Drones : la police floute mal

Depuis juillet, la préfecture de police de Paris utilise un logiciel d’anonymisation censé flouter les silhouettes captées par les images des drones mais qui, révèle Mediapart, lors de son installation, n'était efficace que dans 70 % des cas. De plus, à ses débuts, elle ne floutait ni les plaques d’immatriculations ni les fenêtres donnant à voir sur des espaces privés.

Son nom : YOLOV4, acronyme dérivé de « You Only Live Once » (« On ne vit qu’une fois »), un terme d’argot qui désigne une décision prise « à l’arrache », sans préparation ni organisation. 

Le recours à ce logiciel serait une réponse directe au Conseil d’État, qui avait ordonné au préfet Didier Lallement, le 18 mai dernier, de « cesser sans délai de procéder aux mesures de surveillance par drone », mises en œuvre dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire au motif de faire respecter le confinement.

En tout cas, en l’absence de la signature d’un décret adéquat. Ou tant que les drones de la préfecture de police n’auront pas été dotés « de dispositifs techniques de nature à rendre impossible […] l’identification des personnes filmées », rappelle Mediapart.

Alors que la proposition de loi de la majorité sur la « sécurité globale » légalise et généralise, dans son article 22, l’usage des drones par les forces de l’ordre (pour des opérations de maintien de l’ordre, des actions de prévention du terrorisme ou encore sécuriser les bâtiments publics), les documents auxquels Mediapart a eu accès démontrent que la préfecture de police continue à utiliser des flux vidéo non floutés. 

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !