Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

LeBrief

du 11 septembre 2020
Ubisoft Forward : des annonces, des excuses et de nouvelles mises en cause

Comme prévu, l'éditeur organisait hier sa conférence de rentrée. Une heure pour évoquer les évolutions et jeux qui sortiront dans les prochains mois. Il a ainsi été question d'Immortals Fenix Rising (3 décembre), une réédition (plutôt décevante) de Prince of Persia The Sands of Time attendue pour janvier et un partenariat avec Stormzy pour son intégration à Watch Dogs : Legion (29 octobre)

HyperScape aura droit à un mode Turbo le 15 septembre, Sam Fisher arrive dans Rainbow 6 Siege qui a désormais sa World cup. L'annonce la plus bluffante de la soirée était du côté de Riders Republic attendu pour le 25 février.

Il s'agit d'un nouveau jeu orienté glisse et sports extrêmes (avec leurs sponsors), développé par Ubisoft Annecy, misant sur de grands mondes ouverts. L'ensemble paraît plutôt impressionnant techniquement, on a hâte de pouvoir vérifier le résultat sur consoles et PC.

Pas un mot, donc, sur ce qui a secoué l'entreprise cet été. Lorsqu'il a été question d'une année particulière, c'était seulement pour mentionner l'arrivée des consoles de nouvelle génération. Mais Yves Guillemot s'est exprimé dans une vidéo de 4 minutes diffusée quelques heures auparavant sur le compte Twitter anglais de l'entreprise. Une façon de faire critiquée.

Il y évoque « les problèmes internes qui ont été mis en lumière récemment », des employés qui n'ont pas respecté les valeurs de la société et l'incapacité de cette dernière à protéger les victimes, s'excusant auprès de « tous ceux qui ont été blessés ».

Outre les sanctions et licenciements, il promet des améliorations dans les processus internes, mais aussi des programmes pour améliorer la diversité et l'inclusivité « à tous les niveaux » d'Ubisoft. « Le début d'un long voyage ». 

Il est également revenu sur le raté de Tom Clancy's Elite Squad, expliquant que cela n'aurait pas dû et ne doit pas se reproduire. Dans les deux cas, il annonce des investissements dans un programme d'accueil de jeunes diplômés ainsi qu'une nouvelle donation au NAACP Legal Defense and Educational Fund

Des annonces qui interviennent alors que le directeur du studio Nadeo, racheté en 2009 et à l'origine de la saga Trackmania, est mise en cause dans un article de Numerama. Il y a répondu en s'exprimant via Twitter (ici et ).

BLURtooth : une faille dans le Bluetooth 4.2 à 5.0

Le Bluetooth SIG explique que deux équipes indépendantes de chercheurs lui ont remonté cette vulnérabilité – baptisée BLURtooth – liée à l’implémentation de la Cross-Transport Key Derivation (CTKD).

Elle permet à un pirate d’accéder à un terminal, à condition qu’il supporte le Bluetooth Classic et la version Low Energy (LE). L’université de Carnegie Mellon donne des détails techniques dans ce bulletin de sécurité.

Le Bluetooth SIG « recommande que les implémentations potentiellement vulnérables ajoutent les restrictions de la Cross-Transport Key Derivation introduites dans les versions 5.1 et supérieures du Bluetooth Core ».

Fairwashing : L’UFC-Que Choisir dépose plainte contre Samsung

L’association s’attaque « à Samsung Electronics France et sa société mère Samsung Electronics Co., Ltd devant le tribunal judiciaire de Paris pour pratiques commerciales trompeuses ».

Selon elle, la politique de responsabilité sociale affichée par le fabricant sur son site internet « s’avère être un miroir aux alouettes ». Alors qu’il affirme avoir un « management responsable », nos confrères ne sont pas du tout du même avis : 

« Travail d’enfants dans des mines de cobalt en République démocratique du Congo, cadences de travail infernales en Chine et soupçons de travaux forcés d’une minorité ethnique, exposition de salariés à des produits chimiques toxiques en Corée du Sud… Voilà les constats accablants d’ONG et de journalistes qui épinglent fréquemment les fournisseurs de Samsung sur les conditions de travail inhumaines de leurs ouvriers ».

Cette plainte arrive après une autre de l’ONG SHERPA « pour pratique commerciale trompeuse en raison de la contradiction entre les engagements éthiques affichés et leurs violations constatées ».

Selon l’avocat général de la CJUE : l’inline linking exige l’autorisation des ayants droit et ses MTP sont protégéesCrédits : baona/iStock

L’épineuse question des liens et des contenus protégés par le droit d’auteur revient sur la sellette de la Cour de justice de l’Union européenne. L’affaire concerne l’exploitant de la Deutsche Digitale Bibliothek, bibliothèque numérique dédiée à la culture et au savoir. Sa vitrine numérique « contient des liens vers des contenus numérisés stockés sur les portails Internet des institutions participantes », en particulier représentés par des vignettes (ou thumbnails).

La société de gestion collective VG Bild-Kunst, spécialisée dans les arts visuels, a subordonné la signature de son contrat avec la bibliothèque à l’inclusion d’une clause prévoyant pour le licencié l’obligation de mettre en place des mesures techniques de protection « efficaces ».

Ces MTP doivent empêcher le framing par des tiers, des contenus affichés sur le site de la bibliothèque depuis ces sites autorisés par les ayants droit. Contestant cette disposition contractuelle, la Deutsche Digitale Bibliothek a soumis ce dossier à la justice allemande, qui a saisi la CJUE.

Dans son opinion publiée hier, l’avocat Maciej Szpunar « propose de juger que l’incorporation, dans une page Internet, d’œuvres provenant d’autres sites Internet (où ces œuvres sont mises à la disposition du public en libre accès avec l’autorisation du titulaire des droits d’auteur) à l’aide de liens cliquables utilisant le framing n’exige pas l’autorisation du titulaire des droits d’auteur ».

Pourquoi, résument encore les services de la Cour ? « Car celui-ci est censé l’avoir donnée lors de la mise à disposition initiale de l’œuvre ». « Cela vaut même lorsque cette incorporation par framing contourne des mesures techniques de protection contre le framing adoptées ou imposées par le titulaire des droits d’auteur » ajoutent-ils. 

« En effet, de telles mesures restreignent non pas l’accès à l’œuvre ni même une voie d’accès à celle-ci, mais uniquement une façon de l’afficher sur l’écran. Il n’est pas ici question d’un public nouveau, car le public est toujours le même : celui du site Internet cible du lien ». 

Toutefois, l’avocat général a renversé son analyse de l’inline linking : l’incorporation d’œuvres par ce biais exigerait, selon lui, l’autorisation préalable du titulaire des droits sur les œuvres.

Pourquoi cette fois ? Cet outil génère un acte de communication auprès d’un public nouveau, non pris en compte par le titulaire des droits lors de la mise à disposition initiale du fichier sur le site initial. Ce statut rendrait ainsi nécessaire le passage par la case autorisation. 

En résumé : le framing n’exige pas d’autorisation et les MTP ne bénéficient pas de protection. L’inline linking exige l’autorisation, et les MPT bénéficient de la protection. Une analyse délicate qui devra encore être confirmée par la Cour dans son arrêt attendu dans quelques mois. 

Avant l’élection présidentielle américaine, Google et Twitter renforcent leur règles

Les deux sociétés ont fait des annonces simultanées (le billet de Google, celui de Twitter), hier dans la journée. Sur le moteur de recherche, il est notamment question de désactiver l’autocomplétion sur les requêtes liées aux élections : « nous supprimerons les prédictions qui pourraient être interprétées comme des revendications pour ou contre un candidat ou un politique ». 

« Nous supprimerons également les prédictions qui pourraient être interprétées comme une demande de participation à l'élection, à l'intégrité ou la égitimité du processus électoral », ajoute la société. Cela ne change évidemment rien aux résultats qui seront affichés.

Sur le réseau social, les règles encadrant les élections vont être renforcées : « À partir de la semaine prochaine, nous étiquèterons ou supprimerons les informations fausses ou trompeuses, destinées à ébranler la confiance du public dans une élection ou un autre processus civique ».

Cela comprend par exemple « des informations non vérifiées sur le trucage des élections, la falsification des bulletins de vote, le décompte des votes » et aussi sur le résultat d’une élection. Ces changements entreront en vigueur le 17 septembre.  Pour rappel, l’élection présidentielle américaine de 2020 se déroulera le 3 novembre. 

Code de bonne conduite des plateformes : l’UE veut « aller plus loin »

Dans un rapport consulté par Reuters, la Commission européenne estime que le code signé en 2018 par Alphabet, Facebook, Twitter, Mozilla, Microsoft, TikTok… présente des lacunes : « Celles-ci entrent dans quatre catégories: l’application incohérente et incomplète du code sur les différentes plateformes et dans les États membres, l’absence de définitions uniformes, l’existence de failles dans la couverture des engagements du code et des limites intrinsèques à la nature autorégulatrice du code ».

Nos confrères ajoutent que Vera Jourova (vice-présidente de la Commission européenne chargée du respect des valeurs de l’UE et de la transparence) veut prendre des mesures supplémentaires : « le moment est venu d’aller plus loin et de proposer de nouvelles mesures. Les plateformes doivent devenir plus responsables et plus transparentes. Elles doivent s’ouvrir et fournir entre autres un meilleur accès aux données ».

Les professionnels de santé vont pouvoir faire de la publicité, même sur InternetCrédits : utah778/iStock

De futurs décrets ont été notifiés à la Commission européenne par la France. Chacun supprime l’interdiction de la publicité qui existait pour les…

Le professionnel de santé sera « libre de communiquer au public, par tout moyen, y compris sur un site internet, des informations de nature à contribuer au libre choix du praticien par le patient, relatives notamment à ses compétences et pratiques professionnelles, à son parcours professionnel et aux conditions de son exercice ».

Les médecins par exemple pourront communiquer au public, « y compris sur un site internet », les informations « de nature à contribuer au libre choix du praticien par le patient, relatives notamment à ses compétences et pratiques professionnelles, à son parcours professionnel et aux conditions de son exercice ».

Tout ne pourra être fait toutefois : cette communication devra respecter « les dispositions en vigueur et les obligations déontologiques ». « Loyale et honnête », elle se fera sans appel « à des témoignages de tiers » ni reposer « sur des comparaisons avec d’autres médecins ou établissements » et sans inciter « à un recours inutile à des actes de prévention ou de soins ».  Pareillement, la communication ne devra pas « porter atteinte à la dignité de la profession » et n’induira pas le public en erreur.

  Un médecin qui présente son activité par exemple sur son site, devra « y inclure une information sur les honoraires pratiqués, les modes de paiement acceptés et les obligations posées par la loi pour permettre l’accès de toute personne à la prévention ou aux soins sans discrimination ». L’information devra « être claire, honnête, précise et non comparative », insiste le projet de décret. Relevons au passage qu’un médecin ne pourra pousser son référencement sur Google via les outils payants. 

Selon le projet de décret (dont on retrouve un miroir sur l’ensemble des textes notifiés), « il est interdit au médecin d’obtenir contre paiement ou par tout autre moyen un référencement numérique faisant apparaître de manière prioritaire l’information le concernant dans les résultats d’une recherche effectuée sur l’internet. »

La Commission européenne dispose, avec les autres États membres, d’un délai de trois mois pour ausculter les éventuels effets de ces projets sur le marché unique, au titre de la liberté des prestations de service. Passée cette période, la France pourra publier les décrets définitifs au Journal officiel. 

Dolby confirme la compatibilité Atmos/Vision des prochaines Xbox Series S/X

Attendues pour le 10 novembre, en précommande à la fin du mois dès 300 euros, les deux consoles disposent bien de ces deux certifications. 

Une page leur est ainsi consacrée sur le site de Dolby, précisant qu'elles pourront donc bien profiter du son Atmos et du HDR via Vision, si elles sont connectées à des appareils compatibles bien entendu.

Les premières à y parvenir, est-il précisé.

Des traces de l’abonnement Apple One dans l’application Music pour Android

Les rumeurs évoquent depuis des mois l’arrivée d’une formule One qui regrouperait tout ou partie des services payants d’Apple : Music, TV+, Arcade et News+.

9to5Google s’est « amusé » à dépiauter la dernière bêta d’Apple Music pour Android. Surprise, plusieurs lignes de code font clairement référence à Apple One, notamment pour avertir que l’abonnement Music fait justement partie de One. Le nom de code « aristotle » se retrouve plusieurs fois mentionné et pourrait désigner ce futur produit.

Des traces trouvées peu de temps avant la présentation de l’iPhone 12. Or, Bloomberg pointait il y a un mois que les nouvelles formules seraient probablement proposées en même temps que le nouveau téléphone.

Selon Bloomberg toujours, Apple pourrait proposer plusieurs formules, dont une comprenant Music et TV+ et une complète, comprenant même une extension de stockage iCloud. 

Réponses d’ici un mois, soit avec l’évènement de la semaine prochaine, soit lors de la présentation de l’iPhone 12 un peu plus tard.

Un ancien directeur de la NSA au conseil d'administration d'Amazon

« Nous sommes très heureux d’élire un nouveau membre pour notre conseil d’administration ce mois. Bienvenue, général Keith Alexander ! ».

En quelques mots, Amazon se félicite de l’arrivée d’un général de l’armée américaine dans son conseil. Mais pas n’importe quel général : Keith Alexander a été directeur de la NSA de 2005 à 2014. Il était notamment aux commandes lorsque Edward Snowden y était sous-traitant technique.

D’abord repéré par The Verge dans un document remis par Amazon à la SEC (Securities and Exchange Commission), son arrivée a été officialisée hier soir. Au sein du conseil, il fera partie du comité d’audit, aux côtés d’Indra Nooyi, Thomas Ryder et Wendell Weeks. 

Selon Amazon, ce comité a pour mission de « contrôler les qualifications, l’indépendance et les performances des auditeurs indépendants de l’entreprise ». Il a également la charge de la rédaction des rapports boursiers trimestriels. Mais quelles que soient ses attributions, la nomination d’Alexander fait largement réagir. Le tweet d’Amazon est suivi d’une longue, très longue liste de réponses dubitatives ou franchement hostiles. 

Snowden a lui aussi réagi, rappelant que le même Alexander qui avait autorisé les « programmes illégaux de surveillance de masse » travaille maintenant pour une société qui héberge 6 % du web mondial. Sans parler des enceintes connectées, et du « Hey Alexa » que Snowden imagine remplacé par « Hey Keith Alexander ».

Le CERN publie son premier rapport public sur l’environnement

Ce document d’une quinzaine de pages « décrit l'état actuel de l'empreinte environnementale du CERN, ainsi que ses objectifs pour les années à venir ». Il porte sur les années 2017 et 2018.

On y apprend notamment que l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire emploi 17 900 personnes, consomme 1 251 GWh d’électricité et 64,4 GWh d’énergie fossile. 

Elle affirme que ses « émissions directes de gaz à effet de serre ont été de 192 100 tonnes d’équivalent CO2 (teqCO2). Ses émissions indirectes issues de la consommation d’électricité ont été de 31 700 teqCO2 ». À court terme, elle « entend réduire ses émissions directes de 28 % d’ici à la fin 2024 ».

De plus amples informations sont disponibles dans le rapport complet

Portland bannit la reconnaissance faciale dans les établissements publics et privés

La ville de Portland a interdit mercredi l'utilisation de la technologie de reconnaissance faciale par toutes les « entités situées dans des lieux d’hébergement public », qu'il s'agisse des services de la ville (y compris la police locale) ou des entreprises privées ouvertes au public telles que les magasins, les restaurants et les hôtels, rapporte CNN.

Portland rejoint un nombre croissant de villes américaines, telles que San Francisco, Oakland et Boston, mais sa décision d'empêcher à la fois l’administration publique et les entreprises privées d'utiliser la technologie semble être l'interdiction la plus radicale à ce jour par une ville donnée.

« La technologie existe pour nous faciliter la vie, et non pour que les entités publiques et privées l'utilisent comme une arme contre les citoyens mêmes qu'elles servent et accueillent », a expliqué le maire de Portland.

Cette interdiction n'empêche pas, cela dit, les particuliers d'utiliser la reconnaissance faciale à la maison, ou la fonction d'identification faciale d'Apple pour déverrouiller un iPhone. 

Une application de taxis relève des services de la société de l’informationCrédits : MVorobiev/iStock/Thinkstock

En décembre 2017, Uberpop était qualifié comme de service de transport par la Cour de justice de l’Union européenne. La juridiction relevait l’intime relation entre l’outil et l’activité des chauffeurs Uber. Une app non seulement utile, mais essentielle. Chaque pays est donc libre de définir les conditions de prestation, au besoin par un système d’autorisation.

Hier, l’avocat général Maciej Szpunar a considéré cette fois qu’une application de mise en relation directe des clients et des chauffeurs de taxi constitue au contraire un « service de la société de l’information ». Il est fourni contre rémunération, à distance, par voie électronique et à la demande individuelle d’un destinataire de services. Il s’ajoute à une activité de transport. S’il est utile, il est toutefois non essentiel aux taxis.

Conclusion : la directive sur le commerce électronique joue à plein régime, en particulier son article 4 qui interdit (sauf exception) aux États membres de subordonner de tels services à un régime d'autorisation préalable.

Dans ce dossier, la S.C. Star Taxi App SRL contestait la décision prise par le conseil municipal de Bucarest d’imposer un tel régime d’autorisation aux exploitants d’application de « dispatching ». La société roumaine avait alors écopé d’une amende de 4 500 lei roumains, soit près de 930 euros.

L’arrêt est attendu dans les prochains mois.

Traducteurs automatiques : quand la science s’inspire de la science-fiction

Le CNRS consacre un dossier sur ce genre de « dispositif magique » capable de traduire automatiquement n’importe quelle langue. « Certains dispositifs sont clairement loufoques, mais d’autres ont-ils inspiré les chercheurs ? ».

L’article est rédigé par Frédéric Landragin, directeur de recherche et linguiste spécialiste en traitement automatique des langues naturelles et du dialogue entre humain et machine. 

Google contre Autorité de la Concurrence : la cour d’appel de Paris tranchera le 8 octobre

Hier, l’audience contre la décision de l’Autorité de la Concurrence a été examinée par la cour d’appel de Paris. Selon nos informations, c’est le 8 octobre que la juridiction rendra son arrêt. 

Google, à l’origine de ce recours, conteste l’existence d’un abus de dépendance économique, ou les injonctions imposées en avril dernier par l’AdlC, en particulier, celle de ne pas altérer le ranking des sites de presse.

Ce dossier s’inscrit dans le psychodrame des droits voisins. Les éditeurs et agences de presse estiment que Google est dans l’illicéité lorsqu’il reprend les extraits des articles gratuitement, mais dénoncent la décision du moteur d’avoir désactivé ces mêmes « snipets » lors de l’entrée en application de la loi sur les droits voisins.

Considérant Google de « mauvaise foi » dans la négociation des accords qu’il devait engager avec eux, ces professionnels des médias ont ressaisi l’Autorité de la concurrence. Information confirmée par cette dernière. 

Windows 10 gère désormais le montage de certains systèmes de fichiers Linux… via WSL 2

Si Microsoft s'ouvre de plus en plus à l'open source en général et à Linux en particulier au sein de son OS, qui peut désormais embarquer un noyau complet, il reste un manque important : certains systèmes de fichiers ne sont pas nativement supportés, comme ext4.

On s'attend à ce que ce soit un jour le cas, mais pour le moment, ce n'est pas directement possible. Mais avec la build 20211, actuellement en test, un nouveau pas est franchi : un volume peut être monté directement au sein du sous-système Linux (WSL 2).

Il n'est ainsi plus forcément nécessaire d'utiliser des outils comme Linux File Systems for Windows de Paragon Software.

Un HDD/SSD et ses partitions peuvent être rendus accessibles dans ce Linux embarqué. Windows 10 pourra ensuite y donner accès via son Explorateur de fichiers (\\wsl$). Pour cela, plusieurs commandes (administrateur) ont été ajoutées.

Il faut commencer par obtenir la liste des volumes disponibles :

wmic diskdrive list brief

Vous pouvez ensuite les monter ou les démonter comme bon vous semble :

wsl --mount <DeviceID> --partition <PartitionNumber> --type <Filesystem> -o <MountOptions>
wsl --unmount <DeviceID>

Par défaut le type de partition est ext4, cet argument n'est donc pas forcément nécessaire, pas plus que les options de montage qui sont à préciser si vous avez un besoin en particulier. Les détails sont disponibles par ici

L’astrophysicienne Françoise Combes lauréate de la médaille d’Or 2020 du CNRS

Françoise Combes, 68 ans, est « astrophysicienne au Laboratoire d’études du rayonnement et de la matière en astrophysique et atmosphères, titulaire depuis 2014 de la chaire Galaxies et cosmologie au Collège de France », explique le Centre national pour la recherche scientifique. 

Dans son Journal, ce dernier consacre une longue interview à la lauréate, en s’intéressant notamment à son parcours professionnel. On y apprend qu’elle est aussi une des « grandes expertes françaises ès matière noire ».

Elle avait pour rappel déjà obtenu la médaille d’Argent du CNRS en 2001. 

Les jeux Epic Games peuvent finalement continuer à utiliser Sign In with Apple

Alors même qu’Epic prévenait depuis peu de la fin imminente des connexions Sign In with Apple à cause de la clôture de son compte développeur par Cupertino, il n’en est finalement rien.

Les joueurs devaient avoir changé d’adresse email pour le compte avant aujourd’hui, au risque de perdre leurs données, même si Epic évoquait un passage par le service client pour débloquer la situation.

Retournement de situation cette nuit : Epic Games avertit maintenant avoir obtenu une « extension illimitée » pour Sign In with Apple. Traduction, les joueurs n’ont plus besoin de se précipiter, même si le studio recommande toujours de changer son adresse email.

On ne connait pas les raisons de ce retournement de situation. Un changement d’avis chez Apple par peur d’une levée de boucliers face à des données inaccessibles ? Coup de communication d’Epic ?

Amazon Music HD débarque en France, à partir de 14,99 euros par mois

Ce service est déjà disponible depuis plusieurs mois dans certains pays. Comme son nom l’indique, il propose du « streaming audio en haute qualité », il vient ainsi jouer sur les platebandes de Qobuz ou Tidal (entre autres), qui ont fait de ce point un argument commercial. 

60 millions de titres sont ainsi disponibles en HD, et « des millions » en Ultra HD. Le premier serait de « l’audio sans perte » jusqu’à 850 kb/s (16 bits, 44,1 kHz) et le second de « la compression audio sans perte de qualité supérieure » jusqu’à 3 730 kb/s (24 bits, 192 kHz) ; pour rappel la qualité SD est limitée à 320 kb/s.

Le tarif est de 14,99 euros par mois pour l’abonnement individuel HD, ou de 19,99 euros par mois pour la version famille (toujours en HD). Une offre d’essai de 90 jours gratuite est proposée aux nouveaux clients. Qobuz et Tidal sont tous les deux à partir de 19,99 euros par mois.

Facebook retourne à ses premières amours avec Campus

Facebook a annoncé hier soir Campus, un sous-ensemble du réseau social dédié aux étudiants universitaires, comme un retour aux sources pour l’entreprise, occasionnant quelques plaisanteries.

En test dans une trentaine d’universités américaines (dont Johns Hopkins, Northwestern, Louisville, Vassar et Virginia Tech), le service permet aux étudiants d’une même structure d’entrer en contact les uns avec les autres, de discuter des programmes, de s’abonner à des Pages et groupes spécifiques, de suivre le flux d’actualités de l’établissement, etc.

Pour participer, les étudiants doivent fournir leur adresse email en .edu et leur niveau de cursus. Après quoi ils sont invités à créer un profil spécifique, qui servira à les mettre en relation avec les « bonnes » personnes. Référents, professeurs, classes, bâtiment, résidence universitaire et autres peuvent être renseignés.

Évidemment, plus il y a d’informations, plus les recoupements seront précis. Et plus Facebook aura d’informations sur l’identité des étudiants et ce qu’ils apprennent, autorisant un niveau élevé de personnalisation des contenus publicitaires.

Pour l’instant, et au moins tant que le projet pilote continue, les données liées à chaque université sont indépendantes. En outre, les informations données par les étudiants sur Campus n’apparaissent pas sur le Facebook classique.

Google annonce Android 11 (Go édition), pour les terminaux avec 2 Go de mémoire maximum

Trois jours après la mise en ligne de la version finale d’Android 11, c’est au tour de la version Go du système d’exploitation mobile de débarquer. Pour rappel, celle-ci se concentre sur les smartphones d’entrée de gamme. 

Cette déclinaison – baptisée Android 11 (Go édition) – a été lancée pour la première fois en 2018 et, selon Google, serait présente sur 100 millions de terminaux. Des améliorations ont été apportées sur les performances. « Sur Android 11 (Go édition), les applications se lancent 20 % plus rapidement que sur Android 10 (Go édition) ». On y retrouve également les nouveautés d’Android 11 sur la gestion de la vie privée, le regroupement et les bulles pour les messages.

Google annonce un changement important dans les caractéristiques permettant à un fabricant de proposer Android 11 (Go édition) sur un smartphone : la quantité de mémoire maximale passe de 1,5 à 2 Go. Cette évolution permet aux utilisateurs d’exécuter « trois à quatre autres applications en arrière-plan ». Les notes de version se trouvent par ici. Android 11 (édition Go) sera disponible à partir du mois prochain.

KeePass 2.46 est là, avec TLS 1.3

Le célèbre gestionnaire de mots de passe open source gagne en fonctionnalités et améliorations, détaillées dans ses notes de versions. On remarque par exemple l'arrivée de nouveaux raccourcis pour le déploiement récursif des listes (CTRL+* ou CTRL+/).

Le chiffrement des flux via TLS 1.3 est désormais de la partie pour les connexions sécurisées, lorsque .Net 4.8 ou plus est présent sur la machine. 

Donald Trump : « Il n'y aura pas de prolongation de la date limite pour TikTok »

Début août, le président américain signait des Executive Orders pour bannir TikTok et WeChat, sur fond d’« urgence nationale » et de risque pour la sécurité du pays.

Ils entreront en vigueur 45 jours plus tard, soit le 20 septembre. Alors que la date butoir approche, Donald Trump a fait savoir qu’il ne comptait accorder aucun délai supplémentaire : « Elle sera soit fermée, soit ils le vendront », faisant référence aux dirigeants de la maison mère, ByteDance.

Cette dernière est en discussion avec Microsoft pour un rachat de l’application dans plusieurs pays : États-Unis, Canada, Australie et Nouvelle-Zélande. Oracle s’est depuis joint à Microsoft, mais les négociations seraient plus compliquées que prévu, selon des sources proches du dossier et reprises par Bloomberg

PC21 veut lever des fonds et cherche un partenaire pour accélérer sa croissanceCrédits : Ismailciydem/iStock

La concentration est de mise chez les revendeurs informatiques, notamment avec le rachat par LDLC de Materiel.net et de TopAchat.

De son côté, PC21 France se présente comme le « leader dans la distribution de produits informatiques, high tech et télécoms à destination des grandes entreprises, des PME, des administrations publiques, du secteur Éducation et Associatif ainsi qu'au grand public ».

La société, qui fête cette année ses 20 ans, « a décidé d'ouvrir son capital et recherche un partenaire financier spécialisé en opérations de haut de bilan (Banques d’affaires, Private Equity, Corporate Finance, Gestion de Fonds, Fusions & Acquisitions) ». 

« L'objectif de cette opération sera de faire de PC21 un futur champion français du secteur de l'IT dans l’e-commerce b to b ainsi que la réalisation de prestations de services informatiques associées. Cette future levée de fonds nous permettra d’accélérer notre croissance organique et de réaliser des opérations de croissance externe dans des sociétés de services », explique le revendeur.

PC21 revendique au 30 juin 2020, un chiffre d’affaires de 17,3 millions d’euros, en croissance de 36 % et « qui fait suite à 20 ans de croissance consécutive ». Les 14 dernières années de ses revenus sont présentés sur cette page.

Equinix enquête sur « un incident de sécurité […] qui implique un ransomware »

L’annonce a été faite le 10 septembre au petit matin et ses équipes ont immédiatement pris des mesures « pour faire face à l’incident, ont avisé les forces de l’ordre et ont continué d’enquêter » . 

L’hébergeur se veut rassurant : « Nos centres de données et nos services, y compris ceux gérés, restent pleinement opérationnels, et l’incident n’a pas affecté notre capacité à prendre en charge nos clients ». Il ajoute : « comme la plupart des clients exploitent leur propre équipement dans les centres de données Equinix, cet incident n’a eu aucun impact sur leurs opérations ni les données de leurs équipements ».

Un peu plus de 24h après, une mise à jour du billet de blog a été publiée. On y apprend simplement que la société continue d’enquêter sur cet incident et qu’elle n’a « aucune nouvelle information à signaler pour le moment ».

BarrièreBet : Barrière lance sa plateforme en ligne de paris sportifs, hippiques et de poker

Elle sera mise en place à partir du 16 septembre pour les paris sportifs, « puis à terme aux paris hippiques et au poker ». En plus du site, des applications Android et iOS arriveront prochainement.

Ce lancement se fait en partenariat avec le groupe BetConstruct, « un Leader mondial du secteur des jeux en ligne, disposant d’un agrément d’Opérateur délivré par l'ANJ (ex.ARJEL) en France ».

NVIDIA diffuse son Community Kit, Ansel débarque dans GeForce Now

L'annonce a été faite dans la liste des mises à jour d'hier du service de cloud gaming, disponible depuis peu sur Chromebook : il peut désormais profiter de la solution de prise de vue Ansel. 

Le caméléon profite de la sortie de ses nouvelles GeForce de série 30 (Ampere) pour mettre en ligne un kit de 411 Mo pour ses fans contenant des fonds d'écrans, captures de jeux avec RTX, la cuisine de Jen Hsun Huang pour vos fonds de vidéoconférences et autres overlays de streaming.

D'autres éléments sont disponibles sur cette page. L'entreprise promet aussi de nouveaux GIF à venir sur le service Giphy