Chiffrement de bout en bout : la Belgique veut une porte dérobée

50 organisations et experts en cybersécurité, dont de nombreux membres de la Global Encryption Coalition, appellent le gouvernement belge à suspendre la législation visant à saper le chiffrement de bout en bout.

Le projet de loi sur la collecte et le stockage des données d'identification, de trafic et de localisation dans le secteur des communications électroniques et leur accès par les autorités, ou « législation sur la conservation des données », obligerait en effet les opérateurs de systèmes chiffrés de bout en bout à saper le chiffrement pour permettre l'accès aux communications des utilisateurs.

L'objectif serait de « désactiver » le chiffrement de tels ou tels utilisateurs, à la demande des autorités. Or, soulignent les signataires, il n'y a aucun moyen de simplement « désactiver » le chiffrement ; les fournisseurs devraient « créer un nouveau système de distribution et envoyer des utilisateurs ciblés dans ce système de distribution distinct. Non seulement cela nécessiterait des changements techniques importants, mais cela briserait en outre les promesses de confidentialité des services de communication chiffrés de bout en bout. »

De plus, et comme l'a écrit l'Autorité belge de protection des données dans son avis, cela obligerait les entreprises à créer une « porte dérobée de facto », que des acteurs mal intentionnés pourraient eux aussi exploiter.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !