Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

LeBrief

du 21 janvier 2020
French Tech 120 : voici la liste des 83 startups retenues, en plus du Next40

La French Tech explique que « ce programme [lancé en septembre 2019, ndlr] dédié aux startups en phase d’hyper-croissance offre un accompagnement sans précédent à 123 entreprises en fort développement ». But de l’opération : « accélérer le développement de ces startups pour qu’elles deviennent des leaders de rang mondial ».

Deux au minimum ont été sélectionnées par région (outre-mer inclus) et la French Tech avait établi une liste précise des critères d’éligibilité, disponible par ici. La liste des 123 start-ups de cette première édition (qui englobe le Next40) se trouve par là.

La French Tech rappelle que « Next40 est une sélection annuelle qui distingue 40 startups françaises présentant le potentiel de devenir des leaders technologiques de rang mondial. Ses membres intègrent automatiquement le programme French Tech 120, où ils sont rejoints par 83 autres entreprises en hyper-croissance et à fort potentiel. Les 123 startups bénéficient ainsi du même programme d’accompagnement par les services de l’État ».

Voici les principaux avantages auxquels elles auront accès :

  • « Trois vœux. Comme Aladin, les bénéficiaires du French Tech 120 peuvent émettre trois vœux pendant l’année, auprès de la Mission French Tech et de ses correspondants. Dans les limites de la légalité, évidemment […] » 
  • Un accès illimité à une liste de services proposés par plus de 45 ministères, agences gouvernementales et services publics […]
  • Une visibilité renforcée […]
  • Des opportunités de contrats avec l’État […]
  • Des facilités pour expérimenter ».

De plus amples informations et une foire aux questions sont disponibles par ici.

Disney+ sera finalement lancé le 24 mars en France

Quelques jours avant son lancement aux États-Unis, la société avait annoncé que son service de streaming débarquerait en France le 31 mars. 

C’est via un tweet et une mise à jour de son site, que Disney indique désormais que le lancement aura lieu une semaine plus tôt dans l’hexagone, le 24 mars. Pour rappel, les tarifs seront de 6,99 euros par mois ou 69,90 euros par an. 

Les députés LREM veulent doter les gardes-champêtres de « caméras-piétons »

Le groupe majoritaire a déposé la semaine dernière une proposition de loi « vers une sécurité globale ». Le texte contient une batterie de mesures, parmi lesquelles une expérimentation des « caméras-piétons » pour les gardes-champêtres.

Pendant une durée de trois ans (et sur demande du maire), ces agents seraient ainsi autorisés à filmer « en tous lieux », au moyen de caméras individuelles, « leurs interventions lorsque se produit ou est susceptible de se produire un incident, eu égard aux circonstances de l’intervention ou au comportement des personnes concernées ».

Comme pour les policiers, gendarmes, pompiers ou même surveillants de prison, l’enregistrement ne sera pas permanent. Un « signal visuel spécifique » devra d’ailleurs indiquer que l’appareil a été activé par le garde-champêtre.

La proposition de loi prévoit en outre un dispositif analogue pour les « agents de surveillance de la voie publique », qui sont bien souvent intégrés aux polices municipales.

La majorité ne donne toutefois aucune justification à l’introduction de ces deux expérimentations.

Une pétition affirme que des Tesla accéléreraient toutes seules, le fabricant dément catégoriquement

La National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) a indiqué qu’il allait enquêter sur une pétition lui demandant de lancer un rappel sur 500 000 véhicules Tesla. Cette demande fait suite à des rapports affirmant que des voitures auraient accéléré toutes seules.

Selon le NHTSA, la pétition comprend « 127 plaintes concernant 123 véhicules », comme le rapporte ReutersThe Verge rappelle que n’importe qui peut soumettre une pétition à la NHTSA en lui demandant d’ouvrir une enquête. Après une analyse technique, l’agence décide ensuite de poursuivre ou non son analyse.

Alors que Tesla était resté relativement silencieuse jusqu’à présent, la société s’est fendue d’un communiqué affirmant qu’il « n'y a pas "d'accélération involontaire” sur ses voitures ». « Cette pétition est complètement fausse et a été soumise par un vendeur à découvert ». Pour rappel, les vendeurs à découvert et Elon Musk ont un lourd passif, avec des actions en justices par le passé.

Tesla explique ensuite que les pédales d’accélérateur de ses voitures disposent notamment de deux capteurs indépendants. Le fabricant exploite « également les capteurs du pilote automatique pour aider à distinguer les éventuelles pressions incorrectes sur les pédales ».

Tesla ajoute que « chaque système est indépendant et enregistre les données, afin de pouvoir examiner exactement ce qui s'est passé ». « Au cours des dernières années, nous avons discuté avec la NHTSA de la majorité des plaintes dans la pétition. Dans tous les cas que nous avons examinés avec eux, les données ont prouvé que le véhicule fonctionnait correctement », termine le constructeur. 

La balle est maintenant dans le camp de la National Highway Traffic Safety Administration qui doit rendre son verdict.

Fortnite peut grimper jusqu’à 120 ips sur iPad Pro (2018)

Le jeu d’Epic Games est disponible depuis maintenant près de deux ans sur iOS et la mise à jour 11.40 permet de monter jusqu’à 120 ips sur les dernier iPad Pro (2018).

Bien évidemment, passer à un tel taux de rafraîchissement se fait à travers une baisse de la qualité du rendu. Que ce soit sur Android, iOS, PlayStation. Switch ou Xbox, le framerate ne dépasse pas les 60 ips.

Sur PC, il n‘y a pas de limite imposée par l’éditeur.

Firefox 72.0.2 : corrections de bugs et amélioration des performances

Après une mouture 72.0.1 qui corrigeait une faille de sécurité sur le navigateur, la version 72.0.2 propose des améliorations de la stabilité et supprime des bugs au passage.

Voici quelques exemples : l’ouverture de fichiers contenant des espaces dans leur nom, lenteur pour ouvrir about:logins lorsqu‘un mot de passe maître est en place et problème de lecture de vidéos 1080p en plein écran.

Firefox pour Android passe de son côté en version 68.4.2, mais uniquement avec des correctifs mineurs qui ne sont même pas détaillés par Mozilla

Un mois après sa divulgation, Citrix corrige enfin une faille critiqueCrédits : Matej Moderc/iStock

Mi-décembre, la société publiait un bulletin d’alerte inquiétant : « une vulnérabilité a été identifiée dans Citrix Application Delivery Controller (ADC) – anciennement connue sous le nom NetScaler ADC – et Citrix Gateway – anciennement connue sous le nom NetScaler Gateway – qui, si elle était exploitée, permettrait à un pirate non authentifié d'exécuter du code arbitraire ».

Elle concerne les applications « Citrix ADC et Gateway Virtual Appliances (VPX) hébergées sur n’importe quel Citrix Hypervisor (anciennement XenServer), ESX, Hyper-V, KVM, Azure, AWS, GCP ou sur Citrix ADC Service Delivery Appliance (SDX) ». Citrix SDWAN, et en particulier Citrix SDWAN WANOP edition, sont également concernés.

On pouvait donc s’attendre à ce que la société corrige rapidement cette brèche géante, mais cela n’a pas été le cas. À la place, il fallait se contenter de mesures d’atténuation. Bien évidemment, la divulgation des détails de la faille a attiré les pirates de tout bord qui s’en sont rapidement donné à cœur joie

Il a fallu attendre le 19 janvier pour que les versions 11.1 et 12.0 de Citrix ADC et Gateway aient droit à un correctif. Les moutures 10.5, 12.1 et 13.0 ainsi que Citrix SD-WAN WANOP 10.2.6 et 11.0.3 doivent pour leur part encore attendre le 24 janvier. La société n’explique pas pourquoi le délai est aussi long.

Qonto : la fintech française lève 104 millions d’euros, Tencent de nouveau dans la place

Après Lydia, c’est la deuxième fois que le géant chinois investit dans une fintech française en l’espace de quelques jours. Ce tour de table a également attiré le fonds DST Global, en plus des investisseurs historiques Valar Ventures et Alven.

« Tencent, tout comme DST, s'intéresse beaucoup aux néobanques et connaît bien ce modèle. Quand il a su qu'on levait des fonds, il nous a rapidement contactés », affirme Alexandre Prot, le patron de la néobanque pensée pour les professionnels, au Journal du Net.

Cette manne financière servira évidemment à assurer la croissance de l’entreprise, mais aussi à obtenir le dossier d'agrément d'établissement de crédit. « Reconnue comme établissement de paiement depuis 2018, la start-up, qui a mis sur pied l'an dernier son propre système d'information, deviendra ainsi une véritable banque, capable de prêter de l'argent à ses clients », explique Les Echos.

Depuis son lancement en 2016, la jeune pousse a levé 136 millions d’euros. 

Cartes, navigation, infos trafic : Huawei et TomTom ont signé un accord

L’annonce a été faite par un porte-parole de TomTom à Reuters, qui ajoute que l’accord avait déjà été conclu il y a « quelque temps » (sans plus de précision), mais n’avait pas été rendu public.

Dans tous les cas, cela enlève une épine du pied de Huawei qui fait face à un embargo sur les services américains. Les nouveaux smartphones du fabricant sous AOSP (Android Open Source Project) ne peuvent donc pas utiliser les services Google, notamment Maps. 

TomTom étant une entreprise néerlandaise, elle peut librement travailler avec Huawei. Ses cartes, informations trafic et logiciels de navigation peuvent donc prendre place dans les Huawei Mobile Services, qui remplacent les Google Mobile Services. Les détails de l’accord n’ont pas été précisé. 

Cette annonce a fait grimper de près de 5 % l’action de TomTom en bourse. La société reste néanmoins toujours à des kilomètres de ses fastes années (jusque fin 2007). 

Intelligence artificielle : pour Sundar Pichai, « la question n’est pas de savoir s’il faut réguler, mais comment »

Le sujet d'une régulation dans le domaine de l’IA n’est pas nouveau, mais prend de l’ampleur au fils du temps. Par exemple, la Commission européenne doit émettre des propositions dans un mois sur ce thème.

Sundar Pichai, patron de Google et d’Alphabet, a profité d’un passage à Bruxelles pour s‘exprimer sur cette question, comme le rapporte l’AFP. Le dirigeant met en avant deux points saillants : les deepfake et la reconnaissance faciale. Cette dernière « peut être utilisée dans les nouvelles technologies d’assistance et les outils pour aider à trouver les personnes disparues. Mais elle peut aussi être utilisée avec des objectifs plus néfastes ».

De manière générale, il affirme qu’une « réglementation judicieuse doit adopter une approche proportionnée, en équilibrant les préjudices potentiels et les opportunités au niveau social ». « Nous voulons offrir notre expertise, notre expérience et nos outils alors que nous sommes aux prises avec des tensions et des compromis inévitables », ajoute-t-il. 

Enfin, il invite les gouvernements à se saisir pleinement de cette question « plutôt tôt que tard ».

Cloud : suppressions de postes chez DigitalOcean, qui pourraient atteindre 10 % des effectifs

La société spécialisée dans le cloud donne une explication à TechCrunch : « DigitalOcean a récemment annoncé une restructuration afin de mieux aligner ses équipes sur sa stratégie de croissance. Dans le cadre de cette restructuration, certains "rôles" ont malheureusement été supprimés ».

Selon des sources et estimations de nos confrères, entre 30 et 50 personnes seraient licenciées, ce qui représenterait presque 10 % des effectifs. Des chiffres qui restent évidemment à confirmer.

Le cloud commence visiblement à changer de visage, tout du moins à partir dans tous les sens. Au cours des dernières semaines/mois il y a en effet eu plusieurs annonces sur des rachats et des licenciements.

Freebox sur iOS passe en version 4.1.1, des nouveautés sur la gestion des enregistrements de la caméra

La mise à jour se déploie progressivement et apporte des améliorations « globales » sur l’interface de la page des détails des objets connectés. Un correctif est de la partie concernant le crash sur iPad lors de la sélection du Freebox Player.

Plusieurs nouveautés sont aussi au programme : suppression multiple d’enregistrements de caméras, lecture automatique des enregistrements qui se suivent, export direct sur le player des clips de la caméra, lecture des clips de la caméra même si la caméra n’est pas connectée/débranchée et enfin sélection de l’univers favori pour la page d’accueil de l’univers Maison.