Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

LeBrief

du 23 janvier 2020
L’UFC-Que Choisir teste des chargeurs de smartphones : plus d'un sur deux est dangereux

L’association a passé au crible 20 références disponibles dans les boutiques physiques ou en ligne. Le résultat est sans appel : 

  • 4 sont parfaitement conformes
  • 5 présentent un défaut de marquage obligatoire et l‘absence d’instructions de sécurité
  • 3 présentent de graves erreurs de conception 
  • 8 présentent un grand risque pour leurs utilisateurs

Parmi les 11 chargeurs dangereux, certains sont vendus chez Leclerc, Darty, Electro Dépôt, Amazon, Fnac, Babou et Rakuten, parfois via la place de marché des enseignes. Un tableau récapitulatif est disponible par ici.

L’UFC « appelle les consommateurs à la vigilance et leur conseille de ne pas laisser les smartphones en charge la nuit. Plus particulièrement, elle invite les détenteurs d’appareils non conformes à s’en séparer immédiatement ». Une vidéo a été mise en ligne.

L’association rappelle que « les possesseurs de produits dangereux peuvent prendre contact avec leur vendeur. La loi leur donne la possibilité d’obtenir gratuitement, sous 30 jours, le remplacement des chargeurs défectueux ». Un modèle de lettre est disponible par ici

Le PDG de Linagora condamné pour diffamation

La cour d'appel de Toulouse a confirmé, le 8 janvier dernier, la condamnation pour diffamation du PDG de Linagora, Alexandre Zapolsky.

En janvier 2019, il avait écopé de 3 000 € d’amende avec sursis et 18 500 € de dommages-intérêts pour avoir accusé la société Blue Mind, créée par un ancien salarié de Linagora, de contrefaçon, travail au noir et piratage de logiciels.

S’il affirmait agir en tant que lanceur d’alerte, précise Legalis, la cour a considéré que les propos concernaient une question d’ordre privé dont Linagora serait la victime dans le contexte d’un conflit commercial entre deux sociétés.

De plus, et alors que la bonne foi suppose par ailleurs que l’auteur de la diffamation ait agi sans animosité personnelle, la cour a estimé qu’il avait dépassé la mesure avec des accusations graves, dans une démarche outrancière qui est loin d’être désintéressée.

Laveritesurbluemind.net, où Zapolsky avait exposé ses griefs, affiche aujourd'hui un communiqué judiciaire précisant qu'il « comporte des allégations et/ou imputations de faits précis à l’encontre des victimes qui portent atteinte à leur honneur ou à leur considération ».

 
Kaamelott Premier Volet : Alexandre Astier dévoile un teaser, la sortie avancée au 29 juillet

Maintenant que le magazine des 15 ans de Next INpact est là, tout peut arriver ! C'est sur Twitter que le réalisateur de la série à succès diffusée par le groupe M6 a annoncé la bonne nouvelle à ses fans.

Il y précise que « la patience est un plat qui se prépare à l'avance. Du coup, le film sortira deux mois et demi plus tôt que prévu ». Un message accompagné d’un court teaser quasiment sans paroles. De quoi rassurer après des années d'attentes.

Les fans de la série qui « en ont gros » peuvent donc se réjouir. La date est désormais fixée au 29 juillet 2020… sauf changement de dernière minute.

Le smartphone de Jeff Bezos aurait été piraté via WhatsAppCrédits : Amazon

Dans cette histoire, tous les ingrédients dignes d’un film d’espionnage sont présents : un richissime homme d’affaires, un prince héritier, un smartphone piraté, un journaliste assassiné...

Selon un rapport de deux experts des Nations unies, il existe en effet des signes d’une « possible implication » de Mohammed Ben Salmane (prince héritier d’Arabie saoudite) dans le piratage du téléphone du patron d’Amazon et du Washington Post (Jeff Bezos). Les deux experts demandent une « enquête immédiate », comme le rapporte Reuters.

Sans surprise, le prince Faiçal ben Farhan al Saoud, ministre des Affaires étrangères, affirme que ces accusations sont « absurdes » : « L’idée que le prince héritier pirate le téléphone de Jeff Bezos est complètement idiote ».

Ce piratage remonterait à 2018, avant le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, qui écrivait alors dans le Washington Post. Le cœur de cette histoire se trouve ici selon les experts des Nations unies : « Les informations que nous avons reçues laissent soupçonner une possible implication du prince héritier dans la surveillance de M. Bezos dans le but d’influencer, si ce n’est d’étouffer l’actualité saoudienne par le Washington Post ».

L’iPhone de Jeff Bezos aurait été piraté en mai 2018 via une vidéo envoyée par WhatsApp. Pendant des mois, de grosse quantités de données auraient ainsi été exfiltrées du smartphone. Toujours selon nos confrères, le FBI enquêterait sur le piratage de l’iPhone de Jeff Bezos, mais les autorités américaines n’auraient (pour le moment ?) pas donné de suite concernant le reste des ramifications de cette histoire. 

Libra : c’est maintenant au tour de Vodafone de quitter le navire… pour le moment

Depuis son lancement en juillet dernier, le projet de cryptomonnaie de Facebook a suscité l’inquiétude auprès de plusieurs régulateurs et organismes officiels. 

Face à la grogne, plusieurs membres ont quitté le navire. PayPal était le premier à ouvrir le bal, suivi par MasterCard, Visa, eBay, Stripe, Mercado Pago et Booking. Aujourd’hui, c’est au tour de Vodafone de quitter l’association.

L’opérateur laisse néanmoins la porte entrouverte : « Nous continuerons de surveiller le développement de l'association Libra et n'excluons pas la possibilité d'une future collaboration », comme le rapporte Reuters

De son côté, Libra tente de rassurer : « Bien que la composition des membres puisse changer au fil du temps, la conception de la gouvernance et de la technologie de Libra garantissent la résistance du système de paiement », explique-t-il à plusieurs de nos confrères, dont la BBC.

 
Terry Jones, cofondateur des Monty Python, est mort

Sur Twitter, son acolyte Terry Gilliam lui rend hommage à sa manière avec un message commençant par « c’était un vilain garçon » en souvenir d’une réplique culte : « Il n'est pas le Messie, c'est un vilain garçon ».

En plus d’être un membre de la troupe de comiques, il a aussi réalisé plusieurs films, dont Monty Python : La Vie de Brian et Monty Python : Sacré Graal !. Terry Jones nous a quitté, mais restera toujours « un vilain garçon ».

 
DirecTV doit désorbiter d’urgence un satellite qui risque d’exploser à cause de ses batteriesCrédits : BlackJack3D/iStock

Dans un document transmis à la FCC et repéré par SpaceNews, DirecTV (qui appartient à AT&T) explique que, en décembre, son satellite « Spaceway-1 a subi une anomalie majeure qui a causé des dommages importants et irréversibles à ses batteries ».

Les batteries ne sont plus utilisées, les panneaux solaires se chargeant de fournir de l’énergie, mais le satellite passera dans l’ombre de la Terre le 25 février et devra donc repasser sur ses batteries, avec des risques importants d’explosion. Le satellite doit donc être désorbité d’urgence avant le 25 février. 

Cette séquence prendra 21 jours selon l’opérateur du satellite, ce qui laisse une semaine de marge pour effectuer des opérations supplémentaires. Problème, DirecTV explique qu’il n’aura le temps de larguer qu‘une partie des 73 kg de carburant qu’il embarque.

Normalement, un satellite doit être vidé avant d’être placé sur une orbite cimetière, DirecTV demande donc une dérogation à la FCC. Dans tous les cas, le temps joue contre Spaceway-1 : il faut le désorbiter au plus vite car une explosion sur l’orbite géostationnaire serait catastrophique et engendrerait quantité de débris, avec le risque d’explosions à la chaîne (comme dans le film Gravity). 

Honor lance sa montre connectée MagicWatch 2 à partir de 179 euros

Cette montre est très proche de la Watch GT 2 de Huawei (les deux marques appartiennent au même groupe). Elle dispose donc d’un écran circulaire de 1,39" avec un SoC Kirin A1 et 4 Go de stockage.

Mais aussi de « 15 modes d’activité. Basés sur des objectifs, ces modes prennent en charge 8 sports d’extérieur et 7 sports d’intérieur, parmi lesquels la course, la randonnée, le vélo, le triathlon, la natation, la musculation, le rameur, etc ». Il est également question de « 13 programmes de course en intérieur et en extérieur ».

La Honor MagicWatch 2 intègre la « technologie Huawei TruSleep 2.0 [qui] permet de surveiller et de diagnostiquer six types de troubles du sommeil courants [et] plus de 200 suggestions personnalisées en fonction des habitudes et de la qualité du sommeil des utilisateurs ».

Pour le reste, elle peut « passer ou recevoir des appels en Bluetooth, via un casque ou à l’aide des haut-parleurs et du microphone intégrés ». Le tout fonctionne avec LiteOS, un système d’exploitation maison.

La MagicWatch 2 de Honor est vendue 179 euros en version de 42 mm (autonomie de 7 jours) et 199 euros avec 46 mm (autonomie de 14 jours). Elle se positionne donc juste en face de la Watch GT 2 de Huawei.

Le FBI aurait « cracké » un iPhone 11

Le bureau fédéral aurait mis deux mois pour arriver à pénétrer dans le smartphone de Lev Parnas, associé de l’avocat de Donald Trump (Rudy Giuliani), au centre du procès en destitution de Donald Trump. Autant dire que l’affaire est sensible.

« Parnas a refusé de fournir le mot de passe de ses appareils, ce qui est bien sûr son droit, mais cela a demandé au FBI de passer près de deux mois à déverrouiller l'iPhone 11 », peut-on lire dans une lettre du département de la justice repéré par Bloomberg.

Le FBI aurait utilisé les services de Cellebrite pour arriver à ses fins, mais aucune confirmation n’a été faite par Apple ou les officiels Américains. Pour rappel, Cellebrite était aussi cité dans l’enquête sur la fusillade de San Bernardino, aux côtés de hackers venus apporter leur soutien contre rémunération.

Microsoft : une « mauvaise configuration » ouvre aux quatre vents une base de données du service client

Le pot aux roses a été découvert par l’équipe de sécurité de Comparitech. Elle explique avoir immédiatement contacté Microsoft, qui a corrigé le problème en moins de 24h.

Le géant du Net explique de son côté qu’une mise à jour déployée le 5 décembre « contenait des règles de sécurité mal configurées » ayant conduites à laisser libre accès aux données. Microsoft ajoute que celles stockées sont normalement anonymisées, mais qu’il existe des exceptions.

C’est le cas lorsqu’une adresse email n’était pas écrite dans le bon format, notamment avec des espaces en plus comme dans « aaa @bbb ccc ». Les clients concernés ont été contactés.

Comparitech confirme que les données étaient au moins en partie anonymisées, mais ne semble pas sur la même longueur d’onde concernant les « exceptions » : « de nombreux enregistrements contenaient des données en texte brut, y compris mais sans s'y limiter : adresses e-mail des clients, adresses IP, localisation… ».

Il serait aussi question de « notes internes marquées comme ”confidentielles” ».

Adobe Flash cessera bientôt de fonctionner dans Safari

L'information n'est pas nouvelle, elle est connue depuis juillet 2017. À l'époque, Apple annonçait déjà la fin du support du plug-in au sein de son navigateur pour fin 2020.

Désormais, les choses sérieuses commencent. La Technology Preview 99 de Safari est la première version à ne plus supporter Flash, ce qui laisse penser que ce sera le cas dans la prochaine mouture de macOS. 

Cette mouture apporte également nombre de nouveautés, comme le support natif des contenus HDR. Tous les détails se trouvent par ici.