Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

LeBrief

du 26 mai 2020
Voici les premières captures d’écrans de StopCovidCrédits : nito100/iStock

Le débat autour de l’application StopCovid débutera demain à l’Assemblée nationale puis se continuera après-demain au Sénat. Édouard Philippe a préparé le terrain en envoyant une lettre aux sénateurs.

De son côté, le ministère de l’Économie et des Finances vient de partager une série de captures d’écran de l’application et de la notification qu’elle enverra en cas de contact présumé. Une réalisation de Lunabee Studio, partenaire chargé de développer les applications Android et iOS.

L’occasion de voir qu’on pourra se déclarer positif en scannant un QR-Code ou en saisissant un code fourni par un médecin/laboratoire. L’application disposera aussi d’une section partage pour inciter vos proches à installer et activer StopCovid, mais nous ne savons pas quelle forme cela prendra exactement pour le moment.

La partie gestion des données personnelles et/ou paramètres n’est pas dévoilée. On notera que, selon les captures, l’application permet « d’avertir anonymement les utilisateurs que vous avez croisés », reprenant ainsi le discours de Cédric O : « l’application est anonyme₁ »… mais le « » étant important puisqu’il précise que « les données sont pseudonymisées » ; ce qui n’est pas tout à fait la même chose.

Le ministère de l’Économie et des Finances ajoute que « l’application est techniquement opérationnelle et les tests sont conclusifs ». Dans sa lettre d’hier, le Premier ministre précise néanmoins que « la décision de déployer l’application StopCovid n’est pas encore prise ». 

Au tour de SFR Presse de quitter le groupe Altice

C'était forcément la prochaine étape. Surtout vu la tendance de ces dernières semaines, clairement à la vente à la découpe sur fond de plan de départs et de fin de la convergence, notamment dans le domaine de l'information écrite. 

Après avoir cédé L'Express puis s'être débarrassé de Libération, l'équipe de Patrick Drahi serait sur le point de vendre SFR Presse, comme nous l'avions évoqué récemment.

Selon Le Figaro, Cafeyn serait le nouvel acquéreur, pour 5 millions d'euros. Si cela se confirme, la société devra détailler ses plans pour les abonnés actuels. Car il n'y a pas à en douter, son intérêt est surtout de racheter Milibris.

Un acteur clé faisant le lien entre la presse papier et ses déclinaisons numériques en France, que s'était payé Altice alors qu'il s'imaginait devenir le prochain Netflix de l'information (et équilibriste en matière de TVA). 

Linus Torvalds passe chez AMD, pour le processeur de sa machine de travail

Le saviez-vous ? La version 5.7 RC7 du noyau Linux est désormais disponible. Mais c'est un point de détail de cette annonce qui agite le petit monde du « hardware ».

Car son créateur, Linus Torvalds, en a profité pour évoquer sa dernière mise à jour matérielle en date : il est passé à un Ryzen Threadripper 3970X d'AMD, équipé de 32 cœurs. L'histoire ne dit pas quelle carte graphique il utilise.

Une première en 15 ans chez Intel de son propre aveu. De quoi diviser par trois ses temps de compilation, ce qui lui sera très utile « à la prochaine période de merge ». Un fait anodin, mais emblématique.

Car si les parts de marchés d'AMD continuent de progresser à petit pas, notamment dans le domaine de l'entreprise, la société est actuellement la seule à proposer des processeurs massivement multicœurs. 

C'est d'ailleurs sans doute pour cela qu'elle n'a pas hésité à revoir largement à la hausse la tarification de ses Ryzen Threadripper de troisième génération, et à changer leur socket/chipset au passage. 

La taxe « GAFA » a rapporté 350 millions d’euros sa première annéeCrédits : ronstik/iStock/ThinkStock

Selon le ministre de l’Économie et des Finances, la taxe sur les géants du numérique (baptisée « Taxe GAFA » dans le projet de loi initial) a rapporté 350 millions d’euros en 2019. C’est moins que le rendement espéré lors des débats au Parlement, qui tablait sur 500 millions d’euros, alors que, selon les Échos, une quarantaine d’entreprises y contribue désormais. Soit bien plus que les quatre lettres de son nom.

La taxe « sur certains services fournis par les grandes entreprises du secteur numérique » vient frapper à hauteur de 3 % le chiffre d’affaires des plateformes, du moins les entreprises qui dépassent 750 millions d'euros de chiffre d’affaires au titre des services fournis au niveau mondial, et 25 millions d'euros pour ceux fournis en France.

Le texte a donné lieu à un bras de fer avec les États-Unis, mécontents de ce prélèvement jugé « déraisonnable » voire « discriminatoire ». D’une part, il a pour base imposable le chiffre d’affaires, non le revenu de l’entreprise. D’autre part, à leurs yeux, la taxe se concentre un peu trop sur les géants du Net américains. 

Voilà quelques jours, Bruno Le Maire tablait toujours sur une taxe élaborée au rang international à l’OCDE. 

La Chine confirme qu’elle prévoit d’envoyer un rover sur Mars en juillet

L’été devrait être chargé en exploration spatiale. Si la mission ExoMars 2020 de l’Agence spatiale européenne est repoussée en 2022, la mission Mars 2020 de la NASA est toujours en piste pour décoller en juillet.

La Chine vient de confirmer qu’elle aussi prévoyait de lancer un engin direction la planète rouge dans deux mois, comme le rapporte l’AFP. L’annonce a été faite par le China Aerospace Science and Technology Corporation (CASC) : « Ce grand projet progresse comme prévu et nous visons un lancement en juillet ».

La mission Tianwen-1 comprend un orbiteur et un rover qui tentera de se poser à la surface de Mars. Comme nous l’avait expliqué l'astrophysicien Sylvestre Maurice, les Émirats arabes comptent eux aussi envoyer une sonde vers Mars cet été.

Des sénateurs LREM veulent reporter de 6 mois l’obligation d’équiper les voitures neuves de terminaux RNT

La loi de mars 2007 relative à la modernisation de la diffusion audiovisuelle et à la télévision du futur « rend obligatoire la vente aux particuliers de véhicules équipés de la Radio Numérique Terrestre (RNT), dans un délai de 18 mois à compter de la diffusion de services de radio par voie hertzienne en mode numérique auprès d'au moins 20% de la population française ». 

Le 20 décembre 2018, le CSA a indiqué que ce seuil était atteint. Dès lors, cette offre devrait être effective à compter du 20 juin 2020.

Dans un amendement déposé au Sénat sur le projet de loi relatif aux dispositions urgentes face à l'épidémie de covid-19, des élus LREM proposent de reporter cette date au 20 décembre 2020. 

« La crise du COVID-19 que nous traversons a particulièrement impacté la filière : les stocks de véhicules ne possédant pas encore la RNT sont très importants. Beaucoup de ventes réalisées après le mois de juin compteront des modèles non équipés, faisant courir pour les constructeurs un risque de recours de la part des acheteurs ». 

Enchères 5G : Sébastien Soriano s’étonne de n’avoir eu aucune demande de la part de Bouygues TelecomCrédits : Guénaël Pépin (licence: CC by SA 3.0)

Ce week-end, Martin Bouygues publiait une tribune expliquant pourquoi il fallait, selon lui, reporter les enchères de la 5G à fin 2020 ou début 2021. Pour le président de l’Arcep, « il y a un élément dans la méthode qui me paraît étonnant » : « Je n'ai pas reçu de demande de la part de Bouygues Télécom, et je ne dispose d'aucune note d'analyse ».

Il ajoute que, « par définition, tant que ce n'est pas fixé, c'est ouvert. Mais aujourd'hui les options principales c'est juillet ou septembre ». Le calendrier est par contre serré puisque la décision du régulateur devrait être prise d’ici deux ou trois semaines : « j'attire l'attention de Martin Bouygues sur le fait qu'il reste très peu de temps ».

Enfin, Sébastien Soriano partage « sur le fond » la question citoyenne soulevée par Martin Bouygues : « La 5G ne doit pas être vécue par nos concitoyens comme quelque chose de forcé, de poussé par un lobby contre l'intérêt des Français. L'Arcep veut faire en sorte que la 5G se développe comme un bien commun ».

Virgin Orbit échoue à lancer sa fusée LauncherOne depuis son avion Cosmic Girl

Comme prévu, la société a procédé à un test grandeur nature, mais il ne s’est pas déroulé comme elle l’avait espéré. Le début des opérations s'est passé sans encombre avec le décollage du 747 modifié Cosmic Girl, la fusée LauncherOne attachée sous son aile.

Cette dernière a été correctement larguée puis elle a allumé son moteur. Mais « une anomalie s’est ensuite produite au début de la première phase du vol, et la mission a pris fin en toute sécurité », explique la société.

L’avion et les membres d’équipage sont revenus se poser sans encombre sur la base de Virgin Orbit. L’heure est désormais à l’analyse des données pour comprendre ce qui s’est passé, corriger le tir et procéder à un nouvel essai.

La prochaine fusée est déjà en phase d’intégration à Long Beach et une demi-douzaine d’autres sont en préparation.

Au Sénat, la commission de la Culture réclame une transposition avant l’été des directives SMA et Droit d’auteur

La première prévoit de nouvelles contributions des plateformes étrangères au secteur outre des contraintes spécifiques comme la protection de la jeunesse. La seconde met notamment en place le filtrage des contenus au titre de son article 17. 

La commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat appelle « le Gouvernement à proposer avant l’été une transposition de ces deux directives, en associant étroitement les acteurs du secteur et le Parlement afin que tous les groupes politiques puissent s’exprimer et faire valoir leur point de vue ». 

Selon la sénatrice Catherine Morin-Desailly, sa présidente « la culture ne doit pas être la grande oubliée de la politique de relance. La transposition des directives permet précisément, et sans coût pour le contribuable, d’apporter des garanties et de faire participer financièrement des grands acteurs internationaux qui, comme trop souvent, profitent de notre manque d’anticipation et de vision ». 

Google Assistant : Voice Match pour confirmer votre identité avant de payer

Le géant américain est en train de tester cette fonctionnalité sur un nombre limité de terminaux, comme le rapporte Android Police. Elle vient ainsi s’ajouter à la confirmation par empreinte digitale et/ou reconnaissance faciale selon les cas.

Voice Match n’est pas encore disponible partout et fonctionne principalement sur Google Play et les commandes dans un restaurant, mais pas sur Google Shopping pour le moment par exemple.

Pour vérifier si vous pouvez en profiter, il faut vous rendre dans les paramètres de l’Assistant, puis cliquer sur Paiements. 

L’ANSSI annonce un bug bounty sur StopCovid avec YesWeHack

Cela est organisé conformément aux recommandations qu’avait adressées l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI). Ce bug bounty permettra de « garantir la fiabilité de l'application, grâce à la mobilisation d'une communauté d'experts indépendants en cybersécurité » indique un communiqué de l’agence.

« L’ANSSI a conseillé à Inria, un audit de type bug bounty pour l’application StopCovid, actuellement développée sous forme d'un prototype en amont de toute décision politique, en parallèle des audits et contrôles de sécurité réalisés par l’agence et ses partenaires, tout au long de la conception ». C’est la communauté YesWeHack qui s’y lance à compter du 27 mai.

« En cas de découverte d’une vulnérabilité par la communauté, l’équipe projet StopCovid sera ainsi en mesure de procéder à la correction des bugs critiques pour le bon fonctionnement et la sécurité de l'application ».

« Pour l’ANSSI, la sécurité de l’application doit être assurée par le cumul de plusieurs procédés. L’aide à la conception sécurisée puis l'audit de l’application réalisé par nos experts, doivent être complétés par le contrôle du code publié en open-source par la communauté numérique et par l’organisation de recherches de failles informatiques, de types bug bounty », explique Guillaume Poupard, directeur général de l’ANSSI.

Les retours des contributeurs « seront publiés sur le site YesWeHack et déversés sur le GitLab Inria StopCovid, où le code source sera accessible à tous ceux qui souhaitent le consulter ».