Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

LeBrief

du 10 février 2020
Free promet la Freebox v8 « dans les semaines qui viennent » et un choc sur le marché des entreprises

On attendait cette nouvelle box pour 2019, déclarations de Xavier Niel à l'appui, mais cela ne s'était pas concrétisé. Son lancement ne devrait néanmoins plus tarder à en croire les déclarations aux Échos de Thomas Reynaud, Directeur général d'Iliad.

Les fuites se sont multipliées sur ce sujet l'année dernière, on devrait donc rapidement savoir si tout est confirmé. Il pourrait ainsi s'agir d'une remplaçante de l'actuelle Mini 4K sous Android TV avec une puce Amlogic S905X2. Free devrait en profiter pour réorganiser son offre, devenue trop complexe au fil des années, surtout depuis les Freebox Delta/One.

Autre nouveauté attendue : « dès cet été, tout le meilleur de la ligue 1 sera chez Free. Nous proposerons les meilleurs moments de l'intégralité des 380 matchs du championnat en un clic ». Le lancement sur le marché des entreprises est, lui, toujours prévu pour 2020 : « nous allons créer un choc d'innovation, d'usage, de simplicité et pour rendre accessibles ces services aux TPE et PME ». Free vise « 4 à 5 % de parts de marché d'ici 2024 ».  

1 000 radars détruits

En réponse à une question parlementaire sur les conséquences financières des actes de vandalisme commis sur les radars en marge des manifestations des gilets jaunes, le ministère de l'intérieur vient de répondre que le coût du vandalisme des radars en 2019 est estimé au 31 décembre 2019 autour de 36 millions d'euros, comparé aux 33 millions estimés en 2018.

Il en ressort également que la destruction de 1 000 radars a provoqué une baisse des recettes évaluée à 300 millions d'euros. Le parc des radars fixes et celui des radars autonomes auraient été les plus dégradés.

Le remplacement systématique des radars fixes détruits par des radars tourelles aurait provoqué une hausse du vandalisme de ces derniers, observé depuis leur déploiement massif en septembre 2019.

Néanmoins, précise le ministère, le taux moyen de disponibilité de l'ensemble des radars est remonté à 82,27 % au 31 décembre 2019 et l'objectif fixé est d'atteindre à nouveau le taux de disponibilité cible de 93 % au 31 décembre 2020.

Solar Orbiter : la mission est lancée, les panneaux solaires ont été déployés

Après plusieurs retards, le décollage a finalement eu lieu ce matin, sans encombre. La sonde prenait place à bord d’une fusée Atlas V.

Durant les prochains mois, Solar Orbiter « aura plusieurs rendez-vous avec Venus et la Terre pour resserrer son orbite autour du Soleil, en utilisant l'assistance gravitationnelle ».

Une fois en place, elle viendra épauler la sonde Parker Solar Probe, qui analyse déjà de près notre étoile.

MWC 2020 : défections en série (NVIDIA, Ericsson, Amazon…), la GMSA durcit ses règlesCrédits : MCCAIG/iStock

Alors que l’épidémie de coronavirus 2019-nCoV continue de sévir et que les mesures de précautions se multiplient, la GSMA a décidé de revoir sa position. Le salon de Barcelone est toujours maintenu, mais avec de nouvelles règles édictées en collaboration avec les autorités sanitaires espagnoles :

  • Aucun voyageur de la province de Hubei en Chine ne sera autorisé à accéder à l'événement
  • Tous les voyageurs ayant séjourné en Chine devront présenter une preuve qu'ils se trouvaient hors de Chine 14 jours avant l'événement (cachet du passeport, certificat sanitaire)
  • Des vérifications de la température seront mises en place
  • Les participants devront auto-certifier qu'ils n'ont pas été en contact avec une personne infectée

Cette annonce arrive peu de temps après une déclaration d’Ericsson qui « a décidé de se retirer de l'événement de la GSMA, le Mobile World Congress 2020 à Barcelone, la santé et la sécurité des employés et des clients ne pouvant être garantis ».

Même son de cloche chez NVIDIA : « Étant donné les risques pour la santé liés au coronavirus, assurer la sécurité de nos collègues, partenaires et clients est notre plus grande préoccupation […]  Nous regrettons de ne pas être venus, mais pensons que c'est la bonne décision ».

Amazon aussi ne viendra pas « en raison de l'épidémie et des préoccupations persistantes concernant le nouveau coronavirus », rapporte TechCrunch. Enfin, Samsung reste présent au salon de Barcelone, mais avec une équipe plus réduite que prévu. Pour rappel, LG avait déjà annulé sa participation et ZTE sa conférence « Devices Press », mais pas sa présence sur place. 

Notez enfin que l’épidémie de coronavirus 2019-nCoV pourrait avoir d’autres conséquences sur le monde de la technologie car les chaînes d’assemblages se trouvent en Chine. Par exemple avec un retard de la prochaine génération de consoles : Xbox Series X et PlayStation 5.

Salto (France Télévisions, TF1 et M6) sera lancé « en test » le 3 juin, entre 5 et 10 euros

Prévu pour le premier trimestre de l’année, Salto manquera son rendez-vous a confirmé Thomas Follin, directeur général de la plateforme de streaming, au Figaro : « Le coup d’envoi de Salto sera donné le 3 juin prochain pour un lancement test ». 

15 000 heures de programmes seront alors disponibles, puis 20 000 heures à la fin de l’année avec l’ajout de « plusieurs programmes inédits chaque mois ».

Le dirigeant ajoute que Salto va « recruter des programmateurs très éclectiques, des personnalités, des influenceurs, qui feront leurs propres recommandations. Il s’agit de sortir de la standardisation dans laquelle nous enferment les algorithmes ».

Les offres seront proposées entre 5 et 10 euros par mois et directement accessibles sur Internet. Des discussions sont en cours avec Bouygues Telecom, Orange et Altice pour une intégration dans les box. 

Uber : hausse des revenus avec 8,5 milliards de dollars de perte, le titre gagne 10 %

La société de VTC revendique un chiffre d’affaires de 14,147 milliards de dollars, en hausse de 26 % sur un an. Elle signe un très bon quatrième trimestre avec 4,069 milliards de dollars, soit une augmentation de 39 % de ses revenus à périmètre constant.

Uber est par contre toujours déficitaire avec 8,5 milliards de dollars de pertes sur 2019, dont 1 milliard pour le quatrième trimestre et près de la moitié pour la seule branche Eats. 

Malgré tout, les résultats sont meilleurs que prévu et cela suffit à satisfaire la bourse : le titre a gagné près de 10 % depuis la publication du bilan.

Une autre bonne nouvelle a été faite par la société : elle prévoit un excédent brut d’exploitation (Ebitda) positif au quatrième trimestre de cette année, alors que c’était auparavant prévu pour 2021.

Microsoft Edge (Chromium) désormais disponible pour ARM64 en version stable

Les équipes de l'éditeur l'ont annoncé sur Twitter, précisant que c'était le cas depuis la mouture 80.0.361.48.

Il s'agit d'une avancée d'importance dans la disponibilité du navigateur sur différentes plateformes, même si cela ne concerne toujours que Windows 10. 

Journées Google pour les chômeurs : un prétexte pour leur vanter les Chromebooks à petit prix ?

Ces évènements sont organisés depuis quelques années, avec le soutien de l'État et de Pôle Emploi. Le géant américain vante d'ailleurs régulièrement ses actions en matière de soutien aux personnes cherchant un travail. Mais la société n'en profite-t-elle pas pour vanter ses outils et ses services ?

Pour l'émission Les pieds sur terre de France culture, un journaliste a intégré l'une de ces journées et en livre un compte-rendu, enregistrement à l'appui. On y découvre des activités qui sont notamment utilisées pour vanter les mérites du Chromebook. Des machines à petits prix, fonctionnant sous le navigateur Chrome.

Elles sont présentées comme « rapide, pas cher, tu peux en avoir un à partir de 250 euros ». Google essaie de développer cette gamme de produits en France sur différents marchés comme celui des entreprises ou de l'éducation. Les chômeurs et leurs faibles revenus seraient-ils une cible commerciale de plus ? 

On découvre dans ce reportage le témoignage poignant de Françoise, conseillère Pôle Emploi, qui évoque l'évolution de son métier face à la montée en puissance des acteurs privés, et l'effet que cela peut avoir sur les équipes.

YouTube Musique permettrait d’uploader l’intégralité de votre musique

Cette fonctionnalité a été confirmée par plusieurs sources à 9To5 Google, ajoutant qu’elle était présente dans une bêta interne. Elle n’est pas spécialement surprenante puisque déjà proposée par Google Play Musique.

La société travaillerait également sur un service permettant de passer de Play Musique à YouTube Musique, puis envisagerait de fermer le premier service dans la seconde moitié de l’année. 

Une vidéo montrerait la Surface Duo de Microsoft en pleine utilisation

Un internaute dit avoir vu une personne utiliser ce futur produit du constructeur à Vancouver et a contacté des médias sur Twitter

Plusieurs sites américains semblaient intéressés, Tom Warren de The Verge a de son côté mis en doute la réalité de la photo publiée. L'internaute a donc tout simplement publié la vidéo complète qu'il a prise, d'un peu plus de deux minutes.

Le logiciel médical truquait les prescriptionsCrédits : thodonal/iStock/ThinkStock

D’après des révélations du média américain Bloomberg, relayées par Usbeck & Rica, une société de logiciels médicaux, Practice Fusion, a été payée par un laboratoire pharmaceutique pour inciter les praticiens à prescrire des opioïdes à leurs patients. Le mécanisme a perduré pendant trois ans, entre 2016 et 2019.

« Aux yeux des médecins qui ouvraient les dossiers électroniques des patients, l’alerte semblait sans doute assez anodine, relate Bloomberg. Une simple fenêtre contextuelle apparaissait, demandant le niveau de douleur du patient. Ensuite, un menu déroulant répertoriait les traitements, qui allaient du renvoi à un spécialiste à une prescription pour des antidouleurs sous forme d’opioïdes. Un simple clic et le programme créait un plan de traitement. [Sauf que] cet outil existait grâce à un accord secret. »

D’après l’agence Reuters, c’est l’entreprise pharmaceutique Purdue Pharma — fabricant, entre autres, de l’oxycodone — qui aurait payé Practice Fusion pour qu’elle oriente ses services dans ce sens. Au total, Practice Fusion aurait touché près d’un million de dollars dans le cadre de cet accord. Inversement, le gain estimé pour le laboratoire pharmaceutique s’élèverait à plus de 11 millions de dollars.

En 15 ans, les décès par overdose liés aux opioïdes ont presque triplé aux USA, avec un pic de mortalité enregistré en 2017. D’après des chiffres des autorités américaines, entre 1999 et 2017, 400 000 décès ont été constatés pour cause de surdose d’opioïdes. Entraînant même, pour la première fois, un recul de l’espérance de vie moyenne de la population.

Warner Music a lancé une procédure d’introduction en bourse

La major de la musique a en effet déposé un document à la SEC, le gendarme boursier américain.

Pour les détails on repassera : « Le nombre d'actions ordinaires qui seront proposées et la fourchette de prix pour l'introduction n'ont pas encore été déterminés », explique le groupe dans un communiqué repris par l’AFP.

OneWeb a envoyé 34 nouveaux satellites dans l’espace

Près d’un an après avoir envoyé ses six premiers, la société passe la seconde avec une nouvelle fournée qui prenait place dans une fusée Soyouz.

OneWeb confirme avoir acquis le signal des 34 satellites. Elle prévoit d’en envoyer 648 afin de proposer une connexion Internet haut débit partout dans le monde, exactement le même projet que Starlink de SpaceX.   

Données de connexion : la Quadrature du Net attaque l’un des décrets HadopiCrédits : Rogdham, d’après des œuvres originales de Geoffrey Dorne et Jérémie Zimmermann (Licence Art Libre)

Dans une audience tenue aujourd’hui au Conseil d’État, la Quadrature du Net, FDN et la Fédération des FAI associatifs sollicitent l’abrogation d’un des décrets Hadopi, pris en application des lois de 2009. Elles soulèvent une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) visant un article adopté par le législateur. 

Ce décret du 5 mars 2010 instaure le « système de gestion des mesures pour la protection des œuvres sur internet », traitement qui permet à la Commission de protection des droits de la Hadopi d’adresser les avertissements aux abonnés non sécurisés. En pratique, il organise l’interconnexion des IP relevées par l’univers culturel avec les coordonnées des abonnés gérées par les FAI.  

La Quadrature et les autres organisations avaient sollicité du Premier ministre l’abrogation de ce texte. Elles avaient ensuite attaqué le silence gardé par l’exécutif devant la juridiction administrative où elles ont réclamé la transmission d’une QPC devant le Conseil constitutionnel.

Il faut attendre la lecture des conclusions du rapporteur public ce matin pour connaître les détails exacts de cette procédure. Le magistrat chargé d’éclairer le Conseil d’État a toutefois sollicité la transmission de la QPC qui devrait frapper l’article L331-21 du Code de la propriété intellectuelle.

Le texte offre à la Hadopi la faculté d'obtenir « tous documents, quel qu'en soit le support, y compris les données conservées et traitées par les opérateurs de communications électroniques ». Le même autorise ses agents à obtenir toute une série d’informations, sans que la liste soit limitative. 

Notons qu’en 2015 déjà, les neuf Sages avaient déjà censuré la loi Macron pour la croissance et l’activité, du moins l’article qui offrait aux agents de l’Autorité de la Concurrence un accès « open bar » aux données de connexion détenues par les FAI, notamment. 

Ils avaient épinglé l’absence de garanties dans cet accès, constatant le déséquilibre entre droit au respect de la vie privée et la prévention des atteintes à l'ordre public et la recherche des auteurs d'infractions.

La mécanique Hadopi est depuis plusieurs mois en question au regard de l’évolution de la jurisprudence européenne sur la question des données de connexion, en particulier l’arrêt Télé 2 qui exige plusieurs filtres avant qu’une administration puisse butiner ces informations. On pourra relire nos explications ici et ici où nous anticipions un tel recours.

Tesla a désactivé à distance des fonctionnalités de l’Autopilot sur une Model S vendue d’occasion

Jalopnik relate cette longue histoire d’une Tesla Model S d’occasion vendue aux enchères par le fabricant automobile en personne à un concessionnaire. Elle avait alors les fonctionnalités « Enhanced Autopilot » et « Full Self Driving Mode », comme en attestent les papiers de la vente.

Le concessionnaire l’a ensuite revendu à un particulier, mais les fonctionnalités supplémentaires de l’Autopilot ont été désactivées à distance par Tesla sans autre forme de procès. Le fabricant explique simplement qu’elles n’avaient pas été payées par le client final. Il devra donc s'acquitter de 8 000 dollars pour en profiter de nouveau. 

Le concessionnaire a expliqué à nos confrères que ce n’est pas la première fois qu’il voit des fonctionnalités désactivées après la vente d’une voiture d’occasion. Il cite en exemple une Model X P90D avec l’option Ludicrous Speed désactivée 60 jours après la vente. 

Nouvelle version de Raspbian qui multiplie les petites améliorations

L'OS du Raspberry Pi revoit son gestionnaire de fichiers qui fonctionne depuis quelques temps dans un mode allégé par défaut, retirant les fonctionnalités les moins utilisées. 

Les Places y font leur retour, un bouton permettant de créer un nouveau dossier étant désormais directement présent dans la barre principale. Les icônes ont également été renouvelées. 

Scratch a été mis à jour, pouvant ouvrir des fichiers depuis la ligne de commandes et ajoutant des blocs pour le Sense HAT. Les performances de l'IDE Python Thonny ont également été améliorées.

D'autres améliorations ont été apportées dans la gestion du volume, la possibilité d'éviter l'extinction automatique de l'écran, le retour du doublement de pixels sur le Raspberry Pi 4 et le pilote vidéo KMs, l'accessibilité avec Orca Reader, etc. 

Tous les détails se trouvent par ici. Comme toujours, il est possible d'effectuer une simple mise à jour du système pour profiter de ces avancées : 

sudo apt update && sudo apt full-upgrade

Sinon, vous pouvez simplement récupérer la nouvelle image :

Les eurodéputés privés de « services biométriques »Crédits : NicoElNino/iStock

« Il n'y a pas de projet de reconnaissance faciale au Parlement européen », a déclaré un porte-parole du Parlement après que le Guardian ait pu consulter une page de son intranet suggérant que la reconnaissance faciale pourrait être utilisée « dans le contexte de la sécurité et des services biométriques aux députés ».

Intitulée « l'intelligence artificielle pour de meilleurs services », la page expliquait comment ces technologies, y compris la reconnaissance faciale et la traduction assistée par l'IA, auraient « des conséquences sur les méthodes de travail, les processus, les profils du personnel et la passation de marchés de services ». 

Elle a été supprimée après que l'eurodéputée libérale néerlandaise Sophia in 't Veld, qui siège à la commission des libertés civiles du Parlement européen, et des syndicats du personnel, aient remis en question l'utilisation potentielle de la reconnaissance faciale au Parlement.

Le porte-parole a déclaré qu'il s'agissait d'« une version ancienne et obsolète » d'un « projet exploratoire » qui avait été « mal placé sur l'intranet du PE ».

D'après le Guardian, la Commission européenne devrait annoncer ce mois-ci l'interdiction de la reconnaissance faciale dans les gares, les stades et les centres commerciaux, pendant trois à cinq ans, afin de laisser aux régulateurs le temps d'évaluer son impact.

Android 8 et 9 touchés par une importante faille au niveau du Bluetooth

Insinuator vient de publier un bulletin d’alerte concernant la brèche CVE-2020-0022 : « Sur Android 8 et 9, un attaquant à proximité peut exécuter du code arbitraire silencieusement, avec les privilèges du daemon Bluetooth, tant que le Bluetooth est activé ». 

Pire, l’attaquant n’a besoin de connaître que l’adresse MAC du Bluetooth de sa victime, aucune action n’est requise sur le smartphone. Sur Android 10, cette vulnérabilité ne permet pas de prendre le contrôle du smartphone, mais fait planter le Bluetooth. Les versions antérieures à Android 8.0 peuvent être touchées, mais n’ont pas été testées.

Le dernier bulletin de sécurité de février 2020 bouche cette faille béante, qualifiée de critique sur Android 8 et 9 (modérée sur Android 10)… encore faut-il pouvoir installer cette mise à jour.

Google en publie en effet tous les mois, mais il faut ensuite que les fabricants la déploient à leur tour sur l’ensemble de leurs smartphones. Si des modèles haut de gamme ont généralement un bon suivi, ce n’est pas vraiment le cas des autres références. Il existe aussi le programme Android One pour bénéficier de mises à jour rapides.

Debian : les mises à jour cumulatives 9.12 et 10.3 sont disponibles

L’éditeur précise que « cette mise à jour ne constitue pas une nouvelle version de Debian 9/10 mais seulement une mise à jour de certains des paquets qu'elle contient ». 

Il ajoute : « Ceux qui installent fréquemment les mises à jour à partir de security.debian.org n'auront pas beaucoup de paquets à mettre à jour et la plupart des mises à jour de security.debian.org sont comprises dans cette mise à jour ». De nouvelles images d’installations seront évidemment proposées.

Pour consulter la liste des corrections de bug, c’est par ici pour Debian 9.12 et par là pour la version 10.3.

Les revenus de Pinterest en forte augmentation

La plateforme mélangeant réseau social et partage de photos explose les compteurs au quatrième trimestre avec 400 millions de dollars de revenus (+46 %) pour des pertes de 35 millions de dollars. Sur l’année, la société grimpe à 1,142 milliard, en augmentation de 51 %. 

Todd Morgenfeld, directeur financier de Pinterest est content du bilan : « Nous sommes satisfaits de la performance de notre entreprise au quatrième trimestre et des nombreux jalons que nous avons atteints en 2019 ». Il revendique au passage « plus de 300 millions d'utilisateurs actifs par mois ».

Réquisitions : 16 ou 24 euros pour localiser en temps réel les cellules déclenchées par un téléphone mobileCrédits : peterhowell/iStock

Au Journal officiel ce week-end, a été publié un arrêté fixant un nouveau tarif de prestations de réquisition des opérateurs télécom.

La « localisation en temps réel des cellules déclenchées par un téléphone mobile » sera désormais facturée entre 16 ou 24 euros selon que la réquisition passe ou non, par la plate-forme nationale des interceptions judiciaires (PNIJ).

La Commission Supérieure du Numérique et des Postes n’a pas eu de raison particulière de s’opposer à ces tarifs. Son avis relève que les opérateurs avaient été associés à leur préparation. 

Toujours dans ce document de fin 2019, elle plaidait d’ailleurs pour que la géolocalisation soit « inscrite dans le Code des Postes et des communications électroniques comme une obligation légale au même titre que les interceptions ».  

Elle appelait toutefois l’attention du ministère de la Justice au regard du développement des infrastructures 5G. 

« En effet, les architectures techniques sont fondamentalement différentes, et, à ce stade et à notre connaissance, aucune disposition réglementaire ne couvre l’obligation des opérateurs à inscrire dans leurs feuilles de route d’infrastructure 5G les dispositifs techniques nécessaires aux interceptions légales ». 

Remarquons cependant que la loi du 1 août 2019 visant à préserver les intérêts de la défense et de la sécurité nationale de la France dans le cadre de l'exploitation des réseaux radioélectriques mobiles, dite anti-Huaweï contient justement un levier pour faciliter ces interceptions.