États-Unis : les demandes policières d'accès aux données auraient plus que triplé

Au cours du premier semestre 2020 seulement – ​​les données les plus récentes disponibles – Apple, Google, Facebook et Microsoft ont répondu ensemble à plus de 112 000 demandes de données de la part des autorités locales, étatiques et fédérales américaines, analyse AP.

Les entreprises ont accepté de transmettre certaines données dans 85 % de ces cas. Facebook, y compris son service Instagram, a représenté le plus grand nombre de divulgations. Au total, le nombre de demandes aurait ainsi « plus que triplé aux États-Unis depuis 2015 », s'étonne l'agence de presse.

« Tout se passe sur Facebook », explique un détective de Newport. « La quantité d'informations que vous pouvez obtenir des conversations des gens en ligne est insensée ». À mesure que Snapchat a gagné en popularité, les demandes de données émanant du gouvernement ont elles aussi augmenté, passant de 762 au premier semestre 2015 à près de 17 000 au cours des six premiers mois de 2020.

Les gens devenant de plus en plus dépendants des services Big Tech pour les aider à gérer leur vie, les autorités sont, dans le même temps, devenues beaucoup plus averties en matière de technologie qu'elles ne l'étaient il y a cinq ans, précise Cindy Cohn, directrice exécutive de l'Electronic Frontier Foundation. Elle parle même d' « âge d'or de la surveillance gouvernementale ».

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !