Présidentielle : les sénateurs rejettent massivement le vote par anticipation via des machines à voterCrédits : g-stockstudio/iStock

Sans surprise, le Sénat a rejeté vigoureusement l’amendement gouvernemental qui souhaitait rendre possible un tel vote pour les prochaines présidentielles, via des machines à voter. 

« Nous travaillons à moderniser le vote à la suite d'appels du pied de certains parlementaires. Et ce, afin d'élargir les conditions d'accès à la démocratie en dépit de la situation sanitaire et en garantissant la sincérité du scrutin », a tenté de défendre la ministre déléguée Marlène Schiappa.

« Le vote est un droit, mais aussi un devoir. Nous pensons surtout à ceux qui sont isolés et n'ont personne à qui confier leur procuration, à ceux qui travaillent le dimanche, les jeunes par exemple, à ceux qui viennent de déménager ».

Alors que la ministre soulignait la capacité du gouvernement de déployer une machine à voter par département, le rapporteur Stéphane Le Rudulier a ouvert les fenêtres sur une réalité plus poussiéreuse. 

Aujourd’hui, « dans les 64 communes qui utilisent les machines à voter, les systèmes d'exploitation sont sous Windows 95. Cela pose de réelles difficultés pour les communes, qui les maintiennent comme elles peuvent ».

Et le sénateur de ne pas éviter une remarque tranchante : « nous ne souhaitons pas que l'opération de vote devienne l'équivalent d'une commande sur Amazon ».

D’autres remarques sont tombées en séance : 

Éric Kerrouche : « Cet amendement est une fausse bonne idée. Vous êtes moderne, et nous serions ringards de repousser votre proposition ? Eh bien ce soir, j'en suis fier ! »

Éliane Assassi : « Gouverner, c'est prévoir. Si votre ambition était la modernisation, vous auriez anticipé le dépôt de cet amendement », amendement déposé à la dernière minute au Sénat par l’exécutif, après le vote à l’Assemblée nationale.

Philippe Bas : « Est-ce moderne de modifier les règles de l'élection présidentielle sans consulter l'Assemblée nationale ? Est-ce moderne de modifier le code électoral sans recueillir l'avis du Conseil d'État ? Est-ce moderne de modifier les modalités d'une telle élection sans consulter les différentes forces politiques ? Est-ce moderne de modifier l'organisation des bureaux de vote sans prendre l'avis des maires ? »

  • Pour l'adoption : 23
  • Contre : 321

L’amendement a été rejeté, comme une vieille machine à voter sous Windows 95.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !