Le nouveau CNNum privilégie les scientifiques aux informaticiens (et aux start-upeurs)

« Exit les entrepreneurs, place avant tout aux scientifiques, mais toujours pas aux informaticiens », estime Acteurs Publics, au sujet de la composition du nouveau Conseil national du numérique (CNNum), dévoilée ce 11 février par Cédric O.

Le gouvernement a en effet souhaité lui donner une nouvelle forme et de nouveaux objectifs pour permettre à l'exécutif de s’appuyer davantage « sur des avis et des réflexions, exigeants, qui bousculent et dérangent », de sorte de pouvoir « sortir la tête du guidon, relever la tête pour regarder un peu plus loin et donner du sens au numérique ».

« Le numérique est une révolution technologique qui ne peut se satisfaire à elle même, il doit y avoir une histoire, un progrès sociétal et humain qui lui soient attachés. Nous devons donc aussi trouver dans ces réflexions un antidote au solutionnisme technologique en essayant de comprendre où l’on va et pourquoi », a précisé le directeur de cabinet de Cédric O, Antoine Darodes. 

Pour ce faire, la composition du Conseil a été resserrée autour de 21 membres, dont 4 parlementaires, contre une trentaine précédemment, de sorte que ce nouveau CNNum soit davantage tourné vers la réflexion et la prospective, et moins vers le monde des entrepreneurs et de l’inclusion numérique, qui imprégnait très fortement la précédente mandature.

« On y retrouve toujours quelques représentants du monde économique, mais le Conseil prend globalement une couleur très académique », souligne Acteurs Publics. « Il ne compte en revanche qu’un seul informaticien, en la personne de Gilles Dowek. Les autres membres exercent dans une diversité de disciplines, tels la philosophe Anne Alombert, le psychiatre Serge Tisseron, la linguiste et psychologue Justine Cassell, l’anthropologue Rahaf Harfoush, la sociologue Dominique Pasquier et l’économiste Joëlle Toledano. On y retrouve aussi deux spécialistes du droit du numérique, avec les avocats Adrien Basdevant et Jean-Pierre Mignard ». 

Quant à Tatiana Jama, elle dirige aujourd'hui levia.ai, une startup spécialisée dans la création d'outils d'intelligence artificielle conversationnels.

Dans les rangs, relevons la présence du sénateur Patrick Chaize, qui a victorieusement fait adopter son amendement visant à préserver les biens reconditionnés de la redevance pour copie privée. 

Notons aussi celle de Constance le Grip, député LR très à l’écoute des industries culturelles. Elle avait ainsi déposé une résolution pour que dans la proposition de directive sur le droit d’auteur dans le marché unique numérique, « les plateformes participent à la juste rémunération des créateurs et à une lutte immédiate et efficace contre le piratage et la contrefaçon ».

Coprésidé par Gilles Babinet et Françoise Mercadal-Delasalles, le CNNum aura Jean Cattan pour secrétaire général. Ce fin juriste fut notamment conseiller du président de l'Arcep de 2017 à 2020.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !