Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

LeBrief

du 1er octobre 2020
Google dévoile ses Pixel 5 et 4a 5G, ainsi que des nouveautés pour Android

Comme prévu, la société organisait hier soir une conférence où les annonces étaient nombreuses. Commençons par le Pixel 5, le nouveau fer de lance de Google. Il dispose d’un écran « OLED flexible » de 6" (2 340 x 1 080 pixels) à 90 Hz avec un SoC Snapdragon 765 5G, 8 Go de mémoire et 128 Go de stockage… ce qui le place donc en face du OnePlus Nord à 399 euros

À l'arrière, le capteur de 12,2 Mpixels est accompagné d’un second ultra grand-angle de 16 Mpixels. Le smartphone propose de la charge sans fil Qi et de la charge inversée (pour recharger un autre smartphone ou une montre par exemple). La 5G est évidemment de la partie, aussi bien sur les ondes sous les 6 GHz que sur les millimétriques.

Google annonce un indice d'étanchéité IPX8, mais ajoute que « la résistance à l'eau n'est pas permanente », sans s’étendre davantage sur le sujet. L’ensemble de ses caractéristiques sont disponibles par ici. Ce smartphone est annoncé à 629 euros, un prix correct, mais un brin élevé face à la concurrence. Afin de faire passer la pilule, le constructeur offre un casque Bose QC 35 II si vous précommandez le smartphone (jusqu’au 14 octobre), alors qu’il est normalement vendu 250 euros.

Contrairement à ce que son nom laisse supposer, le Pixel 4a 5G est plus proche du Pixel 5 que du 4a. Son écran OLED mesure 6,24" mais redescend à 60 Hz. Le Snapdragon 765 5G est de nouveau présent, avec 6 Go de mémoire. Les deux capteurs à l’arrière restent. Il est annoncé à 499 euros mais souffrira sans doute lui aussi de la comparaison avec des modèles comme le Nord de OnePlus à 400 euros. Il faudra attendre le mois de novembre pour la disponibilité.

Pour rappel, le 4a classique doit être disponible chez les revendeurs dès aujourd'hui à partir de 349 euros. Un comparatif – incomplet sur certains points – entre les Pixel 4a (5G) et 5 est proposé par Google.

Côté logiciel, Google lance la fonctionnalité « Hold for me » dans l’application Phone by Google : l’Assistant maison prend le relai lorsque vous êtes en attente au téléphone afin de vous permettre de vaquer à vos occupations. Lorsque votre interlocuteur reprend la conversation, vous êtes automatiquement prévenu.

Enfin, Google Photos a droit à un nouvel éditeur pour retoucher les images. Il y a aussi Portrait Light, qui « rend vos portraits encore plus beaux : vous pouvez éclairer les visages même lorsqu'ils sont rétroéclairés », grâce au machine learning. Ces deux outils sont pour le moment réservés aux Pixel 5 et 4a 5G, mais seront ensuite déployés sur d’autres Pixel.

5G : statu quo au deuxième jour des enchères, qui grimpent à 1,1 milliard d’euros

Mardi soir, les quatre opérateurs demandaient 13 blocs de 10 MHz dans la bande de fréquence 3,5 GHz. Mercredi soir, la situation n’a pas bougé d’un iota… à un détail près : le prix d’un bloc est passé de 85 à 111 millions d’euros.

Les enchères reprennent ce matin, à 114 millions d’euros, 3 millions d’euros étant ajoutés à chaque tour. L’État est donc pour le moment assuré de récupérer 1,1 milliard d’euros, auquel il faut ajouter les 1,4 milliard des blocs de 50 MHz déjà attribués à prix fixe aux opérateurs, soit 2,5 milliards pour le moment.

Twitter rencontre des soucis avec Firefox

Depuis ce matin, des utilisateurs ont droit à un message d'erreur lorsqu'ils tentent d'accéder à la version web du service. TweetDeck n'est pas concerné.

Le navigateur indique que le site « a subi une violation de protocole réseau qui ne peut pas être corrigée. La page que vous essayez de voir ne peut pas être affichée car une erreur dans la transmission de données a été détectée ».

Pour le moment, ni Twitter ni Mozilla n'ont répondu aux internautes les ayant sollicitées sur le sujet. 

ProtonMail v4 disponible en beta, ProtonDrive en accès anticipé pour certains comptes

L'équipe dit avoir complètement repensé sa version web, désormais basé sur React. Une solution qui aurait facilité l'intégration actuelle et à venir des différents outils qu'elle propose. Cette « v4 » est actuellement en test.

La première fonctionnalité mise en avant est le SSO (Single Sign-On), permettant d'être connecté à l'ensemble des outils sans avoir à le faire pour chacun d'entre eux. On peut ainsi s'identifier sur ProtonMail puis accéder directement à Contacts/Calendar/Drive. L'intégration est envisagée pour les applications Android et iOS, sans plus de détails. ProtonVPN est exclu du dispositif étant lui-même utilisé dans certains pays pour ensuite se connecter aux outils maison lorsque leur accès est censuré. 

Autre amélioration : les sessions perdurent désormais jusqu'à 30 jours. Cela évitera d'avoir à se reconnecter constamment, mais il faudra à l'inverse veiller à bien se déconnecter ou à le faire en navigation privée si vous utilisez une machine partagée. D'autres petites retouches sont annoncées comme des sous-dossiers dans les emails et l'accès multi-comptes.

Enfin, notez qu'un accès anticipé au tant attendu service de stockage ProtonDrive sera bientôt proposé par email à ceux qui disposent d'un compte « à vie ». Son modèle de sécurité est détaillé par ici

Abus de position dominante : la Chine s'apprêterait à ouvrir une enquête contre Google

Alors que l’Europe a déjà sanctionné la société pour ces pratiques par le passé, le régulateur chinois aurait demandé au Conseil d’État d’ouvrir une enquête officielle, selon des sources de Reuters.

Cette affaire s’inscrit dans un climat particulier : une « guerre » commerciale entre Pékin et Washington, sur fond de risques pour la sécurité nationale. Selon Donald Trump, les fabricants chinois seraient en effet à la solde du gouvernement.

Windows 10 on ARM : l'émulation des applications x64 dès novembre

Cette étape était attendue, car il n'existait pour le moment que deux possibilités pour les développeurs et les utilisateurs : du code ARM natif (32/64 bits) ou émulé seulement en 32 bits.

On sait depuis quelques temps qu'un travail est en cours sur l'émulation 64 bits, Microsoft le confirme aujourd'hui et précise que de premiers tests seront proposés à travers le programme Insider dès le mois prochain.

L'éditeur précise avoir optimisé Visual Studio Code pour Windows 10 on ARM (WoA) et que son application Teams sera bientôt proposé dans une version ARM64 native pour cette déclinaison de son système d'exploitation. 

Cloudflare Analytics et Radar : des services (gratuits) détaillants vos audiences et l'état (d'une partie) du web

« Chaque seconde nous traitons 18 millions de requêtes HTTP et 6 millions de requêtes DNS » rappelle l'entreprise, qui dit avoir une vue sans pareil sur le trafic mondial. C'est d'ailleurs ce que certains lui reprochent parfois, Cloudflare étant vu comme un acteur trop central du réseau des réseau, une sorte de SPoF lui aussi sans pareil. 

Mais le fournisseur de service préfère se présenter comme un acteur responsable, bloquant 72 milliards d'attaques par jour, aidant tout type de société à se protéger simplement et proposant de nombreux outils accessibles à tous, certains étant gratuits. C'est le cas de son nouveau Radar. Il permet d'obtenir des données sur l'évolution du trafic mondial sur la dernière heure, les 24 dernières heures ou les 7 derniers jours (bientôt jusqu'à 30). 

Il est possible d'assurer un tri par pays, de souscrire à un système d'alerte, de voir le site le plus visité, le niveau d'attaques DDoS, de trafic issu de bot et autres appareils mobiles. Des rapports sur l'évolution des accès via HTTP/HTTPS, des version 1/2/3 du protocole, d'IPv4/IPv6, des navigateurs sont également proposés. 

On peut aussi afficher des informations par domaine ou par IP. Un service faisant suite au lancement de son offre d'outil d'analyse des audiences, présenté comme respectueux de la vie privée.  En effet, la récolte ne se fait pas avec un script côté client ou un identifiant forgé tel qu'une empreinte basée sur l'IP, l'user agent ou autre. Le service est annoncé comme gratuit, mais nécessite une inscription à une liste d'attente pour ceux qui ne sont pas déjà clients. 

ESA Impact : le livret interactif du troisième trimestre est en ligne

Chaque trimestre, l’Agence spatiale européenne publie ce qu’elle présente comme une « vitrine interactive mettant en valeur une sélection de ses missions ».

Pour ce troisième trimestre, il est question de Solar Orbiter, d’astéroïdes, de fusées et d’images de notre planète et d’autres plus lointaines. 

Financement (participatif) des PME : October lève 258 millions d’euros

Cette société permet le financement de prêt à des sociétés par des particuliers, un peu comme un financement participatif pour les professionnels. Ces derniers définissent un projet et un montant, puis les particuliers décident ou non d’apporter leur aide. 

October vient d’annoncer une levée de fonds de 258 millions d’euros « pour accompagner le financement des PME européennes ». Elle « renforce fortement la capacité d’action de la plateforme et élargit au passage sa palette de produits au service des entreprises ». Trois points sont mis en avant : 

  • « Prêt classique : Un financement supplémentaire de 20 millions d’euros pour financer les PME européennes (tout secteur d’activité) […]
  • Prêt Spécial Industrie du tourisme : Un financement de 38 millions d’euros provenant de 6 grandes compagnies d’assurance et la CDC pour les entreprises françaises du secteur du tourisme […]
  • Prêt Garanti par l’État pour les PME italiennes : Un financement de 200 millions d’euros provenant du plus grand groupe bancaire italien, Intesa Sanpaolo Group, dédié aux PME italiennes pour des prêts garantis en utilisant la technologie Instant Project. »

« Cet argent est immédiatement disponible pour les entreprises concernées en France, Espagne, Italie, Pays-Bas et Allemagne », indique Patrick de Nonneville, le COO d’October. 

Messenger va s’intégrer dans Instagram, et vice-versa

Cela fait maintenant presque deux ans que le réseau social faisait part de son intention d’interconnecter ses différentes messageries. Il faut dire qu’il est bien présent dans ce domaine avec Messenger, Instagram et WhatsApp. 

Cette volonté prend forme avec l’intégration de Messenger dans Instagram. Il sera ainsi possible d’envoyer des messages et de rejoindre des appels vidéo sur Messenger depuis Instagram et vice-versa. D’autres fonctionnalités sont également prévues, comme Watch Together, des emojis de réactions personnalisés, un mode Vanish qui efface automatiquement les messages, etc. 

Dans un second billet de blog, Facebook revient sur la question de la vie privée. Il se pose une nouvelle fois en chevalier blanc, même si son image est régulièrement entachée à cause de fuites, failles et autres laissés aller. 

La société explique « vous pouvez maintenant rechercher des comptes sur Instagram et Messenger » et, « comme auparavant, les résultats de la recherche affichent le nom d'utilisateur ou du compte et les informations de base du profil pour tous les comptes, publics et privés ». Les publications privées continueront évidemment de n’être visibles que par les « amis ».

« Nous n’utilisons pas le contenu des messages entre les personnes sur Messenger et Instagram pour le ciblage publicitaire, ce qui signifie que les annonceurs ne peuvent pas vous cibler en fonction de ce que vous dites », ajoute Facebook. L’entreprise rappelle qu’elle a récemment lancé un Account Center centralisant ses paramètres Facebook, Messenger et Instagram.

Orange proposerait quatre forfaits 5G de 39,99 à 94,99 euros, dont un avec de la data « illimitée »

Selon nos confrères d’iGen, ils devraient être lancés le 8 octobre, lors de la nouvelle période commerciale. Le premier proposerait 70 Go de 5G (également en 4G bien évidemment) pour 39,99 euros par mois, tandis que celui à 94,99 euros est indiqué comme étant « Go illimité ». Entre les deux, nous aurions 100 Go à 49,99 euros et 150 Go à 64,99 euros.

L’engagement serait de 12 mois dans tous les cas et OCS serait offert pendant six mois. Les deux forfaits les plus chers auraient droit à l’option multi-SIM Appels & Internet gratuitement, tandis que les autres devront se contenter du multi-SIM Internet +1 Go.  Pour rappel, Bouygues Telecom a déjà lancé des forfaits parés pour la 5G, avec 50 à 120 Go de data suivant les cas.

Selon Presse Citron, Orange préparerait également une offre Livebox Up avec OCS et Netflix Standard, pour 64,99 euros par mois en xDSL et 69,99 euros en fibre, soit 20 euros de plus par mois que l’actuelle Livebox Up, alors que Netflix Standard et OCS sont normalement facturés 23,98 euros par mois (hors promotion).

La TV, un espace de non droit ?Crédits : Yobro10/iStock

Dans un nouveau dérapage sur Cnews, Eric Zemmour a accusé les enfants issus de l’immigration d’être « tous » des « voleurs », des « violeurs » des « assassins ». Ces propos nauséabonds ont évidemment ému. SOS racisme a saisi le CSA et indiqué déposer plainte.

Sur son compte Twitter, Benoit Tabaka, directeur des relations institutionnelles de Google France réagit : « les propos tenus hier encore sur CNews sont révélateur d'un manque: un outil juridique permettant d'agir *rapidement* et efficacement *contre les auteurs* de propos susceptibles d'être qualifiés d'haineux ».

Une manière de souligner que seules les plateformes étaient visées par la proposition de loi Avia contre la haine en ligne. Non la télévision, un média pourtant de masse. « On savait que Zemmour était à vomir. Que Cnew et Christine Kelly continuent de lui donner une telle tribune pour un peu d’audimat est tout bonnement révoltant. Moi je zappe. No more Cnews » a indiqué Laetitia Avia, toujours sur Twitter.

« On ne dit pas à une victime de changer de lieu : c’est le lieu qui doit changer » avait indiqué la même députée LREM le 3 juillet 2019. Elle s’était opposée à un amendement inspiré par la Quadrature du Net, visant à garantir l’interopérabilité et permettre aux victimes de zapper entre les plateformes. 

Élections aux USA : Facebook interdit les publicités dénonçant une fraude, Twitter supprime 130 comptes

D’ici un peu plus d’un mois, les Américains devront départager Donald Trump et Joe Biden pour savoir qui va occuper le bureau ovale. Durant le premier débat, qui a été houleux (et c’est peu de le dire), Twitter a supprimé 130 comptes qui essayaient visiblement de le perturber davantage.

« Les comptes, qui semblaient être liés à l’Iran, avaient été supprimés sur la base de “renseignements” fournis par le FBI », rapporte Reuters. Ils étaient peu suivis et n’auraient donc pas provoqué d’impact particulier. Une fois l’enquête terminée, de plus amples détails seront donnés.

Toujours selon nos confrères, Facebook a de son côté interdit « sur ses plateformes les publicités dénonçant une vaste fraude électorale aux États-Unis, suggérant que les résultats de l’élection présidentielle du 3 novembre seraient invalides, ou critiquant toute méthode de vote ».

Un sujet sur lequel Donald Trump revient régulièrement ces derniers temps, s’en prenant notamment au vote par voie postale.

Enceinte connectée Nest audio et Chromecast avec Google TV : changements de stratégies

Le géant américain a décidé de séduire le grand public autrement. Après avoir migré ses solutions Wi-Fi chez Nest, il fait de même avec son « enceinte intelligente » (qui ne l'est pas) comme d'autres avant elles. Google Home devient Nest Audio

« Conçue spécialement à l’intention des mélomanes en tout genre » elle est annoncée comme « 75 % plus puissant et offre des basses 50 % plus riches » que la première génération de produits du genre. Elle embarque pour cela « un tweeter de 19 mm pour une couverture constante des hautes fréquences et un son cristallin pour les voix ainsi qu’un boomer de 75 mm pour des basses dignes de ce nom ».

Nest audio dispose également d'une calibration automatique du son selon ce qui est joué. L'ensemble prend la forme d'une capsule de 175 x 124 x 78 mm (1,2 kg), composé à 70 % de plastique recyclé. Deux coloris sont proposés : galet et charbon. Trois micros longue portée sont présents, pouvant être coupés (matériellement selon Google) via un bouton à l'arrière de l'appareil. Il intègre un processeur à quatre cœurs Cortex-A53 avec accélération de l'inférence pour le traitement de la reconnaissance vocale. 

Il se connecte au réseau via du Wi-Fi 5 (802.11ac). Trois zones tactiles sont présentes pour la gestion des commandes. Il est livré avec un adaptateur secteur de 30 watts (24 V) et un câble de 1,5 m. Son tarif est de 100 euros, pour une livraison à compter du 15 octobre prochain. Il sera bien entendu vendu également chez différents revendeurs.

Autre nouveauté qui intègre un changement de fond : Chromecast. Comme prévu, Google semble avoir enfin compris qu'il lui fallait répondre aux Fire TV Stick d'Amazon avec un produit accessible et complet. Ses dimensions sont de 162 x 61 x 12,55 mm pour 55 grammes. Il gère la 4K à 60 ips avec Dolby Vision ou HDR10(+), Dolby Digital (Plus) et Atmos pour l'audio. L'alimentation passe par un connecteur USB Type-C. 

La connexion est toujours limitée à du Wi-Fi 5 et du Bluetooth (norme non précisée). Trois coloris sont proposés : aurore, bleu ciel et neige. Ce nouveau Chromecast intègre non pas une interface Android TV mais une adaptation maison, qui sera utilisé par des tiers tels que Sony l'année prochaine : Google TV.

Il est ainsi livré avec une petite télécommande à commande vocale avec accéléromètre, Bluetooth, infra-rouge, nécessitant deux piles AAA. Annoncé à 50 dollars, ce produit est affiché à 70 euros en France. Pour 110 euros, il intègre six mois d'abonnement à Netflix. La disponibilité devrait être assurée d'ici une quinzaine de jours.