La DGSI envisagerait une alternative à Palantir

Une alternative française à la technologie du géant américain de l'analyse de données Palantir, pour aider la France à prévenir d'éventuelles attaques terroristes, prendrait environ deux ans de développement, a déclaré Patrice Caine, PDG du groupe de défense Thales, lors d'un déjeuner avec l'Association de la presse anglo-américaine, rapporte Reuters.

« L'enjeu économique est très faible », à l'en croire, le contrat signé par la DGSI avec Palantir ne valant que quelques millions d'euros. « Ensuite, il y a l'enjeu de souveraineté, d'autonomie, d'indépendance et ça, c'est une question pour laquelle seul l'État a la réponse. C'est une question d'années (...) On va dire deux ans. Ça va vite », a-t-il précisé.

La Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), qui avait acheté la technologie Palantir suite aux attentats de 2015, avait de son côté expliqué avoir renouvelé le contrat l'an passé, « faute d'alternative française ».

Intelligence Online révèle cela dit que la DGSI aurait commencé à contacter plusieurs sociétés (Saagie, Airbus Group, Thales, Sopra Steria et Atos, notamment) pour développer un outil de traitement des données hétérodoxes (OTDH), qui « vise à construire, comme son nom l'indique, un instrument global de traitement des données du service issues de capteurs différents ».

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !