Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

LeBrief

du 21 septembre 2020
TikTok : Donald Trump approuve un accord entre ByteDance, Oracle et WalmartCrédits : Anatoliy Sizov/iStock

Ce week-end, les décrets signés par Donald Trump début août devaient prendre effet. Le président avait déjà affirmé qu’il « n’y aura pas de prolongation de la date limite pour TikTok ». Finalement, le département du commerce a annoncé ce week-end un report au 27 septembre, suite aux dernières avancées dans ce dossier.

Si Microsoft était pendant un temps pressenti, la société n’a pas pu trouver d’accord avec ByteDance. C’est finalement Oracle qui remporte la mise, en s’associant avec Walmart. Le premier deviendra son « trusted technology partner », tandis que le second fera office de partenaire commercial. Le rôle précis des uns et des autres reste encore à définir.

Une nouvelle entité baptisée TikTok Global naîtrait de cette union, dont 80 % resteraient en possession de ByteDance. Sur les 20 % restants, Oracle prendrait 12,5 % et Walmart 7,5 %, comme le rapporte Reuters. Le chinois ByteDance veut une valorisation de 60 milliards de dollars pour TikTok, soit 12 milliards à débourser pour Oracle et Walmart.

« J’ai donné ma bénédiction à l’accord », a lâché Donald Trump devant des journalistes à la Maison Blanche. Pourtant, les comptes ne semblent pas bons à première vue, ByteDance conservant une participation largement majoritaire dans TikTok. Il y a en fait une « astuce » : 40 % de la propriété de ByteDance provient de fonds américains, « c’est ainsi que l’administration de Trump calcule que cet accord est "majoritairement en dollars américains" », explique Alex Sherman de CNBC.

Rien n’est pour autant joué pour le moment, puisque la Chine doit encore donner son feu vert. 

Twitter : l'algorithme de recadrage d'images critiqué pour ses biais

Dans un tweet mélangeant une photo de Barack Obama et de Mitch McConnell, un utilisateur a montré que l'outil du service de micro-blogging devant choisir quelle partie de l'image mettre en avant avait une préférence pour le visage du second, qui est blanc.

De quoi inciter certains à penser qu'un biais raciste est présent. Tout le week-end, les essais ont été multipliés pour vérifier cette théorie, certains évoquant le niveau de sourire ou le contraste, comme autres éléments ayant pu jouer.

De son côté, Twitter réfute tout choix lié au genre ou à la couleur de peau dans son algorithme, précisant que des tests avaient déjà été effectués pour s'en assurer… mais que d'autres sont « à l'évidence » nécessaires.  Le travail qui sera mené se fera en open source. Une manière pour l'équipe d'assurer qu'elle est transparente en la matière. 

Précommandes de la PlayStation 5 : Sony s'excuse

Comme les GeForce RTX 3080, les nouvelles consoles du fabricant japonais se sont envolées en un instant, causant la grogne de ceux qui attendaient avec impatience de pouvoir en commander.

L'entreprise a publié un message sur son compte Twitter évoquant le fait que tout cela aurait pu être bien mieux géré, de nouvelles devant être mises en vente dans les prochains jours et d'ici leur arrivée en stock le 19 novembre

Un raté de plus pour Sony qui enchaîne les maladresses, après des critiques sur sa politique de rétrocompatibilité ou les exclusivités (parfois temporaires ou aussi disponibles sur PC) par exemple.

Europe : Margrethe Vestager rappelle « la nécessité d'accélérer le passage à la 5G »Crédits : sompong_tom/iStock

Après le discours sur l’État de l’Union d’Ursula von der Leyen, la Commission européenne a publié de nombreux documents pour détailler le plan d’action. Il est notamment question de la nouvelle génération de téléphonie mobile. 

Selon la Commission, les infrastructures de très haute capacité, dont la 5G, « constituent le principal élément de la transformation numérique et un pilier essentiel de la reprise. Le déploiement en temps utile des réseaux 5G offrira d'importantes perspectives économiques pour les années à venir ». 

Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive pour une Europe adaptée à l'ère du numérique, y va aussi de sa déclaration : « la crise actuelle a non seulement mis en évidence l'importance que revêt l'accès à l'internet à très haut débit pour les entreprises, les services publics et les citoyens, mais aussi la nécessité d'accélérer le passage à la 5G ».

Thierry Breton, commissaire au marché intérieur, revient pour sa part sur la question de la sécurité : « nous devons, avec le concours des États membres, permettre et accélérer le déploiement de réseaux de fibre optique et 5G sûrs ». Sans le citer, il est évidemment question du cas de l’équipementier Huawei.

La Commission européenne demande ainsi aux États membres de « travailler de concert pour définir, d'ici au 30 mars 2021, une approche commune, sous forme de boîte à outils réunissant de bonnes pratiques, pour le déploiement en temps utile des réseaux fixes et mobiles à très haute capacité, y compris les réseaux 5G ».

Cela vise à réduire le coût des déploiements, fournir un accès au spectre et renforcer la coordination transfrontalière. Les États membres ont maintenant jusqu’au 20 décembre pour faire part de leurs retours et initiatives en la matière. 

De nouvelles photos d’Encelade, une des lunes de Saturne

Les images et les données ayant permis de dévoiler de nouveaux détails ont été enregistrées par la sonde Cassini. Elle s’est pour rappel « jeté » dans l’atmosphère de Saturne à la fin de sa mission pour être détruite.

La sonde avait survolé pas moins de 147 fois Encelade, avec 23 « rencontres rapprochées » de la lune glacée. Les données sont encore en cours de traitement et des publications scientifiques tombent régulièrement.

Dans le cas présent, il s’agit d’une « mosaïque infrarouge globale », issue de l’instrument VIMS (Visible and Infrared Mapping Spectrometer), le spectro-imageur de la sonde. Il est proche de l’instrument OMEGA de la sonde Mars Express, rappelle l’observatoire de Paris.

En plus des images annotées, un site a été mis en ligne afin d’explorer en 3D la lune de Saturne. Pour rappel, nous avons publié un article dédié à cette géante gazeuse dans le cadre de notre dossier sur le Système solaire.

Sony annonce son Xperia 5 II de 6,1" (21:9) avec Snapdragon 865 5G, à 899 euros

Le nouveau smartphone se place entre les Xperia 1 II et 10 II, en étant un peu plus proche du premier (qui est le modèle haut de gamme). Il est ainsi animé par un Snapdragon 865 5G avec 8 Go de mémoire et 128 Go de stockage. 

Comme les autres terminaux de cette série, son écran OLED de 6,1" est de type 21:9 CinemaWide avec un taux de rafraichissement de 120 Hz. Il est aussi question de « 240 Hz Motion blur », une technique de Sony permettant de doubler la fréquence en insérant une image noire entre chaque image. Cela devrait améliorer le rendu sans faire baisser la luminosité promet le fabricant.

La photo n’est pas en reste avec trois capteurs de 12 Mpixels à l’arrière, avec des focales de 16 ,24 et 70 mm. Le smartphone peut filmer en 4K jusqu’à 120 ips. Les caractéristiques techniques sont disponibles par ici, et une vidéo de présentation a été mise en ligne.

Le Xperia 5 II sera disponible cet automne pour 899 euros.

Calcul à haute performance européen : des précisions sur le budget de 8 milliards d’eurosCrédits : Maxiphoto/iStock

Se faisant l’écho d’une partie du discours d’Ursula von der Leyen sur l’État de l’Union, la Commission revient sur l’annonce des 8 milliards d’euros concernant les supercalculateurs, et notamment les différences avec le plan EuroHPC (The European High-Performance Computing Joint Undertaking) de 2018. Pour rappel, ce dernier vise à développer une machine capable d’atteindre un milliard de milliards d'opérations par seconde, soit une puissance exaflopique.

Ce nouveau règlement est notamment « l'occasion de mettre à jour la mission de l'entreprise commune EuroHPC, en intégrant ces changements et les leçons tirées des activités qu'elle mène actuellement », explique la Commission.

Le nouveau budget de 8 milliards d’euros couvrira la période 2021 à 2033 et « sera constitué d'un investissement de l'UE s'élevant à 3,5 milliards d'euros en provenance des programmes du prochain CFP, d'un investissement du même montant en provenance des États membres participant à l'entreprise commune […] et d'un milliard d'investissements (en nature mais également en liquidité) en provenance des membres privés de l'entreprise commune EuroHPC ».

Aux États-Unis, le décret bannissant WeChat bloqué par une juge fédérale

Si une solution semble avoir été trouvée pour l’application TikTok (elle doit encore être approuvée par la Chine), la situation se complique pour l’administration de Donald Trump dans le cas de WeChat.

La messagerie avait aussi été bannie début août par un décret présidentiel, avec une entrée en vigueur hier soir normalement, mais la juge californienne Laurel Beeler vient de mettre un coup de pied dans la fourmilière.

Alors que « le département du Commerce imposait à Apple et Alphabet […] de ne plus proposer au téléchargement l’application chinoise WeChat de la société Tencent Holdings dès ce dimanche soir », la juge a décidé de bloquer ce décret, explique Reuters.

Elle estime en effet que les utilisateurs de WeChat qui ont porté plainte « ont soulevé des questions légitimes sur le bien-fondé du recours au premier amendement de la Constitution » des États-Unis.

La Quadrature du Net « commence à avoir une position sur la 5G »

Samedi, l'un des cofondateurs de l'association, Félix Tréguer, participait à une journée d'action contre le standard de téléphonie mobile devant être bientôt déployé en France.

Il précisait alors que « @LaQuadrature est globalement solidaire de cette opposition populaire » l'expliquant notamment par le fait que « la 5G et son monde sont contraires au projet politique qui nous réunit ». Des déclarations qui ont créé une fracture parmi les soutiens de LQDN, certains étant sur la même longueur d'onde, d'autres en désaccord avec cette position qu'ils rapprochent du combat des militants anti-ondes (et anti-sciences).

De son côté, Bastien Le Querrec est intervenu pour préciser que l'association « commence à avoir une position sur la 5G. Cette position est en germe depuis plusieurs mois et est le fruit de beaucoup, beaucoup de discussions internes. Et elle va inévitablement continuer de s'affiner à l'avenir ».

Pour lui, le débat « n'est pas réductible à une binarité entre les mouvements anti-ondes d'un côté et les explications techniques de l'autre. La position de LQDN consiste justement à se saisir d'une question souvent oubliée : les considérations politiques. La 5G *est* politique ».

« À aucun moment la participation de LQDN à ces événements ne vaut approbation de ces mouvements. [...] LQDN ne défend pas les anti-ondes, contrairement à ce qu'on a pu lire ici. La 5G est le reflet d'une société que nous ne voulons pas. Une société de surveillance, une société où l'on cherche le profit avant tout (ça rapporte moins de fibrer la campagne plutôt que de créer un nouvel usage en zones denses), une société qui ignore les personnes concernées » conclue-t-il. 

Xbox Series S/X : les précommandes ouvriront demain à 9h

C'est Microsoft qui vient de l'annoncer, précisant qu'il ne sera pour le moment possible que de se payer la console à plein tarif. Ceux qui comptaient sur l'abonnement All Access devront patienter.

« Le programme sera déployé dans le pays en amont de la sortie de la console. Nous vous partagerons plus de détails ultérieurement » précise l'entreprise.

Il ne reste maintenant plus qu'à espérer que les stocks soient un peu plus remplis que ceux de la PlayStation 5, Sony ayant mécontenté ses fans sur le sujet ces derniers jours.

Pour rappel, les Xbox Series S/X sont attendues pour le 10 novembre en France. La PS5 pour le 19 novembre.

Service universel : sur fond de pandémie, « certains indicateurs se sont significativement dégradés »Crédits : querbeet/iStock

Il permet pour rappel, « de garantir l’accès au service téléphonique pour tous les citoyens à un tarif abordable, est encadrée par un cahier des charges arrêté par le gouvernement ». Orange a été désigné pour l’assurer en 2017

Après une « dégradation particulièrement significative de la qualité de service » constaté en 2018, le gendarme des télécoms avait (fin 2018) mis en demeure Orange « de respecter en 2019 et en 2020 l’ensemble des valeurs annuelles fixées lors de sa désignation en tant qu’opérateur en charge du service universel ». L’année suivante, « les indicateurs de qualité de service se sont significativement améliorés et la quasi-totalité d’entre eux ont dépassé les objectifs annuels fixés par le ministre pour 2019 ».

Tout n’est pas rose pour autant avec une dégradation de certains indicateurs « au quatrième trimestre 2019 et au premier trimestre 2020 ». Le schéma était le même au second trimestre de cette année, frappé par la crise sanitaire : « certains indicateurs se sont significativement dégradés, alors que d’autres sont en nette amélioration ».

Anticipant le mauvais bilan de l’Arcep et encore sous le coup de sa mise en demeure, Orange a présenté le 17 juillet « des éléments d’appréciation sur ces effets et une perspective d’évolution de la qualité de service du service universel jusqu'à la fin de l’année 2020 ». Ils sont repris par le régulateur dans son tableau récapitulatif.

Au second trimestre de l’année, Orange est dans les clous de la cible annuelle fixée par un arrêté et sa mise en demeure sur plusieurs indicateurs : délai de raccordement initial pour les lignes existantes (8 jours calendaires), taux de panne par raccordement (6,3 %), délais de réponse aux réclamations des usagers, etc. 

Sur d‘autres l’opérateur est au-dessus de ses prévisions pour fin 2020 et de ses obligations. C’est notamment le cas sur le taux de réintervention en cas de panne qui est à 20,2 %, avec l’objectif d’arriver à moins de 17 % là où la mise en demeure prévoyait 15 %.

Tous les indicateurs, et leurs évolutions sur les deux derniers trimestres, sont disponibles dans ce document.

Le lancement de Salto se prépare avec des contenus inédits, mais sans création originale

La plateforme de streaming commune de France Télévisions, TF1 et M6 a commencé ses tests internes depuis le mois de juin, alors que le lancement est attendu pour cet automne, probablement mi-octobre. Thomas Crosson, directeur des contenus de Salto, est revenu sur le catalogue de la plateforme à l’occasion du festival de la fiction de La Rochelle, qui se tenait cette année à Paris.

« Le service va ainsi proposer des séries phares avec quelques jours d'avance et/ou du replay étendu […] En revanche, il n'y aura pas, dans un premier temps, de création originale, qui fait la force de Netflix et consorts », explique Les Échos. Parmi les séries disponibles, il y aura Ils étaient dix, Plus belle la vie, des séries étrangères comme Double vie et Evil, etc. 

Afin d’obtenir le feu vert de l’Autorité de la concurrence, rappelons que les groupes derrière Salto auraient pris des engagements. Il serait notamment question de ne proposer aucune chaîne en exclusivité et, pour TF1 et M6, d’appliquer des tarifs non discriminants sur la distribution des chaînes en direct.

Iliad lance le rachat de Play, l’opérateur « leader du marché mobile polonais »

Dans un communiqué, le groupe de Xavier Niel explique que « le comité stratégique de HoldCo et le conseil d’administration d'iliad ont approuvé le lancement d’une offre publique d’achat portant sur l’intégralité des actions composant le capital social de l’opérateur de télécommunications polonais Play ».

Le montant proposé en numéraire est de 39 zlotys par action, soit une prime de 38,8 % sur le dernier cours de clôture et de 32,9 % sur le cours moyen des 30 derniers jours. Cela représente 2,2 milliards d’euros pour 100 % du capital. L’offre publique d’achat sera ouverte du 19 octobre au 17 novembre, avec une « livraison » prévue au 25 novembre.

Dans le cadre de ce rachat, Iliad annonce avoir conclu un « accord contraignant relatif à l’acquisition d’un bloc de contrôle de 40 % auprès des deux actionnaires de référence de la société au même prix unitaire (soit 39 zlotys par action) lui conférant la majorité des sièges au conseil d’administration de Play ».

La maison mère de Free, explique que Play est le dernier arrivé sur le marché polonais en 2007, mais qu’il est « aujourd’hui, avec ses 15 millions d’abonnés et une part de marché de 29 %, le premier opérateur national de téléphonie mobile ». Il compte environ 2 800 collaborateurs.

VMWare Workstation 16 est disponible, avec dark mode… mais pas que

Alors que VMWorld 2020 approche, avec un gros focus sur Kubernetes cette année, l'éditeur a déjà mis à jour l'un de ses outils phares, la nouvelle mouture de l'hyperviseur grand public est disponible dans ses versions Player et Pro.

L'aspect le plus visible sera bien entendu le dark mode, une fonctionnalité à la mode qui gagne même de tels outils. DirectX 11 et OpenGL 4.1 sont gérés, avec un maximum de 8 Go de mémoire graphique pouvant être allouée par machine virtuelle. 

Les hôtes Linux peuvent profiter d'un rendu via l'API Vulkan (DirectX 10.1 et OpenGL 3.3 gérés). Le rendu graphique peut être placé dans un thread dédié avec un niveau d'accès moindre (SandBox Render, SBR).

On note également le support de l'USB 3.1, de la compatibilité avec vSphere 7, l'arrivée d'un nouvel outil en ligne de commandes pour les conteneurs et kubernetes : vctl. Les VM peuvent grimper à 32 vCPU et 128 Go de mémoire. On retrouve des évolutions similaires pour Fusion 12.

La tarification a été revue au passage. Les licences acquises jusqu'au 15 août donneront droit à une mise à jour gratuite. Les versions Player restent à 149 dollars et 79 dollars en mise à jour. Les déclinaisons Pro passent à 199/99 dollars.

C'est 50 dollars de moins pour Workstation, 20 dollars de moins pour la mise à jour de Fusion, mais 40 dollars de plus pour la licence de base de l'outil pour macOS