Données personnelles : l’exécutif dépose le projet de loi pour ratifier la mise à jour de la Convention 108Crédits : koya79/iStock

Le gouvernement a déposé le projet de loi « autorisant la ratification du Protocole d’amendement à la Convention pour la protection des personnes à l’égard du traitement automatisé des données à caractère personnel »

Derrière ce nom à rallonge, une pièce importante ajoutée à la Convention dite 108. Adoptée sous l'égide du Conseil de l'Europe voilà plus de 40 ans, elle fut le « premier instrument international juridique contraignant dans le domaine de la protection des données » rappelle la présentation officielle.

En novembre 2001, un Protocole additionnel était ouvert à la signature des États parties, et relatif aux autorités de contrôle et aux flux transfrontières de données. Selon le gouvernement, « à ce jour, quarante-quatre États y sont parties : trente-six États membres du Conseil de l'Europe, ainsi que les huit États tiers qui sont parties à la Convention 108 ».

« La plupart des États membres du Conseil de l'Europe qui n'y sont pas parties l'ont signé mais ne l'ont pas ratifié (Belgique, Russie, Grèce, Islande, Italie, Norvège, Royaume-Uni) » ajoute-t-il.

Ce chantier a fait l’objet d’une mise à jour via un « Protocole d'amendement à la Convention » destiné notamment à renforcer les garanties mises en œuvre par ces textes, avec notamment un « élargissement de la catégorie des données sensibles, qui comprend désormais les données génétiques et biométriques, et celles relatives à l'appartenance à un syndicat et l'origine ethnique ».

On retrouve donc des mesures déjà prévues par le RGPD, dont « l'obligation de notifier les violations de données ainsi qu'une plus grande transparence concernant les traitements de données ».

Rappelons enfin que ce corpus de règles a été scruté avec vif intérêt après l’invalidation du Privacy Shied par la CJUE, l’accord qui permettait de fluidifier les transferts de données entre l’Europe et les États-Unis.

Il pourrait ainsi répondre aux vœux de la cour en proposant « un solide système de vérifications et de contrepoids » pour les traitements touchant à la sécurité et la défense nationale. C’est du moins l’analyse faite par Alessandra Pierucci, Présidente du Comité de la Convention 108 et Jean-Philippe Walter, Commissaire à la protection des données du Conseil de l'Europe.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !