Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

LeBrief

du 14 septembre 2020
Patrick Drahi veut racheter 100 % des actions d’Altice Europe, puis la sortir de bourseCrédits : Ecole Polytechnique Université Paris-Saclay / CC BY SA 2.0 (Photo recadrée)

L’annonce a été faite vendredi par la société et son principal actionnaire. 4,11 euros par action sont proposés  (2,5 milliards d’euros au total), soit une hausse de 23,8 % par rapport au cours de la bourse de la veille. L’action était par contre montée à plus de 6 euros au début de l’année.

Patrick Drahi utilise sa holding Next Private pour cette opération, qui vise à récupérer la totalité du capital pour ensuite sortir Altice Europe de la bourse. La société est désormais valorisée 4,9 milliards d’euros.

« La structure actionnariale proposée permettra d’accroître l’accent porté sur l’exécution de la stratégie à long terme et souligne ma confiance et mes convictions dans les perspectives d’Altice Europe », affirme Patrick Drahi.

Pour rappel, Altice a racheté SFR en 2014 pour 13,5 milliards d'euros en cash, avec une participation de 20 % dans le nouveau groupe pour Vivendi. Quelques mois plus tard, les 20 % étaient récupérés pour 3,9 milliards d’euros.

iFixit plonge dans les entrailles du Surface Duo de Microsoft, qui n’obtient que 2/10

Un mois après l’annonce du lancement du smartphone pliable, iFixit l’a démonté dans les règles de l’art. L’occasion de découvrir les entrailles de la bête, ses deux écrans et ses deux batteries de 2 707 et 755 mAh.

Score final concernant la réparabilité : 2 sur 10. Si « les écrans et les coques arrière en verre peuvent être remplacés sans démonter aucun autre composant », les points noirs sont nombreux : batteries collées, port USB Type-C soudé sur la carte mère, utilisation de vis spécifiques, etc. 

Il est pour rappel disponible aux États-Unis à partir de 1 399,99 dollars.

VLC publie une build 4.0 avec l'accélération matérielle pour AV1

Intel et NVIDIA viennent coup sur coup de dévoiler des produits ajoutant la décompression matérielle de ce nouveau codec prometteur, dépourvu de royalties. 

Tant les CPU de la génération Tiger Lake que les GeForce RTX de série 30 peuvent lire des vidéos l'exploitant sans surcharger leurs unités de calcul principales. 

L'équipe de VLC précise que ces solutions sont déjà prises en charge, mais au stade d'alpha. Microsoft n'ayant pas finalisé les caractéristiques de DXVA en la matière, elles peuvent donc encore évoluer.

Une build de test a néanmoins été diffusée pour permettre à chacun d'effectuer ses propres essais. Elle est disponible pour les éditions 64 bits de Windows 7 à 10.

Microsoft ne rachète pas TikTok, Oracle reste en pisteCrédits : Anatoliy Sizov/iStock

L’annonce a été faite hier par la société de Redmond : « ByteDance nous a fait savoir aujourd'hui qu'ils ne vendraient pas les opérations américaines de TikTok à Microsoft ».

La société en profite pour expliquer qu’elle aurait « apporté des changements importants » (sans plus de précision) pour s’assurer que le service « répondait aux normes les plus élevées en matière de sécurité, de protection de la vie privée, de sécurité en ligne et de lutte contre la désinformation ».

Elle se dit désormais « impatiente de voir comment le service va évoluer » sur ces différents points… Une manière de préparer le terrain à une autre entreprise américaine qui serait sur les rangs : Oracle. Selon le Wall Street Journal, cette dernière serait en bonne voie pour être « partenaire » de ByteDance, mais pas forcément sous forme de rachat. Oracle deviendrait un « partenaire technologique de confiance » de ByteDance, expliquent nos confrères.

Pour rappel, le décret bannissant TikTok et WeChat, signé par Donald Trump, laisse jusqu’au 20 septembre à ByteDance pour trouver une solution, après quoi l’application sera interdite. Aucun délai supplémentaire ne sera accordé, a déjà indiqué le président américain : « Elle sera soit fermée, ou ils la vendront ».

Starship SN8 : SpaceX vise les 18 km d’altitude avec son nouveau prototype

La construction devrait être terminée « dans environ une semaine », affirme Elon Musk sur Twitter. Contrairement aux précédentes versions, ce prototype disposera d’un nez et de volets.

Il devrait aussi s’envoler beaucoup plus haut que ces prédécesseurs, qui n’avaient fait que de « petits » bonds à 150 m d’altitude environ. Cette fois-ci, Elon Musk vise les 60 000 pieds, soit environ 18 km. Avant de s’envoler, des tests au sol et une mise à feu statique sont évidemment prévus.

Conférence Samsung Unpacked le 23 septembre, vers un « Galaxy S20 Fan Edition » ?

Le fabricant donne rendez-vous pour un événement à suivre en direct à partir de 16h. Le message n’indique rien d’autre que « le rendez-vous des fans ». Selon les dernières rumeurs, il s’agirait d’un modèle d’entrée de gamme du Galaxy S20, un peu l’équivalent d’un Lite.

La sortie de la GeForce RTX 3070 annoncée pour le 15 octobre

NVIDIA attendait sans doute qu'AMD détaille son calendrier pour se positionner. C'est chose faite : Zen 3 doit être dévoilé le 8 octobre, les Radeon RX 6000 le 28 octobre.

C'est donc entre les deux que la déclinaison à 520 euros d'Ampere sera mise sur le marché. L'annonce a été faite sur les forums dédiés aux GeForce, avec la confirmation que les tests des RTX 3080 seront publiés ce mercredi à 15h, heure française.

Car c'est bien la RTX 3070 qui devrait être en compétition directe avec les nouvelles cartes graphiques d'AMD, connues sous le nom de code Navi 2X, et annoncées comme ayant un rapport performances/watts largement amélioré par rapport à la génération précédente.

L'objectif d'AMD et NVIDIA est de séduire les joueurs qui veulent mettre à jour leur machine en cette fin d'année. Chacun devrait donc multiplier les promesses pendant les six prochaines semaines, sans parler des rumeurs qui ne manqueront pas d'alimenter le débat.

Mais il faudra encore attendre un mois et demi avant d'être définitivement fixé.

Des pirates cibleraient des proches de Joe Biden et Donald Trump

Selon Reuters et Microsoft, des « pirates informatiques liés à la Russie, la Chine et l’Iran tentaient d’espionner des personnes dans les entourages de Donald Trump et de Joe Biden ». Durant la dernière élection, de telles pratiques avaient déjà été pointées du doigt, et la messagerie d’Hillary Clinton avait été piratée.

Des pirates chinois s’en seraient ainsi pris à des personnes « en liens étroits avec les campagnes présidentielles américaines et les candidats », dont un partisan de Joe Biden, et « au moins une personnalité de premier plan auparavant liée à l’administration Trump », affirme Tom Burt, vice-président de Microsoft.

La Russie, la Chine et l’Iran ont (évidemment) rejeté ces accusations, indiquent nos confrères. 

Sony annonce une conférence PlayStation 5 le mercredi 16 septembre à 22h

C’est via un tweet qu’elle a été officialisée, doublé d’un billet de blog. Le fabricant explique vouloir donner « un nouvel aperçu des excellents jeux qui seront disponibles avec la PS5 au lancement (et plus tard !) ».

La conférence durera 40 minutes et « donnera des informations sur les derniers titres des Worldwide Studios et de nos partenaires de développement à la renommée internationale ». Elle sera diffusée sur Twitch ou YouTube ce mercredi à partir de 22h00 (heure française).

Chrome OS : Google travaille à séparer le navigateur du système

AndroidPolice suit de près le projet Lacros, pour « Linux And ChRome OS ». Les ingénieurs s’y emploieraient à séparer le binaire du navigateur de la base technique de Chrome OS, alors que Chrome est depuis le début un composant central du système.

Le projet consiste à mettre de côté l’actuelle version de Chrome pour Chrome OS, la renommer « ash-chrome », récupérer la dernière mouture du navigateur pour Linux, l’adapter à l’implémentation maison de Wayland (nommée exosphere) et l’intégrer dans le système. En clair, une installation similaire à n’importe quelle distribution Linux.

Selon nos confrères, cette solution n’est devenue viable que très récemment dans le canal Canary de Chrome OS, le « lacros-chrome » devenant utilisable, bien que les bugs soient nombreux et les performances moindres. 

Quel avantage ? Découpler le navigateur du système permet, lorsque le produit arrive en fin de vie, de continuer à mettre à jour Chrome. 

Actuellement, un Chromebook dépassant la date fixée par le constructeur ne reçoit plus aucune mise à jour, y compris les correctifs de sécurité. Rapidement, le navigateur se retrouve avec des dizaines de failles non corrigées, obligeant le client à réinvestir. Un fonctionnement beaucoup plus proche des smartphones que des ordinateurs portables.

Dans son propre descriptif, Google évoque ce découplage salutaire entre navigateur et système, mais qui se fera dans tous les cas au détriment des performances et de la consommation des ressources. Ce que l’utilisateur gagnera en mise à jour se paiera donc, d’une manière ou d’une autre.

Le projet est cependant en cours, les développeurs ne se risquant pas à donner de date pour un déploiement. Il reste beaucoup à faire, et les performances devraient augmenter dans les mois à venir, le temps que les ingénieurs maîtrisent leur concept. 

Tarifs du dégroupage et transition vers la fibre : l’Arcep met en consultation son projet 2021-2023

Après des ajustements à la suite de retours des professionnels du secteur, le régulateur met en consultation publique son « projet d'encadrement du tarif d’accès au dégroupage total de la boucle locale cuivre, applicable pour les années 2021 à 2023 ».

« La méthode et les hypothèses retenues par l’Arcep la conduisent à proposer un plafond du tarif récurrent mensuel d’accès au dégroupage total de 9,65 euros par mois sur la période 2021-2023 ». Elle ajoute que, « dans le contexte de la transition vers le très haut débit […] il n’est plus pertinent que les coûts relatifs à la mise en service soient recouvrés pour partie par le tarif récurrent. L’Autorité propose donc de relever le plafond tarifaire applicable aux frais d’accès au service de 50 à 70 euros ».

La décision encadre également les « frais de résiliation, tarif du SAV+ ainsi que le tarif du dégroupage partiel et celui de la composante accès du bitstream ». Cette consultation est ouverte jusqu'au 12 octobre 2020. 

Neutralité climatique en Europe d’ici 2050 : le Parlement européen veut des objectifs plus ambitieux

L’institution rappelle que l’Union européenne est « déterminée à devenir climatiquement neutre d’ici 2050 et a appliqué cet objectif à toutes ses politiques au sein du Pacte vert pour l’Europe qui lutte contre le changement climatique ». 

Le Parlement souhaite aller plus loin : « une réduction des émissions de 60 % en 2030 par rapport à 1990 », alors que la Commission propose « au moins 50 % pour atteindre 55 % ». Les députés « souhaitent également que la Commission propose un objectif intermédiaire pour 2040 après une étude d’impact, afin de garantir que l’UE est sur la bonne voie pour atteindre l’objectif de 2050 ».

Autre point d’amélioration pour le Parlement : que « tous les États membres individuellement atteignent la neutralité climatique d’ici 2050 ». De plus, « l’UE et les États membres après 2050 devront être négatifs sur le plan climatique, c’est-à-dire qu’ils devront éliminer plus de gaz à effet de serre qu’ils n’en émettent ».

Rappelons enfin que la Commission européenne a proposé en janvier 2020 la création d’un Fonds pour une transition juste, faisant partie du plan de financement de 1 000 milliards d’euros du Pacte vert pour l’Europe. De son côté, le Parlement « doit voter l’établissement du Fonds pour une transition juste pendant la séance plénière de septembre ».

Ubuntu : Mark Shuttleworth répond aux inquiétudes de la communauté

Dans les forums d’Ubuntu, le patron de Canonical a pris la parole. Le fait est rare et témoigne d’une situation tendue, en écho aux inquiétudes de la communauté.

Elle évoque notamment la baisse croissante de ses interactions avec Canonical, l’absence de vraie liaison, la propre absence de Shuttleworth dans ces rapports, ou encore le désengagement progressif de l’entreprise des Ubuntu Community Team et Ubuntu Community Council. Dans une longue réponse, Shuttleworth cherche à rassurer : il n’a jamais été aussi impliqué. Les dernières années ont été consacrées à assurer une vraie stabilité dans le temps à Ubuntu, lui prenant tout son temps.

Il dit partager les inquiétudes de la communauté et s’estime frustré lui aussi de l’absence d’une figure de proue au sein de Canonical pour gérer la liaison avec la communauté. Il reconnait également que la mission du Community Council – notamment régler les conflits entre membres – est souvent très délicate.

Il ne s’agissait pas cependant d’une prise de position forte. Shuttleworth dit comprendre et partager des craintes, mais n’annonce rien pour autant. Il s’agit davantage d’une preuve que le patron continue de suivre ces conversations et suit les débats, au moins en partie.

x266 : l'implémentation libre du H.266 a son consortium

Début juillet, l’institut Fraunhofer annonçait l’arrivée du H.266, ou VVC (pour Versatile Video Coding), développé en partenariat avec des acteurs comme Apple, Ericsson, Intel, Huawei, Microsoft, Qualcomm et Sony.

Le x266, son implémentation libre et open source, a désormais son propre consortium, composé en majeure partie « d’experts du codage vidéo » du groupe MPEG au sein de l’ISO/IEC et du VCEG (Video Coding Experts Group) de l’ITU (Union Internationale des Telecoms). Des personnes habituées à la standardisation des technologies vidéo.

C’est le même processus que pour le x265, implémentation libre du H.265 (ou HEVC), et qui avait bénéficié de ce type de consortium, pour impliquer l’industrie. Les bénéfices attendus sont les mêmes que pour VVC : un poids réduit de moitié pour les vidéos, avec l’impact que l’on imagine notamment sur les serveurs de streaming et les très hautes résolution (4K/8K).

Le travail est déjà en cours et x266 sera capable de gérer trois espaces colorimétriques pour le codage : Standard, High Dynamic Range et Wide Color Gamut. La version initiale du logiciel supporte le codage en couche unique de 10 bits avec structure d’échantillonnage 4:2:0. Les versions suivantes ajouteront le multicouche, une plus grande profondeur et d’autres échantillonnages.

Le second patch de Flight Simulator 2020 promet des améliorations de performances

C'est en tous cas ce qu'annonce Microsoft, entre autres améliorations, évoquant une publication avant le 20 septembre prochain. Il était en cours de test la semaine dernière.

Exploitant DirectX 11, le jeu est très réussi graphiquement mais assez lourd, notamment par son exploitation intensive du CPU. Nombreux sont ceux à attendre de réelles optimisations et une migration vers DirectX 12.

L'éditeur n'a pour le moment pas détaillé les avancées prévues, mais elles seront sans doute moins ambitieuses que cela dans un premier temps. 

Rocket 3.1 d’Astra : la fusée échoue à se placer en orbite, mais la société est « satisfaite du résultat »

Le lancement par la start-up de ce week-end s’est soldé par un échec. Le décollage a débuté normalement, mais un problème est survenu durant la phase de combustion du premier étage, entraînant la fin prématurée de la fusée. 

La société est néanmoins satisfaite d’avoir pu lancer sa première fusée : 

« Comme nous l’avons toujours dit, nous nous attendons à ce qu’il faille trois essais pour arriver en orbite. Ce soir, nous avons vu un beau lancement ! L’examen préliminaire des données indique que la fusée s’est très bien comportée.

Au début du vol, notre système de guidage semble avoir introduit une légère oscillation dans le vol, faisant dériver le véhicule de sa trajectoire nominale, entraînant l’arrêt des moteurs par le système de sécurité.

Nous n’avons pas atteint tous nos objectifs, mais nous avons gagné une expérience précieuse, ainsi que des données de vol encore plus précieuses. Ce lancement nous met en bonne voie d’atteindre l’orbite d’ici deux missions, donc nous sommes satisfaits du résultat. »