Vers une nouvelle génération de détecteurs quantiques non destructifs d’atomes froids

« Les atomes froids sont omniprésents dans les expériences de métrologie du temps et des fréquences, ainsi que dans la plupart des mesures de haute précision en physique atomique », expliquait il y a quelques années Jean Dalibard du Collège de France (chaire Atomes et rayonnement).

Le laboratoire Systèmes de Référence Temps Espace (SYTRE) de l’Observatoire de Paris a publié un article dans le journal Nature Research « sur la mise en place d’une nouvelle technologie afin de permettre la détection non destructive, compacte et à grande largeur de bande d’atomes froids, à l’aide d’un rayonnement micro-ondes ».

Pour le moment, « l’état des atomes est déterminé en utilisant un système de détection optique », avec un inconvénient majeur : « Cette méthode de détection utilise des systèmes optiques complexes, et elle est destructive : une fois l’état des atomes détecté, le nuage ne peut plus être réutilisé ».

Selon l’Observatoire de Paris, cette nouvelle méthode « ouvre une voie prometteuse à une nouvelle technologie de détection non-destructive, locale, large bande, et intégrée sur microcircuit, d’atomes froids ».

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !