Microsoft Defender peut se servir de certains processeurs Intel pour mieux détecter le cryptojacking

Defender for Endpoints, disponible uniquement pour les entreprises, peut désormais se servir de la Threat Detection Technology (TDT) d’Intel et donc des capacités matérielles des modèles de processeurs la prenant en charge.

Objectif, détecter plus efficacement les tentatives de cryptojacking. Cette menace consiste pour rappel à installer subrepticement sur un appareil un programme de minage de cryptomonnaie. Ces opérations, gourmandes en énergie, se font au détriment des performances de la machine, sans parler de son autonomie.

La TDT est basée sur des algorithmes de machine learning accélérés matériellement par le processus. Il s’agit de méthodes heuristiques capables le plus souvent de détecter un comportement anormal et de le signaler. Dans le cas présent, les informations seront remontées à travers Defender et signalées à la ou les personnes en charge de la sécurité.

Intel en profite pour rassurer : sa technologie consomme peu de ressources, car les calculs peuvent être en grande partie délégués aux contrôleurs graphiques intégrés à ses processeurs.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !