Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

LeBrief

du 4 juin 2020
Le déploiement du nouvel Edge commence enfin

Il aura fallu du temps, entre l’annonce du projet fin 2018 et l’arrivée de la première version finale le 15 janvier dernier. Quatre mois et demi plus tard, le déploiement du navigateur commence dans Windows Update, après avoir été promis durant la conférence Build.

Dans un article technique, on apprend que cette diffusion concerne toutes les versions de Windows 10 en cours de support. L’installation du nouvel Edge remplace l’ancien, l’article précisant que les sites épinglés, favoris et autres seront repris tels quels. Les extensions seront détectées et, autant que possible, réinstallées dans le nouveau venu.

La version diffusée est la 83, bien plus complète que la 81 lancée en janvier. Elle est notamment compatible avec les machines ARM64 (dont la Surface X), sait synchroniser les extensions (mais toujours pas l’historique) et a renforcé des fonctions comme l’annotation des PDF, l’une des forces du précédent Edge.

Si le nouveau navigateur s’installe via Windows Update, donc automatiquement, il se mettra ensuite à jour de lui-même selon un cycle de six semaines, le même que Chromium sur lequel il est basé. Le recours à Windows Update permet le déploiement automatique, évitant de s’appuyer trop longtemps sur le libre arbitre des utilisateurs. Ce n’est plus une question de choix.

Ce cycle de mise à jour est la plus grosse différence avec l’ancien Edge. La base Chromium évoluant rapidement, il fallait pouvoir suivre le rythme. Le premier Edge ne pouvait qu’être vite dépassé, ses liens apparemment indissolubles avec Windows l’empêchant d’être mis à jour autrement qu’une fois tous les six mois avec les évolutions semestrielles de Windows 10.

Autre gros changement pour Edge, sa disponibilité pour Windows 7, 8, 8.1 et macOS, sans parler des applications mobiles Android et iOS existantes et de la mouture Linux en préparation. Microsoft a enfin un navigateur synchronisé multiplateformes, lui permettant de lutter avec Chrome, Firefox ou encore Opera dans ce domaine.

Le déploiement commençant tout juste, il n’est pas sûr que l’installation se fasse immédiatement. Mais une fois installé, on ne pourra pas le manquer : un raccourci sera placé sur le bureau et un autre épinglé dans la barre des tâches.

WiFi4EU : la 4e et dernière vague lancée, 947 coupons de 15 000 euros à récupérer

Lancé en 2016 par la Commission européenne, ce projet permet aux communes de l’Union de demander des coupons de 15 000 euros afin de déployer du Wi-Fi accessible gratuitement aux utilisateurs.

Trois appels ont déjà eu lieu et le quatrième se déroule en ce moment. 14,2 millions d’euros ont été mis sur la table, soit 947 coupons. C’est donc largement moins que les précédentes fois où 2 800, 3 400 et 1 780 coupons avaient été mis à disposition. En tout, cela représente près de 134 millions d’euros.

Le principe d’attribution est toujours le même : « premier arrivé, premier servi », avec toutefois « une répartition géographique équilibrée entre les pays ». Depuis le second appel, les conditions ont évolué avec un maximum de 15 % des coupons par pays (au lieu de 8 % auparavant).

Cette quatrième et dernière étape de WiFi4EU devait normalement se dérouler en mars, mais la crise sanitaire liée à la maladie Covid-19 a nécessité un report. 

Nokia et Elisa déploient la première station de base 5G avec refroidissement liquide

Ce genre de technologie est loin d’être nouvelle, y compris dans le monde professionnel. OVH par exemple s’est fait une spécialité de watercooler ses datacenters depuis des années, permettant des économies d’énergie et donc une réduction de l’empreinte carbone.

Fin 2018, Nokia et l’équipementier finlandais Elisa avaient déjà mis en place des stations de base pour la téléphonie mobile avec un refroidissement liquide, permettant de réduire de 80 % les émissions de CO₂ et de 30 % les dépenses énergétiques selon le fabricant.

C’est désormais au tour des stations 5G de faire de même, avec des chiffres identiques sur les économies. Nokia ajoute que ces nouvelles 5G AirScale Base Stations « sont silencieuses, ne nécessitent aucun entretien, peuvent être 50 % plus petites et 30 % plus légers que les modèles classiques avec une climatisation active ».

Comment Delphine Batho veut lutter contre l’« amazonisation » de la FranceCrédits : ollo/iStock

La députée Génération Ecologie a déposé sa proposition de loi destinée à imposer « un moratoire sur l’implantation de nouveaux entrepôts logistiques destinés aux opérateurs du commerce en ligne ». Le texte va même plus loin puisqu’il prévoit aussi des « mesures d’urgence pour protéger le commerce de proximité d’une concurrence déloyale ».

Son article 1 compte instaurer une suspension de deux ans de la délivrance des permis de construire « ayant pour objet la construction, l’extension ou la transformation d’un bâtiment existant en un entrepôt logistique d’une surface supérieure à 1 000 m2 ». 

Cela concerne les surfaces non intégrées à un magasin de commerce de détail, au départ desquelles « des biens stockés sont livrés, directement ou indirectement à travers des entrepôts de transit, au consommateur final à la suite d’une commande effectuée par voie électronique ».

L’article 2 prévoit que les projets de construction de tels entrepôts seront soumis à une procédure de concertation préalable, « afin que l’ensemble de leurs impacts économiques, sociaux et environnementaux sur le tissu local soit pris en considération ». 

En substance, l’article 3 soumet à autorisation d'exploitation commerciale, les projets ayant pour objet la création ou l’extension de ces mêmes surfaces. L’article 4 les fait tomber dans le champ de la taxe sur les surfaces commerciales, si du moins ils dépassent 400 m2, sachant que la ponction frappe aujourd’hui les surfaces de vente attachées au commerce de détail.

Mais pourquoi de telles mesures ? Selon la députée, « la fermeture pendant huit semaines de 86 % des commerces de proximité a eu pour conséquence une explosion des ventes en ligne, dont le chiffre d’affaires a augmenté de 83 % en avril 2020 et devrait largement dépasser les 100 milliards d’euros sur l’ensemble de l’année ».

Or, affirme-t-elle, « cette croissance n’est pas équitablement répartie. Elle a essentiellement bénéficié aux plus grandes plateformes, et en particulier la multinationale Amazon ». Une situation qui « va à l’encontre de l’objectif de relocalisation de notre économie ».

Ce bilan est jugé destructeur pour l’emploi, les droits des salariés, pour le tissu économique et social local, pour les finances publiques, le climat et la biodiversité. Pas moins. Et pendant ce temps, « Amazon est engagée dans une stratégie visant à asseoir une position monopolistique sur le marché français du commerce en ligne ».

Pour la députée, le choix est simple : ou la France laisse faire cette « amazonisation » en acceptant « une destruction fatale du tissu du commerce de proximité et de tous les liens sociaux qui font la vie quotidienne des bourgs et des centres‑villes », ou bien elle stoppe « cette logique mortifère de concurrence déloyale ».

Active Directory : face à un « risque croissant », l’ANSSI publie ses recommandations

L'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information explique que « l’analyse des modes opératoires des attaques récentes met en évidence une recrudescence du ciblage des annuaires Active Directory, compte tenu de leur rôle de pierre angulaire de la plupart des systèmes d’information. En effet, l’attaquant ayant obtenu des droits élevés sur l’annuaire peut alors déployer une charge malveillante sur l’ensemble du système d’information ».

Ses observations font apparaître « un manque de maturité critique et récurrent sur la sécurité des annuaires Active Directory », avec une sécurité allant en décroissance au fil du temps. 

« En réponse à ce risque croissant, l’ANSSI a développé et met à disposition un recueil de points de contrôle, afin d’accompagner les chaînes DSI et SSI dans le suivi du niveau de sécurité des annuaires Active Directory », indique l’Agence.

Clés de sécurité : Google gère désormais WebAuthn sous iOS 13.3+

Ce standard est exploitable via Bluetooth, NFC ou même un connecteur Lightning, précise l'entreprise dans un billet de blog, renforçant les possibilités d'accès à ses comptes depuis un navigateur. 

De son côté Yubico se félicite de la nouvelle, précisant que ses Yubikey récentes sont bien entendu compatibles. Une vidéo a d'ailleurs été publiée pour l'occasion.

Pour rappel, le support de WebAuthn dans Safari avait été introduit en décembre dernier, mais les services devaient encore être mis à jour.

AMD propose une visite virtuelle du supercalculateur Hawk à 720 896 cœurs EPYC (Zen 2)

Récemment inauguré au High-Performance Computing Center de l’Université de Stuttgart en Allemagne (HLRS), il est basé sur des serveurs Apollo de HPE. Il avait été annoncé fin 2018.

Il se compose de 44 racks pour un total de 5 600 noeuds et une puissance crête de 26 petaFLOPS, précise AMD. Ses caractéristiques sont détaillées par ici

L'entreprise publie au passage des vidéos d'interview du Dr. Bastian Koller (Managing Director du HLRS), d'assemblage de Hawk.

Starlink : encore 60 satellites (un avec une visière) dans l’espace, via une fusée dont c’était le 5e lancement

On en arrive presque à ne plus être surpris, mais le premier étage de cette mission s’était déjà rendu dans l’espace en septembre 2018, janvier 2019, mai 2019 et janvier 2020.

Cette fois encore, il est venu se poser sans encombre sur la barge « Just Read the Instructions ». 45 minutes après le lancement (qui a eu lieu cette nuit), SpaceX devait récupérer les deux moitiés de coiffes sur les bateaux « Ms. Tree » et « Ms. Chief », mais nous n’avons pas de nouvelles pour le moment. Il ne faut pas attendre une réponse d’Elon Musk, il est « off Twitter » depuis le 2 juin et pour un « certain temps ».

La société confirme par contre que les 60 satellites ont été correctement déployés. Ils doivent désormais utiliser leur moteur pour se rendre sur leur orbite de croisière, à 550 km d’altitude.

Cette mission est un peu particulière puisqu’un des satellites dispose d’une « visière déployable afin d’empêcher la lumière du soleil de toucher les points les plus brillants du vaisseau spatial ». Des explications sont disponibles par ici.

Une proposition de loi MoDem pour autoriser le vote par correspondance, postal ou électronique

« Les électeurs peuvent également voter par correspondance, soit sous pli fermé, soit par voie électronique ». Menés par Patrick Mignola, les députés estiment nécessaire de réintroduire le vote à distance en France. Tel est l’objet de leur proposition de loi.

« Alors que le pays traverse une crise sanitaire sans précédent dont personne n’est capable, aujourd’hui, d’en déterminer la durée, il apparaît indispensable de rétablir cette possibilité de vote par correspondance qui permettrait à de très nombreuses personnes de participer aux scrutins à venir et d’en assurer ainsi la légitimité ».

Difficulté inévitable : l’article 1 de leur PPL impose l’usage de « matériels et de logiciels permettant de respecter le secret du vote et la sincérité du scrutin ». Les détails techniques ne sont pas donnés, puisque renvoyés à un décret pris en Conseil d’État.  

 

Huawei ajoute un thermomètre infrarouge dans son Honor Play 4 Pro

La nouvelle série Honor Play 4 (Pro) vient d’être lancée en Chine et ne devrait a priori pas sortir du pays. Une des variantes de la version Pro intègre un capteur infrarouge dans les modules de caméras à l'arrière, comme le rapporte Android Police.

Il peut lire la température de surface, nécessitant donc de coller le smartphone sur son front ou celui d’une autre personne pour obtenir la température. La plage de mesure va de - 20 à 100 °C.  Le prix de ce smartphone n’a pas été annoncé.  Une vidéo promotionnelle attribuée à Huawei a été reprise par plusieurs de nos confrères.

Ce n’est pas la première fois qu’un capteur du genre est placé dans un smartphone. Caterpillar propose depuis longtemps des smartphones Cat avec une caméra infrarouge de chez FLIR, mais avec une orientation professionnelle. 

Avec 58,5 millions de dollars, Lisa Su arrive en tête des PDG les mieux payés, une première

Fin mai, Equilar publiait son classement S&P 500 des dirigeants d’entreprise les mieux payés au monde. Pour la première fois, une femme arrive en tête : Lisa Su d’AMD.

Sa rémunération était de 58,5 millions de dollars en 2019, contre « seulement » 13,4 millions en 2018. Cette différence s’explique notamment par les bonnes performances d’AMD, qui lui ont valu une attribution unique d'actions de performance pour 53 millions de dollars.

Dans le reste du classement, David M. Zaslav de chez Discovery est second avec 45,8 millions de dollars (soit 12,7 millions de dollars de moins tout de même) et Robert A. Iger termine sur la troisième marche du podium avec 45,5 millions de dollars.

Comme le note Equilar, seulement 20 femmes sont présentes cette année, pour 309 hommes, soit une représentation d’à peine 6 %… il reste encore du travail pour ne serait-ce que s’approcher d’une parité.

Le Monde dévoile ses nouvelles offres d'abonnement, en partenariat avec Google

Le journal a mis hier en ligne sa nouvelle grille tarifaire. L'ensemble des offres est détaillé dans les CGV du site, trois offres étant principalement mises en avant

Elles débutent à 9,99 euros par mois pour un accès à l'ensemble des contenus et des archives, pour un utilisateur. Aucune réduction du volume publicitaire aux abonnés n'est évoquée.

Une offre d'essai d'1 euro pour le premier mois est proposée, trois mois étant offerts… si vous passez par le dispositif Subscribe with Google. Pour rappel, Le Monde avait fait financer en partie un projet nommé Go Beyond Subscription (GBS) par le fonds DNI de Google lors de son dernier « round ».

L'offre papier+numérique est toujours présente, sans ces remises, mais à « 24,99 euros par mois la première année ». Comptez 399 euros par an (comptant ou en 12 prélèvements mensuels) ensuite. 

Pour la résiliation, il faut toujours passer par un courrier recommandé avec accusé de réception, un modèle de lettre étant proposé au format PNG (ici pour l'offre numérique, si vous recevez l'édition papier).

Porno en ligne : la vérification d’âge renforcée gagne une étape au SénatCrédits : Sitade/iStock

La proposition de loi visant à protéger les victimes de violences conjugales a passé le cap de la commission des lois au Palais du Luxembourg.

Celle-ci vient de laisser intact l'article 11. Le texte arrive en séance le 9 juin.

L’article 11, porté par la députée LREM Bérengère Couillard, vient ajouter une petite précision à un article du Code pénal. Ce 227-24 prévoit aujourd’hui que le fait de diffuser certains contenus en ligne, est puni de 3 ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende lorsqu’il est « susceptible » d'être vu ou perçu par un mineur.

Quels contenus ? 

  • Les messages violents, 
  • Ceux incitant au terrorisme, 
  • Les contenus pornographiques,
  • Les messages de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine,
  • Ceux incitant des mineurs à se livrer à des jeux les mettant physiquement en danger

Comme déjà exposé, l’article 11 prévient que l'infraction sera constituée même si l’accès du mineur à ces contenus « résulte d’une simple déclaration de celui-ci indiquant qu’il est âgé d’au moins dix-huit ans ». 

Brique de la guerre LREM contre le X, la proposition est taillée pour s’attaquer aux « Tubes » pornographiques. Elle permettra en effet d’engager des poursuites voire un blocage contre ceux qui,  sur le seuil de leur porte, se satisfont d’une telle déclaration.

Si le texte est voté en séance, il reviendra ensuite à chacun des diffuseurs d’imaginer une solution de remplacement, autre que cette déclaration. Laquelle ? Le champ est libre, et sera ausculté par le juge, quand viendra le temps des contentieux.

Service civique : une BDD de 5 Go avec 1,4 million d’enregistrements était librement accessible

La base de données MongoDB était géré par un sous-traitant, qui ne l’avait pas protégée par un mot de passe. Elle a été mise en ligne le 25 mai, répertoriée dans le moteur de recherche spécialisé Shodan le 27 mai et découverte par Bob Diachenko de Comparitech le 30 mai.

On y trouvait des détails sur 373 892 volontaires, plus d’un million de données sur des utilisateurs du site (email, nom et mot de passe « chiffré » selon le Service Civique cité par ZDNet) et « un répertoire de 1 913 contacts de haut niveau ».

Avec l’aide de Baptiste Robert (alias Elliot Alderson sur Twitter), ils sont remontés à la source et ont prévens le Service civique. Trois heures plus tard, l'accès était coupé. La plateforme affirme qu’« aucune intrusion malveillante ne s'est produite » et que l’incident a été porté à la connaissance de la CNIL.

Canonical vante le développement unifié pour Linux et Windows grâce à .Net Core et WSL de Microsoft

Comme nous l'avions évoqué dans notre article sur la nouvelle version du sous-système Linux de Windows 10, les deux entreprises sont très proches sur ce sujet et sa mise en avant auprès des développeurs.

Dans un billet du blog d'Ubuntu, on apprend ainsi comment développer/compiler une application pour qu'elle soit exploitable tant sous Linux que Windows, avec les outils de Microsoft et la distribution de Canonical utilisée dans WSL. 

Signal propose un outil pour flouter les visages sur les photos

Signal diffuse actuellement de nouvelles versions de son applications de messagerie pour Android et iOS. Elles contiennent un outil permettant, durant l’édition d’une photo, de flouter les visages.

Les développeurs indiquent que la fonction utilise, sur chaque plateforme, les dernières bibliothèques disponibles pour ce genre de tâches. La détection des visages est donc automatique, mais peut avoir des ratés. Un bouton circulaire rempli de pixels est présent pour flouter manuellement. Tous les traitements sont locaux.

L’éditeur s’engage également, donnant un avis très net sur la situation actuelle aux États-Unis : 

« En ce moment-même, des gens dans le monde entier marchent et protestent contre le racisme et la brutalité policière, indignés par les récents meurtres par la police de George Floyd et Breonna Taylor. Chez Signal, nous soutenons les gens descendus dans les rues pour faire entendre leur voix. Nous pensons que quelque chose en Amérique doit changer, et même si nous ne savons pas comment, nous soutenons et avons confiance en ceux qui s’organisent dans le pays pour trouver ».

La fonction de floutage des visages s’inscrit en fait dans ce contexte très particulier, l’équipe affirmant que Signal est très utilisé par les personnes et groupes manifestant actuellement. Elle serait même à pied d’œuvre pour suivre la demande, à cause de la hausse du trafic générée.

Signal va jusqu’à promettre pour très bientôt la mise en service de masques pour « chiffrer votre visage ». Une manière de participer plus activement aux protestations. Des détails seront donnés bientôt, mais il y a de fortes chances pour que ces masques ne soient distribués (gratuitement) qu’aux États-Unis. 

Xiaomi : TV 4S et Smart Electric Folding Bike en « exclusivité de lancement » chez Fnac Darty

Une semaine après avoir ajouté ces deux produits à sa boutique en ligne française, le fabricant chinois se trouve un autre canal de distribution avec de « la précommande en exclusivité ».

Les tarifs et dates sont exactement les mêmes que celles sur sa propre boutique : 999 euros le vélo électrique pliable, pour une livraison à partir du 10 août.

Du côté des télévisions, seule la Mi TV 4S de 43" sera en précommande le 19 juin, pour 350 euros à l’occasion du lancement (400 euros ensuite). La disponibilité est prévue pour le 19 juin.

Snapchat ne promouvra plus les contenus de Donald Trump dans Discover

« Nous ne pouvons tout simplement pas promouvoir des comptes en Amérique liés à des personnes qui incitent à la violence raciale, qu'elles le fassent sur ou hors de notre plateforme ». Evan Spiegel, PDG de Snapchat, rejoint dans un billet les positions de Twitter, dans la crise que traversent actuellement les États-Unis. Le site indique qu’il ne promouvra pas ces contenus sur sa plateforme Discover, son fil d’infos.

Le compte officiel de Donald Trump ne sera pas supprimé, les réseaux estimant qu’un personnage aussi important que le président d’un État est une source primordiale d’informations. Cependant, la modération s’exercera. Snapchat n’empêchera donc pas Trump de publier des contenus, mais n’en assurera plus la promotion. Ils resteront accessibles aux abonnés (1,5 million actuellement) et à ceux qui les cherchent directement dans la zone dédiée.

« La violence raciale et l'injustice n'ont pas leur place dans la société et nous sommes solidaires de tous ceux qui recherchent la paix, l'amour, l'égalité et la justice en Amérique », a insisté Spiegel… aussitôt taxé « d’extrémiste » par l’équipe de campagne de Donald Trump, en vue de sa réélection cette année.

« Le PDG extrémiste de Snapchat Evan Spiegel préfère promouvoir des vidéos d'émeutes d'extrême gauche et encourager ses usagers à détruire l'Amérique plutôt que de partager le message positif d'unité, de justice, de la loi et de l'ordre du président », a ainsi asséné Brad Parscale, directeur de la campagne. Snap n’a pas répondu.