Moteur réutilisable Prometheus : l’Europe signe un contrat de 135 millions d’euros avec Arianegroup

Véritable couteau suisse, il fonctionne au méthane liquide, ce qui devrait « réduire les coûts opérationnels au sol avant et après le vol ».

Ce moteur est annoncé comme très polyvalent et « pourra être utilisé à la fois pour l’étage principal et supérieur des futurs lanceurs européens, ainsi que pour les propulseurs d’appoint ». « Grâce à sa fabrication additive, qui représente 70 % de la masse du moteur, Prometheus comporte un nombre faible de composants, ce qui accélère la production et réduit les déchets », affirme l’Agence spatiale européenne.

Son coût de fabrication serait dix fois inférieur à celui du moteur Vulcain 2 qui équipe actuellement les fusées Ariane 5. Deux démonstrateurs de Prometheus en taille réelle vont effectuer des essais à feu statiques sur le site du Centre aérospatial allemand (DLR) : « Les données récoltées pendant ces tests fourniront des informations importantes qui permettront de valider et démontrer le concept du moteur ».

L’ESA veut aussi en profiter pour augmenter sa puissance de 20 % pour arriver à 1 200 kN. Une version hydrogène liquide de Prometheus est aussi en cours de développement afin d’équiper Ariane 6. Cette variante pourrait arriver aux alentours de 2025.

Un autre contrat de 14,6 millions d’euros a aussi été signé avec Airanegroup, mais pour Phoebus cette fois-ci. Il s’agit d’un étage supérieur « hautement optimisé qui pourra être utilisé sur de futures versions d’Ariane 6 ainsi que sur d’autres lanceurs ».

Son ambition est d’augmenter de « plus de deux tonnes métriques la capacité d’emport de charge utile d’Ariane 6 vers l’orbite de transfert géostationnaire ainsi que réduire les coûts de production ».

Ce contrat devrait permettre de terminer la phase finale du projet avec « la conception détaillée, la construction, et le test d’un démonstrateur presque à l’échelle 1, qui consistera en un réservoir d’oxygène, un réservoir d’hydrogène, l’interface structurelle entre les deux réservoirs et le cylindre extérieur qui tiendra lieu de revêtement extérieur de l’étage supérieur ».

« L’ESA s’engage résolument dans le développement de nouvelles technologies requises pour des futures solutions de transport spatial qui permettront de garantir l’accès autonome de l’Europe à l’espace, et ce à un coût abordable. Le moteur réutilisable Prometheus et l’étage supérieur Phoebus en sont d’excellents exemples », affirme Daniel Neuenschwander.

Il faut dire que l’Europe semble à la traîne face à une société comme SpaceX qui mise allègrement sur le réutilisable, avec succès. L’entreprise a déjà réussi à faire voler dix fois un même premier étage. 

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !