Riposte graduée : l’ajout du port source, vu par la CNIL

L’ajout du port source parmi les données utilisée par la Hadopi (devenue Arcom depuis le 1er janvier) répond à une nécessité : « selon le ministère de la culture, en raison de la pénurie des adresses IPv4, les fournisseurs d’accès à Internet ont de plus en plus recours au partage de ces adresses entre plusieurs abonnés, en dédiant à chaque abonné une plage de ports associée à l’adresse IPv4 ».

Or, relève la CNIL dans une délibération de 2020, non publiée mais que nous nous sommes procurée, « cette pratique rendrait impossible l’identification du titulaire d’abonnement à partir de la seule adresse IPv4 horodatée et ferait obstacle à la pleine efficacité de la mise en oeuvre de la procédure de réponse graduée ».

Cette collecte du port source va permettre à l’Arcom « de conserver, de traiter et de transmettre cette donnée aux fournisseurs d’accès à Internet, en complément de l’adresse IPv4 horodatée, en vue de l’identification des abonnés dont l’adresse IPv4 est partagée ».

La CNIL n’a pas émis d’observations particulière : elle considère « qu’il s’agit d’une adaptation technique permettant le fonctionnement de la procédure de réponse graduée ».

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !