Dans le cadre d’une expérimentation, la CNIL veut externaliser le traitement de plaintes simples

En 2022, la CNIL veut « continuer à gagner en efficacité dans le traitement des dossiers et poursuivre la numérisation de l’institution ». Ainsi, elle projette d’externaliser partiellement le traitement des plaintes simples, et ce au titre d’une expérimentation. L’enjeu ? « Améliorer la réponse de la CNIL aux nombreuses saisines des particuliers et des entreprises ». 

En 2020, elle avait réceptionné 13 585 plaintes contre 14 137 plaintes en 2019. Un petit ralentissement en pleine crise sanitaire, mais un chiffre d’activités qui reste très élevé suite à l’arrivée du RGPD dans le paysage juridique.

Toujours l’année prochaine, révèlent les documents annexés au projet de loi de finances pour 2022, « la CNIL devrait encore renforcer ses outils d’information (site internet, centre d’appel), ainsi que sa présence sur les réseaux sociaux et les forums technologiques en développant notamment sa "marque employeur" ». De plus, « un important effort de sensibilisation auprès du jeune public sera accentué, ainsi que la consolidation de toutes ses actions "sur le terrain" ».

En y ajoutant les dépenses de traduction, qui vont connaître une hausse, la CNIL estime que ces actions vont engendrer un surplus de crédits de 500 000 euros. Ses dépenses pour 2022 devraient dépasser les 24 millions d’euros. Ses prévisions sont de 263 emplois, dont 247 contractuels. À comparer aux 219 emplois en 2020 (pour 209 contractuels). 

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !