35 propositions pour lutter contre le harcèlement scolaire et le cyberharcèlementCrédits : ClarkandCompany/iStock

Au nom de la mission d’information contre le harcèlement scolaire et le cyberharcèlement, la sénatrice Colette Mélot (Les Indépendants) a dressé une liste de 35 recommandations dans son rapport sur le sujet.

Elle propose de « lancer une grande campagne nationale sur l'utilisation raisonnable du numérique, avec notamment des clips télévisuels sur les dangers du cyberharcèlement ». Elle estime en effet que « plutôt que de chercher la maîtrise d'un savoir-faire sur les réseaux sociaux, qui risque d'être rapidement dépassé au fil des prochaines innovations », le cap doit être fixé vers « la maîtrise d'un savoir-être ».

Elle voudrait aussi « favoriser le développement d'une application ou de la certification d'applications – pour s'assurer d'un respect de la confidentialité des données collectées – permettant une modération des propos tenus sur les réseaux sociaux en supprimant automatiquement pour l'utilisateur la visibilité des contenus haineux, offensants ou susceptibles de constituer un cyberharcèlement. »

Les réseaux sociaux devraient, selon elle, être tenus d’expliquer en termes compréhensibles par des jeunes, des extraits de leur CGU relatifs à ces pratiques. Ils devraient « présenter périodiquement (tous les six mois à un an par exemple) à leurs utilisateurs une courte vidéo de sensibilisation sur les bons usages du numérique ».

Autre idée, « l'organisation régulière de stress-tests sur les réseaux sociaux » pour éprouver l'ensemble des outils anti-cyberharcèlement, « la réactivité des réseaux sociaux et la solidité de leur protocole d'action ». Les mauvais élèves seraient épinglés publiquement (« name and shame »).

Puisque de plus en plus de collectivités territoriales distribuent aux collèges et lycées des ordinateurs et des tablettes, elle suggère d’y enregistrer d’office un document de sensibilisation à la prévention du harcèlement. D’autres mesures sont mises sur la table, notamment sur le volet curatif, afin de « rendre plus simple pour la victime le dépôt de plainte pour cyberharcèlement ».

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !