Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

LeBrief

du 31 janvier 2020
LDLC renoue avec la croissance, le rachat de Top Achat se confirme pour « 3 + 7 » millions d’euros

Le revendeur vient de publier son bilan pour le troisième trimestre (terminé au 31 décembre) de son année fiscale 2019-2020 avec une bonne nouvelle : « Au 3e trimestre 2019-2020, le Groupe LDLC a enregistré un chiffre d’affaires consolidé de 150,6 millions d’euros, en progression de 3,3 % par rapport au 3e trimestre 2018-2019 ».

La société se félicite aussi de « la progression des activités BtoC (+4,3% à 98,5 millions d’euros) », alors qu’il était question de 94,4 millions d’euros un an auparavant. Selon LDLC, « l’effet défavorable du repositionnement stratégique de Materiel.net a touché à sa fin, permettant à l’activité d’afficher un chiffre de 27,5 millions d’euros en croissance de +0,4% sur le 3e trimestre 2019-2020 ».

Le réseau de boutique « contribue également fortement à cette croissance », largement porté par les nouvelles ouvertures : 3 sur le troisième trimestre, pour un total de 50 en France et 2 en Espagne au 31 décembre 2019. Sur les neuf premiers mois de l’année, le bilan reste par contre négatif avec une baisse de 2,1 % du chiffre d’affaires. 

LDLC annonce enfin que le rachat de Top Achat à Rue du Commerce se confirme, en restant évidemment soumis aux autorisations des autorités compétentes, notamment en matière de concurrence. Le groupe donne des détails sur le montant de cette acquisition : elle « se ferait sur la base d’un prix de 3 millions d’euros pour le fonds de commerce et une reprise de stock de produits pour un montant maximum de 7 millions d’euros ».

LDLC rappelle que « Top Achat a réalisé, sur son exercice 2018, un chiffre d'affaires d’environ 85 millions d'euros, en croissance de plus de 10% sur un an, et regroupe une soixantaine de collaborateurs ». Reste maintenant à voir ce que LDLC fera de Top Achat et si le revendeur sera transformé en LDLC avec un nouvel habillage, comme c’est le cas avec Materiel.net. La transaction devrait être terminée au plus tard le 31 mars 2020. 

Le nouvel Apple Plans déployé aux USA, l’Europe suivra « dans les prochains mois »

L’éditeur explique que l’ensemble de ses utilisateurs aux États-Unis profitent désormais des « nouvelles cartes avec une navigation plus rapide et plus précise, des vues complètes des routes, des bâtiments, des parcs, des aéroports, des centres commerciaux… ».

Le service a été reconstruit à partir de zéro explique Eddy Cue, vice-président d'Apple. Parmi les nouveautés, il y a Look Around avec des photos 3D et haute résolution au niveau de la rue (dans une poignée de villes pour le moment, d’autres arrivent) et Collections pour partager des listes de lieux, comme sur Google Maps.

Les autres fonctionnalités sont détaillées dans ce billet de blog. L’Europe sera la prochaine région à en profiter : le déploiement débutera d'ici quelques mois. 

62 nouveaux emojis, la famille et l’inclusion à l'honneur

Chaque année, Unicode ajoute de nouvelles dizaines de petits dessins. Cette année, il y en a 62 de nouveaux dans Emoji13.0. Pêle-mêle on retrouve un ours polaire, un pickup, une théière, une piñata et toute une panoplie de nouveaux emojis transgenres.

Tous les détails se trouvent dans ce billet de blog d’Unicode et dans celui-ci de Google. Le géant du Net précise qu’il arriveront sur Android dans le courant de l’année, sans plus de précision.

Avast : le PDG s’excuse pour la collecte/vente de données et annonce la fin de JumpshotCrédits : vadimguzhva/iStock

Ondrej Vlcek, PDG de la société, s’explique dans un billet de blog : « je me rends compte que les dernières nouvelles concernant Jumpshot ont blessé nombre d'entre vous et ont soulevé, à juste titre, un certain nombre de questions, y compris celle fondamentale de la confiance ». 

Il s’excuse et annonce une décision radicale : « Pour ces raisons, j'ai décidé, conjointement avec notre conseil d'administration, de mettre fin à la collecte de données Jumpshot et de mettre fin aux opérations de Jumpshot, avec effet immédiat ».

Il faut dire que les casseroles que traînait Jumpshot devenaient de plus en plus nombreuses. Il y a d’abord eu la suppression des extensions Avast dans les boutiques des navigateurs Opera et Firefox, ainsi que les conclusions alarmantes de l’enquête de Motherboard et PCMag. 

Le même Ondrej Vlcek était d’ailleurs monté au créneau pour affirmer qu’il n’y avait pas, selon lui, de scandale. Les informations revendues étaient agrégées et ne permettaient que d’avoir « un aperçu de la manière dont des cohortes d'utilisateurs naviguent sur Internet ». « À aucun moment nous n'avons vendu des informations personnellement identifiables à un tiers », affirmait encore Avast cette semaine.

Problème, il était visiblement possible de parfois remonter à l’utilisateur. Dans tous les cas, Avast prend une décision radicale et il fallait au moins cela vu la situation. 

MWC 2020 : Microsoft tiendra une conférence de presse, probablement autour de HoloLens

Elle se déroulera le 23 février à 17h, comme l’indique notre confrère Tom Warren de The Verge. L’invitation ne donne pas de détails sur les annonces qui y seront faites, mais il sera certainement question de HoloLens, Alex Kipman étant présent.

La société avait présenté son casque HoloLens 2 l’année dernière au MWC, il est donc certainement un peu tôt pour avoir un remplaçant, mais pourquoi pas une évolution avec 4G.

Elle était en effet absente alors que le casque intègre un Snapdragon 850. 

Apple veut standardiser les codes à usage unique par SMS

Theresa O'Connor (ingénieur Apple en charge de Safari Web Technology) détaille son projet sur GitHub, comme le rapporte ZDNet.com.

Le principe serait d’avoir une présentation uniforme pour les codes que l’on reçoit par SMS lors d’une double authentification. Actuellement, chacun fait à sa manière et les OS mobiles doivent s'y adapter.

Cela permettrait d’éviter systématiquement aux utilisateurs de devoir saisir manuellement le code, en permettant aux applications de le récupérer automatiquement.

Deux idées de présentation sont proposées, où XXX représente le nom du site/service : 

  • 747723 is your XXX authentication code.
  • @XXX #747723

Sans surprise, Apple a fait un retour positif, mais aussi Google. Firefox n’a visiblement pas répondu aux sollicitations de l’ingénieure pour le moment.

CEA : des chercheurs observent « pour la première fois de l’hydrogène sous forme métallique »Crédits : BraunS/iStock

Le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives parle d’une étape « historique ». Deux des chercheurs sont rattachés à la Direction des applications militaires du CEA, le troisième au CNRS.

Les résultats ont été publiés dans Nature. « Cette observation, prédite depuis plus de 80 ans, fait l’enjeu d’une compétition intense dans la communauté des hautes pressions : plusieurs annonces ont ainsi été faites ces dernières années mais sans convaincre la communauté scientifique », explique le CEA.

Selon le CEA, les perspectives ouvertes sont nombreuses : « établir une référence pour valider les approches théoriques qui calculent les propriétés de l’hydrogène très dense pour les intérieurs des planètes géantes ou pour la fusion nucléaire par confinement inertiel », mais aussi « stimuler des recherches expérimentales pour mesurer une éventuelle supraconductivité de ce métal ».

L’enjeu est important : « si l’hydrogène métallique était supraconducteur à température et à pression ambiantes cela constituerait une avancée considérable pour le stockage de l’hydrogène qui est un enjeu énergétique primordial ».

Si vous vous demandez comment les chercheurs sont arrivés à ce résultat, voici l’explication brut de décoffrage : « la mise au point d’un nouveau type de presse à enclumes de diamant dépassant 4 millions d’atmosphères, associée à une mesure non-intrusive du passage isolant-métal à l’aide d’un rayonnement infra-rouge synchrotron très brillant, pouvant sonder un échantillon de quelques microns de diamètre, a permis d’observer le changement de phase, d’obtenir la signature du caractère métallique de l’échantillon sous pression et de déterminer avec une grande précision la pression d’apparition du phénomène ».

Les notifications de violations de données personnelles à la CNIL ont progressé de 25%

D'après le baromètre « Data Breach » Fic-Bessé-PWC, sur la base de données ouvertes de la CNIL, 812 536 personnes étaient concernées par les violations notifiées au premier semestre 2019, au titre du RGPD.

54 % étaient dues à de la malveillance (dont 70 % du piratage, et 15 % du vol physique), 26 % étaient accidentelles, comme par exemple l'envoi par erreur d'un fichier de tableur contenant des données clients, et 20 % « autre » ou « inconnues ».

10,4 % des données concernées par les notifications étaient des données « sensibles » (vie et orientation sexuelles, données biométriques, convictions religieuses ou philosophiques, appartenance à un syndicat, origines ethniques...).

Mais « ce n'est que la partie visible de l'iceberg », et ce nombre d'incidents « est sans doute largement inférieur à la réalité », a indiqué à l'AFP Guillaume Tissier, directeur général de Compagnie européenne d'intelligence stratégique (CEIS) qui organise le Forum international de la cybersécurité (FIC).

Non seulement parce qu'il y a encore « pas mal d'entreprises » qui ne notifient pas les violations dont elles sont victimes, jugeant que les personnes concernées (clients, salariés, etc...), sont peu affectées. Mais également parce que d'autres ignorent encore que c'est à elles de notifier une violation de données dont elles ont la charge, même si c'est un sous-traitant qui est à l'origine de celles-ci, a-t-il expliqué. 

Fin de mission pour le télescope Spitzer de la NASA

L’Agence spatiale américaine rend hommage à celui qui a passé « 16 ans à étudier l'univers en lumière infrarouge ». Spitzer « a été placé en mode survie, mettant fin à toutes les opérations scientifiques ».

Parmi ses faits d’armes, on peut citer son rôle dans la découverte des sept exoplanètes de Trappist-1. Il va maintenant errer dans l’espace. Le JPL de la NASA permet de suivre sa trajectoire.

Son remplaçant, le télescope spatial James-Webb n’arrivera qu’en mars 2021 après plusieurs retards... si la mission n’est pas encore une fois repoussée. 

Trois sites bloqués pour contrefaçons de marquesCrédits : PeopleImages/iStock

Une ordonnance de référé réclamée par le Groupe Richemont (Montblanc, Cartier, Piaget, Vacheron Constantin, etc.) a ordonné le blocage pour un an des noms de domaine contrefaconmontre.com, repliquemontre.fr et repliquemontre.cn. Orange, Bouygues Télécom, Free et SFR ont 15 jours pour exécuter la décision sachant qu’ils ont le choix des moyens, pourvu qu’ils soient efficaces.

Le tribunal judiciaire de Paris, ce 8 janvier 2020, s’est appuyé sur le 8° du I de l’article 6 de la loi de 2004 pour la confiance dans l’économie numérique (LCEN). Cette disposition autorise le juge à prescrire « toutes mesures propres à prévenir un dommage ou à faire cesser un dommage occasionné par le contenu d’un service de communication au public en ligne » (soit un site en ligne, par exemple). 

« Les trois sites internet litigieux ne dissimulent pas qu’ils procèdent à la vente de copies de montres de luxe, l’un d’eux revendiquant même explicitement en choisissant le nom de domaine « contrefaçon », le caractère illicite des répliques vendues » écrit l’ordonnance. Les titulaires des marques en cause n’ont pas eu grande difficulté à démontrer « l’existence d’un trouble manifestement illicite ».

La décision tient également compte du principe de subsidiarité : les lettres adressées préalablement aux intermédiaires (Cloudfare Inc et Choopa, LLC) « se sont avérées sans effet », les sites litigieux étant toujours accessibles. Autre fait notable, les frais des mesures de blocage ont été laissés sur les épaules des sociétés du Groupe Richemont.

Les FAI seront donc remboursés, sur présentation des factures.

Amazon toujours en forte croissance poussé par AWS, 150 millions de clients Prime

Au quatrième trimestre de l’année, Amazon revendique un chiffre d’affaires de 87,437 milliards de dollars, contre 72,383 douze mois auparavant, avec une hausse aussi bien sur les ventes de produits que de service. Le bénéfice net grimpe de 3,027 à 3,268 milliards de dollars.

Sur 12 mois, la situation suit la même tendance avec 280,522 milliards de dollars de revenus et 11,58 milliards de dollars de bénéfice, contre respectivement 232,887 et 10,073 milliards.

Dans le détail, AWS est toujours en forte croissance avec 34 % de mieux sur le chiffre d’affaires (9,954 milliards de dollars) et 19 % sur les bénéfices (2,596 milliards de dollars), sur un an dans les deux cas. 

Jeff Bezos se félicite aussi du succès de son abonnement Prime : « nous avons maintenant plus de 150 millions de membres Prime dans le monde ».

Les coûts d’expédition sont par contre toujours en hausse avec 43 % de plus au quatrième trimestre, au niveau mondial. La nouvelle est bien accueillie par la bourse, qui gratifie Amazon d’une hausse de 10 % dans la séance d’après clôture. 

Orange déploiera la 5G en France avec Nokia et Ericsson

L’opérateur explique que ce choix découle d’un appel d’offres lancé il y a un an. Aucune surprise dans ce choix puisque les deux équipementiers sont des partenaires de longue date d’Orange.

L’opérateur donne quelques détails : « Le partenariat avec Nokia se concentre sur les régions Ouest et Sud-Est, zones sur lesquelles la société Nokia est déjà fournisseur de 2G/3G/4G sur le réseau mobile (RAN) ». 

A contrario, « le partenariat avec Ericsson se concentre quant à lui sur les régions Ile de France, Nord-Est et Sud-Ouest, zones sur lesquelles la société Ericsson est déjà fournisseur de 2G/3G/4G sur le réseau mobile (RAN) ». Bref, un choix dans la continuité. 

Stéphane Richard avait déjà annoncé qu’il n’était pas spécialement concerné par le cas de Huawei puisqu’il n’utilise pas d’équipements du chinois dans son réseau, contrairement à Bouygues Telecom et SFR (mais pas pour le cœur de réseau). 

Selon la FFTélécoms, si les équipements Huawei sont bannis, l’État doit indemniser les opérateursCrédits : Olivier Le Moal/iStock

Arthur Dreyfuss s’est exprimé sur le sujet chez nos confrères des Echos. Il est pour rappel secrétaire général de SFR – un des deux opérateurs à utiliser Huawei, avec Bouygues Telecom – et président de la FFTélécoms. C’est en cette seconde qualité qu’il répondait aux questions.

Il commence par regretter que la boîte à outils présentée par l’Union européenne n’ouvre pas « la possibilité d'un accompagnement des Etats aux opérateurs télécoms qui, demain, auraient à pâtir du bannissement de certains équipementiers. Cela suppose évidemment une dimension financière ». 

Interrogé sur le montant attendu, le président de la FFTélécoms botte en touche : « Je ne souhaite pas donner de chiffres à ce stade. Je dis, lançons le débat avec le sérieux qu'il mérite. Car si un opérateur ne peut pas utiliser un équipementier pour la 5G auquel il a recours aujourd'hui pour la 3G et la 4G, il faudra démonter une partie substantielle des réseaux. Les travaux auront un coût important ».

Pour rappel, la France a mis en place un régime d'autorisation, ce qui agace Arthur Dreyfuss : « l'Etat ne nous a toujours pas dit clairement, à ce stade, si les opérateurs télécoms ont le droit d'utiliser Huawei pour la 5G. La France se contente de dire : on va faire du cas par cas. Dans ces conditions, il est impossible pour les opérateurs télécoms d'établir des plans d'affaires pérennes ».

Tesla : hausse des revenus, encore des bénéfices, 105 000 voitures produites et Model Y en avance

Le fabricant de voitures revendique un chiffre d’affaires de 7,384 milliards de dollars sur le quatrième trimestre, en hausse de 17 % sur trois mois et 2 % sur un an. Les bénéfices nets sont positifs pour la seconde fois consécutive (après deux trimestres de pertes) avec 105 millions de dollars, en baisse de 27 % sur trois mois et de 25 % sur un an. 

Tesla revendique la production de 17 933 Model S et X (+10 % sur trois mois, -29 % sur un an) et de 86 958 Model 3 (respectivement +9 et +42 %), soit un total de près de 105 000 véhicules, contre 96 000 il y a trois mois. Le premier trimestre 2020 sera impacté par la fermeture temporaire de son usine en Chine sur fond de peur liée au coronavirus.

Le fabricant avance la sortie de sa Model Y : alors qu’elle était prévue pour l’automne prochain, elle arrivera finalement au premier trimestre, au mois de mars. L’autonomie a été rallongée puisqu’elle passe de 450 km à un peu plus de 500 km.

OnePlus rejoint la Wireless Power Consortium, le OnePlus 8 supporterait la charge sans fil

Les rumeurs autour de la charge sans fil sur le prochain smartphone du fabricant ne sont pas nouvelles, mais elles sont revenues sur le devant de la scène récemment avec de nouvelles fuites, comme le rapporte Android Police.

Nos confrères ajoutent que la société OnePlus est désormais listée dans les membres de la  Wireless Power Consortium, qui est en charge de développer la norme Qi.

Reprise de Kosc : au tour de l’AOTA de soutenir le projet d’Altitude InfrastructureCrédits : Gregory_DUBUS/iStock

La société spécialisée dans la fibre pour entreprise (concurrente de SFR et Orange sur ce segment) est en redressement judiciaire. Plusieurs repreneurs sont sur les rangs, et Altitude Infrastructure a déposé un plan de continuation d’activité.

La Fédération InfraNum (ex Fédération des industriels des réseaux d'initiative publique, alias Firip) a apporté hier son soutien à ce projet. Aujourd’hui, c’est au tour de l’AOTA (Association des opérateurs télécoms alternatifs) de faire de même et de s’expliquer sur les raisons de son choix :

« La disparition de tout acteur du marché wholesale tendrait à affaiblir la concurrence au détriment du marché entreprises et renforcerait les positions dominantes des acteurs historiques. Or, depuis sa création, l’AOTA a toujours œuvré à l’ouverture du marché des télécommunications à une plus large concurrence.

L’AOTA a appris par voie de presse qu’un repreneur de Kosc s’était manifesté par le biais d’un plan de continuation : le groupe Altitude à travers sa filiale dédiée au marché wholesale, Altitude Infrastructure. »

L’association explique que son conseil d’administration « a souhaité soutenir la reprise de cet acteur par Altitude Infrastructure en y adossant des points de vigilance particuliers, et notamment : 

  • Le maintien de la totale neutralité de Kosc vis-à-vis des acteurs de détail clients et en particulier, s’assurer de la parfaite étanchéité vis-à-vis de la branche de détail B2B du groupe Altitude.
  • Le maintien des conditions proposées aux acteurs de l’AOTA qui ont constitué leur modèle économique autour de Kosc depuis septembre 2019 ».

L’AOTA « sera particulièrement attentive », « comptera sur l’attention toute particulière des Autorités compétentes »… et en profite pour glisser un dernier message à l’intention d’Altitude Infrastructure sur un point précis : « si la branche de détail B2B d’Altitude ou tout autre acteur venait à se retrouver privilégié ».

La balle est maintenant dans le camp de la justice qui doit se prononcer sur les suites à donner aux différentes offres. 

L’Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe réclame la libération de Julian Assange

Cet organe en capacité d’exprimer des recommandations aux 47 gouvernements européens, demande aux pays concernés de mettre à jour leur législation pour « prévenir les abus » en matière de droit de la presse. 

Il craint que des États profitent de législations ciblant « la diffamation, la lutte contre le terrorisme, les lois sécuritaires, l'ordre public, les discours de haine, le blasphème ou la mémoire » pour porter atteinte à cette activité, « en intimidant et faire taire les journalistes ». 

Au passage, l’institution considère que « la détention et les poursuites pénales contre M. Julian Assange constituent un dangereux précédent pour les journalistes ». 

L’Assemblée parlementaire rejoint à ce titre « la recommandation du Rapporteur spécial des Nations unies sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants qui a estimé, le 1er novembre 2019, que son extradition vers les États-Unis devait être interdite », exigeant sa libération sans délai.

Samsung dévoile par mégarde la date de sortie de son prochain smartphone (Galaxy S20 ?) : le 6 mars

Nous savons déjà depuis un moment que le fabricant tiendra une conférence de presse le 11 février (avant le MWC de Barcelone) pour annoncer son prochain Galaxy (S20 selon les dernières rumeurs).

En attendant, le fabricant a ouvert une page permettant de précommander le smartphone dont on ne sait absolument rien. Comme l'a repéré Android Police, il était précisé que la livraison interviendrait le 6 mars en fonction des stocks disponibles.

Depuis, la page est toujours accessible, sans cette mention.

Clés USB, cartes mémoires : au J.O., le nouveau barème de redevance copie privéeCrédits : siiixth/iStock

« RCP = (TM - A) × CO » avec « TM = V × TR ». Voilà la formule évidente qui a permis à la Commission copie privée d’adopter son nouveau barème unique sur les clés USB et cartes mémoires.

Quelques explications :  

  • V est le « volume moyen de copies privées de source licite ». 
  • TR, le taux de rémunération correspondant « au revenu globalement analogue à celui que procurerait le paiement d'un droit par chaque auteur de copie privée s'il était possible de l'établir et de le percevoir pour chaque copie privée d'œuvre (sonore, audiovisuel, écrit, image fixe), fixé à partir des données économiques connues du marché ».
  • TM, le montant moyen de rémunération pour la capacité moyenne de chaque famille de support. 
  • A, un abattement tenant compte de l'incidence de la redevance sur le marché des supports concernés.
  • Et CO représente, évidemment, les « tarifs pour les capacités inférieures ou supérieures à la capacité moyenne prenant en compte la non-linéarité des usages de copie privée mesurés pour ces capacités inférieures ou supérieures par rapport à ceux mesurés pour la capacité moyenne, par application d'un coefficient de réduction ou d'augmentation (CO) du montant moyen de la rémunération, cohérent avec les informations fournies par les études d'usages ».

Limpide.

Pas de vraie surprise pour les lecteurs de Next INpact. Nous avions déjà révélé début janvier la quasi-totalité de ces barèmes applicables au 1er février.

Les montants publiés au Journal officiel vont de 1 à 4,60 euros. Ils chutent sur les grosses capacités, mais explosent sur les petits montants. Ainsi, sur une clef USB de 1 To, la redevance passe de 100 euros à 4 euros, mais un support de 2 Go était facturé 40 centimes contre 1 euro dans quelques jours.