Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

LeBrief

du 10 juillet 2020
Environnement et numérique : le CNNum va plus loin que le Sénat, évoquant la fin des forfaits illimités… sur le fixe

Comme prévu, le Conseil national du numérique publie une feuille de route sur l'environnement et le numérique « réalisée en partenariat avec le Haut conseil pour le climat », ainsi qu'un avis sur les données environnementales d'intérêt général. Deux documents assez longs, qu'il serait difficile de résumer en un seul morceau. Nous aurons donc l'occasion d'y revenir prochainement. 

Selon Salwa Toko, la présidente du CNNum : « nous avons voulu être utiles et la feuille de route que nous avons co-construite est un instrument opérationnel pour mettre la transition numérique au service de la transition écologique et solidaire ».Il doit ainsi être « un véritable mode d’emploi pragmatique et actionnable » pour le gouvernement. Une intention louable, comme le précédent rapport sénatorial sur le sujet. Mais qui tombe dans les mêmes travers, avec un petit aspect « inventaire à la Prévert ». 

Ainsi, on y trouve des idées intéressantes comme « s’accorder sur les méthodes de quantification des impacts environnementaux du numérique », ce que justifient en général assez bien ce genre de rapports et ceux sur lesquels ils s'appuient. Ou rendre ces analyses plus systématiques.

Mais aussi « améliorer la collecte des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) [et] veiller au respect des normes en vigueur en matière de recyclage et faire de la lutte contre le traitement et l’export illégaux de déchets électriques et électroniques une priorité ». Et même renforcer la garantie légale. 

On note également une volonté de favoriser l'information, l'éducation, les engagements autour de ces sujets, de favoriser les projets sans impact, engager le monde du libre, l'économie circulaire, etc. 

Mais dans ces 160 pages, il y a aussi nombre de grandes idées peu concrètes et autres tentatives de moraliser l'utilisateur « by design ». On pense notamment à la volonté « d’encourager les forfaits à consommation limitée, y compris sur le fixe », comme si ce n'était déjà pas le cas sur le mobile (voir notre précédent article).

Le rapport propose également de « limiter les fonctions de « préchargement » de ressources dans les navigateurs » ou de « rationaliser l’hyper-disponibilité des data centers, c’est-à-dire limiter la redondance des services dans plusieurs data centers (hors services essentiels) ».

Bref, plus qu'un travail clé en main avec une stratégie claire, il ressemble surtout à une foire aux idées ayant cherché à satisfaire un peu tout le monde, mais impossible à reprendre en l'état. Il y a ainsi fort à parier que, si le gouvernement décide de s'appuyer sur ce document, il n'y reprendra que les portions qui l'intéressent.

Tesla : l’« autonomie de niveau 5 cette année », selon Elon Musk

Cette fonctionnalité a souvent été évoquée par le fabricant automobile, mais jamais déployée jusqu’à présent. En 2016, Tesla mettait en vente son option de « conduite entièrement autonome », en précisant qu’il était « impossible de dire quand exactement » elle arriverait.

Début 2019, Elon Musk était particulièrement confiant : « Je pense qu'on proposera une conduite entièrement autonome cette année. La voiture pourra venir vous chercher sur un parking et vous emmener à votre destination sans intervention, dès cette année. Je dirais que j'en suis certain, ce n'est pas une question ». Loupé.

Rebelote cet été, comme le rapporte Reuters : « Je suis extrêmement confiant sur l’arrivée du niveau 5, qui est en gros l’autonomie complète, et je pense que cela aura lieu très rapidement […] Je reste persuadé que nous disposerons des fonctionnalités de base pour une autonomie de niveau 5 cette année », affirme-t-il dans un message vidéo à l’ouverture de la Conférence mondiale sur l’intelligence artificielle (WAIC) à Shanghai.

Sony prend une « participation minoritaire » dans Epic Games, pour 250 millions de dollars

Dans une envolée lyrique, les deux partenaires expliquent que cet « investissement cimente une relation déjà étroite entre les deux entreprises ». 

Sony parle d’un « investissement stratégique » et explique qu’il lui permettra d’explorer « les possibilités de collaboration avec Epic Games ». Bref, rien de concret.

iOS/iPadOS 14 et tvOS 14 : les bêtas publiques sont là

Que ceux qui cherchaient un peu de nouveauté pour leurs appareils se réjouissent, puisque le nouveau cycle de test publique commence chez Apple pour les prochains versions majeures d’iOS, iPadOS et tvOS. Apple a aussi annoncé les bêtas pour Big Sur et watchOS 7 mais est allée un peu vite en besogne. Elles apparaissent maintenant « bientôt disponibles ».

Le programme d’iOS 14 est très chargé, avec de nombreux ajouts pour la page d’accueil notamment, après des années sans trop toucher à la classique présentation en grille. Regroupement automatique des applications par catégories et widgets de plusieurs taillées épinglés sont au programme. Nous publierons bientôt un grand récapitulatif des nouveautés.

Ces bêtas publiques portent le même numéro de build que la bêta 2 pour les développeurs. Il semble pour l’instant que ces préversions soient beaucoup plus stables que celles d’iOS 13, assez catastrophiques en leur temps. 

On rappellera quand même l’avertissement habituel : il s’agit de bêtas, avec les risques potentiels de bugs, plantages et incompatibilités logicielles que cela suppose. Il est préférable de les installer sur des appareils secondaires.

KeePassXC 2.6 est là : refonte de l'interface et meilleure gestion des clés de sécurité

Le gestionnaire de mots de passe open source et multiplateforme, dérivé de KeePass, revient en corrigeant nombre de ses problèmes et ajoute quelques éléments bienvenus.

Outre l'interface complètement revue, disponible en clair ou sombre, avec mode compact et autres icônes plutôt réussies, on note l'option pour un lancement au démarrage, des rapports de fuite, de nouvelles options de tri, sauvegarde, etc.

L'équipe dit aussi avoir complètement retravaillé la gestion des clés de sécurité, notamment les Yubikey, ainsi que les OnlyKey que l'on trouve pour une cinquantaine d'euros. De nombreux autres pans de l'application ont entièrement été réécrits. 

Tout est détaillé par ici.

Exodus Privacy publie une nouvelle version de son application d'analyse

L'équipe met en avant la détection des applications F-Droid, des pages pisteur, de nouvelles couleurs et traductions (Allemand, Arabe, Catalan, Grec, Italien, Russe) « et toujours 0 pisteur ! ».

Cet outil vous permet pour rappel d'analyser les autorisations, SDK et autres solutions de pistages présentes dans les applications que vous utilisez au sein d'un appareil Android. Il se veut ainsi plus complet et plus informatif. 

La Copie privée se dote d'un nouveau site et d'une vidéo promotionnelle

« Méconnue », cette redevance est une « ressource vitale pour la culture » à l'origine des « premières aides financières d’urgence pour les auteurs et créateurs pendant la crise sanitaire en mars dernier » explique la SACD. 

Une manière d'apporter une présentation positive de la RCP, alors que certains rêvent de l'étendre encore un peu plus. Le nouveau site, aux tons jaune et noir, participe à cet effort, évoquant l'historique, la gouvernance ou les objectifs et projets soutenus à travers la copie privée.

Il fait bien entendu quelques impasses, notamment sur la représentation des consommateurs, qui n'empêche pas la commission de poursuivre ses travaux. On apprend néanmoins dans un « Le saviez-vous ? » que « fin 2012, les fabricants d’appareils d’enregistrement ont décidé de ne plus participer aux travaux de la Commission et ont intenté des recours contre ses décisions antérieures. Ils ont ainsi bloqué l’activité de la Commission pendant trois ans. Ces recours ont été intégralement rejetés par le Conseil d’État le 19 novembre 2014. Les travaux de la Commission ont pu reprendre en octobre 2015 ». 

Les archives de ses travaux ne sont pas spécialement mis en avant. Ils sont en effet publiés par le ministère de la culture. Nous en avions également gardé une copie lorsque certaines ont disparu (avant de revenir). 

Si la FAQ du nouveau site évoque bien la possibilité d'un remboursement de la RCP aux professionnels, la procédure n'a pas droit, elle, à son lifting ou même à une simplification. Elle se trouve toujours sur le site de Copie France :

Une vidéo de présentation de la copie privée est également disponible, hébergée par Dailymotion. Pour rappel, vous trouverez aussi sur YouTube une vidéo de 2013 à destination de Mr vous et moi et une suite de questions/réponses datant de 2015, plus... institutionnelle. 

Pour tout le reste, n'hésitez pas à lire le bilan de la copie privée publié dans notre premier magazine publié en début d'année, un article désormais en accès libre : 

Le successeur du Google Home se dévoile à la FCC

Depuis le lancement de son enceinte connectée, le géant du Net l’a déclinée en plusieurs formats, mais l’originale n’a pas évolué. C’est en passe d’être fait si l’on en croit les captures d’Android TV Guide reprises par Android Authority.

Par contre, on n’y apprend rien de plus que le design. Pas un mot sur les fonctionnalités, la qualité du son, la date de lancement et son tarif.

Yann Guthmann prend la tête de l'économie numérique à l'Autorité de la concurrence

Créé en janvier dernier, ce service avait fait l'objet de plusieurs recrutements, dont un de chef de service. Il est désormais pourvu. On s'étonne d'ailleurs que cela n'ait pas été fait plus tôt étant donné les sujets sur la table pour l'Adlc. 

« Directement rattachée au Rapporteur général », cette entité doit « développer une expertise poussée sur l’ensemble des sujets numériques, de collaborer aux investigations sur les pratiques anticoncurrentielles dans l’économie numérique ».

Elle devra également participer aux études de l'Autorité « sur les nouvelles problématiques liées au développement du numérique telle que celle en cours sur les fintech ».  « X Ensae, ancien enseignant en économie des télécoms, ayant occupé des fonctions à l’ARCEP, l’ADLC et l’autorité de concurrence de Nouvelle-Calédonie », Guthmann prendra ses fonctions dans trois mois, le 14 septembre prochain.

Il « pilote actuellement le recrutement des profils appelés à rejoindre le service, notamment des data scientists ». 

Droit à l'oubli et au déréférencement mondial : la Chancellerie pointe le risque de « forum shopping »Crédits : ADragan/iStock

En mars dernier, le Conseil d'État précisait la portée territoriale du déréférencement suite à une réponse de la Cour de Justice de l'Union européenne (CJUE) à une question préjudicielle qui lui était posée. La CNIL ne peut ordonner un déréférencement à portée mondiale, et seule la promulgation d'une loi permettrait d'échapper à cette mise en balance difficile à établir dans chaque État. 

La députée (LREM) Claire O'Petit avait alors interrogé le ministère de la Justice, pour « connaître sa position sur le sujet de la portée territoriale du « droit à l'oubli » et, le cas échéant, s'il compte initier une mesure législative visant à rendre automatique le déréférencement à portée mondiale ».

Dans sa réponse, le ministère rappelle que la CJUE a en effet limité l'effet du déréférencement au territoire européen, estimant que le législateur européen n'avait pas, en l'état actuel, consacré un déréférencement mondial. Mais également que le droit de l'Union n'interdisait pas un déréférencement mondial : 

« Elle a ainsi reconnu la compétence d'une autorité de contrôle ou d'une autorité judiciaire pour imposer un déréférencement mondial après qu'une mise en balance ait été effectuée entre, d'une part, le droit de la personne concernée au respect de sa vie privée et à la protection des données à caractère personnel la concernant et, d'autre part, le droit à la liberté d'information. »

Ensuite, souligne le ministère, si le Conseil d'État considère que l'exigence d'un déréférencement mondial « doit être prévue par la loi, il précise également qu'indépendamment de cette loi, un tel déréférencement ne serait pas pour autant systématique. En effet, l'autorité de contrôle (la CNIL, au cas d'espèce) devrait, au cas par cas, mettre en balance, d'une part, l'atteinte particulièrement grave au droit de la personne concernée au respect de sa vie privée et à la protection de ses données personnelles et, d'autre part, le droit à la liberté d'information ». 

Or, cet examen « implique de mesurer in concreto, pour chaque cas d'espèce, l'ampleur de l'atteinte aux droits des personnes dans l'hypothèse où le déréférencement mondial serait prononcé mais aussi, à l'inverse, dans le cas où il ne le serait pas. Cette mise en balance peut, en outre, appeler des réponses très diverses à travers le monde en fonction des traditions, des cultures et des législations nationales ». 

Par ailleurs, « si le législateur est seul compétent pour étendre la portée possible ou obligatoire du déréférencement au-delà de l'Europe en vertu de l'article 34 de la Constitution, il n'en a pour le moment, pas émis le souhait ». 

Enfin, conclut le ministère, « et afin d'éviter le risque de forum shopping qui serait lié à la possibilité offerte par la législation française d'obtenir un déréférencement mondial – les internautes européens risquant d'exercer leur droit au déréférencement systématiquement auprès de la CNIL – une concertation avec les partenaires européens sur ce sujet sera nécessaire ».

Orange signe un contrat d’achat d’électricité renouvelable avec Boralex

L’opérateur explique qu’il s’agit du « premier contrat d’achat d’électricité renouvelable signé par Orange sur le territoire ». Il présente Boralex comme étant le « premier producteur indépendant de l’éolien terrestre de France ». Il fournira « 67 GWh/an d’électricité renouvelable produite par les 26 éoliennes du parc d’Ally-Mercoeur (région Auvergne-Rhône-Alpes) ».

Le contrat débutera le 1er janvier 2021 pour une durée de 5 ans. « L’ensemble de l’électricité produite par le parc éolien dont la puissance installée est de 39 MW », explique Orange. 

Le groupe en profite pour rappeler que, dans le cadre de son plan Engage 2025, il compte devenir « net zéro carbone d’ici 2040 ». En 2025, les énergies renouvelables représenteront « plus de 50 % de l’électricité consommée ».

Taxe des géants du Net : les États-Unis vont prendre des sanctions contre la France… et les suspendre

On pourrait résumer la situation avec un « je t’aime moi non plus ». Alors que la France a instauré sa propre taxe l’année dernière, mais suspendu les paiements jusqu’à fin 2020, les États-Unis font de même avec les sanctions.

« Nous allons prendre certaines sanctions contre la France et les suspendre comme ils ont suspendu la perception des taxes », explique Robert Lighthizer, le représentant américain au Commerce, repris par Reuters.

YouTube n’a pas à donner IP, emails et téléphone des « pirates » aux ayants droit, seulement l’adresse postaleCrédits : PeskyMonkey/iStock

Comme prévu, la Cour de justice de l’Union européenne a rendu son verdict hier : « dans l’arrêt Constantin Film Verleih (C-264/19), prononcé le 9 juillet 2020, la Cour a jugé que, dans le cadre du téléversement d’un film sur une plateforme vidéo en ligne sans l’accord du titulaire du droit d’auteur, la directive 2004/48 1 n’oblige pas les autorités judiciaires à ordonner à l’exploitant de la plateforme vidéo de fournir l’adresse courriel, l’adresse IP ou le numéro de téléphone de l’utilisateur ayant téléversé le film litigieux ». En clair, la fourniture des « adresses » évoquées dans la directive « vise uniquement l’adresse postale », rien de plus.

La Cour s’est appuyée sur deux constatations. Tout d’abord, le « sens habituel du terme « adresse » […] ne vise que l’adresse postale ». Ensuite, « les travaux préparatoires ayant conduit à l’adoption de la directive 2004/48 ne comportent aucun indice de nature à suggérer que le terme « adresse » devrait être compris comme visant non seulement l’adresse postale, mais également l’adresse courriel, le numéro de téléphone ou l’adresse IP des personnes visées ».

Enfin, la Cour précise que « les États membres ont la faculté d’accorder aux titulaires de droits de propriété intellectuelle le droit de recevoir une information plus étendue, sous réserve, toutefois, que soit assuré un juste équilibre entre les différents droits fondamentaux en présence et du respect des autres principes généraux du droit de l’Union, tels que le principe de proportionnalité ».

Logitech met à mort sa Harmony Express, une Harmony Elite ou un remboursement pour les anciens clients

C’est via un message sur une page de support que le fabricant annonce la nouvelle : « Le 30 septembre 2020, Logitech mettra fin au service et à la prise en charge d'Harmony Express. La connexion de la télécommande au cloud Harmony et à Alexa sera supprimée, désactivant toutes les fonctionnalités ».

Bonne nouvelle, le constructeur ne laisse pas ses clients sur le carreau. Il propose « une compensation, sous la forme d’un échange pour la Harmony Elite gratuite ou d'un remboursement au prix d'achat ».

Logitech reconnaît que le succès n'a pas été au rendez-vous. L’Harmony Express avait été lancé il y a peine plus d’un an et misait sur Alexa pour se démarquer.

Mastercard : True Name arrive en Europe, pour « refléter sa véritable identité sur ses cartes de paiement »

Ce service a été lancé aux États-Unis en 2019, et arrivera sur le Vieux continent cette année. La société ajoute qu’il sera disponible « dans autant de pays que possible d’ici la fin de l’année ».

True Name autorise tout un chacun à mettre l’identité qu’il souhaite sur sa carte car, « pour beaucoup de personnes dans le monde, l’identité imprimée sur leurs cartes de paiement ne reflète pas qui elles sont vraiment ».

Il vise notamment la communauté LGBT+ : « Pour les personnes trans et non binaires notamment, le nom sur leur carte peut être source de vulnérabilité et de gêne, ne leur laissant pour seul choix celui de changer de nom, un processus juridique long et complexe ».

Mastercard affirme que True Name « ne requiert aucune demande de conformité supplémentaire au-delà de ce qui existe déjà pour les programmes de cartes de paiement ».

Pages, Numbers et Keynote : des nouveautés sur iOS et macOS, dont l’intégration YouTube

Le traitement de texte et le tableur gagnent tous deux la capacité d’intégrer des vidéos YouTube et Vimeo dans le document. On peut également y ajouter « facilement des titres et des sous-titres aux images, vidéos, figures et autres objets ».

Pages autorise en outre l’importation de livres iBooks Author pour pouvoir travailler dessus, tandis que Numbers présente de nouvelles fonctions, dont XRECHERCHE, XEQUIV et EXP.REG.

Keynote récupère aussi plusieurs fonctions, dont « Lancer le diaporama dans une fenêtre » pour avoir accès à d’autres applications pendant une présentation. On peut également poursuivre la lecture d’une vidéo pendant plusieurs diapositives. Il suffit d’ajouter le même contenu sur chaque diapositive concernée.

En plus de l’ajout des titres et sous-titres aux contenus, Keynote peut désormais « Aligner sur la trajectoire » afin que les objets restent orientés dans la bonne direction tout en suivant la trajectoire de l’animation.

Les nouvelles versions sont disponibles sur iOS et macOS, dans leur boutique d’applications respectives. 

MariaDB lève 25 millions de dollars

L’éditeur de la base de données éponyme précise que les investisseurs sont européens : « SmartFin Capital avec la participation des investisseurs historiques et du nouvel investisseur GP Bullhound ».

Cette manne financière « permet à MariaDB de redimensionner ses activités SkySQL pour satisfaire plus rapidement la demande croissante en bases de données cloud ». Au total, l’investissement dans MariaDB est de 125 millions de dollars.

WhatsApp for Business : des codes QR bien pratiques et un partage simplifié de catalogues

La version Business de WhatsApp est conçue pour faciliter le lien entre les entreprises et leurs clients, en servant notamment de support aux services.

Pour fluidifier encore la mise en relation, WhatsApp est maintenant compatible avec les codes QR. Une entreprise peut ainsi en imprimer sur ses produits, la clientèle n’ayant plus qu’à le scanner pour être mis directement en relation, via WhatsApp, avec un service client, commercial, etc.

Simplification également pour les catalogues de produits, qui peuvent maintenant être partagés par de simple liens, donc partageables sur les sites officiels des entreprises, les réseaux sociaux, messageries et ainsi de suite. Ces liens peuvent désigner aussi bien des catalogues complets que des produits spécifiques.

Orange et Nokia ont mené des tests paneuropéens sur une « technologie optique 5e génération »Crédits : kynny/iStock

Les deux partenaires expliquent qu'ils concernaient les « chipsets Photonic Service Engine de 5e génération (PSE V) dans le cadre d’une transmission en temps réel sur le réseau Orange ».

Des tests ont eu lieu pendant trois semaines, « parallèlement au trafic commercial sur le réseau paneuropéen d’Orange International Networks Infrastructures and Services, depuis le nœud du réseau parisien vers 15 points de présence (PoP) différents créant ainsi des services de 400 Gbits/s d’une portée maximale de 3400 km ».

Orange ajoute que « des débits allant jusqu’à 600 Gbits/s avec une efficacité spectrale supérieure à 6 Gbits/s/GHz ont été implémentés sur des itinéraires de plus de 1000 km ». Selon le FAI, « cette technologie […] permet de transporter 27 Tbits/s sur une seule paire de fibres entre Paris et Lyon, par exemple ».

Elle devrait « tripler la capacité totale transitant sur les liaisons longue distance et réduire de 50 % la consommation énergétique grâce aux performances offertes par le composant Probabilistic Constellation Shaping (PCS) ».

Cette annonce intervient dans un climat tendu en France, puisque Nokia a fait part de son intention de supprimer plus de 1 200 postes dans le pays. Éric Bothorel dénonçait un plan « incompréhensible de réduire d'un tiers les effectifs de Nokia en France ». Dans le même temps, les résultats du groupe dépassaient les attentes en 2019.

Linux Mint 20 a maintenant son chemin de migration depuis la version 19.3

La méthode s’adresse aux utilisateurs de Linux Mint 19.3 64 bits qui n’auraient pas encore installé la version 20, sortie récemment. Il n’y a pour rappel plus de variante 32 bits, l’actuelle 19.3 étant supportée jusqu’en 2023.

Linux Mint a beau en effet avoir de nombreuses qualités, il lui manque la capacité d’être mise à jour simplement. C’est le même schéma depuis ses débuts : à chaque nouvelle mouture majeure, il faut soit réinstaller le système, soit attendre qu’un chemin de migration soit proposé. En outre, cette dernière est moins fiable.

Le nouveau guide est donc disponible, mais les utilisateurs sont prévenus : il n’est pas conçu pour les novices. Il faut notamment connaître APT et le fonctionnement de ses commandes. Le guide permet ensuite de suivre les étapes de préparation de la machine, de la mise à jour elle-même puis de nettoyage après l’opération.

Google perd le domaine blogspot.in, de très nombreux sites dans la panade en Inde

Google a mis en place il y a plus de 15 ans un mécanisme de redirection d’URL en fonction du pays dans lequel se trouve un blog. Par exemple, un lien blogspot.com redirige vers blogspot.fr en France.

Surprise, Google a oublié de renouveler le domaine blogspot.in, utilisé pour l’Inde. Dès le 24 juin, le fournisseur indien d’hébergement Domainming.com l’a récupéré, et le vend actuellement 5 999 dollars. Une commande whois permet de voir que le domaine appartient toujours à l’hébergeur (capture).

Des centaines de milliers de blogs sont inaccessibles pour l’instant… du moins si l’on utilise toujours les URL en blogspot.in. Puisque le domaine n’appartient plus à Google, il n’y a en effet plus de redirection automatique entre les.com et .in. Il suffit donc de se rendre sur les sites concernés avec blogspot.com dans l’adresse.

On imagine que Google tente actuellement de récupérer « son » domaine. Mais il est étonnant, en dépit du peu d’investissement dans Blogger, qu’une entreprise de cette taille oublie de renouveler un domaine. Interrogée par The News Web, Google n'a pas répondu.

Autorité de la concurrence en 2019 : 316 décisions et avis, 632 millions d’euros de sanctions

L’AdlC explique en guise de préambule que son activité l’année dernière était « intense », notamment car elle a effectué 270 contrôles sur des questions de concentration, « un nouveau record ». Son budget annuel était de 22,5 millions d’euros.

Isabelle de Silva, présidente de l’Autorité, explique que « le contrôle des concentrations est l’une des clés pour faire en sorte que la concurrence reste dynamique, notamment dans les secteurs innovants ». Dans le numérique par exemple, « les grandes plateformes tirent leur puissance non seulement de leur croissance interne, mais aussi d’une politique active d’acquisitions stratégiques ».

De plus, « plusieurs décisions contentieuses ont par ailleurs eu un écho important : on peut citer par exemple le cartel des titres-restaurant, celui dans le secteur de la compote ou encore la sanction de Google pour abus de position dominante dans le secteur de la publicité en ligne ».

Faisant le grand écart sur son bilan, elle propose à la fois un résumé de son année dans une vidéo de deux minutes d’un côté une vidéo, une « synthèse » de 123 pages et un rapport annuel complet de 192 pages

Docker et AWS partenaires pour simplifier la gestion des conteneurs

« Il était temps » diront certains, tant le partenariat semble logique. Les deux entreprises s’associent pour simplifier plusieurs étapes décrites actuellement comme contraignantes. De nombreux conteneurs sont créés en effet via les outils Compose et Desktop de Docker, avant d’être déployés dans ECS (Elastic Container Service) sur Amazon Web Services.

Or, passer de l’un à l’autre peut être complexe. Désormais, les conteneurs créés localement peuvent être déployés directement dans ECS, sans plus de procès, promet Amazon.

Pour TechCrunch, l’annonce est dans la continuité de la revente par Docker de sa branche entreprise à Mirantis en novembre dernier. L’éditeur affirmait alors vouloir se concentrer sur les développeurs, son orientation première en 2013 et 2014. Dont acte.

Et voilà qu’Orange devient courtier en assurance

Lancée en novembre 2017, la banque en ligne engrange des clients, mais sans réussir à convaincre. Elle revendiquait 500 000 clients en février 2020. Stéphane Richard jouait les pompiers : « on ne renonce pas du tout, c’est un projet sur 10 ans ».

Aujourd’hui, Orange Bank annonce qu’elle « consolide son développement avec les Assurances 24h mobile ». Ce service est issu du rachat d’Orange Courtage en mars dernier. Ce dernier compte « aujourd’hui 450 000 clients particuliers et 150 000 clients professionnels ». Cette annonce est l’occasion de mélanger les choux, les carottes et les patates : « La banque compte désormais plus d’un million de clients, comptes, crédit et assurance ».

« Concrètement, les assurances proposées couvrent le vol, la casse, l’oxydation des équipements des clients : téléphones mobiles, tablettes et objets connectés ». Deux services sont proposés :

  • Le premier permet au client d’assurer son téléphone mobile ou sa tablette (achetés ou non chez Orange) dès lors qu’il l’utilise sur une ligne Orange ou Sosh.
  • Le second comprend l’ensemble des équipements du foyer (mobiles et tablettes achetés ou non chez Orange et utilisés sur une ligne Orange ou Sosh, et objets connectés achetés chez Orange).

L’engagement est de 12 mois minimum et le tarif « va de 2,99 euros par mois à 29,99 euros par mois en fonction de la valeur du mobile à assurer pour la première assurance ; il est de 24,99 euros par mois pour la seconde ».

Vous pouvez souscrire via les boutiques Orange, le service client, ainsi que sur les sites Orange et Sosh.