La plateforme de décryptage d'Europol ne permet pas de décrypter les communications chiffréesCrédits : code6d/iStock

Elle n'est d'ailleurs utilisée par les autorités répressives de l’UE que pour décrypter les seules informations obtenues lors d’enquêtes criminelles, précise Euractiv. 

Interrogé par des eurodéputés, qui s'inquiétaient des risques d’abus, en particulier dans les pays où l’État de droit et l’indépendance du pouvoir judiciaire ont été remis en question, un représentant de la Commission européenne a expliqué que la technologie n'est en outre capable de décrypter que les seuls codes d’accès aux smartphones, ordinateurs, ordinateurs portables et tablettes. 

Sophie in ‘t Veld, de Renew Europe, voulait savoir comment la Commission réagirait dans les cas où l’indépendance du pouvoir judiciaire aurait déjà été remise en question, comme en Hongrie et en Pologne.

Le député S&D Paul Tang a pour sa part demandé comment l’exécutif européen pourrait s’assurer que la technologie « ne soit pas utilisée de manière abusive pour obtenir des informations sur les communications des voix critiques des gouvernements. »

« Il n’y a absolument aucune place pour les abus par le biais de cette plateforme et les intrusions dans des équipements appartenant à des individus qui ne font pas l'objet d'une procédure judiciaire », a répondu le représentant de la Commission.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !