L'ONU met en garde contre l'impact des frontières intelligentes sur les réfugiésCrédits : ONU

Tendayi Achiume, rapporteure spéciale de l'ONU sur le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l'intolérance, a appelé à un moratoire sur l'utilisation de certaines technologies de surveillance utilisées dans les programmes de « frontières intelligentes », révèle The Guardian. 

Dans un rapport à paraître, elle qualifie de « troublants » les détecteurs de mensonge dans les aéroports européens, les scans oculaires effectués dans les camps de réfugiés ou les logiciels de reconnaissance vocale utilisés dans les demandes d'asile. Elle estime que ces technologies peuvent en outre être injustes et enfreindre les droits de l'homme.

Elle a également cité les efforts de Donald Trump pour construire un mur entre les États-Unis et le Mexique : « il s'avère que les décès aux frontières ont augmenté dans les endroits où des frontières intelligentes ont été mises en place ».

Petra Molnar, du Refugee Law Lab de Toronto, qui a contribué au rapport du rapporteur de l'ONU, a noté dans ses propres recherches l'impact déshumanisant de certaines technologies sur les personnes déplacées . Un demandeur d'asile, avec qui elle s'est entretenue en Belgique, a déclaré que la quantité de données personnelles auxquelles il avait renoncé lui faisait se sentir « comme un morceau de viande sans vie, juste des empreintes digitales et des scans oculaires ».

« L'un des messages clés du rapport est que nous devons être très attentifs à l'impact disparate de cette technologie et pas seulement supposer que parce que la technologie va être juste ou neutre ou objective d'une manière ou d'une autre ».

« La collecte de données n'est pas un exercice apolitique », note le rapport d'Achiume, « en particulier lorsque de puissants acteurs du Nord mondial collectent des informations sur les populations vulnérables sans méthodes réglementées de surveillance et de responsabilité. »

L'année dernière, le Programme alimentaire mondial des Nations Unies s'est ainsi associé à Palantir Technologies, rappelle The Guardian, sur un contrat de 45 millions de dollars, partageant les données de 92 millions de bénéficiaires de l'aide.

Achiume a déclaré que jusqu'à ce que l'impact des technologies de surveillance sur les droits de l'homme puisse être compris, l'utilisation de ces technologies devrait être interrompue. « Jusqu'à ce que nous puissions comprendre et atténuer ces préjudices, il devrait y avoir un moratoire à leur encontre. »

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !