Frapper les contenus nuisibles, sans être illicites : l’alerte d’EDiMA, association des acteurs du NetCrédits : fizkes/iStock

Celle qui compte dans ses membres Amazon, Apple, eBay, Facebook, Google, Microsoft ou encore Mozilla et Twitter dénonce la volonté de plusieurs acteurs de revoir trop largement la responsabilité des intermédiaires techniques.

Dans le cadre du paquet relatif au Digital Service Act, l’idée serait que ces nouvelles règles à venir frappent non seulement les contenus illicites, mais aussi ceux qui, sans être illicites, seraient dangereux.

Pour l'association, une telle réforme, bien trop gourmande, conduirait les intermédiaires à une analyse trop complexe, et pourrait entraîner de « graves répercussions sur la liberté d’expression ». 

Elle anticipe aussi de lourdes difficultés d’application, compte tenu de la diversité d’approches entre les États membres.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !