Les éditeurs de GPS face aux nuisances liées à l'utilisation du réseau routier secondaire

Le 19 décembre 2019, le sénateur LR de l’Oise Jérôme Bascher questionnait le gouvernement sur les nuisances générées par les services de GPS, quant à l’utilisation des réseaux routiers secondaires. 

« En cas de difficultés sur les axes principaux, les systèmes GPS détournent la circulation, de façon systématique, sur des itinéraires non prévus pour absorber une pareille quantité de véhicules, sans distinction de gabarit » regrette-t-il. « Cette absence de discernement présente des conséquences graves à la fois pour la sécurité, l'environnement et la pérennité de voies dont l'entretien est confié à la charge des seules communes ».

Le ministère de la Transition écologique et solidaire vient de lui répondre, armé d’une nouvelle disposition issue de la loi « Climat et Résilience » du 22 août 2021. Depuis, l'article L.1115-8-1 du Code des transports prévient que ces calculateurs d'itinéraires « ne favorisent exclusivement ni l'utilisation du véhicule individuel, ni l'usage massif de voies secondaires non prévues pour un transit intensif ». 

« Cette disposition devra permettre de mieux encadrer ces reports de trafic », espère le ministère, alors que ces dispositions laissent une grande marge de manœuvre aux éditeurs de GPS. 

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !