La Justice autorise le FBI à patcher des centaines d'ordinateurs piratés

Le ministère de la Justice américain a annoncé que le FBI avait reçu l'autorisation d'accéder, à distance, à des centaines d'ordinateurs états-uniens afin de supprimer les portes dérobées laissées par des pirates ayant préalablement pénétré leurs systèmes. 

L'action fait suite aux récentes campagnes de cyber-espionnage et de piratages exploitant plusieurs vulnérabilités « zero day » dans le logiciel Microsoft Exchange Server. 

Bien que de nombreux propriétaires de systèmes infectés aient réussi à supprimer les interpréteurs de commandes Web de milliers d'ordinateurs, d'autres semblaient incapables de le faire, et des centaines de portes dérobées restaient accessibles, explique le DoJ.

Le FBI a procédé à la suppression en émettant une commande via les portes dérobées vers les serveurs non patchés. Le DoJ précise qu'il tentera par ailleurs de le notifier à leurs responsables qui ont pu être identifiés et, à défaut, à leurs FAI. 

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !