Ikea condamnée pour avoir détourné des fichiers policiersCrédits : TonyBaggett/iStock/ThinkStock

La filiale française d'Ikea a été condamnée mardi à un million d'euros d'amende et l'un de ses anciens PDG à de la prison avec sursis pour avoir espionné des centaines de salariés pendant plusieurs années, clôturant ainsi un procès dont l'enjeu était, selon l'accusation, « la protection de nos vies privées », rapporte l'AFP.

Le tribunal correctionnel de Versailles les a notamment reconnus coupables de « recel de collecte de données à caractère personnel par un moyen frauduleux », pour des faits majoritairement commis autour des années 2009-2012, mais les a condamnés à des peines moins lourdes que celles requises par la procureure, qui les accusait de « surveillance de masse ».

Le parquet avait demandé deux millions d'euros d'amende pour l'enseigne française, ainsi que de l'emprisonnement ferme pour un de ses anciens PDG, Jean-Louis Baillot. « M. Baillot est sous le choc, nous envisageons un appel », a déclaré à l'AFP son avocat Me François Saint-Pierre à l'issue de l'audience. 

L'affaire, révélée par la presse à partir de 2012, avait permis de découvrir qu'Ikea France avait cherché à se renseigner sur les antécédents judiciaires de nombreux salariés, en demandant à d'anciens fonctionnaires de police – dont trois condamnés à six mois de prison avec sursis – et un patron d'une société d'investigations privée d'aller farfouiller dans des fichiers policiers, à commencer par le Système de traitement des infractions constatées (STIC).

Au coeur de ce système, rappelle l'AFP, Jean-François Paris, l'ancien « Monsieur Sécurité » d'Ikea France, de 2002 à 2012, qui avait reconnu à la barre des « contrôles de masse » d'employés. Il a été condamné à 18 mois d'emprisonnement avec sursis et 10.000 euros d'amende.

M. Paris utilisait entre autres les services d'Eirpace, dirigée par Jean-Pierre Fourès, à qui il transmettait des listes de personnes « à tester ». Ancien membre des renseignements généraux, ce dernier était notamment accusé d'avoir eu recours au STIC par l'entremise de policiers. Il a écopé de deux ans d'emprisonnement avec sursis et d'une amende de 20.000 euros.

Son avocat, Marc François, avait plaidé la relaxe, arguant que « sur 18 magasins et 338 noms (transmis), seuls 20 avaient été passés au STIC ».

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !