Grande débâcle à Freenode, une partie de l'équipe démissionneCrédits : Goodshoot/iStock/ThinkStock

Le réseau IRC – créé en 1995 comme un canal de support pour Linux avant de s’élargir à de nombreux projets open source – traverse une période de crise, et une partie de son équipe (de volontaires) appelle désormais à le quitter pour des cieux plus cléments.

En 2017, Christel Dahlskjaer, qui dirigeait alors l’équipe, en fit une entreprise et la revendit à l’entrepreneur Andrew Lee, que l’on connaissait alors déjà pour le VPN PIA et Mt. Gox Live. Lee se trouve être également le prince couronné de Corée du Sud. Promesse avait été faite que rien ne changerait et que l’opération visait seulement à mieux financer la structure et faciliter l’organisation de grosses conférences.

Ce fut vrai jusqu’à récemment. Si l’on en croit Aaron James, Lee a annoncé le 11 mai dans le canal officiel de support qu’une nouvelle personne avait été engagée pour s’occuper de l’infrastructure réseau. La nouvelle a déclenché la colère et l’inquiétude d’une partie de l’équipe, qui considérait qu’il s’agissait d’une « violation de l’accord » formulé en 2017. 

« Lui donner (à lui ou à ses représentants désignés) l’accès violerait la confiance de tous nos utilisateurs et serait illégal dans de nombreuses juridictions où nous sommes présents. Les utilisateurs de Freenode devraient très sérieusement considérer qu’une entité hostile contrôle désormais le réseau et possède vos données », a ainsi écrit James.

L’annonce du 11 mai n’a pas suffi à elle seule à provoquer la débâcle actuelle. Elle n’était que le dernier symptôme d’une relation qui s’était dégradée entre Andrew Lee et une partie de l’équipe. Le cœur du problème était simple : la prise de contrôle par un entrepreneur d’une organisation créée par et pour la communauté.

Tout partait pourtant bien, car Andrew Lee, qui avait grandi dans l’Indiana, avait chaleureusement remercié IRC pour l’impact qu’il avait eu sur sa jeunesse, plus précisément sa méritocratie silencieuse. Il avait été victime de racisme dans sa jeunesse et s’était réfugié dans l’informatique, la communauté IRC lui ayant été d’un grand secours selon lui.

Il souhaitait donc rendre service au protocole. Voici qu’un prince voulait fournir des millions de dollars pour alimenter le développement de la v3 du protocole, organiser des universités, engager de nouveaux talents, etc. Mais sa prise de contrôle de Freenode se serait soldée par une autorité toujours plus importante, notamment à la création d’un conseil d’administration, dans lequel Lee intégrait des personnes extérieures.

Une partie de l’équipe a donc démissionné en accusant Lee de prise de contrôle agressive. Lee, de son côté, parle également de prise de contrôle, mais elle viendrait du membre de l’équipe tomaw, chargé des communautés et projets. Il manque de nombreuses informations et l’histoire n’est pas terminée. Les membres partis ont fondé Libera Chat pour reprendre ce qui faisait, selon eux, l’essence de Freenode : liberté, transparence et vie privée.

La situation de Freenode est pour l’instant incertaine. L’histoire est complexe et la plupart des utilisateurs ignore sans doute ce qui s’est passé. Quand bien même, ils devront choisir entre une structure qu’ils connaissent et une qui a tout à prouver.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !