résultats de recherche complète ».

Pour pousser ses clients à utiliser l’application Bing, Microsoft y a intégré Rewards, « ce qui signifie que toutes les recherches que vous effectuez sur cette application vous rapportent des points que vous pouvez échanger contre des choses comme des cartes-cadeaux ».

Google débutera la transition forcée de Hangouts vers Chats l’année prochaine

Hangouts est condamné, même si on le savait depuis un bon moment. On en apprend un peu plus, Google ayant annoncé hier que la migration forcée commencera durant le premier semestre 2021.

En conséquence directe, Chat deviendra un service gratuit. Il est actuellement réservé aux seules entreprises clientes de Workspace (anciennement G Suite). Le service sera intégré dans Gmail et disponible sous forme d’application dédiée si besoin. Google proposera des outils pour transférer les conversations, contacts et historiques vers Chat.

Dès le début de l’année prochaine, certaines capacités disparaitront de Hangouts néanmoins. Les utilisateurs de Google Fi ne pourront plus par exemple gérer leurs SMS et passer des appels depuis Hangouts. Mais ces capacités pourront être migrées vers Messages, qui prendra alors le relai. Mais les fonctions spéciales de Fi demanderont la désactivation de RCS pour être exploitées. Pourquoi faire simple ?

La Cour des comptes fait le point sur les « grands projets numériques de l'État »Crédits : Ismailciydem/iStock

Dans les grandes lignes, le rapport indique qu’il y a eu « ces dernières années des réussites notables, comme le prélèvement à la source, mais aussi des échecs retentissants, notamment dans le domaine de la gestion des ressources humaines ». Les projets Louvois, ONP et Cassiopée sont ainsi évoqués.

La Cour des comptes formule au passage 11 recommandations. Notamment « prévoir une intervention systématique de la Dinum dans les phases d’études préalables pour les projets susceptibles de dépasser une cinquantaine de millions d’euros de coûts prévisionnels (Premier ministre) ».

Signalons aussi : « ne prévoir aucun grand projet numérique dont la réalisation dépasserait cinq ans, sauf à obtenir un avis dérogatoire de la Dinum dans le cadre de la procédure d’avis conforme » et « s’assurer pour chacun des grands projets de la désignation d’un responsable unique ayant autorité pour prendre les décisions et les faire appliquer par l’ensemble des équipes engagées dans le projet (secrétaires généraux des ministères, Dinum) ».

Microsoft Teams est disponible sur Windows on ARM

Teams pour Windows on ARM est en fait disponible depuis environ deux semaines, mais Microsoft ne l’a réellement annoncé qu’il y a deux jours.

Pour les appareils concernés, notamment la Surface Pro X, cela signifie une application nettement plus fiable et rapide que l’ancienne. On pouvait s’en douter puisque cette dernière était une application 32 bits émulée, face à la nouvelle compilée pour ARM64 et fonctionnant nativement.

Signal améliore ses groupes de conversation

L’application de messagerie chiffrée de bout en bout déploie plusieurs nouveautés pour enrichir les groupes et leur gestion.

À commencer par la possibilité de définir un administrateur pour le groupe, qui pourra configurer et gérer l’espace de conversation, avec des outils spécifiques. Un admin peut retirer un membre d’un groupe et en déclarer d’autres comme admins supplémentaires.

Autre ajout important, le support des mentions, via le classique « @ ». À l’ouverture de la conversation, un bouton permettra de se rendre directement sur le ou les messages où l’on a été mentionné. En outre, une nouvelle option permet de ne recevoir une notification qu’en cas de mention. Des fonctions classiques qui faisaient cruellement défaut à Signal.

Il est nécessaire de posséder la dernière version de Signal pour profiter de ces nouveautés.

Tarifs, contenus, « horoscope » : Salto se dévoile à quelques jours de son lancement

La plateforme de streaming se lancera mardi prochain et proposera près de 10 000 heures de programmes : « Outre les séries et le cinéma, le catalogue offrira fictions, documentaires, émissions jeunesse, mais aussi téléréalité, magazines, reportages, l’info 24/24 et du sport ».

L’accent est mis sur les productions françaises : « À peine annoncées en TV, les nouvelles saisons sont déjà disponibles en intégralité et en exclusivité sur Salto ».

Pour rappel, Salto avait déjà annoncé qu’elle proposerait des contenus inédits, mais aucune création originale pour le moment. On y retrouvera notamment Ils étaient dix et d’autres séries françaises « qui se lancent aussi en exclusivité sur Salto ».

Comment la plateforme compte se différencier ? Le communiqué apporte une réponse (surprenante) : « Sur Salto les abonnés sont guidés par une équipe éditoriale qui les connaît. Chacun choisit ses oeuvres en fonction de ses envies, de son horoscope, de son tempérament, et plus seulement au hasard d’un algorithme. Un petit supplément d’âme qui fait toute la différence »… et qui doit certainement faire trembler Netflix, Amazon Prime Video et Disney+.

Voici enfin les tarifs officiels (par foyer), conformes aux rumeurs

  • Solo : 6,99 euros par mois pour accéder à tout Salto sur un écran
  • Duo : 9,99 euros par mois pour accéder à tout Salto sur deux écrans simultanément
  • Tribu : 12,99 euros par mois pour accéder à tout Salto sur quatre écrans simultanément
P120C, Vulcain 2.1 et Vinci : les trois moteurs d’Ariane 6 ont terminé leurs tests de qualification

Deux ou quatre P120C seront installés sur le lanceur européen (Ariane 62 ou 64 respectivement). Il sera aussi utilisé sur Vega-C, rappelle l’ESA.

Nous avons ensuite le Vulcain 2.1 sur la partie centrale et le moteur réallumable Vinci pour la partie supérieure. Le lancement inaugural d’Ariane 6 est prévu pour 2021.

« Hum matching » : Google permet de trouver une musique en la fredonnant

L’annonce a été faite à l’occasion de la conférence Search On de la société. Cette fonctionnalité fait exactement ce que l’on attend d’elle, vous n’avez pas besoin de citer les paroles, le nom de l'artiste ou d’avoir un « pitch » parfait.

Elle est disponible sur l’application Google sur mobile et l’Assistant maison. Elle fonctionne exactement comme la recherche du titre d’une chanson que vous écoutez. Ensuite, Google vous « montre les résultats les plus probables ».

Sans entrer dans les détails, la société explique « que la mélodie d’une chanson est un peu comme son empreinte digitale ». Il existe déjà d’autres applications du genre, notamment SoundHound pour ne citer qu’elle.

Koyeb, sorte d’IFTTT du cloud, lève 1,4 million d’eurosCrédits : RichVintage/iStock

Cette société française se présente comme « un fournisseur de services multi-cloud proposant une plateforme serverless nouvelle génération ». Ce tour de table réunit « ISAI, Kima Ventures et des Business Angels de l'industrie du cloud, dont les fondateurs de Packet, Datadog et Priceminister ». BPI et Wilco sont également de la partie.

« Cet investissement sera utilisé pour structurer l'équipe et soutenir la communauté grandissante de Koyeb. La plateforme est intégralement développée par les équipes de Koyeb, en France, pour proposer une offre unique et innovant », affirme la société.

Jusqu’à la fin de l’année, elle propose une offre découverte avec « un accès gratuit à la plateforme avec 1 000 heures de calcul, 1 To de stockage et 5 To de bande passante par mois ».

Chrome 87 Beta introduit l'analyse de WebAuthn dans les outils développeur

La prochaine mouture du navigateur veut faciliter le support de ce standard d'authentification, capable d'exploiter des clés de sécurité et autres solutions biométriques. 

Les webcams seront aussi dotées de nouvelles possibilités. L'API Cookie Store, exposant ces derniers aux service workers, est désormais activée par défaut.  Elle était précédemment en test dans les Origin Trials.

Tous les détails sont donnés par ici.

Le moteur de recherche Ecosia lance sa carte bancaire en bois, « pour planter des arbres »

La société explique que « vous aurez bientôt deux façons de planter des arbres avec Ecosia : avec vos recherches, et avec vos achats ».

Les cartes bancaires sont réalisées « en bois de cerisier FSC d’origine durable », avec plus de 300 000 cartes par arbre. Grâce aux frais de transaction récupérés, Ecosia annonce qu’un arbre serait planté tous les 60 dollars dépensés.

Vous pouvez vous préinscrire par ici

Sony Spatial Reality Display : un écran « 3D stéréoscopique » de 15,6" à 5 000 dollars

Cet écran de 15,6" (3 840 x 2 160 pixels, 500 nits et contraste de 1 400:1) mesure 383 x 232 x 231 mm pour 4,9 kg. Il est donc imposant et lourd, en plus d’être cher. Mais il vise un objectif particulier : afficher une image donnant l’impression d’être en 3D stéréoscopique (une 3DS géante en quelque sorte).

Il dispose ainsi de capteurs pour suivre le déplacement de vos yeux et adapter l’affichage pour avoir l’impression d’un rendu 3D « sortant » de l’écran. Cela fonctionne grâce à une « microlentille optique ». « Un algorithme maison traite le contenu en temps réel pour chaque œil, sans lag. Cela permet au monde 3D d’apparaître aussi lisse que dans la vie réelle, même si vous vous déplacez », explique le fabricant. 

Ainsi « le contenu s'étend au plus profond de l'écran sous n'importe quel angle de vue. Le simple fait de vous déplacer, de haut en bas, d'un côté à l'autre, vous donne l'impression d'interagir avec le contenu juste devant vous », affirme le fabricant.

De plus amples informations et une vidéo de présentation sont disponibles sur cette page. Nos confrères de The Verge ont pu le prendre en main et livrent leurs premières analyses.