Au CNRS, les capteurs quantiques « s'apprêtent à révolutionner la détection »

Le Centre National pour la Recherche Scientifique donne les grandes lignes de cette « révolution » : « Médecine, génie civil, télécommunications, gestion des ressources naturelles... ». Pour le CNRS, les capteurs quantiques « offrent à la fois une sensibilité et une précision uniques ».

« De toutes les technologies quantiques actuellement en développement, ils sont aujourd'hui parmi les plus aboutis. Certains d'entre eux commencent à sortir des laboratoires et même à être commercialisés », affirme le CNRS.

Le principe est assez simple (en théorie) : « Au cœur de ces dispositifs, on trouve des objets microscopiques (photons, atomes, électrons...) que les physiciens savent désormais manipuler parfaitement et placer à la demande dans tel ou tel état quantique. Or, ces états quantiques sont extrêmement sensibles à la moindre perturbation de l'environnement ».

Les scientifiques donnent ensuite plusieurs exemples de capteurs quantiques et de leurs propriétés : interféromètres à atomes, gradiomètres (sorte de version améliorée du gravimètre) pour détecter les cavités enfouies, accéléromètres qui ne dérivent pas, des diamants de synthèse pour mesurer le champ magnétique, des microscopes magnétiques à diamant, etc. 

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !